Lettre aux parents de mes élèves à leur retour à l’école

Lettre aux parents de mes élèves à leur retour à l’école

Bonjour, moi c’est Angèle, je suis la professeure de ton enfant. Je l’observais, lundi dernier, devant son lavabo, à se laver scrupuleusement les mains comme on le lui a appris ces deux derniers mois, quand cette pensée s’est imposée à moi : cet enfant qui se lave les mains, c’est la prunelle de tes yeux.

Ce n’est pas la première fois que cette pensée me vient à l’esprit. J’y pense à chaque fois qu’un élève me casse les pieds (parce que, oui, ça arrive), quand je rédige les bulletins, et à chaque fois que tu me demandes un rendez-vous. Chaque enfant est unique et précieux aux yeux de ses parents. Il est de mon devoir qu’il le soit aussi à l’école. Mais là, ça m’a fait quelque chose en plus, parce que, la prunelle de tes yeux, tu as fait le choix, avec son père probablement, de nous la confier pour la journée et tous les jours à venir jusqu’à nouvel ordre. Et ce, en plein milieu d’une crise sans précédent de mémoire d’homme (et de femme).

Crédit photo : Free-Photos

Peut-être êtes-vous contraints et forcés, peut-être ne pouvez-vous pas faire autrement, peut-être que c’est votre enfant qui a demandé à y retourner, ou peut-être même que vous ne supportiez plus de l’avoir à la maison en permanence et que ça vous permet de respirer un peu, aussi. Ou de travailler à distance sans interruption. Que la décision ait été prise seul.e ou en couple, il est probable que son besoin de revenir à l’école, de reprendre des apprentissages en classe plutôt qu’à la maison ait pesé dans la balance. Si ça se trouve, c’est le besoin de vie sociale, de lien à l’autre, qui a motivé ce retour en classe. À vrai dire, toutes les raisons sont valables, tout comme les raisons des personnes qui ont fait un choix différent doivent être respectées. Mais les faits sont là, ton enfant – à toi, lectrice – est de retour à l’école.

Parce que j’ai conscience de la responsabilité que ça représente, de l’étendue de ta confiance, malgré tes doutes, de la difficulté à laquelle tu as sûrement dû faire face quand vous avez pris cette décision, il y a un certain nombre de choses que je voulais vous dire :

Je sais que tu es inquiète.

Tout le monde est inquiet. J’ai envie de te rassurer en disant que tous les personnels qui interviennent dans l’établissement ont beaucoup travaillé ces dernières semaines pour établir des protocoles stricts qui garantissent le maximum de sécurité pour ton enfant et pour tous les autres, mais je sais que ça ne t’empêchera pas de te demander si vous avez fait le bon choix.

Nous avons lu et relu le protocole, et l’avons même modifié après la première journée pour qu’il colle plus à la réalité de notre quotidien. Nous l’avons tellement lu et relu que nous le connaissons par cœur. Nous faisons de notre mieux. Malheureusement, nous ne pouvons pas garantir un risque zéro, personne ne le peut, mais tout est fait pour que ça se passe au mieux.

Je sais que ton enfant s’inquiète.

Nous vivons une situation inédite dans laquelle nous, les adultes, avons à dire aux enfants « je ne sais pas » et « je n’ai pas de réponse à t’apporter » bien trop souvent à notre goût. Parce que c’est ça, la nouvelle réalité dans laquelle nous vivons, c’est un monde où même les adultes n’ont pas toutes les réponses, et c’est sûrement déstabilisant pour les enfants. Quand ton enfant vient au collège, sache que nous mettons tout en place également pour qu’il se sente en sécurité, émotionnellement et psychologiquement. Nous prenons notre temps. Nous prenons le temps d’écouter et de parler. Ce que nous faisons habituellement, nous le faisons encore plus en ce moment.

Crédit photo : ivabalk

La prunelle de tes yeux, c’est aussi une personne importante pour moi.

Je ne sais pas comment vivent ceux qui te disent qu’il faut « dissocier enseignement et sentiments » ou qu’ils ne sont « pas là pour aimer les élèves ». Je ne les aime pas comme j’aime les personnes de ma famille, c’est sûr, mais dans ma classe chaque personne existe et est considérée pour ce qu’elle est, prise et acceptée dans sa globalité, et non pas comme une somme de connaissances ou d’ignorances sur un sujet donné. Quand ton enfant entre dans ma classe, il n’est pas un « apprenant », il est une personne à part entière qui nécessite de l’attention, du temps et des encouragements. C’est quelqu’un qui entre en relation avec moi et je ne connais aucune situation de communication où les sentiments n’entrent pas en jeu d’une façon ou d’une autre.

Ce que je veux dire par là, c’est que ton enfant est également important pour moi. Ce n’est pas simplement un élève que j’essaie de faire progresser dans une matière donnée, c’est une personne qui a des besoins particuliers. J’en ai conscience, je sais m’adapter à ces besoins, et je sais aussi trouver un équilibre entre ce que j’ai prévu de faire en cours et ce que la situation nécessite. Quand ton enfant est en classe, il est toujours et avant tout une personne importante qui reçoit attention et considération.

