Une relation toxique, du rêve au cauchemar (Partie 1)

Une relation toxique, du rêve au cauchemar (Partie I)

Je t’ai déjà parlé ici de ma rencontre si merveilleuse avec celui que je pensais être l’homme de ma vie, et ici tu as pu comprendre que l’histoire s’était bien mal terminée. Depuis l’écriture de ce second article, j’ai pris un peu de recul sur la situation et je me suis rendu compte que dès le départ, quelque chose me chiffonnait : j’étais en réalité dans une relation toxique, ce qui a été très difficile à accepter et qui reste pour moi difficile à comprendre. Je reviens dans cette série d’articles sur les différentes étapes de cette relation.

couple amour nuit

Crédit photo (creative commons) : susan-lu4esm

Les débuts

J’ai rencontré cet homme sur un groupe de sorties dont l’idée générale était de créer des liens amicaux entre les différents inscrits. Mon objectif n’était pas du tout de faire une rencontre amoureuse, mais tout simplement de me faire de nouvelles connaissances après ma séparation. Confinement oblige, les seules activités possibles étaient des balades en extérieur. Couvre-feu oblige, la majorité des discussions entre les personnes inscrites sur le groupe se faisaient de manière virtuelle. Ma première impression sur lui était un peu négative, mais assez vite j’ai noté son côté très jovial, protecteur et rassurant. Nous nous sommes rapprochés comme dans un rêve, et la relation a pris très vite une tournure amoureuse, cela se faisant très naturellement. J’avais eu des doutes sur un autre rapprochement de sa part avec une jeune femme du groupe que nous avions créé, mais il a très vite balayé ces doutes tellement il se montrait amoureux, prévenant et attentionné envers moi.

Il m’a très vite dit des mots d’amour, m’a rassurée sur beaucoup d’aspects, a su exactement quoi me dire pour me toucher concernant mes différents projets de vie et notamment mon désir d’enfant. J’étais assez mal à l’aise de recevoir autant d’amour d’un coup, mais j’ai mis ça sur le compte du fait que je n’avais pas l’habitude, mon ex-conjoint étant assez peu démonstratif. J’ai eu des doutes sur sa sincérité, sur la vitesse à laquelle allait notre relation, mais les actes allaient dans le même sens que les mots et sa personnalité était semblable avec les autres personnes que nous côtoyions. Je parlais de mes doutes à mes proches, et tout le monde me rassurait en me disant qu’il semblait sérieux, que je méritais cet amour et que c’était normal. Les différentes épreuves qu’il avait vécues me touchaient, il était plus âgé que moi et je voyais dans tout cela une confirmation de sa maturité et une justification de ses débordements d’affection et des mots doux un peu surfaits. Ce que je disais à qui voulait l’entendre, c’est que j’aimais sa franchise et le fait que la communication soit si facile avec lui. J’avais le sentiment de lire en lui comme dans un livre ouvert. Il me parlait de sa vie d’avant (il avait été marié et n’avait pas pu avoir d’enfant) sans aucun complexe et m’avait expliqué avoir finalement connu très peu de femmes dans sa vie. Il me disait que j’étais la femme qu’il attendait, qu’avec moi c’était si spécial, et qu’il n’avait jamais connu cela auparavant.

Nous étions toujours en confinement, alors nous étions dans notre bulle sans voir beaucoup plus de personnes que celles qui nous connaissaient en commun. Sa famille habitait loin, son père était décédé, ses amis à plus des 10 kilomètres réglementaires… Il allait néanmoins voir une amie régulièrement, bravant la limite de distance, car elle venait de perdre son mari et avait cruellement besoin de soutien. De mon côté, je ne voyais pas non plus ma famille et pas beaucoup mes amis, donc nous étions sur la même longueur d’ondes et nous sentions bien ensemble. C’était toujours lui qui venait chez moi : il était extrêmement respectueux de mon espace, et sa venue m’arrangeait bien, j’ai un animal et je suis plutôt casanière. J’avais néanmoins été quelques fois dans son appartement, un meublé très froid et impersonnel, pour manger le midi. J’étais surprise de voir un quarantenaire vivre dans un environnement aussi limité, mais il m’avait expliqué avoir choisi cet appartement provisoirement lors de son changement de région, et avoir été empêché par la pandémie de trouver quelque chose de plus confortable et permanent. J’ai parlé de lui très rapidement à mon entourage, y compris à mes parents, car j’étais de plus en plus certaine de vivre enfin la belle relation que j’attendais depuis toujours (et aussi parce que ce n’est pas du tout dans mon tempérament de garder des choses secrètes, ce qui m’a été très profitable pour la suite, je dirais même ce qui m’a sauvée).

