Ma pile de linge

Ma pile de linge

Elle est là, elle m’attend : la pile de linge. Tapie dans un coin, cachée dans un panier, elle est paisible, au repos. Rien ne laisse paraître la tyrannie qu’elle exerce sur ma vie. Si on regarde attentivement, elle ne consiste que de vêtements ayant pris la pluie, le sable ou un peu de vomi de bébé ; des chaussettes de la veille et des torchons qui auraient dû être lavés bien plus tôt. Mais elle est plus que la somme de tous ces habits sales, elle représente ma charge mentale et mon calvaire quotidien. Plus je l’ignore, plus elle grossira, jusqu’à possiblement engloutir la pièce entière.

Ma pile de linge, c’est ma montagne, mon Everest, moi, pauvre Sisyphe condamnée à la grimper sans jamais voir le bout.

J’ai trois paniers à linge. Deux filles, un mari. Une machine à laver et un sèche linge. Deux machines industrielles au sous-sol de mon immeuble. Et pourtant, je me laisse déborder. Enfin, techniquement, ce n’est jamais moi qui déborde, c’est toujours le panier, mais à l’œil nu la différence n’est pas flagrante. Dès que j’ai le dos tourné, ce panier engloutit des tonnes de linges, qu’il faut laver, sécher, plier, ranger.

Ces tâches quotidiennes sont incessantes, infinies, et éternelles. Je lave le linge. Je fais sécher le linge. Je plie le linge. Je range le linge. 4 étapes pour vaincre cette satanée pile, mais dès que j’en vient à bout, il faut recommencer du début. Laver, sécher, plier, ranger ; voilà les quatre activités récurrentes qui occupent beaucoup trop mes journées.

pile de linge
Crédit photo : Annie Spratt

Alors, j’ai développé des astuces pour réduire la voracité de ma pile. Ou pour plus facilement ignorer sa croissance exponentielle.

Mieux vaut trop que trop peu

Dans cette guerre incessante, il faut frapper en premier. Ne pas hésiter à lancer l’offensive, et ce même si le tambour n’est pas complètement rempli. Je sais, c’est très peu écologique, mais dans ma maison, le linge sale se multiplie comme du petit pain, et j’ai cette impression étrange d’assister à une mitose entropique. Avoir une culotte au sale veut dire que dans les minutes qui suivent, il y en aura 2, puis 4, puis 8. Une seule solution pour enrayer la propagation : la frappe préventive. Du coup, je lance une lessive tous les matins. Si j’y pense.

Rassembler le linge épars

AH ! Que c’est agacant, quand on croit avoir enfin escaladé cette montagne, que la dette de linge est finalement à zéro, d’apercevoir dans un coin une chaussette délaissée, un torchon oublié ! J’ai un panier à linge dans chacune des chambres, ce qui multiplie la possibilité d’oublier une partie du linge. Du coup, pour ramasser tous les récalcitrants, les petits vêtements qui se cachent par peur du grand tambour, avant chaque lessive, c’est rassemblement général. On arpente chaque recoin pour récupérer le linge qui (théoriquement) est dans le panier (et donc, dans la réalité, est dans un rayon de 10 mètres autour d’un panier, voire même dans le bac à jouets).

Ne pas trier

Si ma mère lisait ca, elle ferait une syncope. Si ma grand-mère lisait ca, elle me renierait. Mais à toi, je peux te le dire, te l’avouer : je ne trie pas mon linge. Couleurs ? Blanc ? Dans le même bac. Depuis que je vis avec mon mari, qui ne porte que du noir de toute façon, le linge blanc est une claire minorité qui ne mérite pas son propre traitement. Et depuis que j’ai des enfants, dont la majorité (voire la totalité) des habits se lavent à 30… Je mets tout à 30. Seule exception, les draps et serviettes, qui ont droit à leur lessive à 60. Mais c’est une lessive spéciale, qui se fait dans les grands engins du sous-sol, du type industriel avec leur charge de 10 kilos et leur capacité de séchage digne de la soufflerie d’un Boeing 747.

