La crise du Covid vue par une association de parents d’élèves

La crise du Covid vue par une association de parents d’élèves

Je t’en ai déjà parlé il y a quelques temps sur Dans Ma Tribu : depuis que Jolie Fleur est scolarisée, je fais partie de l’association de parents d’élèves de ma commune.

L’année dernière, j’étais secrétaire adjointe et malgré quelques dissensions internes au bureau, nous avons passé une bonne année scolaire. Plusieurs projets et manifestations ont été réalisés et nous avons fini l’année sur un bilan humain et financier assez positif. Nous étions prêts pour la nouvelle année scolaire qui se profilait et nous espérions faire encore mieux !

Mais le Covid s’est invité dans la partie et l’année a été bien différente de ce que l’on espérait. Je te raconte ?

Une première partie d’année prometteuse

Le début de l’année a très bien démarré. De nombreux parents ont adhéré à l’association, le bureau a été modifié (nous avons changé de présidente et je suis devenue secrétaire principale entre autres), de nouveaux projets ont été mis en place. On était super motivées ! (oui ées, le bureau ne compte que des femmes cette année).

Voilà ce qui était prévu pour cette année scolaire : une bourse aux jouets en novembre, un partage de galette en janvier, une fête des jeux en mars, une vente de chocolats en avril, et des ventes de gâteaux à chaque début de vacances scolaires.

En dehors de ces manifestations, l’association (ou APE) a surtout un rôle de représentants des parents auprès de l’équipe pédagogique et de la mairie. Nous participons aux conseils d’école trimestriels, nous sommes invités aux vœux du maire,… Bref, nous faisons partie intégrante de la vie de la commune.

Cette année, les quelques conflits entre parents ou entre parents et enseignants ont été réglés de façon pacifique et raisonnée. L’association devient aux yeux de tous un partenaire fiable et nous sommes vraiment fières de ce que nous construisons.

La bourse aux jouets de novembre se passe très bien (à part un petit couac de réservation du même stand par deux homonymes, oups), les enfants repartent heureux et la buvette a été un succès.

Les trois ventes de gâteaux (aux vacances d’octobre, décembre et février) sont elles aussi un succès, de nombreux parents ont confectionné des gourmandises et d’encore plus nombreux enfants les ont dévoré.

Tout ça nous permet de faire un très joli don aux deux écoles (maternelle et élémentaire) en cours d’année, ce qui est vraiment exceptionnel. Vraiment, cette année se passe parfaitement bien !

On commence à organiser les événements suivants mais….

Le Covid a stoppé net tous les projets de l’APE

Le Covid est de plus en plus présent dans les conversations et dans les médias. Les gens sont partagés entre « c’est une catastrophe » et « les médias en font trop ». L’APE, elle, n’a aucune position affichée.

Le jeudi 12 mars a lieu notre réunion mensuelle. Elle doit porter essentiellement sur deux choses : les derniers préparatifs de la fête du jeu, deux semaines plus tard, et la préparation de la vente de chocolats de Pâques en avril.

Nous savons que le Président doit parler le soir même. Nous ne savons pas trop ce qu’il va annoncer et nous avons un peu peur que la fête du jeu soit compromise. Mais nous ne nous attendions absolument pas à ce qu’il a annoncé.

Le mari de notre présidente lui téléphone pour lui relayer l’annonce d’Emmanuel Macron : les écoles ferment. Dès le lundi suivant, et pour une durée indéterminée. C’est la douche froide.

Crédit photo : Apriljilamb

La situation est donc si grave ? Si les enfants ne peuvent plus être rassemblés dans un même lieu, il faut s’aligner sur la décision du Gouvernement et annuler la journée du jeu. La décision est prise le cœur lourd. Cela devait être l’événement le plus festif de l’année…

De même, s’il n’y a pas d’école, on ne peut pas distribuer les catalogues de chocolats ni les récupérer ensuite pour les transmettre au chocolatier. Et même si on y arrivait, combien de commandes aurait-on et comment les distribuer, sans lieu où retrouver les élèves et leurs parents ? La vente des chocolats de Pâques est donc également annulée. C’est très dur à encaisser. C’est notre plus grande source de revenus de l’année.

Je n’ai jamais rédigé un compte-rendu de réunion aussi court. Il fait une page et annonce tout simplement l’annulation de ces projets suite aux annonces du Président.

Toute notre année est remise en question. Plus de projets, donc plus de dons aux écoles. Nous espérons encore que la fermeture ne durera pas trop longtemps et que nous pourrons encore organiser une ou deux ventes de gâteaux avant la fin de l’année scolaire.

Le confinement puis le protocole sanitaire ont fini d’écraser nos derniers espoirs

Deux jours plus tard, le confinement général a été annoncé. Puis il a été prolongé, sans qu’on sache vraiment jusqu’à quand. Comme tu le sais, le confinement a duré deux mois. L’APE a donc été à l’arrêt tout ce temps. Nous ne savions pas du tout si les écoles rouvriraient au cours de cette année scolaire ou non.

Fin avril, le Président a annoncé le déconfinement le 11 mai et la réouverture des écoles par la même occasion. Le ministre de l’éducation a donné des précisions sur le sujet et une ébauche de protocole sanitaire a été diffusée.

La mairie puis les écoles ont organisé des réunions afin de préparer ce retour à l’école si particulier. Les représentants de l’APE ont été conviés à toutes ces réunions, en tant que porte-paroles des parents d’élèves.

