Un petit nid douillet 2/2

Un petit nid douillet – 2/2

Après un premier coup de cœur et une première déception, j’avais réussi à motiver mon yéti pour aller visiter une maison qui me faisait de l’œil sur l’Internet. La neige sur une des photos m’a fait rêver et elle me semblait avoir un beau potentiel tout en étant bien située. Nous voici donc en février 2019, un jour de pluie, gris, froid, à visiter cette (petite) maison.

un petit nid douillet 2
Crédits photo : Mohan Moolepetlu

Le gros coup de cœur :

De l’extérieur elle ne paye pas de mine. Elle a même l’air petite et une sorte d’entrée-véranda-truc-bizarre fausse un peu la perspective. Néanmoins l’emplacement est idéal depuis la rue, un peu en retrait, pas loin d’une école, pas loin du centre-ville et pas loin de la voie rapide pour aller à mon boulot.

Nous entrons. La maison est pleine de recoins, de lambris, boiseries, l’intérieur est entièrement à refaire. La salle de bain est très basse, mon yéti frôle presque le plafond de ses quelques cheveux, moi je lève juste l’avant-bras et je le touche. Il y a la cuisine puis deux pièces qui font office de salon, pièces à vivre. Les pièces ne sont pas grandes mais pas petites non plus. Nous montons à l’étage avec deux chambres dont une très grande, des toilettes bizarres, il y a aussi un petit bureau qui permet d’aller au second étage, les combles qui ont été transformés en chambre. Une maison un peu tarabiscotée, mais où l’on s’y sent bien. Elle a un côté rassurant. C’est un bon point. Le second bon point : malgré le temps très gris et sombre de ce mois de février 2019 et les pièces plutôt petites au rez-de-chaussée, la maison reste assez lumineuse.

Nous allons sur l’arrière : il y a plusieurs petites pièces qui peuvent faire office de stockage, une sorte de grande salle rajoutée avec beaucoup de tables et chaises pour accueillir du monde, et, au dessus de la chaufferie, un espace inexploité qui peut permettre de faire une ou deux pièces supplémentaires à l’étage si l’on ouvre le mur entre la partie habitation et la partie grange accolée. Du potentiel en somme mais beaucoup de travaux.

Enfin nous arrivons sur la terrasse et le jardin. Et là ce fût le coup de cœur. Nous avons adoré le terrain : grand, très grand, 22 ares d’herbe, de fleurs, d’arbres fruitiers, et un cabanon à détruire (mais c’est un petit détail). Nous n’avons pas compris que le terrain n’était pas pris en photo, c’était clairement le point fort de l’habitation. Et c’est celui-ci qui nous a fait sauter le pas et faire une offre.

un petit nid douillet 2
Crédits photos : photos personnelles

Les démarches :

Alors oui, elle nous plaisait, mais nous voulions avoir l’avis de nos proches aussi. Un avis extérieur est toujours bon à prendre. Comme pour le premier coup de cœur, nous avons demandé à nos familles de venir visiter avec nous la maison. En mars, avec un temps plus lumineux, nous faisons à nouveau le tour des lieux. Après la visite, nous sommes sûrs, nous allons faire une offre. Nous avons baissé de 5000€ le prix car les propriétaires étaient censés détruire le cabanon avec du fibrociment, nous étions prêt à le garder et le détruire plus tard en baissant le prix. Ils ont accepté, car comme ils nous l’ont dit plus tard, ils avaient déjà fait énormément de voyages à la déchetterie pour vider l’habitation.