Ranger et plier

Et bien évidemment, une fois que tout est propre, la pile de linge, insidieuse, prend une autre forme : celle du linge à ranger. De montagne gargantuesque, elle devient petit tas glouton, à traiter avec douceur sous peine de revenir à la case départ, à prendre sous son aile (et par là je veux dire avoir trois piles différentes : deux sous chaque bras et une sous le menton, pour éviter les allers-retours) pour les déposer au bon endroit. Ne pas confondre les chaussettes de la grande avec les chaussettes de la petite ; attention à bien plier les pulls en carré et rouler les tee-shirts (merci Marie Kondo) et pas l’inverse, sous peine d’avoir un placard en plein désarroi. La meilleure arme de cette mutation : les chaussettes orphelines. Sur le mur de notre chambre il y a un fil peuplé de chaussettes esseulées, qui ont perdu leur âme sœur dans le grand inconnu des lessives successives. Parfois, un miracle se produit, et une chaussette seule se retransforme en paire utilisable, mais le reste devra malheureusement rester dépareillé… parfois quand je les regarde pendouiller je me sens remplie d’une tristesse infinie face à cette petite injustice de la vie quotidienne.

C’est plier et ranger qui est la goutte d’eau dans ma charge quotidienne, le moment où le plus important est fait (tout est propre) mais le plus dur reste à faire (tout doit être rangé). C’est le moment de découragement, la tâche sans fin qui démoralise… Si je baisse les bras maintenant, tout reste dans le sèche-linge pendant trop longtemps pour vraiment l’avouer. Il faut donc que j’arrive à transformer un gros tas informe en plus petits tas déposés devant la porte de la bonne chambre, voire, miracle, si j’ai réussi à le faire avant le coucher des petites, à de jolis tas dans les placards. Ce qui marche le mieux est d’essayer de prendre les petites excroissances de linge par surprise et directement les mettre dans la bonne chambre, pour les plier là avant qu’ils ne mutent en tas de linge en ébauche.

plier, ranger, linge plié
Crédit photo : Sarah Brown

Si par miracle le linge propre est plié et rangé dans un délai acceptable, c’est l’occasion parfaite pour enfiler directement le linge tout juste atterri dans son paradis propret ; s’assurant un nouveau passage dans le panier de sale quelques heures plus tard. Et me donnant par la même occasion l’impression de vivre un jour sans fin, inondé par un torrent de vêtements à laver, sécher, plier, ranger.

Ces petits trucs permettent la survie et la propreté relative de la majorité des vêtements de la famille. Ils tiennent à l’écart la pile dévorante des habits boueux, pleins de sable, de miettes, et d’aquarelles qui jalonnent la vie d’une petite fille de 3 ans, de deux parents qui travaillent et d’un bébé à tendance régurgitations. Chaque jour, chacun peut trouver de quoi s’habiller au bon endroit et dans un état acceptable. Et c’est chaque jour une victoire personnelle d’avoir réussi à dompter ma pile de linge… jusqu’au prochain déshabillage.

Note personnelle : pour l’humour, j’ai bien entendu exagéré la situation, et je ne suis pas la seule ensevelie sous une pile de linge, puisque mon homme est lui aussi happé par des tombereaux de tee-shirts à laver.

31 commentaires sur “Ma pile de linge

  1. J’adore le concept de mitose entropique, c’est tellement ça (et ça marche pour tout, on tourne le dos 5 minutes à un unique mouton de poussière et quand on revient, on a un troupeau, je demande qu’on réévalue l’hypothèse de la génération spontanée ‘:D ) !
    Plus sérieusement, en ce qui me concerne je me sens moins oppressée par le panier de linge sale depuis que mon mari est en télétravail et pas moi (il lance des machines la journée du coup), et je continue à trier les couleurs (hors de question que mes blouses blanches que j’ai passé des heures à coudre se retrouvent grises après avoir frayé avec un jeans noir…). On a aussi que des chaussettes grises ou noires (pas la 2e ? Tant pis, elle ira avec une autre de la même couleur, on refait même pas forcément les paires – quant à nos placards, ben ils sont en demi désarroi disons, mais ça nous dérange pas assez pour qu’on les rerange plus souvent que tous les 6 mois ), c’est idiot mais ça enlève une raison de s’embêter.
    Mais oui, ça et la poussière, je trouve que c’est vraiment les tâches nécessaires mais super casse-pieds et prise de tête dont on se passerait bien !

