Sportive de canapé

Sportive de canapé

L’autre jour, lors de ma visite médicale du travail (par visio), la médecin m’a dit que ce serait bien que je fasse du sport – rapport à mon poids non perdu après mes grossesses.

« Ah oui, vous avez trois enfants rapprochés, vous travaillez à temps plein, vous n’avez pas trop le temps, je comprends, mais ce serait bien quand même que vous fassiez du sport. »

Le problème, c’est que je n’aime pas le sport. Je n’aime pas regarder le sport, je n’aime pas commenter le sport, je n’aime pas en faire. Voilà, c’est dit.

Je n’ai aucun souci à marcher des heures en ville pour aller d’un point à l’autre (j’envisage même d’aller au boulot à pied quand j’aurai déménagé), je porte mes courses, mes valises sans sourciller, je monte les escaliers plutôt que prendre l’ascenseur… Bref, faire des efforts dans le quotidien, ça ne me tracasse pas du tout. Mais prendre du temps pour faire des efforts, non, décidément, je n’arrive pas à m’y résoudre.

Si j’y réfléchis bien, je crois que je n’ai jamais aimé le sport. Quand j’étais petite, j’ai fait plusieurs activités sportives, mais il n’y en avait aucune qui me plaisait (je séchais les cours de danse…).

Je dois avoir un problème avec l’autorité, parce que ce qui me gonfle le plus dans le sport, c’est que quelqu’un me dise ce que je dois faire et évalue mes performances. D’ailleurs au final, la seule activité extra-scolaire que j’ai vraiment aimée et que j’ai fait pendant des années, c’était le théâtre, sans doute parce qu’au fond, la scène, malgré ses quelques règles de base, représentait pour moi un espace de liberté totale.

Crédit photo : Tim Samuel

Quand les activités sportives n’ont plus été obligatoires, j’ai totalement arrêté le sport. J’ai bien eu quelques tentatives avec les modes du moment : gym suédoise, badminton, zumba… L’obligation d’y aller couplée au fait que je ne ressentais pas de passion pour ses activités, ont bien vite eu raison de moi. J’ai essayé des activités sans pression type course à pied ou natation, où je pouvais y aller quand je voulais – mais bien sûr, le « quand je voulais » s’est heurté de plein fouet à « j’ai pas du tout envie d’y aller, je suis crevée de ma semaine/de ma journée ». Le seul moment où j’ai finalement réussi à me tenir à faire un peu de sport, c’était pendant le confinement : j’avais le temps, tous les matins, de me mettre devant un cours de gym, mes filles le faisaient avec moi, c’était rigolo – et surtout, je savais que ça n’allait pas durer !

Tous les sportifs que je connais, me disent que le plaisir vient plus tard, qu’au début on souffre, c’est dur, mais ensuite on en veut toujours encore plus, jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer. Je trouve que ça ressemble à l’expérience de la cigarette : vas-y essaye, c’est dégueu au début, mais ensuite c’est génial.

Je ne sais pas du tout, parce qu’en fait, je n’ai jamais essayé la cigarette. L’odeur m’insupporte, alors aucune envie d’essayer. Je crois que le sport, c’est un peu comme la cigarette pour moi.

Je me demande à partir de quel moment ça devient un plaisir, et à partir de quand ça devient carrément une drogue. Ma mère fait de la course à pied depuis des années, elle ne peut absolument pas s’en passer. Quand elle n’a pas pu y aller, elle se sent mal, de mauvaise humeur, elle culpabilise aussi. Et oui, j’ai une mère très sportive, je suis tout son opposé là-dessus.

Somme toute, j’ai fini par abandonner l’idée de faire du sport, mais ces satanés médecins ont toujours besoin de venir nous rappeler qu’on a 10 kilos en trop et qu’il faudrait bien faire quelque chose pour les perdre.

Et face à l’autorité médicale, comme à chaque fois, en bonne petite soldate, je réponds « oui, oui, je vais faire des efforts » et ensuite, ça me tournicote dans la tête pendant des semaines, et quand je me vois dans le miroir, je me dis que je suis affreusement énorme et flasque et que le médecin a raison, il va falloir que je me mette au sport.

