Echo T1 : une sacrée surprise…

Echo T1 : une sacrée surprise…

… Ou quand le ciel nous tombe sur la tête !

Avant de commencer la lecture de cet article, sache que tout va bien. Mais je tenais à cette expression, car c’est vraiment ce que nous avons ressenti à ce moment là : que le ciel nous tombait sur la tête.

Crédit photo : Andrea Piacquadio

Samedi 7 mars, nous avons rendez-vous pour la première échographie de cette troisième grossesse.

J’attends cette écho avec impatience, car j’ai l’impression que cette grossesse ne sera prise au sérieux par le corps médical qu’après en avoir eu une preuve visuelle. J’ai pourtant déjà fait un test de grossesse et une prise de sang, mais  apparemment ça ne suffit pas.

Moi-même, j’ai mis du temps à entrer dans cette grossesse. Et s’il n’y avait pas la fatigue, les nausées, et le ventre déjà bien rebondi, j’aurai du mal à y croire.

Ce rendez-vous est très important médicalement parlant. Mais aussi en terme de timing : ce samedi 7 mars je suis à priori à 12 SA + 2 et c’est la seule date de libre dans mon agenda de ministre pour la faire.

La semaine précédente, je suis en formation à l’autre bout de la France. J’ai dû retourner ciel et terre pour trouver un moyen de transport qui me permettrait d’arriver chez moi à temps pour être à l’heure au rendez-vous de l’échographie. Les enfants sont chez leurs grands-parents lorsque j’arrive le vendredi soir, et je ne les ai donc pas vus depuis 6 jours quand nous nous rendons au centre d’échographie à 8h45 le samedi matin avec mon mari.

Nous sommes son premier rendez-vous de la journée. Et cette échographie va bouleverser l’agenda chargé de l’échographiste. Elle va surtout bouleverser le reste de nos vies.

Après avoir signé tous les papiers, je m’installe sur la table d’examen. Le sage-femme pose la sonde sur mon ventre, deux secondes, puis la retire. J’ai eu le temps d’apercevoir quelque chose mais mon cerveau ne l’analyse pas.

Le sage-femme me demande si je suis bien installée.

« Oui.
– Monsieur, vous êtes bien assis ?
– Heu, oui ! »

Là, je sais qu’il y a quelque chose d’inhabituel. Le sage-femme fait une tête bizarre. J’imagine tout de suite le pire : le bébé est mort, le cœur ne bat plus.

« Il y a deux bébés. »

Crédit photo : photo personnelle
Je te présente JA à droite et JB à gauche
!

OH PUTAIN !!

MAIS COMMENT C’EST POSSIBLE ???

Je passe le reste de l’échographie à alterner entre pleurs et questionnements, entre angoisse et désespoir, entre soulagement (le bébé n’est pas mort) et horreur.

Le reste de la journée se passe en questionnements de toutes sortes et de toutes dimensions :

