Hommage au télétravail (que mon employeur ne devrait pas lire)

Hommage au télétravail (que mon employeur ne devrait pas lire)

Depuis le début de la pandémie, je suis sûrement comme toi : j’ai appris à travailler à la maison. Et quelle que soit la situation dans laquelle l’épidémie est maintenant, une chose est sûre pour moi : j’aimerais continuer ! Alors voilà pourquoi j’aime le télétravail, et spoiler alert, toutes ne sont sûrement pas de bonnes raisons pour mon employeur.

Productivité

Je me sens plus efficace quand je suis chez moi. Je fais ce que je veux, quand je le veux. Que ce soit une pause café, le rendu comptable, ou le contact client, je suis moins contrainte par le rythme de mes collègues. Entre ceux qui préfèrent les réunions à 17h et ceux qui discutent juste à côté de mon bureau quand je veux rester concentrée sur ma tâche. Je peux écouter la musique que je veux, à fond les ballons. Je peux chanter en tapant mes emails, j’écoute des podcasts, ou parfois même je me mets devant un film en faisant des choses qui ne demandent pas trop de cerveau (le film aussi ne doit pas trop demander de cerveau, du coup). Et je ne me sens pas coupable, parce qu’aucun de mes collègues ne peut regarder mon écran et me juger parce que c’est une vidéo Youtube, un podcast ou du Abba. Du coup, quand je me mets à une tâche, je suis beaucoup plus efficace. Mes seules interruptions sont de mon fait, et généralement elles n’interviennent qu’une fois la tâche finie. C’est bien simple, quand je suis chez moi, j’ai l’impression de faire en une heure ce qui m’en prend trois au bureau.

Crédit photo : Jason Strull 

Petits plaisirs

Du coup, comme je suis super efficace, je me permets de prendre un peu de temps pour moi. Je prends une douche en plein milieu de matinée, pas pressée par l’heure matinale ou la peur de réveiller mes filles. Je regarde un film en fond sonore. Je traîne sur Internet. Je fais des (petites) siestes, qui me requinquent pour le reste de la journée. Alors je sais que ce n’est pas forcément professionnel, mais à la fin de la journée, mon boulot est fait, ce qui est quand même normal, et surtout : je me sens bien, et ça, ce n’est pas forcément le cas quand j’ai passé ma journée au bureau !

Ma lune de miel de 9h à 17h

Beaucoup de gens ont souffert de peu de sociabilisation lors des premiers confinements. Et oui, c’est vrai que ne pas avoir tel ou tel collègue sous la main tout de suite pour régler des problèmes, entache parfois ma façon de travailler, mais au final, je me rends compte que les voir tous les jours de la semaine peut être pesant.

Il faut dire que grâce au télétravail, j’ai la seule vie sociale dont je n’aurais vraiment pas pu me passer : mon homme. Depuis que Flicka est née, les moments où nous ne sommes vraiment que tous les deux se comptent sur le doigt d’une main. Sauf depuis les nouvelles restrictions, où nous nous retrouvons juste tous les deux à la maison pour travailler. Du coup, j’ai l’impression de retrouver mon mari. On déjeune ensemble, on se fait des pauses en discutant, on rigole, on parle, on fait même parfois des déjeuners crapuleux (mais chut, c’est un secret !), bref, c’est comme une mini lune de miel, et je dois dire que j’en profite à fond.

Et ne pas voir trop de monde veut aussi dire que je suis beaucoup, beaucoup plus à l’aise. Je me la joue relax, assise n’importe comment sur ma chaise de bureau, sur mon canapé, dans mon lit. Peu importe comment je suis habillée (seulement le haut pour mes réunions virtuelles, et encore, est-ce que quelqu’un voit vraiment si j’ai un soutif ou pas?), du coup je peux rester confortable si je le veux. Je n’ai pas besoin de sortir dans le froid de l’hiver suédois, je ne dépense pas de l’argent dans un resto hors de prix à midi. Bref, fini la pression, bonjour la décontraction!

Crédit photo : Mimi Thian

Plus de temps

Et s’il y a bien une chose que j’adore avec le télétravail, c’est que j’ai vraiment l’impression d’avoir plus de temps. La principale raison, bien sûr, c’est que je ne perds pas une heure chaque jour dans le trajet maison-travail/travail-maison. Et aussi que je me permets de prendre du temps perso sur mon temps pro. Je fais mes lessives ! Et hop, j’ai l’impression d’enfin vaincre mon éternelle pile de linge. Je range la cuisine, et le salon, pendant que mon repas du midi cuit. Bref, que des petites choses qui prennent quelques minutes. Mais avec mes deux petits ouragans énergétiques, ces petites minutes pourtant nécessaires pour avoir moins l’impression de chaos dans ma maison, passent souvent en dernières.

