Une histoire dont je ne suis pas fière

Une histoire dont je ne suis pas fière

Au cours de ma vie amoureuse de jeune adulte, j’ai eu quelques années d’errance, à la recherche d’un hypothétique grand amour dont je ne connaissais pas grand-chose et que j’idéalisais beaucoup. À cette époque, je rencontrais beaucoup de garçons avec qui on se voyait quelques fois, mais toutes ces rencontres se soldaient par des échecs (de mon fait parfois mais le plus souvent du fait du garçon que je convoitais). J’étais dans un schéma négatif, ce qui a conduit à me faire perdre toute confiance en moi. Parmi ces rencontres, je vais te raconter aujourd’hui la pire des pires, une histoire dont j’ai encore très honte aujourd’hui, qui a été à l’encontre de toutes mes valeurs et que je ne m’explique toujours pas.

J’ai failli me lancer dans une relation avec un homme marié. Voilà, c’est dit. C’est horrible à raconter. Moi qui suis une personne très honnête, qui ne supporte pas le mensonge, l’injustice et la trahison, j’aurais pu céder. Et le pire, c’est que cette histoire n’a pas été plus loin, pas parce que j’ai refusé, mais parce que LUI a renoncé au dernier moment.

Je vais te raconter tout cela. J’espère que tu ne me jugeras pas trop sévèrement quand tu sauras tout.

briser, confiance en soir
Crédit photo : gere

Revenons quelques années en arrière… Imagine-moi, jeune célibataire, enchaînant les déceptions et ayant perdu foi dans la relation amoureuse. Imagine un collègue, quelques années de plus, plutôt bel homme, gentil et drôle mais un peu énervant sur les bords (oui le pire, c’est que je ne l’appréciais même pas plus que cela). Appelons-le Damien. À ce moment, il est prévu que je change d’équipe quelques semaines plus tard au travail. En effet, je ne me plaisais pas sur le poste où j’étais, et la perspective de changer bientôt me rendait beaucoup plus détendue. Alors que cela n’était jamais arrivé auparavant, nous sommes donc amenés à faire quelques tâches ensemble et une certaine complicité s’installe. Un jour, nous décidons d’échanger nos numéros de téléphone pour se tenir au courant de l’heure à laquelle on doit commencer notre travail le lendemain. On est en plein mois de juillet, et juste avant de partir pour ses congés, il me raconte une anecdote très croustillante impliquant des personnes que je connais. On discute de cela tout une après-midi, mais il ne veut pas me donner leur nom, sauf contre « une nuit d’amour ». Il est marié et père de famille, je n’imagine pas une seconde qu’il puisse être sérieux et je trouve cela plutôt drôle. Sans aucune arrière-pensée, je lui écris pendant ses congés pour insister (ma curiosité me perdra), il me répond toujours légèrement, et puis on échange un peu plus. Je me voile la face, mais malgré tout j’attends ses messages, et je sens que lui aussi apprécie la conversation. Il me relance quand j’arrête de répondre, me pose des questions, montre de l’intérêt pour moi. Je n’y vois aucun mal, c’est juste des messages, il n’y a aucune allusion. Mais petit à petit, ces conversations prennent de l’importance : il me rassure concernant mon nouveau travail que je dois commencer sous peu. Et il commence à lancer quelques allusions un peu plus précises, et l’air de rien me propose d’aller boire un verre ensemble, d’abord avec d’autres collègues. Rapidement, il me fait comprendre qu’il préfère qu’on ne soit rien que tous les deux.

Comme je le disais, je suis quelqu’un de très honnête et plutôt gentille (enfin, je crois !) mais mon plus gros problème c’est que je ne pense pas que les autres puissent être différents et avoir de mauvaises intentions. J’ai été très naïve, mais à ce moment-là, même si j’ai bien compris où il voulait en venir, je n’ai jamais imaginé qu’il puisse avoir de mauvaises intentions ni envers moi ni envers sa femme. Je l’avais rencontrée plusieurs fois, elle semblait assez peu agréable et un peu aigrie (honte à moi d’avoir pensé ça, elle n’était sans doute surtout pas très heureuse avec lui !). Des rumeurs couraient sur le fait qu’il y avait de l’eau dans le gaz entre eux deux. Alors quand les choses se sont précisées, je me suis dit que cela arrivait à tout le monde, qu’ils devaient être sur le point de se séparer et qu’il cherchait peut-être à commencer un nouveau chapitre. À vrai dire, je ne me suis pas posée plus de questions que ça, j’appréciais nos discussions et c’est tout. Après les années que j’avais vécues, j’étais plutôt flattée que quelqu’un comme lui s’intéresse à moi (tu sens l’idéalisation des autres et le manque de confiance ?).