La consolidation

Progressivement, nous avons repris une vie normale. Enfin… pas si normale, l’habitude de se voir beaucoup était prise, nous avions des rythmes de travail décalés et donc profitions de chaque créneau horaire disponible pour passer du temps ensemble (au détriment d’autres activités et relations). Quand nous étions séparés, il restait néanmoins très présent par message, ce qui était très rassurant pour moi. Je me sentais très heureuse, positive, sereine, cela se voyait pour mon entourage qui m’en faisait souvent la remarque. Je me sentais très aimée et amoureuse, je pouvais le ressentir physiquement. Notre vie sexuelle était parfaite, il était tout aussi prévenant et attentionné dans ce domaine que pour le reste. Au fur et à mesure que le temps passait, les doutes que j’avais pu avoir au début de notre relation s’estompaient tellement tout se passait bien. Il faisait tout pour me faire plaisir, mais me montrait quand même des choses un peu moins positives, comme son caractère de cochon ; cela me rassurait : je le croyais ainsi vraiment sincère sur tout ce qu’il m’apportait de positif. J’étais traitée comme une reine. C’était le genre d’homme à enlever sa veste pour la mettre sur mes épaules parce que j’avais froid, à passer à la boulangerie acheter des gâteaux quand j’allais rendre visite à mes parents, à offrir des petits cadeaux sans occasion particulière, juste pour me voir sourire, à m’organiser un anniversaire surprise… plein de choses que personne n’avait jamais fait pour moi.

Comme je le disais, nous avions pris l’habitude de passer beaucoup de temps tous les deux. Aussi, quand il m’a indiqué se sentir prêt à ce que nous vivions ensemble, j’ai un peu freiné le temps de passer une vraie semaine de vacances ensemble, mais j’y ai assez vite vu une façon de nous simplifier la vie par rapport à notre rythme décalé, et il n’y avait aucune raison pour que ça se passe mal ! Le plus logique était qu’il vienne vivre chez moi, et je me suis dit qu’au pire, ça ne m’engageait pas beaucoup, si ça se passait mal ce serait à lui de partir. Une petite voix, que j’ai refoulée, me disait que c’était quand même bien rapide… Mais à nos âges, avec la relation si précieuse qu’on avait, il n’y avait aucune raison valable et tangible de retarder ce projet. Nous avons décidé de partager toutes les charges financières, ce qui m’a prouvé son sérieux. Aussitôt dit, aussitôt fait, il est arrivé avec quelques maigres affaires : quelques vêtements, trois paires de chaussures, un peu de vaisselle, du linge de maison et c’est à peu près tout. J’ai été un peu étonnée, mais (encore une fois) il a eu réponse à tout en me disant qu’il était minimaliste, qu’il avait très peu de besoins, et qu’il s’achetait très peu de choses tant qu’il vivait dans un meublé. Je n’ai pas vraiment cherché plus, au moins je ne me sentais pas envahie contrairement à mon ex-conjoint qui ne savait rien jeter… Ce qui m’a vraiment surpris en revanche, c’est qu’il n’avait pris aucun papier administratif avec lui.

Nous avions convenu qu’il garderait son appartement quelques semaines le temps de voir si nous nous entendions toujours aussi bien. « Quelques », ça a été en réalité trois semaines après lesquelles il m’a annoncé au détour d’une conversation avoir donné son préavis. J’étais surprise et un peu contrariée qu’il ne m’en ait pas parlé avant de prendre cette décision mais je n’ai pas mesuré à ce moment-là l’impact de ce comportement.

