Chapitre 5 : la clinique

Chapitre 5 : la clinique

Laurent se tourna vers Joe avec un rictus et lui dit :

– On ne vous a jamais appris à vous mêler de vos affaires ? 
– Comment ça ? fit Joe, surprise.

 « Comment ça, comment ça, comment ça » répéta-t-il à tue-tête, en ajoutant : « J’aurai préféré que vous vous mêliez de vos affaires. Ma mère a disparu, la librairie est à moi. Son assurance vie m’a grassement dédommagé suite au classement sans suite du dossier et, surtout, nous sommes près de découvrir le remède contre Alzheimer… Et vous, vous arrivez la bouche en cœur et vous essayez de détruire ce que j’ai mis des années à construire ? »

– Mais… c’est vous qui avez planifié la disparition de votre mère ? dit Joe en manquant de s’étouffer.
– Planifié, planifié… les grands mots tout de suite. Ma mère, comme ma grand-mère, souffre d’Alzheimer précoce. Ma grand-mère était forte et digne et a préféré se suicider dès les premiers signes. On a réussi, pour son honneur, à faire passer ça pour une disparition. Elle ne voulait peser sur personne, dépendre de personne. Ma mère pensait pouvoir profiter encore quelques années de sa vie avant de la voir balayer par Alzheimer. Quelle idiotie ! C’était ça sa solution, me condamner, moi, à être son aidant ad vitam æternam. Ma mère n’a toujours pensé qu’à elle, par elle et pour elle. Elle se fichait bien de ruiner mes rêves de carrière. Moi je voulais être célèbre, je commençais tout juste à me faire un nom, j’aurai été le nouveau Corbusier. Hélas il a fallu rappliquer ici, comme un gentil toutou pour s’occuper de « Maman ». L’aider à planifier sa vie, pendant que le mienne me filait sous les doigts. L’aider à dilapider mon futur héritage pendant que moi, sans travail et sans perspective de percer un jour, je devais lui quémander le moindre sou pour mes besoins personnels. Et bien non ! Elle voulait que je l’aide ? C’est elle qui allait m’aider en me servant de cobaye ! Certains labo sont prêts à payer des fortunes quelques essais cliniques grandeur nature. « Qui est ce monstre pour faire subir cela à sa mère ? » me direz-vous. Le monstre, il était très bien là où il était avant de vous voir fourrer votre nez dans ce qui ne vous concerne pas.

– Et le couple qui vit actuellement avec Méline, demanda Joe ?
– Méline est morte depuis longtemps. Il s’agit de Marie, ma mère. C’est mon frère et sa femme. Le destin fait bien les choses : ils sont biochimistes. Ils m’ont aidé à mettre en place la disparition de notre mère, ils m’aident dans la recherche de nouveaux cobayes (c’est fou comme ils meurent vite. En fait, on peut dire qu’on ne fait que les emprunter aux maisons de retraite de la région). On a acheté cette vieille bâtisse désaffectée pour presque rien. Ils font les expériences. Je fais le guet grâce à ma librairie. On partage les profits.

Dans l’entrebâillement de la cuisine, Joe aperçut l’homme qui les avait chassées de la propriété. Se dire qu’ils étaient de mèche, lui faisait trembler les jambes et tourner la tête. La peur, ce n’était pas un truc courant pour Joe, ça pouvait lui arriver, mais là, c’était bien plus que ce qu’elle avait pu ressentir auparavant. Elle était tout simplement tétanisée. Ses jambes qui se défilaient sous elle, son envie de hurler, crier, pleurer tout à la fois. « Quelle idiote se répétait-elle en effet, Mina avait mille fois raison, cette histoire ne nous concernait pas, on aurait dû aller voir la police. » Mina… elle se demandait où elle pouvait être, ce qui lui arrivait. Sa seule crainte était qu’il lui soit arrivé quelque chose par sa faute.

Juste derrière l’homme se tenait son épouse : « Laurent, lança-t-elle, je n’ai pas signé pour ça, elle est beaucoup trop jeune. Les vieux ok, gérer ces deux fouines, ce sera sans moi. »

– Tais toi, objecta son mari. Au contraire, de nouveaux tests seront très instructifs. On découvrira peut-être de nouveaux usages pour la Mélinite…

La femme recula, portant sa tête entre ses mains. Elle sortit de la pièce.

A ce même moment, la sonnette de la porte d’entrée retentit.

« Police, ouvrez » tonnât-on à la porte, mais personne ne répondit. « Je sais que vous êtes à l’intérieur » ajouta la voix, je ne bougerai pas d’ici.