Une fois l’offre acceptée, c’était la course car il a fallu aller voir les banques. Notre conseiller dans une des banques étaient en vacances aussi pendant 15 jours. Mais finalement, après deux refus de banques… car ils estimaient que notre situation (deux fonctionnaires) n’était pas suffisamment stable, la dernière, notre banque habituelle, a accepté. Il faut dire que c’était un montage particulier : j’étais titulaire, c’était bon pour moi ; mon yéti était titulaire mais en disponibilité donc pas de salaire de l’éducation nationale, or il avait trouvé un emploi d’ingénieur, mieux payé par ailleurs, sauf que l’on ne pouvait pas le prendre en compte dans le calcul. Zut ! Le conseiller s’est donc basé sur notre situation en septembre 2019 : deux fonctionnaires, moi en REP+, lui avec le salaire de base pour un professeur débutant. Dans le pire des cas c’est le moins que nous gagnerons, mais comme mon yéti recherchait un travail d’ingénieur en CDI, il gagnerait plus donc nous serions quoi qu’il arrive biens pour rembourser le prêt. Banco, la banque a accepté !

un petit nid douillet 2
Crédits photos : photos personnelles
L’ampleur des travaux à venir… gloups

Un changement n’arrive jamais seul :

Avril 2019, nous avons l’accord de la banque. Il faut alors prévoir le rendez-vous chez le notaire. Pendant ce temps, mon yéti passe des entretiens pour des postes d’ingénieur pas loin de notre futur chez nous. Une boîte, située juste à côté de mon ancien poste, lui plaît beaucoup et l’entretien se passe très bien. Nous restons dans l’attente d’une bonne nouvelle de ce côté là aussi. 

La signature est prévu pour le 19 juin. Début juin, mon yéti apprend une bonne nouvelle : il est embauché en tant qu’ingénieur en CDI, il commence le 18 juin ! Par contre il est trop tard pour modifier le prêt car bien évidement son salaire n’est plus le même, nous gagnons 1000€ de plus ce qui est non-négligeable dans le calcul d’un prêt. Le positif : nous aurons plus de marge pour l’achat de matériel non-pris en compte sur le prêt à taux zéro. 

Il y a aussi les résultats des affectations qui doivent tomber dans ces eaux-là. Une semaine environ après la signature je les obtiens : me voici titulaire du poste sur lequel j’étais toute l’année en poste provisoire. Youhou ! Nous sommes propriétaires, nous avons nos boulots respectifs juste à côté, c’est parfait.

Et la suite ?

Il va falloir se mettre aux travaux, et c’est pas ce qu’il manque. Première étape : tout arracher et réfléchir aux futurs plans !

un petit nid douillet 2
Crédit photo : photo personnelle

8 commentaires sur “Un petit nid douillet 2/2

  1. Rhaaaaa les maisons tordues à fort potentiel, je craque à chaque fois devant ces petits trésors cachés 😉 reste à faire les travaux…
    Bon courage car je devine les difficultés qui ont suivi en mars 2021 et l’arrêt de toutes les activités.

    J'aime

    1. Oui, le Covid nous a beaucoup impacté. Evidement la maison n’était pas dans notre rayon d’un kilomètre…. je vais essayer de vite raconter la suite 😉
      Pour ce qui est des maisons à rénover, en plus je n’arrête pas de regarder les annonces en ligne … oups ^^

      J'aime

  2. J’adore ce que vous montrez de votre maison 🙂 Elle a du cachet et du potentiel. Et Bienvenue au club: depuis presque 4 ans, nous vivons mon mari et moi dans une maison similaire à la vôtre, tarabiscotée à souhait!!

    J’avoue avoir eu peur des travaux à effectuer lors de la première visite, mais le fait que j’ai ressenti de bonnes ondes m’a convaincue. Les travaux se font au fur et à mesure, au gré des envies et bien sûr du budget!

    J’ai hâte de découvrir la suite de vos aventures, et vous souhaite plein de courage.

    J'aime

    1. Oui les « ondes de la maison » c’est tellement important ! Au bout de deux ans, nous nous y sentons vraiment bien quand nous y sommes pour les travaux etc. Et bientôt le déménagement !

      J'aime

    1. C’est toujours plus simple de réaliser des travaux quand la maison n’est pas habitée. J’ai des amis (deux couples chacun de leur côté de la France et sans se connaître) qui ont carrément dormi en caravane ou camion aménagé le temps des travaux pour être à côté. Pendant 2 ans facilement … bon ils n’avaient pas d’enfants aussi.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s