Ode aux toilettes sèches

Ode aux toilettes sèches

Non rassure-toi, Noël n’est pas encore passé, ni les vacances de février. Nous sommes bien en automne et ce n’est pas un article du premier avril !

Oui, aujourd’hui je vais te parler des toilettes sèches. Je ne vais pas en écrire un poème qui les glorifie, mais je vais te raconter mon expérience et t’expliquer notre choix. Parce que oui, nous avons des toilettes sèches dans notre nouvelle maison.

Faire des travaux sans toilettes ?

Si tu es un.e habitué.e du blog, tu as déjà pu lire les articles sur l’achat de notre maison et du choix de la rénovation plutôt que du neuf. Mais qui dit rénovation, dit travaux et dit aussi : tout casser !! Mais comment fait-on quand il faut ôter les toilettes et refaire tous les circuits d’arrivée et d’évacuation d’eau ?

ode aux toilettes sèches
Crédit photo : Vadim Artyukhin

Quand nous avions acheté la maison, nous savions, vu sa vétusté, qu’il nous serait nécessaire de refaire entièrement l’électricité et entièrement les canalisations. Il y avait de vieux tuyaux en fer rouillés, sales à l’intérieur… Argh. De plus, les deux toilettes étaient dans des emplacements que nous devions complètement refaire. La salle de bain du bas où nous avons rehaussé le plafond et le plancher, et les toilettes du haut qui sont devenus le point d’accès à la nouvelle salle d’eau. Le choix d’installer des toilettes sèches était inévitable. Aucun de nous deux ne se voyait faire des journées entières sur le chantier sans le confort de WC. Qui plus est, le début des travaux ayant été en période estivale, nous buvions beaucoup d’eau, et qui dit « hydratation » dit « pipi » !

Pourquoi des toilettes sèches ?

Il y a effectivement l’aspect pratique lors des travaux mais pas seulement. Nous avions quand même réfléchi aux toilettes sèches dans l’ensemble de la maison comme une alternative aux WC habituels afin d’économiser de l’eau. Certes nous ne sommes pas des écolos parfaits qui vivent en zéro D et ont leur basse cour dans le jardin tout en étant vegan (je m’excuse si au passage je blesse des écolos extrémistes, je blague 😉 ), mais la préservation de l’environnement a quand même beaucoup d’importance pour nous (et nous rêvons quand même d’une basse cour).

Bref, nous souhaitions en installer pour des raisons écologiques. Nous nous étions renseignés, mais finalement, nous estimions que c’était une trop grande contrainte. Il faut toujours avoir de la sciure sous la main, descendre les seaux remplis pour la salle d’eau de l’étage et ensuite tout emmener sans renverser jusqu’au compost – qui est loin. Les solutions alternatives – WC mécaniques séparant l’urine des selles avec cuve – existent, mais il faut de l’espace. Nous ne pouvions pas creuser pour enterrer la cuve. Enfin, nous avons quand même besoin de ce confort de toilettes classiques.

Alors nous avons décidé de créer des toilettes sèches au bout de la terrasse, à l’extérieur, dans le petit cabanon qui devait servir à ranger le matériel de jardinage. Nous aurions des toilettes sèches utilisables pour les travaux et que nous pourrions garder après pour les journées d’été où nous serions dans le jardin et que nous aurions la flemme de retourner jusqu’au toilettes à l’intérieur. L’autre avantage : en étant déjà dehors, nous sommes plus près du compost.

ode aux toilettes sèches
Crédit photo : Marcus Ganahl

La création : upcycling

J’ai préféré me faciliter le travail. Je suis une adepte du : facilite-toi la vie, hack des trucs ! J’ai donc récupéré un vieux meuble de télé ou buffet, qui trainait dans le fond du cabanon numéro 2 (oui il y en a plein). La hauteur me semblait bien : ni trop haute ni trop basse. Il était facile de s’asseoir dessus.

Je l’ai découpé de façon à avoir un cube avec une ouverture à l’arrière. Pour le renforcer un peu, j’ai vissé deux plaques d’osb : une sur le dessus, une sur la face avant. J’ai ensuite récupéré la vieille lunettes d’un des WC de la maison et j’ai tracé le trou central sur le dessus de mes toilettes sèches. J’ai percé pour pouvoir passer la scie sauteuse puis j’ai créé l’ouverture. Il ne me restait plus qu’à accrocher la lunette.

Par la suite je suis partie à la recherche d’un grand seau à glisser dedans, et de la sciure de bois. Et voilà !

toilettes seches
Crédit photo : photo personnelle

J’aime beaucoup nos toilettes sèches. Certes ce n’est pas le confort de toilettes humides, mais elles sont pratiques et cela nous fait un lieu pour se soulager quand on est au jardin ou lors des travaux. Depuis que nous avons fini la salle d’eau du haut, nous continuons régulièrement d’utiliser les toilettes sèches afin d’économiser l’eau, et de nourrir le compost (non ça, c’est pas une obligation ha ha). Comme il ne fait pas encore trop froid et comme notre cuisine n’est pas finie, nous prenons les repas dans la véranda, à côté de la cuisine des travaux (l’ancienne cuisine ôtée puis réinstallée dans une sorte de cave). Le matin, quand je me lève, je vais donc lancer la machine à café puis prendre l’air et me soulager aux toilettes extérieures. Je trouve que cela réveille bien, et le calme du jardin au petit jour est tellement agréable !