Alors, la machine se met en branle dans ma tête, j’essaye de réfléchir à quel moment de la semaine je pourrais en faire, ce que cela implique pour ma vie de famille, importante à mes yeux et mon temps personnel (encore plus important pour moi !) et je comprends que je vais devoir rogner sur mon temps de lecture, écriture, Sims et séries TV – oui j’ai des loisirs de sédentaire – car je ne pourrais pas rogner sur le temps de vie de famille.

On aime bien faire des activités tous ensemble le week-end – et pouvoir aussi un peu traîner maintenant qu’elles sont plus grandes ! Quant aux soirs de semaine, je sais pas comment font les autres, mais pour nous, c’est une espèce de tunnel infernal, avec un top départ entre 18h, le moment où on les a récupérées à l’école et le moment où elles sont couchées vers 20h15. Aucune envie, après le marathon de ressortir pour aller faire du sport.

Je pourrais aussi laisser Jean-Louis gérer tout seul un soir par semaine et aller directement au sport après le boulot, mais je fais partie de ces mamans qui apprécient vraiment retrouver toute sa famille le soir. J’aime entendre les filles me raconter leurs journées, j’aime discuter avec Jean-Louis pendant notre repas, juste après leur coucher. La perspective d’aller suer quelque part ne fait pas le poids face à ces moments du quotidien, qui disparaîtront bien assez vite, quand elles seront plus grandes et qu’elles n’auront plus besoin de nous.

Comme je n’arrive pas à envisager le sport comme une priorité, je n’en fais pas. A la place, je savoure chaque instant avec ma famille. Et peut-être que plus tard, un jour, sait-on jamais, je me mettrai à faire du sport. Attention hein, je n’irai pas courir un marathon ! Ce sera sans doute un truc tout doux type aquagym avec les copines retraitées (oui, j’ai une grande faculté à me projeter à la retraite…)

Enfin, si j’arrive jusque là, parce qu’avec ma vie de sédentaire, je ne vivrai peut-être pas bien vieille. En tout cas, c’est ce que me disent les médecins en filigrane quand ils me disent que ce serait bien que je fasse du sport…(ou pas…)

23 commentaires sur “Sportive de canapé

  1. Je te comprends tellement ! En ce qui me concerne, je trouve que le sport est ennuyeux, fait mal et épuise, et qu’en plus dès qu’on arrête un moment on retombe à zéro, bref, aucun avantage x) J’entends bien qu’il semble y avoir un stade où ça commence à faire du bien (bon, c’est une question d’endorphines , qu’on sécrète notamment en cas de douleur, je suppose), mais je ne l’ai jamais atteint et vu le niveau de mal-être que j’ai déjà pu ressentir en faisant du sport, je vois pas bien jusqu’où il faut aller pour y arriver x) Et comme toi, c’est claaaairement tout tout tout en bas de ma liste de priorités !

    Cela dit, si ça peut te rassurer, c’est un refrain très souvent entonné par les médecins, à moi aussi on me l’a déjà dit alors que je ne suis pas, selon leurs critères, en surpoids, donc bon, c’est sûrement qu’ils considèrent que c’est un conseil « safe » parce que ça fait a priori de mal à personne…

    J’aime

    1. Je vois qu’on a les mêmes ressentis vis-à-vis du sport !
      Et oui, tu as raison, on me recommandait aussi le sport avant mes grossesses – j’avoue que je le vivais moins mal étant donné que je n’avais pas ces kilos en trop…