Perso vs pro

Pour beaucoup de mes collègues et ami.es, le principal problème du télétravail, c’est que c’est dur de différencier ton temps professionnel et personnel. J’ai de la chance, cela ne m’impacte pas trop. J’ai un bureau dans ma chambre, avec une porte qui ferme et de bons écouteurs : si jamais les filles sont dans l’appartement, je peux travailler sans être interrompue à longueur de temps par les inévitables « mamaaaan qu’est-ce que tu fais ? ». J’ai aussi appris à laisser mon travail dans cette pièce-là. Quand j’ai fini de travailler, j’éteins mon PC, mon téléphone pro, et hop je passe à autre chose. C’est quelque chose que je me suis imposée et qui marche plutôt bien (parce que j’ai la chance aussi d’avoir peu d’urgences en dehors des heures de travail). Je délimite mes horaires et les respecte. C’est aussi plus facile pour moi avec deux enfants en bas âge : une fois sortie du bureau, mon temps est de toute façon dévoué à elles ; Difficile de répondre à un mail en pleine dinette sans avoir à répondre à des millions de questions.

L’inverse n’est malheureusement pas vrai : j’ai du mal à mettre de côté le personnel quand je suis au travail. Et c’est là que le télétravail, de fait, allège ma charge mentale. Quand je suis au bureau, il y a toujours une liste qui traîne dans un coin de ma tête. Généralement de choses que je devrais faire une fois rentrée chez moi. Si je suis à la maison, c’est beaucoup moins un problème : je pense à une tâche ménagère à faire ? Si elle prend moins de cinq minutes, je la fais tout de suite. Je fais mes courses sur Internet et n’ai pas à me soucier de l’heure de livraison, je suis là. Je répare le jouet avec un point de colle qui aura séché quand les filles seront rentrées. Je lave la couverture préférée de Flicka, sachant qu’elle sera sèche au moment du coucher.

Oui, le télétravail me simplifie énormément la vie. J’ai conscience aussi d’avoir de la chance : je n’ai pas à télétravailler tout en gardant les petites et je peux retourner au bureau si je le veux.

Personnellement et professionnellement, je me sens mieux à la maison. C’est devenu un petit plaisir que de prendre une journée à la maison, seule ou accompagnée, et j’espère qu’une fois cette pandémie passée, c’est quelque chose qui va rester !

Et toi, que penses-tu du télétravail? Tu aimes ça?

9 commentaires sur “Hommage au télétravail (que mon employeur ne devrait pas lire)

  1. Alors je plussoie à fond car je suis profession libérale, en résumé 80% de mon temps à la maison, 20% en clientèle. Du coup, j’ai une pièce bureau, comme toi, je ferme la porte et c’est fini.
    Ce que je vis mal justement c’est ce faux télétravail avec garde d’enfant qui t’oblige de fait à mélanger pro/perso et à bosser le weekend parce que tu ne peux pas être efficace. Et je ne parle pas de la culpabilité continue entre ton retard dans ton boulot et ta fille qui veut simplement que tu joues avec elle…. vraiment, j’ai hâte que ça se termine !

    J’aime

  2. Je suis comme toi en télétravail depuis le début de la pandémie mais j’avais la chance d’en faire deux jours par semaine déjà avant. Et ce rythme me manque, cela va faire 2 ans que je suis en 100% télétravail (j’ai été 3 fois au bureau cet été) et là ça devient long. Alors oui je trouve le télétravail super sur beaucoup de points, mais là j’ai besoin d’interactions réelles avec mes collègues et de discussions informelles avec eux. Car pour moi, le télétravail à enlever tout ces à-cotés, on s’appelle plusieurs fois par semaine mais pour parler boulot, d’un point précis,.. Alors, j’ai hâte que mon employeur nous redonne le go pour retourner un ou deux jours par semaine sur place ! Mais qui sait, peut-être que après quelques semaines, l’envie du 100% télétravail reviendra? :p

    J’aime

  3. Je valide totalement, et sur tous les points (vive la pause série entre 15 et 15h30 au lieu d’une pause café sur site !).
    Je rêve maintenant d’un travail flexible au max ou je puisse choisir mes horaires de travail et mes jours de weekend, parce qu’après tout si je préfère travailler de 4h du matin à 13h pour avoir mes après midis de libre, ou travailler le samedi pour avoir le même jour de congé en semaine que mon mari, du moment que le travail est fait, ça change quoi ? Mais je m’emballe un peu là, quand je vois les réticences de certaines entreprises, mes rêves devront attendre (en tant que salariée du moins) ^^
    Bon allez, j’ai une machine à étendre 🙂