Sauf que Damien était du genre à faire un pas en avant et deux en arrière. Quand j’ai naïvement demandé pourquoi il préférait qu’on soit seuls pour boire un verre, il m’a dévoilé ses sentiments et m’a laissé me débrouiller avec. Et moi, j’ai un autre défaut, c’est que je ne suis pas du genre à laisser tomber. Au lieu de me dire « je le laisse se décider et il reviendra vers moi quand il aura fait un choix clair », j’ai entretenu l’histoire en essayant de le comprendre, de lui donner des conseils et surtout d’avoir des réponses à mes nombreuses questions. J’ai pu ainsi savoir qu’il était malheureux avec sa femme et qu’ils s’étaient déjà séparés pendant quelques mois. Et qu’il m’avait remarquée depuis longtemps, bien avant qu’on soit collègues (et avant même son mariage). Mon côté romantique a pris ça pour une preuve des sentiments qu’il avait pour moi. Mais la vérité crue est que j’étais juste un fantasme inassouvi.

Après cette déclaration, je me suis confiée à une personne qui le côtoyait plus que moi et j’ai appris avec horreur que sa femme était enceinte. Tu imagines bien que cela ne colle pas trop avec l’image du couple au bord de la rupture, ce que j’aurais dû comprendre toute seule, mais encore une fois je me suis voilé la face… Quand j’ai pu le confronter (j’ai dû attendre que l’annonce de la grossesse soit officielle), il m’a dit qu’ils avaient fait un « bébé pansement », pour relancer leur couple, mais que c’était encore pire, et qu’il était complètement perdu. Et moi qui étais pourtant très en colère contre lui, je l’ai cru et je lui ai en plus trouvé des excuses. J’imaginais que sa femme lui avait forcé la main et qu’il était prisonnier maintenant, sans aucune porte de sortie. Je n’allais quand même pas lui demander de quitter sa femme enceinte… Cela a dû bien l’arranger, il n’était plus obligé de prendre une décision.

Les semaines et mois qui ont suivi ont été très flous. Cette grossesse mettait en attente tout choix futur. Je crois que je m’imaginais qu’après l’accouchement, la situation pourrait évoluer. Comme je l’ai dit précédemment, il faisait un pas en avant et deux en arrière. Un jour il me demandait si je m’imaginais belle-mère et le lendemain il me disait qu’on ne devrait plus se parler, que rien n’était possible entre nous. Ensuite il revenait, ou bien c’est moi qui le relançais. À vrai dire, j’étais complètement perdue et je ne savais plus me projeter dans aucun des cas. Je lui disais que j’étais mal, il me réconfortait (quel jeu pervers) tout en me gardant à distance. J’en parlais à des personnes de mon entourage et bien sûr chacun avait une anecdote qui laissait présager d’une issue favorable à ce genre d’histoire (sauf que ça n’était que des exceptions, ça finit mal dans 99% des cas car il faut de sacrées bonnes bases pour bâtir une histoire là-dessus !). Nos échanges se faisaient presque uniquement par texto, parfois de vive voix quant on se croisait entre deux portes. Plusieurs fois, on a organisé des rendez-vous auxquels je me raccrochais pour enfin faire avancer notre histoire. À chaque fois, il annulait au dernier moment. On a plusieurs fois décidé de ne plus s’écrire du tout, et l’un de nous a toujours fini par craquer (hélas). Quand la naissance est arrivée, on était en pleine période d’échanges intenses et j’ai pris une claque quand j’ai su la nouvelle (même si je savais que cela approchait). Je me suis dit qu’au moins, les choses allaient évoluer dans un sens ou dans un autre. J’étais épuisée par cette situation, les débuts plaisants et sans prise de tête étaient bien loin. La situation en était arrivée à me faire beaucoup de mal mais je n’arrivais pas à lâcher et renoncer. Pourquoi ? Aucune idée. Je ne suis pas stupide pourtant mais je n’arrivais pas à me dire que cette histoire n’allait nulle part. J’avais rencontré un autre garçon, célibataire, normal et très gentil, avec qui je passais de bons moments mais je n’arrivais pas aller plus loin avec lui, je n’arrivais pas à m’enlever Damien de la tête. En même temps, comme je ne voulais pas non plus laisser partir ce gentil garçon, je restais dans un entre-deux qui était horrible pour tout le monde. J’ai fait beaucoup de dégâts là aussi.

