Le syndrome du tourniquet

Le syndrome du tourniquet

C’était un dimanche matin, le premier de l’avent. Nous avions pris le petit-déjeuner, je changeais Hirondelle pendant que Jolie Fleur et l’Homme se préparaient pour sortir acheter le sapin. Ils chantaient Mon beau sapin en faisant les zouaves. Cette journée s’annonçait vraiment bien.

Je faisais des bisous sous les pieds de mon bébé qui gazouillait. En regardant ses petits orteils, j’ai alors vu plusieurs longs cheveux emmêlés autour de deux orteils. Ils étaient très serrés, l’un des orteils était violet. J’ai appelé mon mari, complètement paniquée. Le ton de ma voix l’a fait venir en courant.

Il a essayé de démêler les cheveux à la main, puis de les couper avec des ciseaux à ongle. Mais Hirondelle n’appréciait pas du tout, elle agitait le pied dans tous les sens, resserrant encore plus l’étreinte des cheveux. À tel point que les cheveux ont fini par entamer la peau et s’enfoncer dans la chair de l’orteil. Il y avait du sang partout, mon bébé pleurait, mon mari et moi criions, Jolie Fleur ne comprenait pas ce qui se passait et pleurait.

Je suis sortie de la chambre pour appeler les pompiers. Le « charmant » monsieur que j’ai eu au téléphone m’a bien fait comprendre que ce n’était vraiment pas assez important pour lui et m’a conseillé de « simplement tourner les cheveux dans l’autre sens pour les démêler ». Merci monsieur….

Une fois revenue dans la chambre, l’Homme m’a dit qu’il avait réussi à enlever une partie des cheveux mais qu’il y en avait encore certainement dans la plaie. Il fallait aller à l’hôpital. J’ai mis un manteau à Jolie Fleur et je l’ai emmenée chez notre voisine. Sur le chemin, elle m’a demandé en pleurs si sa sœur allait mourir. Je l’ai rassurée en lui expliquant que ce n’était pas grave, juste une petite blessure sur le pied, qu’on ne mourrait pas d’une blessure au pied mais que sa sœur étant encore bébé, on avait besoin d’un docteur pour la soigner. Au fond de moi, j’avais très peur qu’on doive lui amputer l’orteil s’il était trop endommagé.

Crédit photo : photo personnelle

L’Homme et moi avons couvert Hirondelle et l’avons mise dans la voiture. On a foncé à l’hôpital, en roulant beaucoup trop vite, on s’est garé très rapidement devant la porte des urgences et on a couru jusqu’au vigile. C’était une femme qui a pris notre température à tous les trois et nous a demandé de choisir lequel de nous deux accompagnerait le bébé à l’intérieur, Covid oblige. Mon mari m’a laissée y aller et est allé attendre dans la voiture.

Aux urgences pédiatriques, une infirmière s’est avancée vers moi, je lui ai expliqué le problème. Elle n’a pas eu l’air étonnée ou pressée et m’a installée calmement dans une salle d’observation sans même regarder le pied d’Hirondelle. Plusieurs minutes après, elle est revenue avec de quoi nettoyer et désinfecter le pied du bébé. « Ah oui quand même ! » Puis elle est repartie.

Un jeune médecin est venu, il m’a rassurée et a examiné le pied. Il m’a ensuite expliqué qu’il allait chercher du matériel pour mieux voir la blessure. Le médecin et l’infirmière sont revenus, équipés cette fois. Lui avait une sorte d’aiguille et un otoscope. Elle avait une seringue d’eau sucrée.

L’infirmière a fait couler de l’eau sucrée dans la bouche d’Hirondelle et m’a demandé de mettre mon petit doigt dans sa bouche. Elle a ainsi tété et le sucre l’a aidé à apaiser la douleur. De l’autre main, l’infirmière maintenait la jambe du bébé pendant que le médecin fouillait la plaie avec l’aiguille à la recherche d’éventuels cheveux, il utilisait l’otoscope comme une loupe.

Pendant cet examen, ils m’ont expliqué que la blessure, bien que profonde, n’était pas grave. La circulation n’avait pas été coupée, l’orteil n’était pas devenu bleu. Ils m’ont aussi expliqué que ce genre d’accident arrivait souvent, suite à la chute d’hormones de la mère, elle perd ses cheveux. Il y a plusieurs cas chaque année, ça s’appelle le syndrome du tourniquet.

Crédit photo : derRenner

Un joli nom, plutôt poétique, pour quelque chose d’aussi violent et effrayant.