      J’aime

  2. Je fais partie de ces personnes qui ont besoin de faire du sport. Peut importe lequel, ou presque, mais depuis mes 7 ans il n’y a pas eu une année sans sport. Je n’aime pas les sports co. Ni les sports à heure définie. J’aime cette liberté. La natation, la marche, trek et course à pied, et le fitness (corde à sauter, muscu…) sont mes amis. Tout comme toi je trouve toujours une excuse pour ne pas y aller, car clairement ce n’est pas un besoin vital qui me prend au tripe, non c’est un besoin sanitaire pour rester en forme car s’il y a bien un truc pire que le sport c’est le shopping ! Je refuse catégoriquement de m’acheter de nouveaux habits parce que je ne rentre plus dans les actuels 😁 ma motivation c’est ça. Généralement je fais 1h le midi en semaine (course à pied) et 1h le dimanche matin (natation). J’aime être seule et ça me permet de me ressourcer. Et contrairement à ce qui est dit plus haut, non si tu arrêtes pendant une période tu ne recommences pas à 0 ensuite. Le corps a une « mémoire » du sport. Et donc si tu en fais régulièrement ce sera plus simple d’arrêter et de recommencer ensuite.

    J’aime

    1. C’est super que tu aies trouvé ta propre motivation, qui te permet la régularité ! Si je devais devenir régulière, je pense que ce serait un sport qui permet de se retrouver avec soi-même, c’est une parenthèse à soi effectivement !

      J’aime

  3. Je ne suis pas moi-même une grande sportive, ne suis pas un modèle de régularité dans mes activités physiques et déteste les salles de gym. Mais j’ai (enfin) trouvé la parade: tous les jours après avoir déjeuné au bureau, je vais marcher vingt à trente minutes. J’ai la chance de travailler dans une petite ville et mon entreprise se trouve sur les hauteurs, proche d’une zone de pinède.
    Cela me permet de déconnecter. L’important n’est pas la performance mais la régularité. Et tout est bon à prendre: monter et descendre les escaliers ( je vis dans une maison à étages et suis trés, très étourdie..), garer la voiture un peu plus loin dans la rue et faire quelques pas le matin.
    Le week-end, je vais me promener plus longtemps ( sans parvenir à entraîner mon mari avec moi) et fait quelques courses à pied dans le village.
    Je suis certaine que vous parviendrez à tout concilier, sans rogner sur votre vie de famille et vos loisirs.
    Sinon, il ne vous reste qu’à vous mettre tous en famille à une activité sympa type vélo.

    J’aime

    1. La marche régulière est une très bonne option pour moi, je vais avoir beaucoup plus l’occasion après mon déménagement, pour aller au boulot à pied notamment !
      Après, le week-end on fait souvent des balades à pied, il me parait difficile de ne vraiment rien faire du tout quand on a des enfants ! 🙂

      J’aime

  4. LOOOOOL excellent cet article, un hymne au non-sport, ça change un peu 🙂
    Pour ma part, je fais partie de ceux qui en ont besoin. Alors pas du tout en grande sportive de fou mais juste besoin de prendre l’air et d’oxygéner un peu mon cerveau. Il faut dire que je travaille la plupart du temps à domicile devant un PC et que j’ai passé mon enfance en balades diverses et variées.
    On a trouvé un compromis avec une autre maman, on y va quand on peut le samedi, et à 8h. Les enfants dorment encore ou traînent en pyjama, le papa fait pareil pendant ce temps 🙂 quand on rentre de notre marche, mine de rien, on est bien et dispo. Ça fait vraiment du bien. Sinon, j’ai aussi un cours en semaine mais, comme il est à 20h30, j’ai le temps de gérer le tunnel avec mon mari qui ne s’occupe donc que du coucher.
    J’avoue que, si je ne voyais pas le bienfait du truc, je ne ferais rien du tout à part grasse matinée le samedi matin 😉

    J’aime

    1. Parfait d’avoir trouvé un rythme qui te convient ! Tu es bien courageuse d’aller à un cours en semaine – mais effectivement si tu y trouves des bienfaits, ça n’est plus une contrainte mais un plaisir !
      On verra avec le temps et les enfants grandissant, un jour j’aurais peut-être plus envie d’en faire… Pas de pression ! 😀

      J’aime

  5. quand j’ai lu les 3-4 premiers paragraphes, je me suis dit « tiens j’ai écrit sur bribes de vie ? »… j’aurais TELLEMENT pu écrire ces lignes, mon médecin m’a dit exactement la même chose (les 3 enfants, le temps plein, ahah). MERCI pour cet article déculpabilisant !