Je ne m’attends pas à ce qu’il ait tout travaillé avec une régularité sans faille.

Certains élèves ont eu besoin d’un rythme pré-établi et d’un emploi du temps strict pour traverser cette période. D’autres ont eu besoin de prendre soin de leur santé mentale, de temps pour s’adapter à la situation et se sentir suffisamment en sécurité pour se mettre au travail, ou alors ils ont simplement eu du mal à se concentrer à la maison et ce n’est pas grave. Malheureusement (ou heureusement), personne ne nous a fourni de manuel du parfait confiné, quand tout ça a commencé. Tu as fait ce que tu pouvais. Je sais qu’il ne peut pas y avoir d’apprentissage sans sentiment de sécurité et que les priorités étaient ailleurs.

C’est mon travail d’enseignante, de m’adapter à ce que ton enfant sait faire et de l’amener à développer de nouvelles connaissances et compétences. Si ce n’est pas fait dans le cadre strict de l’année scolaire et de son sacro-saint programme à respecter, ça sera fait plus tard, et ce n’est pas grave. Ton enfant a peut-être privilégié les mathématiques, ou la lecture, les arts ou les langues, ou encore le sport. Peut-être a-t-il travaillé les sciences, ou regardé des documentaires, peu importe. Tu as fait ce que tu pouvais, il ou elle a fait de son mieux, et c’est à mon tour de faire en sorte que ton enfant soit en bonne santé, heureux de revenir dans son établissement, et sécurisé dans ses apprentissages.

J’y travaille sans relâche depuis des années. J’ai l’habitude de m’adapter. Tu peux souffler, je suis là pour vous accompagner, votre enfant et vous, là-dedans.

19 commentaires sur “Lettre aux parents de mes élèves à leur retour à l’école

  1. Merci pour ce message doux et rassurant, qui est sans doute partagé par les enseignants animés par la même passion que toi! J’espère que celui ci saura rassurer les parents qui ont dû faire le choix de remettre leurs « tous petits » à l’école 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. L’entrée à l’école est encore bien loin pour ma toute petite bichette. Je ne suis donc pas concernée par cette rentrée si particulière. Mais ta lettre m’a tout de même rassurée et touchée dans cette période étrange ! La sérénité et la confiance qui s’en dégagent font vraiment du bien ! Merci !

    Aimé par 1 personne

  3. Ce message et très rassurant, merci. Il rejoint mon ressenti face aux institutrices de ma fille. J’ai fait le choix de la garder auprès de moi et de continuer l’école à la maison. Mais je sais qu’elles suivent de près chaque élève qu’il retourne à l’école ou non. Cela met en confiance.

    Aimé par 1 personne

  4. Merci pour ce joli message. J’espère de tout cœur que la maîtresse de ma fille voit les choses comme toi. Elle retourne à l’école lundi prochain. 3 mois a essayer de remplacer sa maîtresse pour une des années les plus importantes de sa vie. Le CP ! Le tout en conciliant télétravail et retour sur site.
    Merci de ne pas nous juger. Merci pour votre patience (vraiment !!). Et merci de prendre soin de nos enfants et bon courage à vous aussi pour cette reprise (reprise physique j’entends).

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ! Pour ma part la reprise est amorcée depuis le 11 mai et s’est plutôt bien passée vu les circonstances.
      Je suis certaine que beaucoup de professeurs partout en France et dans le monde pensent comme moi. J’espère que la continuité s’est bien passée pour ta fille, mais dans tous les cas elle doit être contente de retourner à l’école !

      Aimé par 1 personne

  5. Je ne suis pas concernée car ma fille est trop petite mais beaucoup de mes proches le sont. Je ne peux pas m’empêcher de me demander comment nous aurions réagi si ma fille avait dû retourner à l’école dans ces conditions. Elle est née en avril, donc ça s’est joué à 4 mois. Ton message est rassurant et plein de sérénité. S’il peut aider les parents à comprendre qu’il n’y a pas un bon choix ou un mauvais choix, et surtout à prendre conscience que les profs sont hyper concernés, donc impliqués, tant mieux.
    Bon courage à tous

    Aimé par 1 personne

    1. On se pose tous la question ! Moi qui n’ai pas d’enfants, je me suis aussi demandé comment j’aurais réagi et quelle décision j’aurais prise… Mais oui, on est impliqués, et on est sur le pont, et si ça pouvait apporter ne serait-ce qu’un peu de sérénité au parents ça serait chouette.