Tu te demandes probablement comment ça s’est terminé : très mal. On a fini par se dire des horreurs. Il ne voulait plus qu’on se parle tout en manquant de courage pour le dire et m’a ensuite reproché de lui avoir forcé la main et de ne pas l’avoir laissé tranquille alors qu’il voulait rester avec sa femme. D’être insistante et de devoir se justifier alors que notre relation n’existait pas. Le pire, c’est qu’il avait raison ! Comme je l’ai dit au début, j’aurais dû le laisser dans son coin réfléchir et continuer à vivre ma vie sans lui. Au lieu de cela, je me suis enfermée dans une spirale infernale à lui envoyer des messages sans cesse pour m’accrocher à une relation qui n’avait même pas commencé et qui ne commencerait jamais. Je me suis rendue malheureuse, toute seule, j’ai été à l’encontre de mes valeurs les plus précieuses pour un mirage qui m’a laissée encore plus mal. Comment aurait-on pu construire quelque chose sur une telle situation ? Comment avais-je pu totalement occulter la souffrance d’une femme qui était enceinte et voyait son mari si loin d’elle ? J’ai piétiné tout ce qu’il me restait de confiance en moi (pas grand-chose) et surtout de fierté. C’est moi qui l’ai laissé me traiter comme cela.

Je ne m’explique toujours pas cet épisode de ma vie, même plusieurs années après. Je me juge très sévèrement, encore plus que je ne le juge lui, car je suis en grande partie responsable de la situation. J’ai été égoïste. Je n’avais pas d’expérience de couple ni de parentalité, ainsi je n’arrivais pas à me mettre à la place de sa femme et sans doute que cela m’arrangeait bien quelque part. Je pense aussi que comme j’étais tellement malheureuse dans mes histoires de cœur, je me suis lancée dans quelque chose que je savais impossible en pensant que cela me ferait moins souffrir. Comme pour me protéger d’une vraie histoire.

Je n’ai plus eu de nouvelles directement de Damien après notre dernier échange. J’ai continué à le croiser de temps en temps, puis ils ont déménagé et quitté la région et je ne l’ai plus jamais revu. J’ai entendu des rumeurs de séparation mais je ne sais pas si c’est vrai.

Pourquoi je te raconte cela aujourd’hui ? Car d’un certain côté, je pense que ce genre de situation pourrait arriver à tout le monde ou presque, lors d’un moment où on est un peu moins bien dans sa vie ou son couple. Avant de le vivre, je considérais ce genre d’histoire avec dégoût. Cela me paraissait tellement simple, et binaire : en couple, pas touche, et célibataire, on peut foncer. En en parlant un peu autour de moi, je me suis rendue compte que plusieurs filles de mon entourage avaient vécu le même genre d’histoire (pourtant, elles ne sont pas stupides non plus). Heureusement, j’en ai quand même tiré du positif par les leçons que cette histoire m’a apprises. Il ne faut jamais dire jamais, mais je pense qu’on ne m’y reprendra plus !

Si toi aussi, tu as vécu ou vis ce genre de situation, je serais très heureuse d’échanger avec toi sur le sujet !

15 commentaires sur “Une histoire dont je ne suis pas fière

  1. Merci pour ce témoignage très honnête, il n’a pas dû être facile à écrire pour toi !
    Je commence : j’ai vécu plus ou moins la même chose (sans la grossesse) quand j’avais 20 ans tout pile, et je pourrais décrire mes raisons a peu près comme les tiennes (naïveté, inexpérience, trop lu de romans pendant mon adolescence…). Peut-être en lien avec ça, je trouve globalement que tu te juges un peu trop durement : oui, tu aurais pu te protéger plus, et l’envoyer se débrouiller avec lui-même avant toute chose (et moi aussi j’aurais du faire ça), mais c’est facile à dire avec 10 ans d’expérience en plus ! Moi à 20 ans j’avais juste pas les armes pour ça, tant pis pour moi, pour rien au monde je recommencerais, mais je ne m’en veux pas plus que ça. Il ne faut pas non plus oublier que lui aussi a sa part de responsabilité, au fond c’est pas toi qui as trompé quelqu’un, et lui aurait tout aussi pu bien ne pas t’envoyer de signaux aussi contradictoires, d’autant plus qu’il était plus âgé que toi. Je ne trouve en tout cas pas juste qu’il te reproche de ne pas l’avoir laissé tranquille, sachant qu’il ne l’a pas fait lui-même.
    Mais comme je l’ai dit, je suis peut-être biaisée pour avoir été dans la même situation, mais en tout cas je ne pense pas que la plus grande partie de la faute est sur nous (et toi je ne sais pas, mais moi j’estime l’avoir assez expiée avec le mal que m’a fait cette histoire !)
    Après, je suis curieuse de voir les avis des autres lectrices (lecteurs ?) sur le sujet 🙂

