Chapitre 2 : le cousin paul

Chapitre 2 : le cousin paul

Comme l’année dernière, les chroniqueuses ont écrit une petite histoire à plusieurs mains pour attendre Noël. En espérant que ça te plaise !

Samuel était déposé tôt à l’école. A cette heure-là, ses copains n’étaient pas encore arrivés. Cela lui donna donc le temps de réfléchir et tout mettre à plat. Il réalisa qu’il y avait une pointe de colère tout au fond de lui. Pourquoi ses parents lui avaient-ils fait croire tout ce temps à cette histoire rocambolesque de vieux monsieur généreux qui offrait des cadeaux sans rien attendre en retour ? 

Quand Djibril fit son apparition dans la cour de l’école, Samuel s’élança vers lui, trop excité de débriefer avec lui tout ce qu’il venait de découvrir.

– Djibril ! Tu avais raison, le Père Noël n’existe pas !
– Salut. Comment as-tu compris ?
– J’ai entendu mes parents hier soir et j’ai demandé à mon père ce matin. Il m’a dit que c’était les parents qui faisaient les cadeaux. Mais du coup je suis un peu fâché… Pourquoi on ment aux enfants ?
– Oh moi je sais. C’est juste pour la magie de Noël ! 

Samuel resta coi devant la réflexion de son ami. Puis le visage d’Anouck devant l’arbre de Noël lui revient. Cette période était tellement magique pour elle, et pour lui aussi… il commençait à comprendre ce mythe du Père Noël.

Il ne voulait pas que sa sœur perde les étoiles qu’elle avait dans les yeux face à toute cette magie. Le Père Noël, c’était peut être ça en fait ? Préserver la magie pour tous, faire plaisir aux gens qu’on aime. Et pas de doute, Anouck, il l’aimait plus que tout. Alors pour elle, il allait continuer à faire vivre la magie !

– Djibril, maintenant, nous, on est grands. On sait qu’il n’y a pas un gros monsieur habillé tout en rouge qui offre des cadeaux. Mais je crois que je comprends qu’en fait, Noël, ce n’est pas que pour les cadeaux… Je sais que toi le Père Noël, t’y as jamais cru mais… tu m’aiderais à rendre les gens heureux pour cette période ? Surtout Anouck. En plus elle t’adore !

La petite Anouck était bien loin de ces préoccupations. Noël était sa période préférée et elle allait bientôt commencer. Elle se sentait encore plus aimée et choyée que d’habitude. Chaque année, lors de l’Avent, Maman les emmenait, Samuel et elle, acheter une nouvelle boule pour décorer le sapin. L’an passé, elle avait choisi une boule à facettes. Anouck l’adorait, et Maman avait dit que cette boule était lumineuse comme sa petite fille chérie. Anouck n’avait pas tout bien compris mais elle était contente, Maman semblait aussi aimer cette boule. Cette année, elle choisirait peut-être une boule argentée aux reflets de l’arc-en-ciel. Dans quelques jours, Papa irait chercher un sapin tellement haut qu’il toucherait presque le plafond, puis il descendrait du grenier le gros carton rempli de décorations. Elle pourrait fouiller dedans, s’enrouler dans les grandes guirlandes scintillantes et parader avec une traîne colorée. Ensuite, Papa la porterait à bout de bras, pour qu’elle mette l’étoile tout en haut du sapin, encouragée par Samuel. Elle aurait le droit d’être la première à allumer les lumières clignotantes et la famille attendrait dans le noir le plus total que ses petits doigts trouvent à tâtons le bouton. D’un seul coup, le salon serait éclairé de lumières colorées. Les jours suivants, Anouck pourrait jouer avec les santons de la crèche, même si Maman n’aimait pas trop ça. Tous les soirs, Samuel et elle pourraient ouvrir une petite case de leur calendrier, et manger un chocolat ou trouver un petit cadeau. Quelle fête ! Le point culminant serait forcément le passage du Père Noël dans la cheminée parce que l’an dernier, Papa et Maman semblaient heureux de voir que des cadeaux avaient été déposés pour les enfants. Anouck s’était sentie bien plus satisfaite de voir ses parents joyeux que de déballer ses cadeaux. Papa semblait tellement enthousiaste de la voir déballer ses paquets qu’elle y avait mis beaucoup d’ardeur, envoyant valser les rubans et les morceaux de papier coloré. Il avait même filmé ce moment !