    J'aime

    1. Ouii, la poussière aussi fait partie des cas particuliers de mitose entropique ménagère … Concernant les paires de chaussettes, mon mari a un toc et refuse de mettre des chaussettes dépareillées, même quand ce sont 2 chaussettes noires. Ca a été la résolution 2021: ne plus avoir de chaussettes orphelines… et on en est loins 😥

      J'aime

  2. LOL alors mes astuces pour ce puits sans fond : un seul panier à linge sale, tout le monde met dedans, je ne cours après rien du tout. Si quelqu’un laisse traîner ses affaires, elles ne seront pas lavées et ils n’auront plus de vêtements propres.
    Deuxième astuce, je sors du sèche-linge vaguement plié, qui passe devant part avec ses vêtements et les range le soir même. Ce n’est pas fait, déposé dans un coin, pas mon problème s’ils ont des vêtements en vrac.
    Troisième astuce, n’acheter que des vêtements qui sèchent vite et qui n’ont pas besoin d’être repassés.
    Quatrième astuce, mais il faut avoir la place, j’ai investi dans une machine 10kg.
    Et on en parle de la tata retraitée qui t’apostrophe en plein été « mais les draps, faut les étendre dehors, ça sent bon après, quelle idée de mettre dans le sèche linge ! » Comment lui dire …? 😉

    Haut les coeurs !

    J'aime

    1. C’était pas une tata chez moi, c’était ma grand-mère qui voulait tout faire sécher dehors (bon elle repassait ses chaussettes aussi, alors je prenais ses conseils avec des pincettes). Tu as du courage de laisser les vêtements en vrac, avec mes loustics je pense qu’au bout de 2 jours ca serait trop le capharnaüm !

      J'aime

  3. C’est vrai que certaines tâches sont un éternel recommencement et si on loupe un coche, on peut vitre être débordé. Le linge, le ménage, le rangement, la cuisine… j’ai 3 enfants encore en bas âge, les 2 ainés savent s’habiller seuls mais je suis souvent à côté. Mes machines sont dans la salle de bain, le plus souvent je profite d’être dans cette pièce pour se déshabiller au moment de la toilette, du bain afin de mettre les habits sales directement dans les paniers. Et je regroupe les lessives, on va dire 2 jours de lessive, parfois 3 suivant le linge. Je fais 2 machines à la suite , je dois faire 5-6 machines /semaines. si il fait beau je l’étend, si le temps est pas top c’est sèche linge. Ensuite je plie et je range le linge dans les armoires, souvent en soirée ou à l’heure de la sieste les mercredis et we. On a suffisamment de vêtement pour attendre la tournée de linge et ça revient vite tous les 2-3 jours. Avant de lancer les machines, je fais aussi le tour de la maison pour voir si je n’ai rien oublié. A l’inverse, j’ai plutôt tendance à remplir les machines et je trie le linge, j’ai plusieurs paniers par type de linge. Par contre, le repassage j’ai oublié. Pas que je ne veux pas mais je trouve cela dangereux et je ne veux pas le faire lorsqu’il y les petits à côté et je ne trouve pas le temps.

    J'aime

  4. Ça me parle tellement !
    Ici c’est un seul panier à linge et je ne lave que le linge qui y est dedans (enfin presque..).
    Par contre, je trie. J’ai eu des déconvenues de vêtements abîmés et ça m’insupporte. C’est certainement lié au fait que quand j’achète un vêtement (assez peu en vrai !) c’est pour qu’il dure et rien ne me vexe plus que de ne plus pouvoir le mettre ! Du coup, c’est une lessive par jour environ. Voir 2…
    Mais tout ça même si c’est un peu chronophage, je le vis bien.
    Ce qui me bouffe littéralement c’est le pliage et le rangement du linge. Ça prend un temps fou. Et c’est TOUJOURS moi qui m’y colle. Quand j’essaie de faire comprendre à mon mari pourquoi c’est l’étape la plus chiante, il me dit de ne pas me prendre la tête et que je n’ai qu’à tout laisser en tas, on retrouvera bien nos petits… Méthode testée et pas du tout validée (en même temps je devais pas y mettre du mien 😂).
    Bref, le jour où il existe une machine qui plie également le linge, je prends!

