Tout ce qui nous sépare

Tout ce qui nous sépare

La lecture de l’article de présentation d’Elaura a confirmé ce que je savais déjà : on ne parle presque jamais de nos problèmes de couples. Rarement dans la vie privée, encore plus rarement sur internet. J’imagine qu’il y a plusieurs raisons à cela : d’abord parce qu’on a tendance à respecter davantage la vie privée d’un adulte que celle d’un très petit enfant, et puis parce que ça reste quelque chose de très compliqué à avouer. 

Pour ce qui me concerne, je crois que je n’en parle presque jamais parce que : 

  • Cela me fait honte. J’aimerais réussir ma vie de couple comme je réussis ma vie professionnelle, m’y épanouir comme je m’épanouis en tant que maman, et je n’aime pas reconnaître que ce n’est pas tout à fait le cas. 
  • J’ai peur d’inquiéter, qu’on m’imagine au bord du divorce, alors que ce n’est pas aussi grave que cela. Je n’ai jamais sérieusement pensé à me séparer de mon mari. De même que je n’ai jamais sérieusement pensé à le tromper. 

Je me lance donc, cependant.

Ma vie de couple n’est pas toujours rose, et c’est peut-être même la partie de ma vie la plus compliquée, celle avec laquelle je suis le moins à l’aise. 

Le soir après manger, en semaine, mon mari reste affalé sur le canapé pour jouer aux jeux vidéo, je monte lire, dessiner ou écrire dans la chambre. Il aime regarder des séries ou des films d’action. Je n’en ai jamais vus et aurais l’impression d’y perdre mon temps. Certains de nos centres d’intérêt sont très éloignés.

Nous n’avons pas d’amis en commun. Il est très fidèle à sa bande de potes du temps de son enfance, pour le reste, il préfère rester seul – sur le canapé donc. Je suis sociable, j’ai mille relations que je noue et dénoue au fil de ma vie, que j’entretiens ou pas. J’aime sortir et danser. 

C’est un scientifique, un matheux. Je suis une littéraire, j’aime l’Histoire.

Crédit photo : Cottonbro

Il me reproche souvent de ne pas être plus intéressée par notre vie sexuelle, de ne pas avoir assez de libido, quelque chose dans ce genre. C’est une thématique récurrente entre nous et je ne sais pas trop quoi en penser. Je considère aussi le sexe comme un élément fondamental du couple. Pourtant, passés les débuts enflammés, je crois que je pourrais me satisfaire de peu, d’une routine et d’un rythme reposants. Il attend plus d’investissement et d’exotisme.

Parfois on se dispute très fort. Je sais débattre, je pense être une bonne oratrice : j’arrive à construire une argumentation, à placer mes idées, à démonter les siennes sans hausser le ton, et je crois même pouvoir dire que j’ai le vice d’aimer ça. Il s’emporte, il s’énerve, il crie et claque les portes, et je trouve ce comportement ridicule et blessant – a fortiori si les enfants y assistent. 

Parfois il m’arrive de fantasmer sur mes collègues. J’imagine que certains aiment l’Histoire aussi, les romans peut-être, la poésie sûrement. J’écoute souvent des chansons romantiques des années 90 en rêvassant.

Je me dis que j’aurai bientôt quarante ans et que pour beaucoup de choses, c’est maintenant ou jamais. Je me dis que, si je reste avec mon mari, je ne connaîtrai plus jamais d’autre homme. Ce moment totalement fou où tout bascule, où l’on se penche pour donner et recevoir un premier baiser, où le cœur bat à cent à l’heure… 

Je me dis aussi que je ne vivrai plus jamais seule, moi qui ai tellement aimé ça : aménager mon petit appartement à mon goût uniquement, ne négocier avec personne mes horaires, mes activités, ni le contenu de mes repas. Parfois je me dis que la société à venir sera constituée uniquement de célibataires, qui feront leurs enfants seuls, que le mariage demande bien trop d’abnégation. Et je me dis que j’aurais préféré naître dans quelques décennies alors.