Le médecin m’a fait une ordonnance et demandé de désinfecter l’orteil trois fois par jour pendant quatre jours et de ne pas couvrir le pied durant ce laps de temps. Pas de pyjama, pas de chaussette, le pied devait rester à l’air libre. L’infirmière m’a conseillé d’être prudente avec mes cheveux (pourtant je les attache tout le temps) car cela pouvait arriver sur les orteils, les doigts mais aussi les appareils génitaux (pénis et clitoris selon le sexe du bébé) !!!

J’ai rejoint l’Homme à la voiture, nous sommes rentrés et avons récupéré notre fille aînée que nous avons pu rassurer. Elle était très curieuse et voulait voir le pied de sa sœur. « Oh la pauvre, ça doit lui faire mal… » L’Homme plaisantait en disant qu’Hirondelle allait garder un orteil en forme de saucisse. Nous n’avons pas installé le sapin ce jour-là.

Une semaine plus tard, l’orteil d’Hirondelle a repris un aspect tout à fait normal. Il ne reste qu’une petite croûte, sur le point de tomber. Elle n’en gardera aucune cicatrice.

Crédit photo : photo personnelle

Le syndrome du tourniquet n’est pas une légende urbaine, ma fille en est la preuve vivante. Alors si mon témoignage peut t’éviter de vivre le même genre de frayeur, j’en serai très soulagée : pense à vérifier régulièrement les doigts et les orteils de ton bébé.

10 commentaires sur “Le syndrome du tourniquet

  1. La pauvre (et vous aussi, quel stress), je suis contente de savoir que tout est rentré dans l’ordre ❤
    Il est arrivé la même chose à la fille d'une de mes collègues, elle pleurait sans s'arrêter, ses parents ne trouvaient pas ce qui n'allait pas et l'ont emmenée chez le médecin, qui a découvert qu'elle aussi avait des cheveux enroulés autour d'un orteil. Plus de peur que de mal également, mais du coup c'est vrai qu'en cas de pleurs incompréhensibles on a souvent vérifié en premier les orteils de notre fille quand elle était bébé (surtout vu le fait que j'ai beaucoup de cheveux , et longs, on pourrait faire trois oreillers avec tout ce qu'on retrouve comme cheveux chez nous…) !

    J'aime

    1. En effet, peut être stress ont été les maîtres mots de cette journée.
      Je suis contente de savoir que la fille de votre amie n’a rien eu de grave.

      J'aime

  2. Ça nous est arrivé aussi ! Je ne pensais pas que c’était aussi courant et si je n’avais pas lu ton article, j’aurais continuer de penser qu’on était un cas unique. Heureusement pour nous, je l’ai vu très rapidement et j’ai coupé le cheveux sans qu’il y ait de plaie à vif. Mon bébé devait avoir une dizaine de jours et j’avoue que j’ai systématiquement regarder ses pieds plusieurs fois par jour jusqu’à 18 mois ! (Je regardais les mains également …)

    J'aime

    1. Comme je te comprends !
      C’est vraiment impressionnant comme situation.
      Rassure toi tu n’es pas la seule, beaucoup de parents vivent la même chose, tu n’es pas une mère négligente, c’était un accident.

      J'aime

    1. C’est vrai que c’est un accident potentiel très peu connu mais ça me semble compliqué pour les équipes de maternité de nous prévenir de tous les accidents et/ou maladies qui pourraient survenir durant la première année de notre enfant.

      J'aime

  3. C’est vraiment un article très instructif.
    Et on ne parle sans doute pas du problème assez souvent, car, bien que je sois la mère de deux enfants, je découvre ce syndrome.
    Je ne suis plus concernée, mais c’est une très bonne initiative que d’en parler.

    J'aime

    1. Merci beaucoup, ton commentaire me fait très plaisir.
      Informer sur ce syndrome était mon but premier et je suis heureuse d’avoir réussi, ne serait-ce que pour quelques personnes.

      J'aime

  4. Quelle angoisse !!!! Ma sœur l’a vécu pour sa fille. Très impressionnant. Depuis, pour moi c’est chaque soir inspection des petons. C’est vrai que ça peut arriver si facilement et qusntbkn sait les conséquences…

    Ce n’est pas du même acabit, mais je partage. Sait-on jamais: j’ai retrouvé des cheveux qui sortaient de l’anus de bébé. C’est la nounou qui m’en a parlé, plus paniquée que jamais. (Il y en avait environ 4) à cette époque mon bébé ne mettait pourtant pas forcément tout ce qui traînait par terre à la bouche. Mais j’ai commencé à flipper en me disant qu’il y avait peut-être une boule de cheveux dans l’intestin (merci internet)..mais non..j’en ai retiré 1-2 délicatement au change mais pas sorti en entier, ma fille hurlait à la mort… difficile de dire si elle avait mal ou simplement dérangée car bébé hurleur à la moindre contrariété, mais jimagine que le reste est sorti avec les selles et je n’ai plus jamais revu ça !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s