Oh j’oubliais : tu t’inquiètes des odeurs ? La sciure, un petit pot versé dessus, absorbe très bien les odeurs. Franchement, pour avoir testé deux étés avec, il n’y a pas de soucis tant qu’on suit une règle simple : mettre la bonne quantité de sciure. De même j’ai pu faire le Hellfest qui avait des toilettes sèches, et bien c’est bien plus propre et moins odorant que les toilettes chimiques que j’ai pu voir sur d’autres festivals. C’est quasiment aussi confort que les toilettes classiques. La seule contrainte à mes yeux – mais finalement ce n’est pas tous les jours – c’est de vider le seau.

15 commentaires sur “Ode aux toilettes sèches

  1. Je valide totalement les toilettes sèches et s’il y a bien un grand problème en France c’est bien ça ! J’ai visité de nombreux pays ou l’eau potable (voir l’eau tout court) est un problème, notamment en Australie, et où la pupart des toilettes publiques (aires d’autoroutes…) sont des toilettes sèches. Et je trouve ça tellement pratique et pas plus dégueu que des toilettes normales mal nettoyées, que je regrette que ça ne se démocratise pas plus en France.

    J’aime

  2. Les toilettes sèches sont validées ici aussi ! C’est une des premières actions que nous avons faites en emménageant dans notre maison, il y a un peu plus de 4 ans maintenant. Les nôtres sont vraiment sommaires, une planche avec un trou et des lunettes de toilettes dessus. En refaisant la pièce on va les améliorer pour qu’ils soient un peu plus esthétiques et pratiques.
    Nous utilisons des copeaux de bois à la place de la sciure, cela nous permet d’être autonomes sur la fourniture des matières. Lors des élagages de nos arbres on fait des copeaux et on les stocke pour utilisation dans les WC, puis go au compost.
    Vider les toilettes est une contrainte, mais au final elle s’intègre assez facilement dans la routine « ménage ». Puis ca permet d’aller prendre l’air.
    En terme d’odeur et d’hygiène, je comprends les réticences mais en mettant la bonne quantité de sciure ou de copeaux ca ne sent pas plus que des toilettes classiques.
    Merci pour ton retour d’expérience.

    J’aime

    1. Du coup vous n’avez que des toilettes sèches alors ? Bravo ! Nous nous utilisons les deux. Mais c’est vrai que durant la première phase des travaux on ne pouvait avoir que les sèches.
      Pareil pour l’odeur, peu de soucis. Comme pour madame Vélo, les couches puent bien plus que les toilettes sèches !

      J’aime

      1. Oui nous n’avons que des toilettes sèches. C’était la logique que nous voulions suivre en emménageant à la campagne. Nous voulions limiter au maximum notre impact sur l’environnement, que ce soit dans notre manière de vivre, de consommer, de faire nos travaux.
        Bon on est en cours et en progrès sur beaucoup de choses, mais les toilettes sèches sont notre contribution « facile » 😂

        J’aime

        1. On aimerait aussi réduire certaines choses, notamment les déchets, les emballages etc. Mais j’avoue qu’avec les travaux et les enfants en bas âge on a lâché du lest sur tout cela. Donc les toilettes sèches c’était aussi une solution de facilité 😅. Mais on a aussi beaucoup réfléchi pour les matériaux, l’impact écologique de la rénovation, de ce côté là on est pas mal.

          J’aime

  3. J’ai aussi testé en festival et c’est clairement plus agréable que les toilettes chimiques ! Par contre je me pose la question : vous faites quoi de votre compost ensuite? Vous le laissez juste s’accumuler sans jamais l’utiliser ? Parce que je crois que c’est nocif de réutiliser ça sur des cultures à destination humaine (night soil en anglais)

    J’aime

    1. En trop grande quantité ce n’est pas bon effectivement mais en faible quantité ça va. C’est donc mélangé avec les restes alimentaires et de jardinage donc ça n’en fait pas trop. Après on a aussi un super grand jardin et des auxiliaires au taquet pour la décomposition.

      J’aime

    2. Idem que Lys. En quantité raisonnable et en le laissant bien décomposer, pas de souci. Après lecture et vérification en tout genre. Après on a un grand jardin, donc on l’utilise aussi pour les plantations hors potager.

      J’aime

  4. J’adore ! Et figure toi que nous avons aussi des toilettes sèches chez nous, dans la salle de bain du haut. Ce sont des toilettes « d’appoint » (=quasi que la petite commission) du coup. On s’approvisionne en sciure chez une scierie locale qui vend des énormes sacs à 7€, ça nous dure 7 mois environs. Et les toilettes ont été fabriquées avec les éléments d’un bureau que nous avions récupéré d’un pote qui l’avait lui même récupéré d’un pote 🤣 bref, les planches ont une vie bien remplie !! Et je confirme : ce qui pue dans notre salle de bain ce ne sont pas les toilettes mais la poubelle avec les couches dedans !
    On a longuement hésité à en mettre dans notre nouvelle maison, mais notre jardin n’est pas assez grand pour absorber la quantité de composte que cela génère donc tant pis. Mais on va les garder, peut-être qu’elles serviront de toilettes d’appoint au sous sol. Et on va réfléchir à un système de récupération de l’eau de la douche pour alimenter nos toilettes humides, histoire de continuer à réduire notre consommation d’eau potable.

    J’aime

    1. Oh j’adore pour les toilettes humides. J’aurais bien aimé aussi mais c’est un peu compliqué. Comme la douche est déjà installée, il faudrait défaire les évacuations pour alimenter les toilettes du bas. Si vous y arrivez un article ce serait chouette

      J’aime

  5. Oh mais que c’est génial !! On adorerait ça, mais le problème de la gestion du compost est compliqué ici aussi (le nôtre est déjà bien plein de l’alimentaire / chutes du jardin…). Et j’adore ça aussi en festival (et les enfants aussi, d’ailleurs !!) . A Paris vient d’être installé une toilette alternative « la Parisette », qui utilise l’urine pour arroser les plantes alentours 🤣

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s