Il y a donc tout ça, tout ce qui nous sépare et dont je ne parle pas souvent, ou de façon très elliptique peut-être parfois. Mais il y a aussi, forcément, évidemment, tout ce qui nous rapproche. Au fond c’est une évidence qui elle, ne s’explique pas : je ne me vois pas affronter la vie seule et sans lui, j’aime l’idée que face aux épreuves, aux décisions, nous fassions front à deux. Je crois que c’est aujourd’hui le plus important dans mon couple : cette indéfectible solidarité. 

Il y a aussi la liberté qu’il me laisse, cette valeur primordiale à mes yeux : il est indépendant et solitaire, il respecte mes absences, mes silences et mes jardins secrets. 

Enfin nous ne nous disputons jamais sur l’éducation que nous donnons à nos enfants, c’est un sujet sur lequel nous sommes presque toujours d’accord, en phase, et j’imagine que c’est une grande chance, une grosse source de tensions potentielle en moins. Au delà, je veux offrir une famille à mes enfants, je crois peu aux divorces heureux. Alors je ferai toujours le maximum d’efforts pour sauver mon couple, pour eux.

J’ai toujours vu le mariage comme un défi, un pari incroyable à relever. Il me semble évident que traverser une vie à deux ne puisse pas être tous les jours une partie de plaisir : il suffit d’observer mes fils se disputer. Je serais fière d’y arriver. Mais je ne serais pas non plus anéantie si ce n’était pas le cas. 

23 commentaires sur “Tout ce qui nous sépare

  1. J’aurais pu écrire cet article. A quelques détails près sur nos personnalités. Tu as réussi à mettre les mots là où j’en suis toujours incapable.

    J'aime

    1. J ai toujours aimé te lire car je pense qu à travers les mots on « sent » les gens qui nous ressemblent mais là vraiment merci d ouvrir ce sujet tabou souvent qui me permet de me dire que d autres vivent la même chose que moi.
      La parole s est décomplexée sur la maternité mais la vie de couple restait secrète. J espère que tu ouvres la voie à d autres témoignages comme le tien. En tout cas moi je les attends.
      Belle journée

      J'aime

  2. C’est « rigolo », on a le même profil de couple, pourtant, je ne m’y retrouve pas du tout. On a plutôt opté pour le fonctionnement « je suis nulle en ça, je compte sur toi » « tu es nul là, compte sur moi » et à nous deux ça marche 😉 On respecte entièrement la liberté de l’autre, j’aime la solitude et le silence, plus que lui je pense. Du coup, il comprend mon besoin de m’isoler et je comprends son besoin de passer du temps en famille, en couple; et on se débrouille pour satisfaire les deux. En revanche, je ne le vis pas comme une abnégation, c’est plutôt le moment pour moi de rentrer dans son monde puisque, alors, c’est lui qui prend les choses en main généralement, donc je le vis surtout à travers son ressenti. Il apprécie et se marre avec notre fille, donc ça me fait un bien fou aussi 😉
    Pour le reste, je pense que c’est une phase que beaucoup de couples traversent, il y a plusieurs façon d’en sortir, à vous de trouver la vôtre quelle qu’elle soit.
    En revanche, je tique un peu sur la fin, je me permets un commentaire qui ne se veut pas du tout juge : mon père est un très mauvais mari, or, ma mère n’est restée avec lui que parce que, génération oblige, elle ne se voit pas vivre seule et puis, on sait ce que l’on quitte, on ne sait pas ce que l’on retrouve. En tant qu’enfant, je trouve ça triste pour elle et je m’inquiète de ces vieux jours où ils devront passer tout leur temps ensemble. ça me peine vraiment. Du coup, je ne suis pas sûre que ce soit un exemple à donner à un enfant. Ton message pourrait s’apparenter à « je ne suis pas heureuse dans mon couple mais je le maintiens par nécessité ». Je ne te fais pas de dessin, je suis sûre que tu lieras entre les lignes ce que ça peut avoir de dangereux. Pourtant, ce n’est pas ce que je lis au début de ton article, ça ressemble plutôt au cap de la vie où l’on doit dire adieu à sa jeunesse quelque part avec cette impression que plus rien ne pourra changer (d’ailleurs, c’est faux, tu peux encore faire plein de trucs après 40 ans 😉 😉 😉 )
    Bonne chance à vous,

