Une deuxième naissance (partie 2)

Une deuxième naissance (partie 2)

Bribes de Témoignages. Après l’opération de son Tout-Petit, DK te raconte le retour vers la vie « normale ».

C’est fait ! Dans la nuit, commence le retour progressif à l’alimentation. Chaque biberon représente 10 ml de plus que le précédent, et ce, jusqu’à atteindre son biberon d’avant. En fait, il dépassera le volume d’avant. Le but est de réhabituer peu à peu l’estomac à recevoir de la nourriture sans la rejeter. S’il y a rejet, il faut ralentir la cadence. Tout se passe très bien jusqu’à l’arrêt de la perfusion. Mon Tout-Petit a alors très faim et pleure de longues heures.

Le retour à la maison

Dimanche, tous les voyants sont au vert, il peut sortir ! Le papa vient nous chercher et nous quittons l’hôpital tous les trois comme nous l’avons fait, il y a bientôt huit semaines, même si ce n’était pas le même hôpital. Une deuxième naissance !
Le retour à la maison est évident. Nous retrouvons avec délectation notre vie à quatre. Chacun a dû s’adapter pendant ces quelques jours et nul n’a été épargné, ni le papa, ni le grand frère.
Les jours qui suivent ont un parfum de normalité mais aussi de retour à la case naissance, le rythme fragile d’avant cette aventure est à retrouver peu à peu tant en ce qui concerne l’alimentation que le sommeil.
Nous percevons à quel point nous avons tous été éprouvés. Nous sommes épuisés comme avec un nouveau-né, sauf que là, nous cumulons avec le nouveau-né qu’il était il y a huit semaines et la semaine de vomissements intensifs et de pleurs sans sommeil – sans oublier la fatigue et les émotions de ces derniers jours – le total est conséquent.

Crédit photo : Farah

Et après…

Il va bien, il reprend du poids à vue d’œil. Tous nous disent : « super, maintenant, c’est derrière vous » et en fait, non, c’est là, toujours présent. Il y a les pansements à retirer soi-même à J10, il y a les trois petites plaies, il y a la toilette sans bain jusqu’à J15 et le rendez-vous de contrôle avec le chirurgien dans un mois. Il y a tous les souvenirs, si récents, il y a les questions qu’on nous pose auxquelles nous n’avions pas pensé, il y a la peur dès qu’il régurgite ou pleure ou est un peu chaud… Il y a toutes ces émotions si inattendues qui ne sont pas encore digérées…
J’ai apprécié le soutien de nos proches, par SMS principalement, qui s’enquéraient très régulièrement de l’évolution de la situation à l’hôpital, tout particulièrement ceux qui se sont aussi soucié de mon mari, de notre aîné et de moi. J’ai encore plus apprécié l’extrême gentillesse de tous les personnels croisés, leur travail consciencieux, doux et compatissant, leurs mots rassurants,…

La sténose du pylore

Pour en dire plus sur la sténose du pylore : selon les sites consultés, elle concernerait 1 à 5 enfants sur 1000, serait diagnostiquée vers 4 ou 5 semaines la plupart du temps, touche en majorité des garçons, surtout le premier né, et serait génétique, donc plus présente dans certaines familles que dans d’autres. Pour nos familles, c’est une première. L’opération est maîtrisée depuis environ un siècle. Il n’y a pas de récidive si tout s’est bien passé.

Voilà, comment mon Tout-Petit nous a donné l’impression de naître une deuxième fois.

4 commentaires sur “Une deuxième naissance (partie 2)

  1. Courage à tous les parents qui vivent ces épisodes compliqués. Même quand ce sont des pathologies bénignes pour les médecins, pour les bébés, les fratries et les parents, c est un tsunami. Je vous souhaite bcp de sérénité pour la suite!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s