Des livres et des femmes

Des livres et des femmes

Crédit photo : photo personelle

Cette année, pour la Journée Internationales des Droits des Femmes le 8 mars, j’ai demandé à nos chroniqueuses, qui sont des lectrices assidues, quels livres sur des Femmes extraordinaires ou ordinaires les ont marquées, et voilà le résultat. Des héroïnes du quotidien ou de la politique, de l’Histoire, les femmes ne sont pas toujours en première place dans les ouvrages de littérature. Cependant cela change, et aujourd’hui, nous te présentons des ouvrages qui peut-être t’inspireront, te feront voyager ou rêver.

Yume :

Blanc autour – Wilfrid Lupano et Stéphane Fert

Crédit photo : photo personelle

En 1832, prés de Boston, une petite école pour jeunes filles blanches ouvre ses portes aux jeunes filles… noires. Alors que nous sommes encore trente ans avant l’abolition de l’esclavage, Prudence Crandall, institutrice, décide de consacrer son école à l’éducation des jeunes filles afro-américaines. Elle va alors se heurter à une vague d’hostilité d’une ampleur insensée.

Crédit photo : photo personelle

Ce roman graphique reprend l’histoire incroyable de la Canterbury Female School et de ses premières (et malheureusement) dernières élèves. C’est l’histoire de dizaine de femmes qui s’est joué dans cette école, et si la bande dessinée s’arrête à la fermeture de l’école, une postface détaillée et illustrée de photos d’époque prend le temps de satisfaire notre curiosité sur ce qu’elles sont devenues. Et croyez moi, elles ne sont pas devenues n’importe qui ces élèves noires de l’école de madame Crandall ! 

Une histoire touchante, téméraire, et qui nous amène à réfléchir à la fois à la place des femmes dans la société, et au poids du racisme dans l’éducation.

Madame Parenthèse : 

Culottées – Pénélope Bagieu

Crédit photo : photo personelle

J’ai découvert Pénélope Bagieu via le blog « Culottées », sur lequel elle pré-publiait ces histoires de femmes importantes dans l’histoire, chacune à leur façon. Guerrière, scientifique, actrice, femme à barbe : toutes ces personnes ont laissé une trace plus ou moins connue dans l’histoire humaine, sans distinction géographique. Les profils sont variés, les histoires passionnantes (et parfois très dures) et permettent de mettre en valeur l’implication des femmes dans diverses civilisations, trop souvent minimisée par ceux qui ont rédigé les livres d’histoire. Je recommande vivement de les lire, ne serait-ce que pour étendre facilement sa culture personnelle sur ce thème !

Crédit photo : photo personelle

Lys : 

Le bal des folles – Victoria Mas

Paris à la fin du 19ème siècle, la psychiatrie intéresse, les cafés débats philosophiques se multiplient, le beau Paris rêve de voir les cours publics du docteur Charcot, les spirites se développent. Dans cette ambiance où la science ramène des foules, les femmes sont mise de côté. Toutes ? Non, il y a celles que l’on exhibe, que l’on hypnotise afin de recréer des crises d’hystérie. Les hommes ont tous les droits sur les femmes : celui de les rabaisser, de choisir leur avenir, leur mariage, de les violer, de profiter d’elles, et quand elles ne servent plus ou osent s’affirmer et s’émanciper, ils les envoient à la Salpêtrière, prétextant une folie.

Crédit photo : photo personelle

Le bal des folles est un roman court et prenant qui présente une époque et des femmes qui, souhaitant s’émanciper, se retrouvent enfermée. Un combat pour l’indépendance des femmes se dessine au fil des pages et la lecture est prenante.

Et toi ? Quel livre sur les femmes ou avec des héroïnes ordinaires ou extraordinaires t’as transporté ?

6 commentaires sur “Des livres et des femmes

  1. Bonjour,

    Dans le thème j’aimerai mettre en avant le livre de Margot Lee Shetterly : les figures de l’ombre (Hidden Figures). Le livre qui a inspiré le film réalisé en 2016.

    Voici le descriptif que l’on peut lire sur le site Lireka.
    « Armées de simples crayons et de règles, elles ont propulsé les États-Unis en tête de la course à la conquête spatiale.

    Les « ordinateurs de couleur ». Tel était le descriptif de poste des mathématiciennes afro-américaines Dorothy Vaughan, Mary Jackson, Katherine Johnson et Christine Darden, employées à la NASA dans les années soixante.