    J'aime

  3. C’est toujours très interessant de lire un article honnete sur la vie de couple car ça reste en effet quelque chose dont personne ne parle généralement à coeur ouvert! Je trouve ça bien que tu sois aussi lucide sur ta propre vie aussi, ce n’est pas toujours évident!.. Après c’est vrai que j’ai un peu de mal à m’identifier car nous sommes un couple très fusionnel qui ont beaucoup de choses en commun (genre on n’aime pas forcément exactement les mêmes romans et les mêmes séries mais on aime tous les deux les romans et les séries quoi). le caractère pour moi c’est encore autre chose (social ou pas, colérique ou rationnel..), ça ça demande plutot de s’adapter à l’autre et d’apprendre son « love language » mais partager des choses au quotidien ça me parait essentiel, non?.. Je suis sure par exemple qu’il y a des séries que tu aimerais car il y en a tellement de genre et de styles différents (drame, comédie, coréennes, historiques, d’auteur reconnus..) qu’à mon avis il y a bien une pour tout le monde! Peut être qu’à l’inverse il y a d’office des romans que ton mari aimerait, peut-être dans un style différent du tiens, comme la science fiction! Courage en tout cas, j’espère que vous arriverez bien à dialoguer pour grantir ensemble. et félicitiation pour votre bonne gestion de l’éduction des enfants!

    J'aime

  4. J’adore tes articles, ton blog me manque ! J’espère que ton style « honnête et transparent » inspirera.
    Je partage ton point de vue sur le défi du mariage à conserver, cependant c’est plus facile si c’est un duel… en tous les cas : Merci 💜

    J'aime

  5. Merci pour ce partage sur votre couple qui résonne beaucoup en moi étant donnée ma situation actuelle. C’est vrai qu’on ne parle pas beaucoup de cela en général et on a tendance à supposer que tout va bien chez les autres alors que c’est souvent très différent une fois la porte fermée. Je pense qu’il y a également une pression sociétale sur le « tout réussir » que nous subissons certainement un peu plus, nous les femmes. Pour ma part, nous avons beaucoup de points communs avec mon conjoint mais ce sont nos similitudes de caractère qui nous séparent (comme quoi) : l’anxiété, la susceptibilité, l’envie que tout soit parfait… entraînent souvent des reproches de part et d’autre qui sont difficiles à accepter. Et ce qui nous rapproche se passe de mots ce qui fait que dans les moments difficiles on a du mal à s’y raccrocher puisqu’on est tous les deux très cérébraux et qu’on ne peut pas se l’exprimer. Plus généralement, je ne crois pas que les centres d’intérêt soient le ciment d’un couple. Je pense que votre vision commune de l’éducation reflète des valeurs communes et que finalement c’est ça le plus important. Et je pense aussi que c’est humain de se poser la question « et si ? », surtout quand on avance en âge mais ça ne veut pas pour autant dire qu’on est malheureux et qu’on veut tout envoyer balader !