    J'aime

    1. C’est une idée, une machine à plier le linge (qui est aussi la partie que je déteste le plus ET la partie qui m’incombe le plus, comme chez toi). Si on dépose un brevet y a moyen de devenir riches !

      J'aime

  5. Merci pour cet article auquel on peut tellement s’identifier !! cet aprem, je ne travaille pas, et pour le coup, j’ai bien 3 ou 4 lessives de 9 kg à lancer… 😦 j’ai essayé la technique de lancer une machine chaque jour… mais je ne suis pas assez disciplinée pour m’y tenir. Du coup je fais ca le week end, et comme on était en vadrouille les 2 derniers w.e., les placards sont vides et c’est la déprime. Mais du coup je me sentirai moins seule !!

    Il y a un autre truc aussi qui rajoute à ca: la gestion des vêtements trop petits/trop grands en attente des enfants qui grandissent vite…

    J'aime

    1. Bon courage pour cette journée lessive ! Et oui, gérer les vêtements de la mauvaise taille pour les enfants c’est aussi tout un programme… Sans compter la place qu’il faut leur laisser.

      J'aime

  6. Ah le linge ! Chez nous aussi c’est chronophage. II faut dire qu’on ne se facilite pas la vie : on utilise des couches lavables, je refuse d’avoir un sèche-linge (à cause de la place que ça prend et de la consommation d’énergie, sans compter que les UV sont un super détachant pour les tâches de nourriture et de selles), et que mon mari ne met que des chemises qu’il faut repasser.
    Mes petites astuces à moi :
    – On ne met au sale que ce qui est vraiment sale : interdiction de mettre au sale un t-shirt juste parce qu’il a été porté une journée et que le lendemain mon fils voudrait en porter un autre (évidement, s’il y a une grosse tâche de peinture ou qu’il sent la transpiration, on a le droit de le mettre à laver même s’il n’a été porté qu’un seul jour)
    – Les bodys sont en laine (donc auto nettoyant, il n’y a qu’à enlever les grosses tâches à l’éponge et laisser aérer), idem pour la plupart des pulls
    – J’étends et plie le linge en écoutant des podcast (j’ai moins l’impression de perdre mon temps.
    – Je demande à chacun de ranger son linge (mais ce n’est pas encore au point)
    – Et comme c’est mon mari qui a le plus de linge à repasser, c’est lui qui se colle au repassage !

    J'aime

  7. Quand les enfants grandissent, ca devient bien plus simple. Un seul modèle de chaussettes pour toute la famille, le minimum de vêtements : ils passent rapidement de lavé à porté, pratiquement rien à plier ni à ranger…tendre le linge directement en sortie de machine évite le repassage.

    J'aime

    1. AH merci pour cet espoir ! J’espère que ca ira mieux dans quelques années alors (et que quand elles seront plus grandes, elles auront moins de tâches de sauce tomate sur leurs manches 😀 )

      J'aime

  8. Ah le linge ! Chez nous aussi c’est chronophage. II faut dire qu’on ne se facilite pas la vie : on utilise des couches lavables, je refuse d’avoir un sèche-linge (à cause de la place que ça prend et de la consommation d’énergie, sans compter que les UV sont un super détachant pour les tâches de nourriture et de selles), et que mon mari ne met que des chemises qu’il faut repasser.
    Mes petites astuces à moi :
    – On ne met au sale que ce qui est vraiment sale : interdiction de mettre au sale un t-shirt juste parce qu’il a été porté une journée et que le lendemain mon fils voudrait en porter un autre (évidement, s’il y a une grosse tâche de peinture ou qu’il sent la transpiration, on a le droit de le mettre à laver même s’il n’a été porté qu’un seul jour)
    – Les bodys sont en laine (donc auto nettoyant, il n’y a qu’à enlever les grosses tâches à l’éponge et laisser aérer), idem pour la plupart des pulls
    – J’étends et plie le linge en écoutant des podcast (j’ai moins l’impression de perdre mon temps.
    – Je demande à chacun de ranger son linge (mais ce n’est pas encore au point)
    – Et comme c’est mon mari qui a le plus de linge à repasser, c’est lui qui se colle au repassage !