    J'aime

  2. Je n’ai pas vécu cette situation mais en te lisant je trouve que tu te culpabilises beaucoup. C’est lui l’homme marié, c’est lui qui a commencé ce petit jeu malsain. Tu as fait preuve de naïveté mais au final tu n’as pas cédé et c’est peut être la raison pour laquelle vos échanges ont pris une autre tournure. Il s’est rendu compte qu’il s’etait mis dans une situation complexe et a voulu te faire porter le chapeau.
    Bref j’ai un avis assez tranché sur la question et dans les infidélités je considère que c’est toujours la personne en couple qui est fautive car c’est sa faute à lui / elle. De ton côté tu ne commets aucune faute. J’espère qu’en parler te fera du bien et te permettra d’avancer plus sereinement avec cette histoire dans laquelle je considère que tu n’as rien à te reprocher.

    J'aime

  3. Hello !
    Comme Vee, ne te juge pas sévèrement, c’est une histoire qui a eu lieu et qui t’a appris des choses sur toi, sur tes limites, sur ce que tu souhaites dans ta vie amoureuse ou pas…malgré son aspect qui peut te paraître négatif, elle t’a fait avancer même si c’est de façon douloureuse. N’aie pas honte, cet homme a aussi sa part de responsabilité quoiqu’il en dise, il t’a fait miroiter des choses, il a alimenté ce suis moi je te fuis et vice versa… À l’époque, tu étais prise dans un « engrenage » dans lequel il peut être difficile de sortir de ce schéma de dépendance et de savoir dire STOP à une relation « toxique ». C’était aussi peut être à ce moment de ta vie où tu avais un besoin de réassurance narcissique et que cet homme-là l’a senti inconsciemment…
    J’ai vécu une histoire similaire…mais en étant mariée de mon côté et avec 1 enfant. Il était en couple avec deux enfants… J’étais à cette époque de ma vie fragilisée par une IMG et un éloignement un peu de mon couple. Lui allait être papa quand je l’ai rencontré. On se cotoyait sans plus mais je sentais certaines choses( difficiles à expliquer , plutôt ressenties de manière instinctive). Puis un jour, j’ai senti qu’on se plaisait et il m’a ramené une fois. On s’est regardés intensément ce jour là comme si le monde n’existait plus autour de nous, j’ai failli lui faire la bise puis je me suis ravisée. Ensuite je suis partie comme une voleuse… On n’a jamais reparlé de ce jour là mais depuis c’était suis moi je te fuis et vice versa. Il me frôlait la main par moments, se tenait très proche de moi et puis envoyait plein de signaux contradictoires en y mettant de la distance puis il revenait me chercher et jaccourais évidemment. Puis j’en ai eu marre car la situation n’était plus vivable pour moi, ni gérable. J’avais du mal à assurer mes perms avec lui. Je savais que je ne tromperai pas mon mari depuis des mois mais j’étais violemment attirée par lui et je ne savais pas comment me sortir de ce schema de dépendance affective et il adoptait toujours une attitude de fuite.
    Je voulais lui reparler de la situation directement mais je n’y arrivais pas. Alors je lui ai envoyé un mail il y a 10 jours pour lui dire ce que je ressentais, comment j’avais vécu ce moment là. Il m’a répondu, i a nié avoir tout sentiment pour moi et en plus qu’il était loin de penser que j’avais eu des sentiments pour lui. Il a dit qu’il souhaitait garder son bonheur avec ses enfants et sa compagne et qu’il comprenait ce que je ressentais mais que je devais préserver ma famille. Je lui ai répondu que j’avais déjà fait mon choix et mais que j’avais besoin de lui dire car ça me bouffait ma vie et je voulais repartir sur des bases plus transparentes.
    Ce qui m’a fait le plus mal, c’est qu’il ait nié tte attirance, j’aurai préféré qu’il assume sa part de responsabilité dans l’histoire. Je me sens seule à « porter  » ça. Pour le moment j’ai arrêté les perms car j’ai besoin de voir plus clair et parce que j’ai un peu de mal à digérer pour être honnête même si je sais que j’ai fait le bon choix. Je suis soulagée de l’avoir dit, je me sens plus sereine aussi et ça fait du bien !