    J'aime

  6. Ton article me parle beaucoup, j’aurais pu écrire plusieurs paragraphes car ils reflètent mon quotidien (les films d’action américains…). Avec mon mari non plus, nous n’avons pas tout à fait les mêmes passions. Si je l’ai converti à l’histoire et aux visites de musées, châteaux et églises en tout genre, la littérature reste terra incognita pour lui.
    Nos amis en commun sont les parents des amis des enfants avec qui nous sommes aussi devenus amis. En fait, ce sont les seuls amis que nous voyons régulièrement. Il est devenu papa très jeune (pour un Allemand faisant des études) et ses amis commencent tout juste à avoir des enfants. Du coup, nous sommes en décalage depuis des années. Mes amis sont en France mais nous essayons de les voir une fois par an. Il n’y a donc pas de bandes de potes, ni d’un côté, ni de l’autre
    Longtemps, notre seule cause de disputes a été ses parents… que je trouvais envahissants et qu’il trouvait juste aimants. Les tensions ont été très vives à partir de la naissance de mon premier et jusqu’au premier anniversaire de ma cadette. Mais cela s’est apaisé depuis, des deux côtés.
    Finalement, la maladie de notre petite nous a clairement soudés. Les deux premières années ont été tellement dures qu’il n’y avait pas d’autres possibilités que d’affronter tout cette souffrance unis. Nous avons beaucoup parlé des sacrifices que cela impliquait pour moi (ne pas changer de travail, ne pas pouvoir rentrer en France) et des compensations que nous pourrions mettre en place.
    La vie de couple n’est pas toujours facile en effet, des phases se succèdent, certaines plus faciles et heureuses que d’autres.

    J'aime

  7. Comme j’aime tes articles ! Ton blog me manque… En tout cas ça me fait vraiment très plaisir de te relire.
    Merci d’avoir trouvé le courage et les mots pour commencer à lever le voile.

    J’aurais pu faire le même témoignage : comme toi, je n’aurais pas de difficulté à trouver tout ce qui nous sépare. Comme toi, j’aurais plus de mal à définir ce qui nous rapproche, alors que ça fait plus de 10 ans que nous sommes ensemble aujourd’hui donc il faut quand même que ça soit fort ! 😉

    Comme toi je ne crois pas au divorce heureux.
    Et puis, si on ne s’entend plus avec son (ex) mari, comment pourrais-je lui confier les enfants 50% du temps sans aucun droit de regard sur ce qu’il en fait à ce moment là ?

    Je me demande aussi dans quelle mesure l’histoire familiale tient place dans la vision qu’on a du mariage : il me semble, d’après mes souvenirs de ton blog, que tu viens d’une famille unie, tes parents ne sont pas séparés. C’est mon cas aussi. Du coup, je connais les hauts et les bas dans le couple, les parents qui parfois se critiquent voire se disputent, mais clairement le divorce ne fait pas partie des options possibles, je n’arrive même pas à l’envisager. Il faudrait beaucoup, beaucoup d’aspects très négatifs (et en ce cas la certitude que je garderais les enfants 100% du temps) pour que je prenne cette décision.

    Pressée de te lire à nouveau !

    J'aime

  8. Merci de partager avec nous ces instants de vie qui sont souvent tabous. La vie de couple n’est pas toujours facile, on grandit, on évolue et pas toujours dans la même direction. En plus, on a chacun un bagage familiale différent, et on doit s’adapter à nos différences. Je crois aussi que la vie de couple n’est pas linéaire, qu’elle peut passer par différentes phases, elle peut être mouvementée par les épreuves de la vie, du quotidien… De notre côté, tant qu’on est 2 tout roule mais notre plus grande source de conflit est l’éducation des enfants. On est d’accord sur le papier, dans les grandes lignes, sur la théorie mais nos différences de tempéraments font qu’on ne réagit pas pareil. Je suis de nature calme, très à l’écoute, je vais beaucoup parler, être patiente tout en faisant appliquer les règles mais par le jeu, la répétition…. Mon mari va trouver que je fais trop de blabla, que je manque de fermeté, que je les materne beaucoup. Lui, est méditerranéen, plus sanguin, il est très pédagogue, attentionné avec les enfants mais très attaché aux règles, et ne supporte pas les pleurs, les cris… Du coup, on ne va pas gérer pareil ces instants et se reprocher l’un et l’autre la manière de les gérer, j’avais tendance à intervenir ce qui l’énerve. Après avec le recul, je pense qu’on est assez différents mais très complémentaire et que cela peut être bénéfique aussi pour les enfants. On essaye de toujours beaucoup communiquer, d’échanger pour voir ce que l’on peut améliorer , prendre en compte la vision de chacun et trouver une solution pour que chacun s’y retrouve et puisse s’épanouir.