Tout se passait toujours bien dans notre vie quotidienne. Il travaillait de nuit, préparait mon petit déjeuner le matin et faisait quasiment l’intégralité des tâches ménagères communes pendant la journée. J’étais tranquille, j’avais du temps pour moi, mais je ne savais pas réellement quoi en faire. Je ne lisais plus, nous ne regardions pas les mêmes programmes à la télévision, et si je sortais en fin de journée ça faisait du temps en moins passé ensemble et même s’il ne disait rien et m’encourageait à sortir et voir du monde cela me faisait culpabiliser sans que je sache expliquer pourquoi. De son côté, toute sa vie tournait autour de moi, il ne faisait plus rien d’autre que de s’occuper de moi et de l’appartement. Tout cela s’est installé insidieusement et ce n’est que dans les dernières semaines de notre relation que j’ai compris à quel point il s’agissait de signaux d’alarme importants. A ce moment-là, j’étais toujours sur mon petit nuage, j’avais beaucoup de changements dans les autres aspects de ma vie et cela m’a sans doute empêché de réfléchir sérieusement à ce qui était en train de m’arriver.

17 commentaires sur “Une relation toxique, du rêve au cauchemar (Partie 1)

  1. J’attendais ces articles, c’est incroyable cette spirale insidieuse… Il a tout de l’homme dont on peut facilement rêver ! Je pense que n’importe qui aurait pu se faire piéger… Bravo d’avoir le courage de nous raconter ça ❤️

    Aimé par 1 personne

  2. C’est fou parce que quand tu parles de signaux d’alarme, même en sachant que ça se passe mal ensuite, je peine à les voir (sauf le préavis sans te dire, ça OK)! Franchement je comprends totalement, au vu de cette première partie en tout cas, que tu aies pu y croire sans te poser de questions, ça avait juste l’air parfait, et parfois c’est comme ça et tout va bien… Quant aux grandes déclarations que tu mentionnes, là aussi, difficile d’y voir un mauvais présage, seule la suite renseigne sur leur valeur (en tout cas on m’a dit 2 fois « avec toi c’est pas pareil », en toute sincérité à chaque fois je pense, et ça ne s’est vérifié qu’une fois !).
    Bref, pas facile, merci de nous raconter cette histoire ❤

    J’aime

    1. (Quoi qu’en te relisant, c’est vrai que travailler de nuit mais avoir pourtant l’énergie de faire tout le ménage la journée c’est suspect ! Je fais peut-être fausse route cela dit… C’est l’ensemble qui pose question, en fait, chaque détail séparément n’est pas forcément bizarre, c’est sûrement pour ça que c’est si difficile de s’en rendre compte)

      J’aime

      1. Je te laisserai découvrir la suite dans quelques jours, mais en effet, c’est l’ensemble de toutes ces choses qui, avec le recul, auraient pu m’alerter. Mais c’est toujours plus facile de s’en rendre compte après coup, d’autant plus qu’au moment donné il avait toujours réponse à tout.

        J’aime

  3. Merci de partager ton histoire qui pourra certainement aider beaucoup de personnes dans une situation similaire.
    Personnellement, j’ai vécu également une relation toxique (qui a duré longtemps et qui continue en partie car enfant) donc je vois un « red flag » dans son histoire d’avoir attendu LA bonne personne, dans le fait de ne pas t’accueillir chez lui quand vous viviez séparés et dans les sentiments de malaise que tu as ressentis.
    Je crois que c’est ça le plus marquant avec le recul… ces fois où quelque chose nous mettait mal à l’aise sans arriver à qualifier quoi.

    J’aime

    1. + le fait de rapidement « proposer » de s’installer ensemble (proposition assez unilatérale surtout avec le préavis), de ne pas savoir quoi faire de ton temps libre et de tout faire avec lui.
      Encore une fois, c’est avec le recul… quand on est dedans on ne fait pas attention à ces « détails ».