  • Mais comment on va faire ?
  • 4 enfants ?! Mais c’est pas possible ! On n’en voulait que trois !
  • Et la voiture ? Et la maison ? Faut tout changer !
  • Et l’accouchement ?! Comment je vais faire ? Moi qui voulais un accouchement naturel, peut-être même tenter l’accouchement à domicile !
  • Et l’allaitement ?! Comment on fait avec deux bébés ?
  • Et financièrement ?! C’était déjà à peine raisonnable d’en faire un troisième, alors là quatre, c’est foutu ! Plus aucun loisir (déjà restreints au maximum), plus aucun extra, plus rien. Même la nourriture, ça va être chaud !
  • Et le sommeil ! Déjà un bébé c’est dur, mais alors deux !
  • Et le Boda, notre vélo rallongé ?! On avait anticipé un troisième enfant, mais pas quatre !
  • Et notre tente pour partir en vacances l’été ?! Pareil, on avait anticipé pour 5 personnes, pas pour 6 !
  • Et nos amis ? Déjà là quand on débarque à 4 chez les gens, c’est compliqué. A cinq ça restreignait encore les relations mais à six, laisse tomber, plus personne ne voudra de nous chez eux !!
  • Et l’allaitement ? Et l’accouchement ? Et la grossesse ? Adieu mon suivi pépère par une sage-femme.
  • Et le vélo ? Il a dit que je devrai arrêter de faire du vélo plus tôt que prévu, à cause des risques de prématurité. Comment on va faire pour les trajets ?
  • Et la prématurité justement, je n’y connais rien mais à lire les récits des Tribulettes, ça a l’air vraiment difficile !
  • Et pour nos vacances cet été ? Comment savoir si à six mois de grossesse je serai assez en forme pour aller faire du camping ?
  • DEUX BÉBÉS !! Mais comment on fait pour s’occuper de DEUX bébés en MÊME temps ?!!
  • Et l’attachement ? Et si je n’y arrive pas ? Et s’il y en a un que je préfère ?
  • Et les risques de prématurité ?! S’ils arrivent trop tôt, ce sera pile poil au moment de la première rentrée scolaire de P’tit Matelot. Le pauvre.
  • Et pourquoi nous ? Et comment c’est possible ? Il n’y a aucun jumeaux dans nos familles respectives, absolument AUCUN !
  • On va jouer à l’Euromillion, c’est pas possible que statistiquement ce soit tombé sur nous ! Ce serait cool de gagner un million, avec quatre enfants on en aurait bien besoin.
  • Non mais des JUMEAUX quoi !!
  • Et le cododo ? mais comment on fait pour faire du cododo ? ça avait tellement sauvé mes nuits avec P’tit Matelot ! Impossible de renoncer à ça !
  • Et le portage ? Mais comment tu portes deux bébés en même temps ? Il n’y a plus aucun confort ou praticité là du coup.
  • Va falloir qu’on achète une poussette double ? Et une deuxième chaise haute ? Mais il n’y a pas de place à la maison pour tout ça !
  • Et comment continuer à s’occuper des deux « grands » avec des jumeaux ? Déjà avec un bébé ce serait dur, alors avec deux ?!
  • Et faut trouver deux prénoms ! Et deux parrains, deux marraines !
  • Et la fatigue ?!! ET LA FATIGUE ??? On va mourir de fatigue !

Bon, voilà, un petit échantillon brut de ce qui nous est passé par la tête une fois sortis du cabinet d’échographie. Il y a de tout : du futile à l’essentiel.

Il nous a fallu une bonne semaine pour nous remettre de cette nouvelle. Une fois le choc passé, vient l’acceptation : celle d’être parents de jumeaux, et celle d’être une famille nombreuse. Et on a commencé à relativiser. Il y a les problèmes matériels, pour lesquels on trouvera forcément des solutions. Et puis il y a les autres problèmes, pour lesquels on va tout faire pour se préparer, anticiper, s’organiser.

Cette surprise envoyée par le ciel, il va falloir y faire face, il va falloir survivre à la fatigue, ce sera dur, mais on en tirera une force, j’en suis sûre.

Dans les prochains mois je vais donc pouvoir te parler de suivi de grossesse gémellaire, de préparation spécifique à l’arrivée de jumeaux, de ma grossesse pas aussi tranquille qu’espéré, et puis d’accouchement de deux bébés, et de tout ce qui viendra ensuite !

18 commentaires sur “Echo T1 : une sacrée surprise…

  1. Oh la la !! Le choc en effet ! Ce doit être une nouvelle pas facile à intégrer. Tous tes questionnements, futiles ou non, je me les suis posé aussi avant la 1ère écho de ma 3e grossesse (c’était ma grosse angoisse d’avoir des jumeaux, je te comprends parfaitement).
    C’est une grossesse plus médicalisée, mais si toi ou les bébés vont bien, il n’y a pas de raison que ça n’aille pas. Il existe des associations (comme jumeaux et plus) qui aident les futurs et nouveaux parents d’enfants multiples que ce soit une aide matérielle que administrative.
    J’espère que passé le choc de la nouvelle et le premier trimestre de grossesse tu te sens mieux. Prends bien soin de toi, hâte d’en savoir un peu plus.

    J'aime

    1. Contrairement à toi, l’idée d’avoir des jumeaux un jour ne m’avait jamais effleuré l’esprit. Pour moi c’était vraiment le truc « qui n’arrive qu’aux autres » !
      Nous avons contacté l’asso Jumeaux et Plus en effet. L’asso est moins active dans notre département que dans d’autres, et avec le covid ça complique pas mal les choses.