    J'aime

    1. je me retrouve dans ton commentaire, chez nous aussi, on est d’accord sur les « grandes lignes » mais dans les faits je suis plutôt comme toi et mon conjoint est comme votre mari 😀 avec les mêmes reproches derrières, ce qui fait que c’est un sujet récurrent de conflits entre nous…

      J'aime

  9. Merci pour ce témoignage à coeur ouvert ❤
    Mon mari et moi sommes tous les deux matheux et plutôt incultes (on lit très peu et on participe peu aux événements culturels hors voyages). Après on n'est pas intéressés par les mêmes activités ni les mêmes "show" pour autant ! c'est un peu question de personnalité et d'habitudes aussi je crois. j'aime sortir, parler fort et danser comme toi, pour lui une bonne soirée se résume à boire des bières avec les copains sur un canapé… D'ailleurs le seul mec qui m'aie fait rêvé depuis que je suis mariée, c'était sur un dancefloor.
    J'aime débattre de tout et de rien aussi et je crois que ça l'exaspère autant.
    Je ne pense pas être au summum du couple amoureux non plus… on n'est pas fusionnels pour un sous, on ne fait pas l'amour 3 fois par semaine, et on peut s'ennuyer voire se disputer. Mais je crois qu'il existe toute un nuancier dans les couples et je crois que c'est plutôt sain de reconnaître que tout n'est pas blanc ou noir.
    J'adhère à 100% à ta conclusion : "Je serais fière d’y arriver. Mais je ne serais pas non plus anéantie si ce n’était pas le cas."

    Aimé par 2 personnes

  10. En ce qui me concerne, je suis assez pudique concernant ma vie sentimentale. Pourtant, comme tous les couples, nous traversons des tempêtes ! Etre en couple est pour moi l’une des choses les plus difficile à faire, j’aime vivre seule, j’aime que tout soit rangé comme JE le veux, j’aime mon rythme. Bref, je suis rigide. Christophe ANDRE avait dit une fois « le couple, c’est 30% d’amour, 70% d’effort », je trouve cela tellement juste et déculpabilisant. Parfois, je suis amoureuse de mon compagnon qui m’accompagne depuis des années, parfois j’ai envie de l’étriper. Mais je l’aime, et ça, c’est durable. Nous envisageons notre avenir conjugal un peu de la même manière: pourquoi pas dans 20/30/40 ans vivre séparement tout en restant ensemble, pourquoi pas avoir des aventures tout en restant ensemble. C’est mon meilleur ami, mon amant, mon confident, mon amoureux.

    A bientôt,
    Line

    J'aime

  11. Merci pour ce témoignage très vrai et décomplexant.
    Pour ma part je rejoins le commentaire de Flora. Comme on s’est rencontré au travail, je dirais que l’on a pas mal de points communs.
    Si j’aime passer du temps avec lui et lui avec moi, il y a énormément de choses sur lesquelles on ne peu pas dire que l’on soit en phase tout le temps.
    Chez nous aussi il y a souvent des reproches sur mon manque de libido, moi aussi je me contenterai volontiers d’une petite routine. Je vois bien que mes sentiments sont différents de ce qu’ils étaient avant. L’arrivée des enfants n’y est clairement pas étrangère pour autant, je sais que c’est un père merveilleux et c’est quelque chose que j’apprécie chez lui.
    Moi je crois que les relations de couple sont de toutes manières vouées à évoluer au fil du temps, que cela demande effectivement beaucoup de travail de faire durer son couple avec aucune garanties que cela suffira.