      J'aime

  6. C est très doux ce que tu écris. Personnellement je ne suis absolument pas inquiète concernant le retour à l’école de ma grande (5 ans) et au contraire, qu’est ce que j’aimerais que les équipes enseignantes soient laxistes vis à vis de l’application du protocole sanitaire entre enfants… celui ci est completement disproportionné au regard des données scientifiques dont on dispose actuellement concernant le covid chez les enfants de moins de 10 ans. Chez ceux ci , d’une part ils l’attrapent rarement (question d immunité croisée ou d absence de récepteurs pulmonaires au virus), d autre part la contagiosité entre enfants semble quasi inexistante (ils peuvent l attraper des adultes d où l intérêt que les adultes de l école soient masqués), et enfin ils ne font quasi pas de formes graves (ce qu’ on entend dans les médias concerne un nombre très petit d enfants ). Bref ces mesures protègent le gouvernement, les maires et les directeurs d école mais pour les petits sont ultra contraignantes pour pas grand chose….

    Aimé par 2 personnes

    1. Je pense effectivement qu’il y a une part de mesure préventive, « il vaut mieux prévenir que guérir », mais pas vis à vis de la maladie… Vis à vis de l’opinion publique. Je comprends tes arguments. Mais je pense aussi que vu ce qu’on vient de vivre collectivement, c’est important de montrer aux enfants que les adultes ont pensé à des protocoles et ont eu des idées pour les protéger. Au delà du débat autour de l’efficacité ou de la nécessité de ces mesures (je ne suis pas qualifiée pour donner autre chose qu’un avis non éclairé là dessus), je pense que cela vient restaurer quelque chose chez les enfants (en tout cas, chez mes ados), de voir qu’on essaie de trouver des … idées ? solutions ? alternatives ? Je ne sais pas trop comment le dire mais j’espère que tu vois l’idée générale.

      Aimé par 1 personne

  7. Mon fils est à la crèche depuis quelques temps et je dois dire que ça ne m’inquiète pas tant que ça.. Mais bon de toute manière nos obligations professionelles ne nous ont tout simplement pas laissé le choix : j’imagine qu’avoir le « choix » est plus stressant d’une certaine manière (comment être sûr d’avoir fait le bon?). Autour de moi j’entends souvent des discours plutôt similaires au commentaire d’Abeille : des parents qui ont surtout envie qu’on laisse les enfants « être des enfants » et qu’on les laisse eux reprendre leur activité économique dont ils ont crucialement besoin. Evidemment ça clache avec les parents qui eux ne se sentent pas rassurés par les mesures en place. Autour de moi chaque « camp » semble très retranché dans ses positions…

    Aimé par 1 personne

  8. Merci pour cet article plein de bon sens qui nous permet de voir l’autre côté du rideau…
    Ici PetitePerle ne devait pas rentrer avant le 2 juin. Son institutrice nous a dit qu’elle n’était pas favorable à la reprise des petites et moyennes sections en raison du protocole et notamment de la distanciation qui serait difficile à faire comprendre à des petits. Si elle avait repris, ce serait uniquement le lundi.
    Bien sûr, j’aurais préféré qu’elle reprenne pour que je puisse me dégager encore plus de temps en présentiel au travail, néanmoins, Mari Barbu et moi avons pensé que le jeu n’en valait pas la chandelle et, sur les conseils de son institutrice, nous ne l’avons pas remise à l’école.

    J'aime

  9. Merci pour cet article, je n’ai jamais douté de l’attachement des maitresses pour mes fils (même quand ils sont relous) 🤗. Aujourd’hui, ça fait 3 semaines qu’ils ont repris le chemin de l’école et je doute de plus en plus 😓, comme Abeille, le virus ne me fais(ait) pas plus peur que ça, surtout pour les enfants. J’étais dubitative et un peu excédée par le protocole sanitaire…
    Actuellement, dans la classes de mes fils, les deux/tiers des enfants ont manifesté des reactions allergiques, cutanées ou respiratoires, au cours de ces trois semaines 😣, l’asthme de mon deuxième fils a empiré … on a beau chercher, les questions se posent de plus en plus sur le protocole sanitaire, à quoi bon les protéger du virus si les produits utilisés leur bousille la santé ? 😥😔

    Aimé par 1 personne

    1. Mince, ça doit être vraiment ennuyeux pour les enfants et leurs parents. Je me demande quels produits sont utilisés pour que de telles réactions soient visibles… Dans mon établissement, les produits désinfectants sont utilisés, comme partout ailleurs, mais nous veillons aussi à aérer les salles de classe et à laisser une demi-heure d’aération entre chaque utilisation. Comme les murs ne sont pas extensibles, nous avons pris le parti de rallonger les récrés et de réaménager les emplois du temps, et ça se passe plutôt bien. Bon courage pour ton fils et son asthme.

      Aimé par 1 personne

      1. Je ne sais pas non plus quels sont les produits utilisés, l’école a commencé une démarche pour faire remonter au niveau académique et auprès des fabricants des produits utilisés par l’entreprise de nettoyage 😕

        J'aime

  10. Merci pour cet article rassurant et déculpabilisant. J’aurai souhaité voulu remettre Petit Viking à l’école mais les classes de Petite Section n’ont pas rouvert dans notre ville. Je m’étais posé toutes ces questions également et le fait de voir des articles positifs comme le tien m’avait beaucoup incité à faire confiance aux enseignants pour prendre soin de lui !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s