      J'aime

  2. Pas de panique ! Moi aussi j’ai eu des jumeaux, et en première grossesse donc sans savoir ce que c’était de s’occuper d’un bébé (alors deux…). Mon amie qui a accouché un mois après moi est venue un jour me voir, avec bébé bien sûr, et son mari. Il y avait 2 adultes pour s’occuper d’un bébé et moi qui m’occupait de deux. On était à l’époque à les faire manger à la cuillère… Difficile à avaler !
    Mais, comme m’a dit une maman rencontrée au parc à l’époque « dans les moments de déprime, pensez à celles/ceux qui en ont trois ».
    Et cela ne pas empêchée de recommencer…
    Bon courage à toute la famille. Les premières années sont difficiles, mais cela passe et on profite de la fratrie le reste de la vie.

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire ! En effet, tu as dû te sentir un peu démunie, toute seule à gérer 2 enfants face à tes amis ! Je me dis effectivement que même si on aura encore plus de logistique du fait d’avoir déjà 2 aînés, on a finalement déjà un peu d’expérience 🙂
      Et en effet, on trouve toujours une situation pire que la sienne, ce qui permet de relativiser !!

      J'aime

  3. Yeah j’attendais ton article avec impatience ! A vrai dire tu nous avais déjà mis sur la piste ^^
    Quelle nouvelle bouleversante ! Je comprends que la panique soit au centre lorsqu’on ne s’y attend/prépare pas du tout. Je me réjouis de lire que cette panique a laissé place au fur et mesure à d’autres sentiments, a du bonheur. Hate de lire le suivi de grossesse, l’organisation et la préparation à la venue de tes jumeaux et finalement l’arrivée de tes petits Amours.
    Ici on se prépare à tout à chaque grossesse… je suis moi-même jumelle !

    J'aime

    1. Oui vous étiez plusieurs à avoir deviné qu’il s’agissait de jumeaux ! Pourtant j’avais essayé de ne pas trop donner de détails pour garder le suspens 😉
      Ah oui si tu es jumelle tu dois t’y attendre un peu plus !

      J'aime

  4. Oh punaise le choc. J’imagine vos têtes de stupéfaction de cette annonce. Petite question, avez-vous dans vos familles respectives des cas de jumeaux?. J’ai hâte de lire la suite de cette aventure notamment au niveau de votre organisation.

    J'aime

    1. Pas de jumeaux dans nos familles respectives, et c’est bien pour ça qu’on ne s’y attendait pas du tout ! Bon, maintenant que je suis concernée, j’ai appris depuis que le grand-père de ma grand-mère avait une soeur jumelle… Autant dire que la probabilité que ça tombe sur moi était méga faible !

      J'aime

      1. Ah oui en effet au niveau probabilité au niveau familiale ça remonte à très loin. J’ai deux copines jumelles dont les parents ont eu en plus d’elles un autre couple de faux jumeaux (fille et garçon) et d’après ce qu’elles m’avaient racontées, il n’y avait aucun cas de jumeaux dans les familles de leurs parents et pourtant ils ont fait un doubler avec les deux paires de jumeaux. Faut jouer à l’Euromillion ! (je rigole ^^). Quoiqu’il en soit, j’espère que tout va bien pour toi et tes bébés surtout en ce moment avec cette chaleur. Bon courage ^^

        J'aime

  5. Waouh, j’imagine bien l’effet que ça a dû vous faire ! Surtout quand on prévoit seulement « un petit dernier »… (Petite pensée pour mes grands-parents qui eux pensaient s’arrêter à trois… Ont eu un quatrième… Puis une cinquième et une sixième d’un coup, voilà voilà !).
    Moi je me savais plus ou moins à risque, ma mère ayant elle-même un jumeau, mais j’ai finalement eu deux grossesses uniques. J’avoue avoir connu un petit pincement au cœur (« Et si… »), car nous ne pensons pas pour le moment avoir de troisième enfant un jour. Et puis il y a ce côté très fantasmé des relations gémellaires… Mais je me serais posé les mêmes questions que toi si la vie m’avait réservé cette surprise !
    J’ai donc hâte de lire la suite de vos aventures…

    J'aime

    1. Respect pour tes grands-parents !
      Peut-être est-ce parce que je n’étais vraiment pas concernée et que je connais très peu de jumeaux, mais cette relation gémellaire particulière ne m’a jamais fait fantasmée. Alors que mon mari, lui, aurait adoré avoir un frère jumeau (pour faire encore plus de bêtises !).