    J'aime

  12. Merci pour cet article honnête ❤ !
    Je rejoins pas mal le commentaire de Virg, nous avons des différences avec mon mari mais ça nous fait plutôt nous compléter et ne nous éloigne pas tellement. Lui aussi a fait des études de maths, moi d'histoire, on ne comprend rien au domaine de l'autre mais du coup on espère juste que notre fille soit forte en maths comme lui et en sciences humaines comme moi et pas justement le contraire xD Et on arrive quand même à trouver des séries qu'on aime regarder ensemble, sinon on en a chacun une qu'on regarde quand l'autre sort voir des amis. Fondamentalement, on se sent vraiment bien l'un avec l'autre, et on est complètement d'accord sur l'éducation aussi, ce qui n'est pas du tout négligeable dans une relation, et que je pense sincèrement que je ne trouverais jamais aussi bien ailleurs,et que 99% des hommes ne me conviennent pas (en plus je suis hyper difficile haha).

    J'ai aussi l'impression que c'est une phase que beaucoup de couples traversent vers 30-40 ans (c'est peut-être ça la crise de la quarantaine…), j'ai vu un peu de tout dans notre entourage, avec plus ou moins de pots cassés (y a même eu une fois où le pot cassé c'était moi, mais c'était il y a bien longtemps). Ça me frappe aussi quand tu parles de ce "moment où tout bascule" dans une rencontre, j'y pense parfois, mais en y réfléchissant ça me semble tellement illusoire ; c'est bien joli les commencements, mais on ne peut pas indéfiniment commencer, à moins de changer de partenaire tous les 6 mois (enfin, pourquoi pas, mais moi je sais que ça ne me conviendrait pas !), on finit toujours par en revenir à une situation où une forme de routine peut survenir. D'une part je n'en ai pas du tout envie, et d'autre part, dans mon cas, je n'ai jamais eu aucun succès, et les garçons avec qui je suis sortie avant de rencontrer mon mari m'ont traitée assez mal, sans parler du fait que rétrospectivement, on se convenait mille fois moins que mon mari et moi. Alors si je regrettais les phases de séduction et autres sensations fortes du début, je me mettrais vraiment le doigt dans l’œil, je crois, ça s'est jamais passé comme dans les films pour moi x)

    J'aime

  13. Merci pour ton témoignage, c’est toujours plus facile de lire et de commenter que de se lancer sur un sujet aussi tabou !
    Je me retrouve aussi dans ce que tu décris, mais de mon côté je considère que ce sont nos différences qui font notre force, comme dans la nature je pense que ces différences sont indispensables pour l’équilibre du couple. J’ai, et cela n’engage que moi, toujours trouvé très ennuyeux ces couples qui sont toujours sur la même longueur d’onde. Non pas que j’aime le conflit, mais les engueulades qu’on peut avoir sont saines pour se remettre en question et réfléchir à son couple.
    Donc oui, chez moi on c’est plus en mode coloc que couple car chacun fait sa vie, on ne fait pas d’activités ensemble le soir, on ne mange pas ensemble, on ne se couche pas ensemble … et pourtant malgré tout on est synchro sur le sens que l’on veut donner à nos vies, ensemble. Malgré toutes nos différences, on se comprend et on est là l’un pour l’autre quand il faut. Je l’exaspère autant qu’il me fait rire et vice-versa.
    Mon mari c’est avant tout mon meilleur ami, le pilier qui me tient debout devant les difficultés de la vie, peu importe si ce pilier est un peu tordu ou qu’il a quelques épines, notre respect et notre confiance mutuelle font que finalement on a trouvé notre équilibre et notre harmonie dans notre couple, même si beaucoup n’auraient pas pariés dessus il y a 15 ans 🙂