    J’aime

  6. Le télétravail forcé m’a permis de me mettre à la course à pied pendant la pause de midi. Je galère un peu depuis le retour au bureau, faut croire que je n’étais pas assez accro (et si ça peut te rassurer je n’ai pas perdu un seul kilo en 1 an de plus de 20km de course par semaine 😉)
    À la fin pour tenir sur la longueur, c’est surtout une question de motivation et de temps. En attendant, si tu ne vis pas mal ton corps, tant pis pour le médecin !

    J’aime

    1. Tu n’avais pas encore passé le cap qui rend accro alors… ça doit mettre du temps quand même : ma mère court depuis au moins 30 ans… !!
      Quant à la perte de poids, j’avais vu effectivement que le sport ne fait pas nécessairement maigrir puisqu’on va ajuster notre alimentation à notre dépense… Disons qu’on transforme plutôt la graisse en muscle et apparemment, c’est plus joli 😀

      J’aime

  7. Pratiquer un sport régulièrement n’est pas évident surtout au niveau de la motivation. Moi je me mets des « carottes  » pour me motiver à en faire et ça fonctionne plutôt bien. Sinon as-tu essayer de faire un sport à la maison ?. Je trouve personnellement que c’est moins contraignant que d’avoir un horaire précis pour être à la salle de sport. Sinon il y a la pratique du vélo d’appartement, le fitness à la maison (YouTube regorge de vidéos ) voir des jeux vidéo sur des consoles de jeux comme la Switch offrent pas mal d’alternatives.

    J’aime

  8. Je ne suis pas du tout une grande sportive mais j’ai voulu soutenir un copain coach sportif qui ouvrait sa plateforme de sport en ligne en 2020, 14heures14. Et je me suis prise au jeu !
    Désormais je fais 30 minutes de sport devant ma télé le mercredi soir (pendant que mon mari gère le coucher des enfants) et 1h de yoga le dimanche soir (sur la même plateforme).
    Loin de moi l’idée d’être accro au sport, mais j’avoue apprécier cette parenthèse, ce moment pour moi. Je me challenge un peu, je maudis le coach et en même temps ça me fait du bien ! Le yoga vient en complémentarité et je m’y retrouve. La flemmarde que je suis apprécie de ne pas avoir à ressortir de la maison pour faire du sport, tout sentiment de honte ou de gêne est inutile, et ma gourmandise légendaire est (un peu) compensée.

    J’aime

    1. Alors la mission de ton copain coach sportif est réussie, faire faire du sport à quelqu’un qui n’en avait pas vraiment envie, bravo à lui ! Et bien sûr bravo à toi pour ton assiduité !
      Tes enfants sont supers, parce que mes filles, si elles me voyaient faire du sport le soir, elles n’iraient certainement pas se coucher ! 🙂

      J’aime

  9. Ma sage femme m’a demandé si je faisais du sport. Je lui ai répondu que oui : j’ai un enfant. Alors non je ne vais pas en salle de sport, mais je porte dans mes bras très souvent mon petit de 2 ans (hop un petit squat pour le prendre dans les bras), je marche tous les jours, je lui cours après. Donc non ce n’est pas du sport selon leur critère mais je considère que je suis plus en forme physique que je l’étais avant.

    Je te comprends tellement et je trouve ça pour ma part difficile car il y a déjà tellement a concilier que ça rajoute une pression en plus. Alors oui, un jour peut être. Mais si ça remplace ma série du soir (ma bulle d’oxygène), c’est hors de question ☺️

    J’aime

    1. Oui, je réponds comme toi la plupart du temps : j’ai des enfants donc je m’active au quotidien… Mais la médecin m’a répondu qu’il ne s’agissait pas de « bon sport » parce que ce sont des efforts contraints du quotidien… Moi ça me suffit ! 😀

