Chapitre 3 : Casse noisette et disparition

Chapitre 3 : Casse noisette et disparition

Alors que Nicole reste impassible, son sourire mutin figé sur ses lèvres, Anna échange un regard inquiet avec Joshua, chargé comme une mule.

Depuis le chalet, Victor pousse alors un cri affolé. Le sang d’Anna ne fait qu’un tour. Elle lâche les mains de Nicole, attrape Chloé au passage, en courant le plus vite possible vers le chalet pour retrouver son fils. Abandonnant les valises dans la neige, Joshua la suit en faisant porter sa voix la plus rassurante possible « Victor ? Qu’est-ce qui se passe mon grand ? »

L’intérieur du chalet est exactement comme sur l’annonce. La grande pièce de vie est dominée par le sapin, orné de boules et de guirlandes rouges, or et vertes, qui grimpe jusqu’au plafond. Au pied de la cheminée éteinte, des lutins agrémentent les cadeaux factices minutieusement organisés et des sucres d’orges – des vrais, ceux-là – débordent des chaussettes.

Les murs, outre leurs guirlandes lumineuses, sont pleins de photos de familles, peut-être celles ayant passé un séjour ici auparavant ?

— Victor ? appellent Joshua et Anna en s’apercevant que leur fils n’est pas dans cette pièce.

— L’est là, Victor… souffle Chloé d’une toute petite voix en pointant son doigt vers le sapin où Anna et Victor ne voient rien d’autre que les décorations du sapin.

La porte d’entrée du chalet claque brusquement, faisant sursauter la petite famille. 

Mais Joshua aperçoit enfin leur fils, qui va très bien et il se met à le sermonner d’avoir poussé un tel cri d’effroi juste parce qu’il y avait un casse-noisette géant à côté d’une porte au fond de la pièce.

— Mais Papa, le monsieur m’a souri ! Et je suis sûr de l’avoir vu cligner des yeux.

— Ne raconte pas d’histoire Victor!

— Mais c’est vrai Papa ! Gémit le garçonnet. Il m’a fait très peur.

Crédits photo : Nikolina

Rassurée, Anna se dirige vers la porte, par la fenêtre, elle aperçoit quelque chose bouger dans les sapins. Un renard ?

Et puis, elle se rend compte que Nicole n’est plus là.

— Mais … ? lâcha Anna sans pouvoir poursuivre sa phrase.

— Qu’est ce qu’il se passe ? L’interpella son mari sans même prendre la peine de la regarder, continuant à sermonner son fils.

— Nicole, elle a disparu.

— Tu veux dire qu’elle est partie ? lança Joshua en passant la tête derrière l’énorme sapin qui trônait au milieu de la pièce.

— Non, elle a vraiment disparu! Elle s’est volatilisée !

— Allons donc! Ne sois pas sotte. Les gens ne se volatilisent pas comme ça par magie… sauf si bien sûr, on se trouve dans un chalet enchanté, conclut-il sur un ton moqueur.

Anna se vexe. Elle sait que son mari rigole, mais elle n’apprécie pas pour autant son sous-entendu. 

Une semaine plus tôt, dans l’euphorie et l’excitation de la réservation, elle s’est un peu laissée aller à la rêverie, sans doute influencée par tous les téléfilms mielleux de Noël qu’elle a ingurgités pour se mettre dans l’ambiance. Elle a dit à Joshua que cette disponibilité de dernière minute était tellement parfaite et inespérée qu’il s’agissait sûrement d’un chalet magique, ce qui bien évidemment avait fait exploser de rire son pragmatique de mari. Était-ce réellement si mal d’imaginer un peu de fantaisie ? Au moins, ça la changerait de son quotidien monotone et répétitif de “business mum”. 

Victor refuse de s’éloigner du casse-noisette, il veut montrer à son père qu’il bouge réellement. Anna ne peut s’empêcher de sourire. Son fils a une imagination débordante et, bien souvent, il est dans son petit monde. Plus de peur que de mal au final. Ils vont pouvoir prendre le temps de s’installer et découvrir ce magnifique chalet. 

La pièce dans laquelle ils sont semble être le cœur de l’habitation. En plus de la décoration particulièrement fidèle aux photos de l’annonce, il flotte dans l’air un doux parfum d’épices, celui qui, pour on ne sait quelle raison, fait automatiquement penser à Noël.

Anna propose de sortir des coloriages pour occuper les enfants pendant que Joshua va récupérer les bagages toujours éparpillés dans la neige.

Ce dernier remet ses bottes quand Nicole revient en descendant les escaliers. Il fait un clin d’œil à sa femme qui est pourtant persuadée que Nicole n’a jamais monté les escaliers en leur présence.

Les escaliers grincent si fort que c’était inloupable.

Une fois installés, la nuit commençant à tomber, Anna descend demander à quelle heure le dîner sera servi. Une fois arrivée dans la cuisine, Anna est aux anges, elle assiste à une danse de Nicole avec Jean, son mari, sur des airs de Noël. C’est exactement ce dont elle avait rêvé. Mais devant l’état nickel de la cuisine qui laisse présager que le dîner ne sera pas prêt avant un long moment, elle déchante. Elle sait que les estomacs de sa progéniture crieront bientôt famine.

Contre toute attente, Nicole lui indique qu’elle peut aller chercher ses enfants, que le dîner va être servi.

Anna passe alors dans la salle à manger pour remonter à l’étage ou Joshua fait de la pâte à modeler avec la cadette pendant que leur aîné fait un puzzle. Elle remarque du coin de l’œil que la table du dîner est vide, désespérément vide. Aucun couvert, aucun plat.

Aucune odeur autre que celle de pain d’épices ne flotte dans la maison. Que vont-ils manger? Elle rêve d’une tartiflette, d’une raclette ou de tout autre plat bien chaud et gras.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s