« Mina » hurla Joe, avant de recevoir un coup d’une violence extrême sur l’arrière du crâne. Elle se sentit faiblir. Joe ferma les yeux.

 Quand elle les rouvrit, son regard croisa celui de Mina, assise à côté d’elle et lui tenant la main dans l’ambulance.

– Oh ma Joe, comment te sens-tu ? Ne bouge surtout pas ok ? On t’emmène à l’hôpital.
– Ne bouge pas, il semble que ce soit le thème de la soirée, lui répondit Joe qui ne perdait jamais son humour.
– Je n’aurai jamais dû te laisser seule avec lui Joe, je suis tellement navrée. Ne parle plus, repose-toi.

Et pourtant Joe avait plein de choses à dire, à raconter, des questions qui lui brûlaient les lèvres mais elle se sentait partir et ne résista pas. 

C’est un bip régulier qui sortit Joe de sa torpeur. Elle ouvrit les yeux et vit Mina assoupie dans un fauteuil. Joe tenta de trouver un indicateur de l’heure qu’il était. Elle s’imaginait être en plein milieu d’après-midi, mais avait juste besoin de ce repère avant de repenser à tous les événements de la veille. Elle tenta de se redresser mais sa tête était terriblement lourde et douloureuse. Comme si Mina l’avait senti bouger, elle se réveilla en sursaut : « Halte Sherlock Holmes ! Pour une fois tu m’écoutes et tu ne bouges pas ».

– Quelle heure est-il ? demanda Joe à Mina.
– 16h bientôt, je vais aller te chercher l’infirmière.
– Attends, avant dis-moi qu’ils ont mis la main sur Laurent et sa clique ?
– Laurent et le couple ont fui le temps que l’on réussisse à entrer dans la maison, on a juste… hésita-t-elle. On a uniquement retrouvé une dizaine de personnes âgées dans un état déplorable. Ils étaient enfermés dans des cellules !
– Oh non, il faut aller tout de suite au commissariat. Laurent et son frère vont sévir ailleurs. Ils sont persuadés de pouvoir trouver le remède contre Alzheimer. Ils vont recommencer.
– Stop Joe, toi tu en as assez fait, et tu as eu beaucoup de chances de t’en tirer. Les journaux locaux te surnomment déjà Miss Marple. Tu en as fait beaucoup, mais honnêtement tout ceci n’est plus de notre ressort. Ces hommes sont dangereux. Je vais passer un coup de fil à l’inspectrice et la prévenir que tu es réveillée.

Joe était frustrée, ce n’était pas son habitude de ne pas aller au bout des choses, mais elle devait aussi penser à sa propre famille qui allait bondir en entendant le récit de leurs aventures. Elle était passée très près de la mort, elle avait été terrifiée et elle l’était encore un peu.

Cette fois-ci, Joe décida de s’en remettre à Mina. Elle répondit aux questions des inspecteurs. Le lendemain, après accord du médecin de l’hôpital, Joe put sortir. Elle prépara avec Mina, leur retour à la maison. Elles espéraient se reposer enfin un peu, profiter de leurs familles et oublier cette histoire.

Mais vous connaissez Joe, elle continua de suivre de loin l’enquête, elle n’arrivait pas à comprendre comment Laurent et son frère avaient pu en arriver là. Elle avait besoin de réponses mais elle avait promis à Mina et à sa famille de ne plus s’en mêler. Alors elle rongea son frein. Peut-être qu’un jour…

crédit photo : Unsplash

11 commentaires sur “Chapitre 5 : la clinique

  1. Merci pour cette histoire ! J’ai beaucoup aimé ! Et bravo, vous êtes très fortes ! Pouvez-vous nous redire quelles sont les chroniqueuses derrière pour qu’on essaye de deviner qui a écrit ?

    J'aime

    1. Petite curieuse ! 😀
      Alors, dans le désordre, les autrices étaient : Maxine, Léopoldine, Pétronille, Mae, Argentine, Marguerite, Chaperon Rouge, Lys, Rigel et moi
      A toi de retrouver qui a écrit chaque partie mais ça me semble très difficile à réaliser.

      J'aime

      1. Ah oui ça fait plus d’une chroniqueuse par « chapitre » ! Effectivement ça va être difficile de savoir qui a écrit quoi !
        Quoi qu’il y a certains passages qui me rappellent certaines plumes 😉

        J'aime

  2. Je m’étais gardé la surprise pour la fin, bravo les filles !! Vous avez hyper bien géré la conclusion, j’aime beaucoup ce revirement, et toutes ces explications qui aboutissent en 1 chapitre étaient très inattendues ! Toujours un plaisir d’écrire avec vous ❤

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s