      J’aime

  10. Je suis exactement comme toi : je n’aime pas faire/regarder/commenter du sport et j’ai 1000 activités sédentaires qui m’intéressent beaucoup plus. Au quotidien, je fais tous les petits gestes qu’on nous rabâche (escaliers, marcher, etc.) sans aucun souci, mais me dire que je vais caler 1h pour faire du sport dans mon emploi du temps surchargé (difficile d’y couper quand on est maman) j’ai vraiment du mal.
    Là, je me suis mise à la marche à pieds + écoute de podcasts (sinon j’ai vraiment l’impression de perdre mon temps 😅), avec l’aide de l’appli Décathlon histoire de ne pas réfléchir sur le programme. Mon objectif c’est d’aller marcher le mercredi matin quand ma fille est à l’école et moi à temps partiel (je la dépose et j’y vais directement)… mais entre le déménagement et une entorse, on ne peut pas dire que ce soit une routine bien établie 😂.
    Ce qu’il y a, c’est que clairement ça prend sur mon temps créatif (peinture, écriture). Autant là tout de suite, avec le déménagement, je n’arrive pas à faire ces activités, mais je sais que ça me manquera à un moment donné…

    J’aime

    1. C’est une super idée de profiter du mercredi matin (ici elles n’ont pas école et j’ai repris à temps plein -quoi je me trouve une nouvelle excuse ?)
      J’aime beaucoup cette idée de marcher en écouter des podcasts (moi aussi je n’aime pas avoir l’impression de perdre mon temps !)
      Quand vous vous serez acclimatés à votre nouveau chez vous et que tu auras réussi à caler toutes tes activités créative, alors peut-être y aura-t-il une place pour la marche… Bon courage pour ce déménagement et bon rétablissement pour cette entorse !

      J’aime

  11. J’aurai tellement pu l’écrire ^^’ j’adore ta comparaison avec la cigarette. Bon, moi j’ajoute une couche là dessus, je suis feignants en prime donc les multiples allers retours dans les escaliers, je les limite au maximum. Par contre je descend du métro une station avant et je n’hésite pas à me rendre au moins une fois par semaine sur l’autre site de travail, a pieds. J’en fais pas assez, c’est sur. Mais quand je vois souffrir la partie de ma famille super sportive après leur semaine de rando, quand je vois les blessures qu’ils se font en pratiquants divers types de sport, je leur demande a chaque fois pourquoi se faire du mal .. peut être plus tard quand mes soirées seront plus libres, je me remettrai à la danse africaine… Ou à la musique ^^’

    Aimé par 1 personne

  12. Je trouve que les avis du type : nan mais au début on souffre c’est après qu’on aime ! Sont vraiment éloignés de la vérité. Franchement aller faire du sport en se disant qu’on va souffrir et qu’on aime pas ce n’est pas une bonne idée.
    Moi je suis plutôt sportive mais mon corps ne suit pas forcément suite à de nombreuses petites blessures mal guéries. Bon c’est ma faute aussi, je tenais absolument à retourner au sport que je n’attendais pas la fin des 3 semaines de repos après mes entorses du genoux.
    Mais je n’aime pas tous les sports. Je n’aime pas la natation, les sports collectifs, certains sports individuels. J’aime l’escalade, les sports de combats , j’ai testé le Parkour etc. J’aime le côté sensation forte ! Et le sport me fait du bien.
    Mais c’est parce que j’ai trouvé ce qu’il me faut. Et le bon club car les ambiances jouent aussi beaucoup. A défaut de trouver ton sport idéal, si tu tiens à faire de l’exercice, il existe des petites routines quotidiennes en moins de 5 min. Et sinon, pour moi, marcher pour aller au travail etc, c’est déjà de l’activité physique ! Si ça ça te plaît, continue ! Tanpis pour le reste !

    J’aime

    1. Quand on a trouvé le truc qui nous plait, ça se fait tout seul, c’est sûr !
      Moi, j’aime bien marcher et… le reste comme tu dis bah tant pis!! Et puis, j’ai encore de nombreuses années devant moi pour essayer d’autres trucs !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s