    J'aime

    1. :O quel manque de courage de sa part!! Le lâche! C’est facile une fois que tu as brisé la glace de répondre « non non je vois pas de quoi tu parles »
      C’est humain d’être attiré.e par une autre personne que celle avec qui on est en couple…
      En tout cas bravo pour lui avoir envoyé ce mail, ça n’a pas dû être facile! Je te souhaite la paix et la tranquillité d’esprit ! 🙂

      J'aime

  4. Je te trouve extrêmement sévère avec toi-même, il est responsable de t’avoir proposé une « nuit d’amour » alors qu’il était marié et que sa femme était enceinte, toi tu étais célibataire et vulnérable et sans doute très romantique. On a besoin de fantasmer, parfois ça fait beaucoup de mal mais ça reste profondément humain. Heureusement qu’il ne s’est rien passé, tu as eu de la chance !

    J'aime

  5. Je pense aussi qu’il est en tort car c’est lui qui était dans une relation. Toi tu n’as trompé personne.
    Et tu n’es même pas à l’initiative de la relation !
    Ton errance est un manque de jugement assez normal quand on est jeune et sans expérience.
    Tu peux te pardonner !

    J'aime

  6. Comme on peut être dure avec soi-même ! Je n’ai jamais vécu d’histoire comme ça, j’ai toujours farouchement repoussé les mecs pris (trop d’histoires de tromperies dans ma famille !) mais par contre, j’ai toujours considéré qu’on a le droit à nos fantasmes qu’on soit en couple ou célibataire. Finalement, dans ton cas, ton seul « tort » c’est d’avoir imaginé que ça pouvait être possible et lui de son côté avait un fantasme pour toi mais n’a jamais réellement voulu l’assouvir. C’était biaisé par le fait que visiblement il n’était pas très heureux dans son couple (ah oui, je pars aussi du principe que c’est parce que quelque chose ne va pas dans ton couple que tu ouvres la porte et/ou franchis le pas avec quelqu’un d’autre…)
    Je pense que vous étiez honnêtes, l’un et l’autre dans vos positions. Parler de cette histoire a dû te faire beaucoup de bien et tu as sans doute mieux compris ce qui a pu se jouer pour toi à l’époque.

    J'aime

  7. Je trouve que cet homme a un comportement au mieux de manipulateur, au pire de pervers narcissique. Avec un comportement pareil, c’est assez normal que tu ne t’explique pas cette période de ta vie. Ce genre de personne entretient un grand flou et l’instaure progressivement (de sorte qu’on ne s’aperçoive de rien). Ils donnent l’impression que l’on s’est mis soi-même dans son propre malheur, seul.e, mais c’est faux.

    J'aime

    1. Je suis d’accord, pour avoir croisé la route de l’un deux, je n’ai rien vu venir, même la relation je ne l’avais pas souhaité (j’ai simplement pas dit non… j’étais jeune et je me protégeais pas du tout…) et tout ce qui allait de travers était de ma faute. J’ai mis vraiment longtemps à m’en rendre compte ! Heureusement que tout ça est fini depuis longtemps mais j’en garde des « réflexes de survie » (je ne supporte pas qu’on me dise quoi faire, ou même qu’on me donne des conseils, je ne veux plus vivre avec quelqu’un, je suis très indépendante…)
      C’est dur de pas se faire avoir quand on est influençable et qu’on cherche justement à être rassuré.e !

      J'aime

  8. Je fais partie de la team « ce n’est pas toi qui es mariée, c’est lui ». C’est lui qui a fait une sortie de piste, c’est lui qui a plus ou moints trompé une femme enceinte, c’est lui, pas toi ! Et franchement je pense qu’à part du temps, tu n’as certainement rien perdu. Je n’irai pas jusqu’à dire infidèle un jour, infidèle toujours. Mais si il fait une fois, il a sans doute plus de chances de le refaire plus tard.

