J’adore Noël, pas lui

J’adore Noël, pas lui

Depuis que je suis petite, Noël est ma période favorite de l’année. Ce n’est pas dû seulement à l’ouverture des cadeaux au pied du sapin, non. J’adore Noël pour son ambiance, sa signification.

Noël, c’est la période où on veut faire plaisir à tous ses proches, en leur trouvant le cadeau parfait, le repas parfait, en cherchant à passer du temps ensemble, à simplement profiter de ceux qu’on ne voit pas souvent.

Quand j’étais enfant, je fêtais Noël avec tous mes cousins, oncles et tantes chez mes grands-parents, en Alsace. C’était une grande fête joyeuse où l’on était une trentaine. Je retrouvais avec impatience et joie mes cousins que je n’avais pas vus depuis six mois. Certains faisaient de la musique, d’autres chantaient, tous souriaient ou riaient. C’était magique.

En grandissant, j’ai toujours rêvé de revivre cela, mais du côté adulte : organiser la fête, rassembler mes proches.

Finalement, je n’ai encore jamais réussi à le faire, pour plusieurs raisons :

  • Je ne vois quasiment plus mes cousins, nous avons tous grandi, pris des chemins différents, vivons loin les uns des autres et nous nous sommes perdus de vue.
  • Je n’ai que deux frères, dont un qui a tourné le dos à la famille. Mon mari a un seul frère. Mes parents et mes beaux-parents ne s’aiment pas. Forcément, les grands Noëls sont difficilement organisables dans ces conditions.
  • Mon mari n’aime pas Noël. Ou pas trop. Il n’aime pas non plus les grandes réunions avec beaucoup de monde. L’anniversaire de notre fille avec ses copains est le maximum qu’il puisse supporter.

Il n’aime pas Noël pour les mêmes raisons que moi je l’adore : il n’aime pas l’effervescence qu’il y a autour : voir tout ce monde s’agiter, ça l’agace. Il n’aime pas se sentir obligé de faire des cadeaux à date fixe et préfère en faire quand il en a envie, de façon plus spontanée. Il n’aime pas être obligé de faire un grand repas, de « faire des manières » comme il dit. Il ne voit pas où est la magie dans tout ça.

Il n’a jamais fait de grand Noël avec une famille étendue, ou seulement quand il était tout petit. Et je pense que ça participe à son non-intérêt pour cette fête. Il ne connaît pas les retrouvailles familiales à grande échelle.

Si ça ne tenait qu’à lui, je pense que Noël serait un jour quasiment normal. Mais il m’aime et il accepte de subir ma fièvre de Noël durant quelques semaines, parce qu’il voit que j’adore ça.

Crédit photo : JillWellington

Les premiers Noëls passés ensemble , avant que nous ne soyons parents, j’exigeais un sapin, même tout petit pour notre appartement. Il n’y avait pas d’autres décorations mais ça me convenait. J’achetais et emballais les cadeaux au fur et à mesure des mois de novembre et décembre et les accumulais au pied du sapin. Fin décembre, le sapin était noyé sous les cadeaux, entre ceux des parents, des frères, des grands-mères, des amis,…

Et ensuite, nous passions deux jours chez ses parents. Sa mère était la personne la plus folle de Noël que je connaisse. La maison devenait un véritable atelier du Père Noël, on ne pouvait pas poser son regard sans croiser une décoration, dans chacune des pièces de la maison. La pièce maîtresse était la table : housses de chaise, vaisselle, serviettes, décorations, petit village de Noël sur le meuble de service, tout était fait pour qu’on sache que c’était la période de Noël.

Sa mère et moi nous étions bien trouvées sur ce point. Et lui subissait, en attendant que les deux femmes de sa vie aient fini de s’exciter. J’adorais ces moments. On passait deux jours à préparer le repas : son père aux fourneaux, moi aux desserts. Et le 24 à minuit, on ouvrait les cadeaux autour de la table, un cadeau par personne, chacun son tour. Lui, faisait bonne figure pour que sa mère et moi passions une bonne soirée.