      J’aime

      1. Merci beaucoup pour ton commentaire et ton partage d’expérience. En effet, c’est avec le recul qu’on se rend compte des signaux d’alarme qu’on n’a pas su voir. Et j’ai écrit cet article en sachant déjà ce qui allait arriver après donc avec du recul, mais vraiment au moment donné je n’ai rien vu ou plutôt il a su balayer mes doutes. Je n’en ai pas parlé dans l’article, mais pendant les premières semaines de notre relation, je dormais très peu et me réveillais systématiquement toutes les nuits. Je pense que ça faisait partie du malaise que je ressentais et mon instinct a été très aidant dans cette histoire comme tu pourras le lire dans la suite de mon récit. Je suis désolée en tout cas que tu aies vécu ce genre de chose et que la vie fasse que tu ne peux pas complètement tourner la page avec cette personne.

        J’aime

        1. Je le vis « bien ». Ma fille est merveilleuse et je suis tellement heureuse qu’elle soit dans ma vie. Je suis par contre super vigilante sur ce qu’elle me raconte pour bien positionner ce qui est normal et ce qui ne l’est pas.
          Comme toi, mon sommeil a été très perturbé. Je faisais énormément de cauchemars, mais ce n’est qu’après la séparation que j’ai compris que j’en faisais vraiment beaucoup. Mes rêves de maintenant sont bien loin de tout cela.

          J’aime

  4. J’ai l’impression de lire mon histoire … celle que j’ai vécu à la même période et dans les memes conditions
    J’attends la chute, le dénouement avec cette « amie » également …

    J’aime

    1. Merci pour ton commentaire et désolée que tu aies dû subir également cela… Est-ce que tu veux m’en dire plus ? Petit spoil pour l’amie en question, juste la quasi certitude qu’elle était également une victime potentielle.

      J’aime

      1. Et bien écoute … lui aussi avait une amie (collègue), la pauvre, qui avait énormément de soucis au travail et dans sa vie personnelle …
        Bon. Un an après notre séparation je viens d’apprendre qu’il s était pacsé avec 😔 (mais oui, nouvelle victime elle aussi mais elle ne le sait pas encore…)

        L’histoire était parfaite aussi pour moi, sentiments qui apparaissent vite, histoire évidente, emménagement rapide, demande en mariage au bout de 6 mois, jamais d’engueulade, forte complicité, forte attirance, achat de maison dans la foulée, projet bébé… il est parti du jour au lendemain 1 semaine avant la signature de la maison, la veille il me disait encore que j’étais la femme de sa vie et qu’il n’aimait et de regardait que moi. MAIS BIEN SÛR.

        J’espère que les choses vont mieux pour toi aujourd’hui !

        J’aime

        1. J’ai l’impression que quand ça va très vite et très fort, il y a toujours anguille sous roche. Mais est-ce qu’il y a des gens pour qui ça a vraiment marché ?
          J’ai remarqué aussi que ça semble cyclique avec ce genre de personne, avec toujours un fond de faiblesse comme pour la collègue de ton ex. Ça a dû être vraiment très difficile à vivre pour toi, j’espère que tu n’as pas eu trop d’ennuis financiers avec cette signature avortée. J’espère que tu vas mieux aujourd’hui.
          Je te laisse lire la suite de mon histoire, il reste encore un article à publier. Ça commence seulement à aller mieux et encore, c’est très fragile. Mais ça ira avec le temps.

          J’aime

          1. Malheureusement j’y ai laissé des plumes si … Avec pertes et fracas comme on dit 😉
            Mais mieux vaut perdre quelques milliers d’euros que ma santé mentale, je crois…

            Mais tu as raison c’est cyclique !

            Les choses s’apaiseront avec le temps, pour toi comme pour moi c’est certain 🙂

            J’aime

          2. Je suis désolée pour toi, en effet c’est la santé mentale qui est le plus important mais tous ces tracas « en plus » viennent encore plus l’altérer je crois… Mais l’essentiel est que cette personne soit désormais loin de toi et de ta vie. Et par cyclique j’entendais qu’ils recommencent sans cesse avec de nouvelles victimes. Courage à toi, le plus dur est passé 🙂

            J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s