      J'aime

  6. C’est rigolo parce qu’étant triplée, j’aurais adoré avoir des jumeaux ! Mais en première grossesse hein ! J’avoue que le coup du « aller un petit troisième pour la route » et avoir cette (belle) surprise à l’écho cela doit faire un sacré choc !
    En tout cas j’ai hâte que tu viennes nous raconter ton quotidien de wonder maman avec 4 enfants et des jumeaux !

    J'aime

  7. Bonjour Mme Vélo, est-ce que tu connais le blog « Quatre enfants » d’Agnès Labbé ? Elle a un parcours de maternité assez similaire, puisque son envie d’un troisième enfant a donné lieu à la naissance de jumeaux. Sur son blog, se trouvent aussi des témoignages d’autres mamans de quatre enfants. Peut-être que ces différents partages d’expérience pourront t’aider. En tous cas, je te souhaite le meilleur pour la suite,ainsi qu’à tous les tiens (et beaucoup d’aide extérieure !😉)

    J'aime

    1. Bonjour PrettyMaryk, oui on m’a parlé du blog « Qautre enfants », je l’ai déjà un peu parcouru et elle a un style rigolo je trouve. Merci pour ton soutien !

      J'aime

  8. Ben heureusement que vous avez attendu un peu pour être plus tranquille, car finalement, ça risque d’être encore sport ! Bon, moi j’ai connu presque la même configuration enfant (un aîné de 2 ans de plus et 2 petits frères de 3 ans de moins), et je peux te dire que côté fratrie, on l’a plutôt bien vécu. Après, j’avoue qu’avec 3 enfants en 4 ans, je me demande très souvent comment ma mère faisait avec 4 enfants en 5 ans, surtout que mon père était moins présent que mon mari (mais ma mère s’est arrêtée de travailler entre ma naissance et mes 8 ans).
    J’ai hâte de lire la suite de vos aventures. Dans tous les cas, j’espère pour vous que tout se passe bien, et qu’ils ne vont pas décider de naître le jour de la rentré de P’tit Matelot !

    J'aime

    1. C’est exactement ce que je me dis : qu’est ce qu’on a été bien inspiré d’attendre que P’tit Matelot rentre à l’école pour envisager un 3ème enfant !!
      C’est intéressant d’avoir ton retour en tant qu’enfant d’une fratrie similaire. Je me dis aussi que la place du milieu de P’tit Matelot sera peut-être moins difficile finalement.
      Pareil que toi, je vouais un culte à ma BM qui a eu 4 enfants en 5 ans, en me disant que quand même, ça avait dû être méga difficile et que ce n’était pas pour moi. Bah loupé, j’aurai aussi 4 enfants en 5 ans ! J’espère ne pas reproduire le schéma jusqu’au bout car ils ont eu un 5ème enfant surprise 11 ans après…
      Ils peuvent naître le jour de la rentrée, mais pas avant que j’ai eu le temps d’emmener les enfants à l’école et d’accompagner P’tit Matelot pour son 1er jour !! :p

      J'aime

      1. Bon en vrai, je pense que même s’ils naissent la nuit précédent la rentré, ce sera surement plus du stress pour ton mari et toi qu’un manque pour P’tit Matelot. Mes petits frères sont nés 2 jours avant mes 3 ans, j’ai donc fêté mon anniversaire sans ma mère, et mon frère aîné et moi parlons toujours du gâteau à deux étages préparés par mon père ! (Bon, après bien des années où ma mère ne nous croyais pas, on a fini par trouver une photo, il avait juste montés 2 gâteaux basques industriels l’un au dessus de l’autre avec un système de pique, mais ça a fait son effet !).

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s