Jolie Fleur est née, elle a grandi et à partir de deux ou trois ans, elle s’est intéressée à Noël. Puis ma belle-mère est décédée d’un cancer, quand Jolie Fleur avait trois ans. Ces deux éléments ont profondément changé la vision que mon mari avait de Noël.

Noël le fait penser à sa mère, je vois ses yeux plein de nostalgie. Et, surtout, il a envie de voir sa fille s’émerveiller. Chaque année, on lui prépare un calendrier de l’Avent. On décore totalement la maison. On cache les cadeaux. On prépare le passage du Père Noël. Et il est acteur de chacun de ces moments. Pas pour lui, parce que le principe de Noël l’agace toujours autant. Pour sa fille (ses filles maintenant qu’Hirondelle est née), pour moi et pour sa mère, qui lui manque tant.

Mon mari n’aime pas Noël mais il aime voir sa famille heureuse. Et je crois que de devenir père le pousse petit à petit à apprécier cette période.

9 commentaires sur “J’adore Noël, pas lui

  1. Haha, je suis comme ton mari, se réunir à beaucoup me stresse, je n’aime pas faire des cadeaux à date fixe et les Noëls n’ont jamais été très festifs dans ma famille (d’autant moins qu’un événement traumatique nous est arrivé autour de Noël quand j’avais 5 ou 6 ans). Du coup j’essaie de faire bonne figure pour notre fille et ne surtout pas lui transmettre l’angoisse que me cause cette période de l’année, mais c’est pas facile ! Heureusement que mon mari rattrape un peu le coup, bon à 2 ans la demoiselle s’en fiche encore un peu, mais cette année on a déjà sorti les bougies de l’Avent, l’année prochaine ce sera sûrement le sapin, et moi je m’habitue doucement x)

    J'aime

  2. Je me reconnais dans les dires de ton mari et pourtant j’ai fêté Noël de façon très festive et joyeuse plus petite. J’ai connu les grandes tablées de 30 personnes et la magie qui entourait cette période. Mais en grandissant je ne vois plus que le côté fête commerciale avec une espèce de compétition de qui « aura la plus grande » avec les sapins, les calendriers de l’avent, les décos… Du coup je ne fais absolument rien. En tout cas c’est une très belle preuve d’amour de ton mari !

    J'aime

      1. Comme on habite à 800km de nos familles c’est facile 🙂 chez moi aucune déco et sinon je rentre environ une fois tous les 4 ou 5 ans le fêter dans ma famille. Cette année je suis rentrée, on était juste nous 6, ma famille, et pour une fois j’ai vraiment adorée car ça me rappelait mes Noël enfant.

        J'aime

  3. Je suis très attachée à la fête de Noël avec ses grands repas rassemblant toute la famille (après, j’avoue que le contenu de l’assiette m’importe peu, et que je suis bien contente que dans l’ensemble, les repas deviennent moins copieux). En revanche, comme ton mari, je préfère faire les cadeaux quand je trouve quelque chose qui fera plaisir, mais maintenant avec les enfants (les notre et leurs cousins), je me tiens un peu plus aux dates conventionnelles pour leur faire plaisir (car oui, ils adorent faire la distribution des cadeaux et que chacun ait son cadeau, cela dit, mon mari et moi n’échangeons jamais de cadeau à Noël par exemple).
    Noël doit être un moment difficile à vivre pour ton mari, mais c’est vraiment chouette qu’il s’implique pour ses enfants !

    J'aime

  4. Oh mais cette conclusion est vraiment adorable ! ❤
    Il n'y a pas de plus jolie preuve d'amour pour vos filles et toi, que d'essayer de vous retrouver dans la joie et l'excitation de cette période de l'année (oui oui, moi je suis fan de toute cette effervescence, comme toi ! 😉 )

    J'aime

    1. Oui, je vois bien qu’il prend sur lui et j’essaie aussi de ne pas trop l’accabler. Cette année, par exemple, je ne fais pas de bûche alors que j’adore ça, mais une simple crème renversée, parce que c’est un de ses desserts préférés.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s