    J'aime

  9. Ici 2 enfants en bas âge dont un encore en couches ( lavables bien sûr !),un mari qui change de fringues 3 fois par jour ( boulot/bricolage/sport) et 2 belles filles ado il vaut mieux être organisée.
    Un seul panier à linge dans la SDB. J’ai enfin investi dans 1 sèche linge depuis quelques mois et franchement ça change la vie.
    Je ne trie pas.
    Je fais 1 à 2 machines par jour que j’étends ou mets au sèche linge selon le temps.
    Une fois sec tout ce petit monde rejoint ma corbeille à repasser. 2 soirs par semaine, une fois les enfants couchés, donc après 21h30 je choisis le programme TV et je repasse tout. J’adore repasser et contempler mon linge propre et repassé et mes placards bien rangés. Généralement je mets tout le linge repassé dans 1 grosse panière et je remplis les placards en une fois.
    Mon mari étend les lingettes lavables ou les petits trucs chiants à étendre!
    Le week-end c’est au tour du linge de maison et là je mets tout au sèche linge en 4h c’est lavé séché et remis sur les lits ou le porte serviettes!

    J'aime

  10. Honnêtement c’est une tache qui me plaît assez même si très rébarbative et chronophage… le soucis c’est plus de trouver où caser cette tache dans une journée aloes qu’elle est déjà terminée. On lance quasiment 1 machine par jour. C’est juste compliqué en travaillant tous les 2 à l’extérieur de tenir le rythme, que le propre ne s’accumule pas et d’essayer d’éviter d’avoir des machines à faire les week-ends. Aussi j’en ai parfois marre d’entendre tourner machine et sèche linge le soir. Ca me gâche un peu mes soirées…mais pas le choix. Ici je ne repasse rien et tout passe au sèche linge. Je plie souvent devant la télé, c’est bien plus sympa ! On a 2 filles en bas âge dont une qui régresse niveau propreté… et bientôt un petit gars (spolier alert) donc oui je me demande ce que ca va donner avec des cacas jaunes explosifs en plus ! Ah oui je suis preneur pour un article sur les vêtements à trier, trop petits… je m’en sors difficilement…

    J'aime

    1. Félicitations pour ton futur petit bonhomme ! C’est vrai que travailler à la maison permet de plus facilement gérer cette tâche (je lance régulièrement le sèche-linge pendant la pause toilettes ici !), et que du coup si on a une journée chargée les machines qui tournent le soir c’est très désagréable…

      J'aime

  11. Ah oui la corvée, et encore on n’a pas plus besoin d’aller au lavoir laver son linge! Sinon je suis comme ta tata…j adore l’odeur du linge qui a séché au soleil et je n’utilise plus le sèche linge quand il fait beau.

    J'aime

  12. Je suis une célibataire qui fait une machine par semaine, au plus, deux. Et je trouve le moyen de laisser le linge sec sur l’étendoir pendant des jours, en espérant qu’il saute tout seul de là où il se trouve, vers les tiroirs et les penderies. Pouf. Auto-rangement.

    J'aime

    1. Haha pareil ici, cette technique marche super bien mais de l’étendoir directement sur moi, sans passer par la case armoire ! On évite de vider l »étendoir, repasser, plier le linge, le ranger, mais la contrepartie c’est qu’il y a toujours du linge qui « sèche » au milieu de la pièce !
      Mais je suis quand même atterrée de voir que ce sont encore les femmes qui se tapent le plus gros du boulot.