    Je n’adhère pas à cette théorie qui ferait de l’impulsivité des hommes une vertu (les pauvres ils pensent avec leurs couilles). Je vois ça comme une façon détournée de faire peser toute la responsabilité sur les femmes, et franchement ça m’énerve ! Quand les hommes font leur voeux de fidélité, il n’y a pas d’astérisque qui dit « seulement si personne ne veut de moi ». Bizarrement quand c’est la femme qui trompe, personne ne va voir qui a dragué qui…

    Bref, soit indulgente avec toi même, et soyons indulgentes les unes envers les autres 😉

    J'aime

  9. LE PLUS IMPORTANT C EST PAS L ERREUR MAIS C EST DE LA COMPRENDRE ET D EN TIRER UNE LECON . NOUS NE SOMMES PERSONNES POUR TE JUGER. JE PENSE QUE CE MR EST BIEN PLUS RESPONSABLE QUE TOI DE CETTE HISTOIRE. PARDONNE TOI ET AVANCE

    J'aime

  10. Comme les autres, je pense que tu te juge bien sévèrement. Quand à ce monsieur, ce n’est peut-être pas non plus la peine de le déclarer coupable de tout. Si sa relation de couple n’allait pas bien, il ne me parait pas surprenant qu’il ait été sensible à l’intérêt que tu lui portais, tout en se sentant coupable d’être attiré par toi, ce qui peut fort bien expliquer l’alternance « je te cherche – je te fuis ». Cela me parait humain, même si je comprends tout à fait que cela t’ai fait souffrir (et probablement que lui aussi a souffert, et peut-être qu’il s’est aussi en partie voilé la face pour ne pas trop se sentir coupable, bref, on ne sait pas ce qui s’est passé dans sa tête). Je pense que l’important, c’est que cela soit du passé, et que ça t’ait apprit quelque chose.

    J'aime

  11. Je voulais vous remercier pour tous vos commentaires qui m’ont énormément touchée, je vous réponds collectivement car vos messages vont sensiblement dans le même sens. Cette histoire s’est passée il y a plusieurs années et c’est avec beaucoup de recul que j’ai pu écrire cet article. J’étais arrivée à la même conclusion que certaines d’entre vous, qu’il y a eu de son côté beaucoup de manipulation et c’était très injuste de sa part de me faire porter le chapeau. C’est un comportement qu’ont certains hommes, je suppose que c’est plus simple de se dire que c’est la faute de quelqu’un d’autre que de se remettre en question et se dire qu’on a été capable de tromper sa femme. J’utilise le mot tromper même si physiquement il ne s’est rien passé car pour moi les échanges qu’on a eus étaient de la tromperie. Après, je suis d’accord avec Croco, ça reste un humain avec ses propres émotions qui l’ont dépassé. Pour ma part, je suis largement passée à autre chose depuis, mais malgré tout cette histoire m’a beaucoup appris sur mes valeurs, je sais que ça peut être très fragile, et qu’on peut « facilement » arriver à des choses totalement contraires à ce qu’on est ou pense être, d’où le ton coupable de l’article que vous avez toutes noté.
    Pour Emeline, je comprends très bien ta situation et ce que tu ressens, malgré tout beaucoup d’hommes manquent de courage dans certaines situations, en tout cas je pense que ton ressenti était réel et que tu as eu raison de lui en parler. J’espère que tout ira bien pour toi

    J'aime

    1. Merci beaucoup Coralie ! C’est tout un cheminement à faire… Même si ça peut prendre du temps, c’est bien que tu aies pu passé à autre chose et quand tu vois les commentaires qui se rejoignent, cela ne peut que te conforter que tu es « dans le vrai » et c’est plutôt rassurant plutôt que de s’incomber à soi même toute la responsabilité : ) Effectivement les hommes peuvent être lâches et comme tu dis sont « dépassés par leurs émotions « . Ils ne savent peut être pas simplement les gérer, ni les exprimer de la même manière que nous… On ne nous apprend pas à gérer nos émotions, encore moins pour un homme car ça ne fait pas « viril ».
      Je réécris la situation que j’ai vécue de manière la plus objective pour prendre du recul, pour analyser ce qui a pu se jouer à ce moment là… Quant à cet homme pour qui j’ai eu une attirance, je pense que c’était sa stratégie pour se protéger de nier et à travers mon ressenti, cela l’a obligé à se positionner. Je pense que ça va aller, je m’arme juste pour le cas où on se voit par hasard( on habite dans un petit bourg)… Et je pense que je vais aller voir une psy pour déposer ma parole et tous les affects que ça a pu engendrer autour de cette situation complexe.
      Je te souhaite un bel épanouissement dans ta vie amoureuse, de couple et de belles choses pour ta vie !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s