Nous avons écrit à tous les parents d’élèves pour leur demander de nous faire parvenir toutes les questions qu’ils se posaient dans cette situation inédite. Nous avons eu de très nombreux retours et nous avons transmis plusieurs pages de questions à la mairie et aux écoles. Ces questions portaient sur des sujets très divers : la cantine, l’organisation de la journée, les moyens de mettre les gestes barrières en place, les élèves considérés prioritaires,…

Étant enceinte, je n’ai pas participé à ces réunions mais j’ai relu et diffusé les comptes-rendus. La mairie comme les écoles ont essayé de répondre du mieux qu’ils pouvaient aux questions des parents et de préparer le retour à l’école. Mais, comme tout le monde, ils avançaient dans le flou et leur but était surtout de rassurer les familles tout en respectant le protocole sanitaire.

Le retour à l’école s’est finalement fait, plus ou moins à tâtons pour les enseignants comme pour les familles. Une grande partie des enfants ne sont pas retournés en classe (par manque de places, par peur des parents ou parce que le protocole n’était pas applicable en maternelle).

Ensuite, le retour à l’école pour tous a été annoncé pour le 22 juin. De nouveau, nous avons demandé aux parents s’ils avaient des questionnements pour les transmettre aux équipes enseignantes. Les écoles nous ont transmis les nouveaux protocoles, très allégés et les parents ont été rassurés. Les deux dernières semaines d’école se sont déroulées sans accroc. Les enfants ont pu dire au revoir à leurs camarades et professeurs. Cette année prenait fin de manière vraiment spéciale.

Normalement, chaque année l’association organise une dernière réunion pour présenter le bilan de l’année et clôturer les derniers projets. Cette année, cette dernière réunion a eu lieu en visio via une application smartphone et n’a rassemblé que les membres du bureau, puisqu’on ne pouvait pas se rassembler à plus de dix personnes au même endroit.

Le bilan a été à la fois positif et amer.

  • Positif en ce qui concerne la première partie de l’année scolaire : nous avions réussi tous nos projets et manifestations de septembre à mars; avons eu de bonnes relations avec les parents, enseignants et équipe municipale; avons eu une bonne dynamique au sein de l’association; n’avons pas rencontré de polémique ou souci particulier.
  • Amer en ce qui concerne la seconde partie de l’année scolaire : le Covid et le confinement ont stoppé net tous nos projets. Pas de carnaval, de fête du jeu ou de fête de fin d’année, pas de vente de chocolats. De ce fait, nous avons perdu beaucoup d’intérêt aux yeux de nombreux parents qui ne répondaient plus à nos sollicitations, n’en voyant plus l’intérêt. Mais surtout, ces manifestations annulées nous ont empêché de récolter autant d’argent que prévu et donc ne nous ont pas permis de faire un don aux écoles en fin d’année aussi important que les années précédentes.

Pour te donner un ordre d’idée, notre bilan financier (balance dépenses/recettes) a été de +20€ au lieu de +400€ l’année précédente. Le surplus sert normalement à faire un don aux écoles en début d’année suivante, ce qui ne sera donc pas possible (ou dans une moindre mesure en utilisant la trésorerie) pour commencer l’année 2020-2021.

Nous espérons maintenant avoir une année scolaire 2020-2021 plus habituelle et pouvoir à nouveau pleinement remplir nos missions auprès des parents et des écoles.

5 commentaires sur “La crise du Covid vue par une association de parents d’élèves

  1. C’est passionnant tout ça et je n’ai pas l’impression que ça existe ici, comment se crée une APE? L’école lance le projet? C’est obligatoire? Faut il un nombre d’élèves ou classe minimum pour que ce crée cette association?
    Bravo pour votre travail, vous avez tout de même bien géré et je suis sûre que de nombreux parents ont été rassurés d’avoir un moyen de faire parvenir leurs questions da s cette situation si particuliere.

    Pour les bénéfices, est ce que ceci remplacé ou complète les coop? Sais tu a quoi sert cet argent dans les écoles ensuite?

    J'aime

    1. Une APE est tout simplement une association de parents, créée par des parents, indépendamment des écoles et de la mairie.
      Ce n’est absolument pas obligatoire, il y a plein de communes qui n’en ont pas et le minimum requis est de trois personnes, pour tenir le bureau de l’association (président, secrétaire et trésorier). Ensuite tout repose sur la communication et les actions menées qui permettent de recruter des adhérents.
      Merci pour le compliment ça me touche !
      Les bénéfices de l’APE sont un bonus en plus de la coopérative qui elle est gérée par l’école. L’année dernière, nos dons ont permis par exemple à ce que l’école maternelle achète un nouvel appareil photo numérique et quelques vélos pour les enfants. Des choses qui n’auraient pas pu être achetées tout de suite sinon.

      J'aime

  2. Très intéressant ton article. Ici c’est l’APEL qui gère l’association des parents d’élèves et ils sont très actifs. Comme pour ton association, ils avaient commencés la vente des chocolats de Pâques (là-dessus ils s’y sont pris super tôt) ainsi que l’organisation d’une chasse aux œufs au sein de l’école (c’est une école qui va de la maternelle au lycée) mais malheureusement c’est tombé à l’eau pour la chasse mais par contre ceux qui avaient commandés les chocolats les ont reçus via un drive improvisé vers l’école. Ce qui est bien aussi c’est que grâce à eux on passe par le site Scoléo pour les fournitures scolaire et ça permets d’aider l’association (c’est la deuxième année que je le fais). Bref, je trouve que l’association des parents d’élève est super dynamique, ils ont même une page Facebook, c’est pour dire. J’espère vraiment pour ton association que vous allez pouvoir organiser pleins de choses car c’est clair que cette crise sanitaire a fait beaucoup de mal.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s