– Anouck ? Anouck ! A quoi tu penses ? lui demanda la maîtresse.
– A Noël !, lui répondit la jolie petite fille aux yeux en amande.
– Oh déjà, on a encore quelques semaines. 
– Si, c’est bientôt ! J’ai déjà découpé dans les catalogues pour faire ma lettre au Père Noël !

La maîtresse sourit gentiment en constatant l’enthousiasme de sa jeune élève.

Lorsque Samuel aperçut sa sœur à la cantine, sa détermination s’en trouva renforcée : elle tenait à la main un dessin où le rouge était omniprésent. C’était sa façon de dessiner le Père Noël.

Aussi, à la sortie de l’école, Samuel et Djibril se précipitèrent vers leurs parents. Ils voulaient passer la soirée ensemble puisqu’ils avaient beaucoup de travail devant eux ! « Bon reprenons, déclara Samuel. J’ai découvert hier soir que le Père Noël n’existait pas. Mes parents se disputaient parce que Tatie veut le dire à tout le monde. Mais il est hors de question qu’elle le dise à Anouck. Il faut qu’on trouve un plan pour que Tatie se taise… »

Les garçons étaient confortablement assis dans la chambre de Djibril. La mère de ce dernier passa la tête par la porte. « Et pourquoi ne pas expliquer tout ça à ta tante ? » Samuel fit la grimace. Aïssa ne connaissait pas tatie Clémentine. Papa l’appelait la Régente. Le petit garçon ne comprenait pas vraiment ce que ça voulait dire mais il savait que Maman se fâchait à chaque fois. Dans tous les cas, la tatie n’était pas du genre à parlementer. 

– Alors, il faut trouver un allié ! s’exclama Djibril.

Des alliés, il en avait déjà plein : Papa, Maman, Djibril… même Aïssa. Et ce n’était pas suffisant. Tatie Clémentine allait tout gâcher. Soudain, un grand sourire illumina son visage. Il avait une idée. Peut-être que sa tante détestait Noël mais elle adorait son fils, Paul, qui n’avait que six mois de plus qu’Anouck. Il suffisait que tatie Clémentine soit convaincue que pour sauver le Noël de Paul, il fallait conserver le secret.

– Mais… si ta tante ne veut pas de Père Noël, Paul sait peut-être déjà qu’il n’existe pas ? remarqua Djibril. 
– Justement ! On a 3 semaines pour persuader Paul qu’en fait le père Noël existe pour de vrai. 
– Ça ne marchera jamais. Entre sa mère et toi, il va forcément croire sa mère.
– Tu es pessimiste. Il ne faut pas que Paul sache que je suis derrière tout ça. Enfin, que nous sommes derrière tout ça. Et en plus, on va bien s’amuser !

Les garçons passèrent le reste de la soirée à peaufiner leur plan. 

Dès le lendemain, ils se mirent à l’ouvrage. Première étape : écrire une lettre de la part des lutins du père Noël pour demander des précisions sur les cadeaux qu’avait choisis Paul. Première difficulté : comment savoir ce que Paul avait mis dans sa lettre ? Soudain, Djibril sourit.
– Mais c’est facile ! Si Paul ne croit pas au Père Noël, il n’a pas écrit de lettre ! Et les lutins ont besoin de l’information !

***

Paul jouait aux playmobils dans sa chambre. Il entendait sa mère râler en écoutant la radio dans la pièce d’à côté :
– Pub pour Noël… consumérisme… bonne humeur hypocrite…

Paul aimait bien Noël, lui : les lumières, les musiques, la soirée avec les cousins et surtout les cadeaux. Il savait très bien que ce n’était pas le Père Noël qui les offrait mais les parents, mais ça ne l’empêchait pas d’adorer le moment de la découverte. 

Paul posa ses playmobils et se dirigea vers son sac, jeté dans un coin de sa chambre, à la recherche de son doudou. À côté de Lulu le lapin bleu, il aperçut une grande enveloppe verte.

Intrigué, il l’attrapa et l’ouvrit. Une odeur de sapin et de cannelle s’en échappa. 

Qui avait mis cette enveloppe là et à quel moment ? Ce devait être une invitation à un anniversaire, déposée par une Maman. Qui, parmi ses copains, était né en décembre ?

Il courut la lettre à la main et entra dans la chambre de Nina sans frapper.
– Paul !!! On fraaappe !
Elle était allongée sur son lit avec son smartphone, mi agacée-mi amusée par son petit frère.
– Désolé… J’ai besoin de toi ! J’ai reçu une lettre, tu peux me la lire ? 
– Une lettre, toi ? Fais voir, dit-elle en soupirant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s