    J’aime

    1. Ca complique un peu d’avoir des horaires différents quand on travail en équipe ou qu’on travail avec des clients.
      Le mieux que j’ai vu pou le moment ce sont des employeurs qui impose de travailler entre par exemple 10h et 14h et te laisse choisir quand travailler du moment que tu fais tes heures/ fais ton travail. Par contre, je ne connais aucun employeur qui te laisse choisir ton week end !
      Mais je comprends ton envie.

      J’aime

    2. Hello, cela peut paraître génial, mais il est en réalité très complexe de gérer des horaires souples, aussi bien pour le salarié que pour l’employeur. C’est un coup à prendre sa matinée, puis finir tard le soir, avec peut être une question à laquelle personne ne pourra répondre avant le lendemain. Comme tu as fini tard il sera plus difficile de se lever le matin, et tu entres dans une spirale infernale et stressante, et plus aucun repère. Tu te retrouves à bosser une tâche le dimanche soir car attendue pour le lundi matin. Je suis en télétravail depuis 9 ans. Pour moi la réussite est de s’imposer des horaires fixes et les respecter.

      J’aime

  4. J’aime bien télétravailler et je suis d’accord avec tous les points que tu as cité. Mais je vois aussi quelques désavantages au télétravail.
    – Les voisins qui font des gros travaux pendant des mois (je n’en peux plus de la perceuse !).
    – L’absence de conversation avec mes collègues. Mon mari n’est pas toujours à la maison alors je me sens seule parfois ! Et j’adore (certains de) mes collègues donc nos conversations (pro ou perso) me manquent.
    – Mon travail requiert d’aller voir ce que font les gens, de comprendre comment ils appliquent réellement les procédures. Là, je dois me baser sur ce qu’ils me disent qu’ils font et je perds en précision et en temps pour comprendre ce qu’il se passe vraiment. De même là où avant je pouvais passer la tête dans le bureau d’un collègue pour poser une petite question, là je dois envoyer un message, un mail ou un coup de téléphone et attendre quelques minutes à quelques heures pour avoir la réponse. Je perds parfois du temps et ca m’énerve.

    Donc au final, pour moi, le mieux serait un mix 50/50 bureau/maison.

    J’aime

  5. J’approuve totalement cet article et m’y retrouve énormément. J’apprécie beaucoup le télétravail car comme tu le décrit c’est appréciable notamment pour certaines tâches ménagères, être avec mon mari que je surnomme mon coworkeur ! Et l’efficacité. Ne pas voir certains de mes collègues ne me manque pas forcément, non pas que je sois sauvage mais étant en open space, c’est pas forcément facile parfois pour se concentrer. Sauf en ce moment, j’ai un jour de télétravail par semaine mais j’espère que d’ici fin 2022 je puisse en avoir un autre jour. La pandémie m’aura permis de goûter au télétravail car au vu de mon méfierde, ce n’était pas forcément quelque chose de faisable alors qu’aujourd’hui c’est courant.

    J’aime

  6. Pas de télétravail pour moi ni mon conjoint. Nous n’avons pas des boulots qui nous le permettent. À part la tout premier confinement qui nous a impacté (j’ai travaillé une semaine sur deux jusqu’à début mai et lui pas du tout), à partir de juin 2020, la pandémie n’a plus rien changé à nos boulots respectifs…
    Mais je crois que le télétravail n’est pas vraiment pour moi, j’ai besoin de cadres bien cadrés, alors peut-être un ou deux jours par semaine, oui pourquoi pas, mais je ne suis pas sûre que je serais très efficace 😅

    J’aime

  7. Moi aussi, j’ai beaucoup apprécié le télétravail, et la possibilité de faire avancer les tâches ménagères pendant les pauses… ou les réunions (avec un casque sans fil, j’étendais ou pliais le linge, je pelais et coupais mes légumes… je faisais tout plein de tâches qui demandent zéro disponibilité de cerveau et qui occupaient mes mains). Mais je suis en congé parental à temps plein depuis quelques mois, et entre les fermetures de crèche, grève des profs, journées en service minimum pour cause d’intempérie… j’apprécie de ne plus avoir à gérer télétravail et garde des enfants ! Je trouve quand même cette période éprouvante pour les familles où les deux (ou l’unique) parents travaillent.

    J’aime

Répondre à Croco Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s