    J'aime

  14. Sacré témoignage ! C’est intéressant de pouvoir lire ça et également de voir tous ces commentaires.
    Je suis partie en week end entre filles il y a peu et plusieurs de mes copines ont évoqué des difficultés actuelles dans leur couple. Je trouve super important d’oser en parler car cela fait aussi prendre du recul et relativiser parfois.
    Avec mon conjoint, nous sommes en couple depuis 6 ans et demi (et 3 enfants!) et je crois que nos disputes se comptent sur les doigts d’une seule main.
    Cela tient en grande partie à nos caractères fuyant le conflit, alors soit on communique tout de suite, soit on « boude » 15 min puis on parle ou alors on lâche carrément l’affaire. Ça ne veut pas dire qu’il ne m’énerve jamais ! Mais en général, l’esprit positif revient très vite.
    Je rejoins complétement cette phrase sur l’amour mais aussi les efforts qui sont nécessaires pour qu’un couple dure dans le temps. Pour nous, les deux clés sont la communication et les compromis.

    J'aime

  15. Je vais faire écho à certains commentaires, mais à moi aussi ton blog manque ! Je trouve toujours tes articles tellement bien construits et surtout le recul que tu as et l’honnêteté de tes propos.
    Sur le sujet du couple, c’est vrai que c’est toujours un peu difficile d’en parler. Avec mon mari, nous sommes extrêmement différents de caractère (il est entier, s’emporte facilement et est très sociable alors que de mon coté je déteste le conflit et suis plutôt réservée voire timide). Chez nous, les disputes sont assez fréquentes, le ton peut parfois monter mais finalement les problèmes ne sont jamais passés sous silence et nous discutons de tout, nous nous réconcilions d’ailleurs aussi rapidement que nous nous sommes disputés. Ce qui nous rapproche c’est que nous avons confiance l’un en l’autre, je sais que je peux compter sur lui et qu’il me soutiendra quoi qu’il arrive. Mais le fait d’avoir fait les mêmes études et d’avoir de ce fait les mêmes amis nous rapproche aussi.

    J'aime

  16. Merci pour cet article ! Je suis ravie de pouvoir te lire de nouveau !!
    Avec mon mari nous avons pas mal de points communs, mais aussi des différences qui par moments nous éloignent. Avec le temps, les enfants qui nous accaparent, les soirées où chacun vaque à ses occupations, c’est parfois difficile de se retrouver en tant que couple. Je viens justement de recevoir un livre que j’ai découvert il y a peu :  » petit décodeur illustré des parents en crise ». Il semblerait qu’il apporte pas mal de pistes suivant les difficultés du couple, le tout illustré façon BD. Affaire à suivre…

    J'aime

  17. Merci pour cet article ! Mes parents sont toujours mariés et toujours très fusionnel. Ceux de mon mari sont divorcés et il en a assez souffert même s’il était presque adulte quand cela est arrivé. On essaye d’être une famille avant le couple mais cela ne veut pas dire qu’on délaisse totalement cette partie non plus. On a eu des moments difficiles pendant le confinement mais d’une certaine manière cela nous a aussi rapprochés.
    Nous ne sommes pas du tout fusionnel et nous ne partageons pas toujours les mêmes passions mais on arrive quand même à en partager quelques une et cela nous suffit à tous les deux.
    Je pense que peu importe ce qui nous éloigne ou nous rapproche, le plus important est que les deux personnes y trouvent leur compte.

    J'aime

  18. Quel plaisir de te lire à nouveau !
    Les histoires de couples, un sujet tabou, mais tellement important de partager.
    Lors d’un déjeuner entre copines, cela a été notre sujet principal de discussion.
    Chez nous beaucoup de différences, notamment au niveau de nos caractères et de notre sensibilité, mais ces différences font notre force. Si nous faisions beaucoup de choses ensemble avant les enfants, la vie fait que désormais nous avons nos activités (enfin lui plus que moi, je suis plutôt casanière et lui aime sortir). Mais nous respectons nos envies et nos besoins. Nous n’aimons pas aller au conflit et nous nous disputons très peu.
    Nous avons réussi à trouver un équilibre dans nos vies qui nous convient. Mais la vie change, alors il y aura sans doute encore des adaptations et des ajustements.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s