      J'aime

  13. Bonjour
    Mon mari trouvait que je passais trop de temps à faire la lessive (le pauvre, il ne pouvait pas regarder la série Netflix qu’il a juré de regarder avec moi, qd j etais prise par le linge! C est de l ironie, je précise)
    Donc on a tenté le linge lavé par notre femme de ménage chez elle, qu elle ramène plié (non repassé). (Vous avez un site internet: cowash, c’est le airbnb du lavage de linge!)
    J ai donné ma lessive, les lingettes anti décoloration, et le vinaigre comme adoucissant. Elle n a pas de sèche linge, donc c est séchage sur tendeurs.
    On fait ça depuis 2 semaines. Pour l instant, je ne trouve pas que ca me fait gagner bcp de temps, mais j etais vraiment vraiment sous l eau. Il faut encore ranger le linge dans la maison, ce qui prend même pas mal de temps, car elle le plie, mais tout est mélangé.
    De plus, je pense que sa machine n’a peut-être pas la même qualité que la mienne, car les taches des enfants restent bien visibles, et le linge est légèrement grisâtre.
    Et le gros point noir, c est que le linge sent le tabac. Donc je dois l aérer avant de le ranger.
    Bref, pour l instant, je ne suis pas spécialement satisfaite par cette solution.
    Ma femme de ménage, elle, a l air plutôt contente. Elle me dit en riant  » je peux enfin teletravailler! » Pour le tabac, on va tenter de ranger le linge dans des boîtes hermétiques pour que le linge ne prenne pas l odeur.
    Donc je vais encore tenter un mois, car c est peut-être moi qui ai du mal à lâcher quelque chose, j ai tendance à tout vouloir contrôler.

    J'aime

  14. Alors je vais détonner, mais j’aime m’occuper du linge et pourtant je travaille. Je pense que quelque part, ça répond à ma névrose obsessionnelle, je pars du linge sale en vrac, et j’arrive à des piles de linge propres, pliées (et repassées ^^). Je pense que ça me donne une illusion de remettre le monde en ordre en fait. En même temps, j’ai une femme de ménage qui fait le reste (et qui lance et étend certaines machines), mais j’aime bien repasser, je mets la musique, j’écoute des podcasts, en fait ça me vide la tête.

    J'aime

  15. Ton article me parle terriblement !
    Ici on n’a pas de sèche linge mais j’ai décidé que ce serait notre prochain achat pendant les soldes. La gestion du linge c’est vraiment un esclavage domestique. La tache ingrate dont personne ne veut se charger, et qui prend un temps dingue.
    J’ai fini par arrêter de ranger le linge des enfants dans leurs tiroirs : maintenant qu’ils sont un peu plus grands, ils ont chacun leur panier de linge plié qu’ils sont priés de monter et de ranger dès qu’il est plein.

    J'aime

  16. Oui, ça a changé ma vie ! Grace à la lanoline qu’elle contient naturellement (et qu’il faut « recharger » régulièrement en utilisant une lessive spéciale laine qui en contient, car sinon elle disparait au fil des lavages), la laine n’absorbe pas, ce qui fait qu’il est hyper facile d’enlever les tâches avec un linge humide (surtout si c’est fait immédiatement). Et elle ne retient pas les odeurs. Il suffit de faire passer une nuit dehors au vêtement pour qu’elles disparaissent (autant sur les pulls sentant le feu de bois que les bodys sentant l’urine). En plus elle est thermo régulatrice et renouvelable (ça dépend où et comment elle est produite, évidement), bref je suis tombée amoureuse !

    J'aime

  17. Ton article m’a bien fait rire ^^
    Ici on réunit le linge de la maison dans une grande caisse, en bas, face au lave linge qui est dans la cuisine. Du coup dès qu’on passe devant, que ça déborde un peu ou quoi, on lance. La seule chose qu’on triait c’était les couches lavables qui ne passent pas a l’essorage. Le reste, c’est 30 ou 40 selon l’humeur, puis sèche linge. Le sèche linge est dans le garage, où se trouvent aussi 2fils à linge pour les couches. Je récupère tout sec, et pendant que les enfants mange je m’associe à côté d’eux et je plie le linge. .. je fais des tas par personne en pliant, puis remet tout dans la bassine. Une fois a l’étage, la bassine est vidée gentiment sur notre lit, et les enfants donnent un coup de main pour le rangement : leurs tiroirs leurs sont complètement accessibles. Je leur donne par type, et ils font des allers retours. Parfois je vide juste la bassine pour m’en resservir et c’est monsieur Loup qui se tape le rangement, ça marche aussi 🙂
    En fait le plus long pour moi c’est de penser à faire tremper les vêtements tâchés dans le percarbonate avant le lavage… Je zappe souvent et du coup tout n’est pas nickel 😭

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s