    Grâce à ces femmes, les États-Unis envoyaient l’astronaute John Glenn en orbite en 1962, dix mois seulement après Youri Gagarine. Pourtant, leurs noms sont restés inconnus du grand public pendant des décennies. Dans une Amérique rongée par la ségrégation raciale, sans compter le sexisme auquel elles devaient faire face, leurs carrières ont été, pour ainsi dire, oblitérées.

    Récompensée notamment par la Virginia Foundation for the Humanities pour ses recherches sur l’histoire des femmes dans l’informatique, Margot Lee Shetterly réhabilite aujourd’hui ces héroïnes de l’ombre dans ce document exceptionnel, adapté au cinéma par Theodore Melfi. »

    Aimé par 1 personne

  2. Oh, Blanc autour a l’air super bien, je l’ajoute à ma liste de lecture !

    (Par contre je dois avouer que j’ai été très déçue du Bal des folles, c’est de la déformation professionnelle mais il est plein d’inexactitudes historiques qui, je trouve, desservent le propos. L’auteur semble vouloir prouver une thèse (avec laquelle je suis entièrement d’accord) à tout prix, et surtout au prix de la véracité historique, et c’est dérangeant ! Par exemple, on ne peut pas être interné à la Salpêtrière sans l’avis d’un médecin extérieur (ce qui n’empêchait pas les abus on est d’accord, mais du coup c’est invraisemblable dans le livre), et quand l’héroïne accompagne son frère en soirée, les amis de celui-ci la tutoient, je suppose pour l’infantiliser, mais ça ne se faisait absolument pas, on n’utilise même pas le prénom d’une jeune fille qui n’est pas de la famille ou une amie d’enfance (et il y avait d’autre manières de traiter les femmes comme des idiotes sans recourir à quelque chose d’anachronique) ! A l’inverse, dans la réalité je doute que la patiente qui refuse d’être examinée par un autre médecin que Charcot lui-même aurait été entendue (on n’écoute les patient.e.s que depuis quelques décennies, et encore y a beaucoup de ratés, alors…) J’ai aussi trouvé que ces autres patientes auraient pu avoir plus de profondeur… Bref, désolée pour la minute « historienne rabat-joie » mais le propos féministe par ailleurs tout à fait justifié pâtit de ces arrangements je trouve !)

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour cette liste ! Je suis très tentée par les 2 premiers, alors que je lis bien peu de BD.

    J’aimerais bien ajouter quelques lectures récentes, sur des figures féminines inspirantes. Le propos n’est pas ouvertement féministe, mais la lecture de ces romans questionne et encourage à la réflexion.
    Jean-Laurent del Socorro, « Boudicca », reine celte qui tient tête à Rome qui veut envahir l’Angleterre. Une biographie historique et onirique nous dit l’éditeur (forcément, les éléments historiques sur lesquels se baser sont maigres !), j’ai été happée par la lecture.

    Maria Peters, « Antonia, la cheffe d’orchestre ». Le combat quotidien d’une jeune femme au début du XXème siècle pour poursuivre ses études musicales et devenir cheffe d’orchestre. J’ai été révoltée avec elle par le traitement que lui réservent sa famille, les grands maîtres, et la société en général, et ce livre est extraordinaire.

    Ursula K. Le Guin, « Lavinia », un peu différent des précédents, notamment car il s’agit plus largement d’une fiction, mais pour lequel les recherches historiques sont réelles. Il permet d’avoir un autre regard sur les sociétés antiques tout en étant très poétique.

    Bonnes lectures !

    Aimé par 2 personnes

  4. Je suis très axée livres d’aventures en ce moment et je peux donc conseiller les livres autobiographiques de plusieurs femmes « modernes » et extraordinaires:
    – les livres d’aventure de Sarah Marquis, une aventurière Suisse. Mike Horn version femme si tu préfères
    – les livres de Katia Astafieff, très drôles et émouvants sur ses voyages et ses treks. Parce que oui même en 2022, ce n’est pas encore donnée à toutes les femmes d’oser et de pouvoir voyager seule
    – dans le même style, je recommande Wild de Cheryl Strayed, qui a décidé sur un coup de tête à cause de difficultés personnelles de réaliser le Pacific Crest Trail, un trek éprouvant du Mexique au Canada en 1995, sans connaissance de la randonnée.
    – Seper Hero de Marine Barnérias qui raconte le voyage qu’elle a entreprit pour réussir à accepter sa maladie, la sclérose en plaque. Elle a par ailleurs sorti un documentaire récemment « rosy » 🙂

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s