Chapitre 4 : Commencer à profiter

Chapitre 4 : Commencer à profiter

Anna annonce aux enfants que c’est l’heure de descendre dîner. Ils sautent de joie et dévalent en courant les escaliers pour se rendre dans la salle à manger où de magnifiques assiettes avec un liseré doré sont posées et entourées de couverts dorés. Les verres scintillant semblent être faits du cristal le plus clair.

Au centre, de nombreux mets sont servis : dinde grillée, pommes de terre farcies, purée de brocolis, canard laqué, risotto d’asperges et encore bien d’autres. L’odeur est enivrante.

Tout ceci est mieux qu’un festin de Noël alors que ce n’est même pas encore le 24.

Comment tout cela est arrivé en une fraction de seconde ? Quand tout cela a été préparé ?

Nicole passe la tête par la porte qui donne sur la cuisine 

— Bon appétit à tous ! Nous n’avons préparé que des choses que vous aimez. Oh, et avec le voyage vous devez être épuisés donc une fois que vous avez fini laissez tout sur la table. Jean et moi nous nous occuperons de débarrasser dans la soirée.

Anna n’a pas le temps de la remercier, ni de lui demander comment elle peut savoir ce qu’ils aiment manger, Nicole est déjà repartie. 

Ils s’installent autour de cette merveilleuse table. Les enfants n’en reviennent pas : tout ça, rien que pour eux quatre ! Voir les yeux de Victor et Chloé briller ainsi conforte Anna : elle a bien fait de réserver ce chalet étonnant.

Ce repas est un moment hors du temps. Les enfants parlent calmement, sans se disputer. Toute la famille ri et est détendue. Et les plats sont plus que délicieux, on dirait qu’ils ont été réalisés exactement selon les préférences de chaque membre de la famille. La dinde est moelleuse comme l’apprécie Joshua, la purée de brocoli douce comme Chloé l’aime, les pommes de terre salées parfaitement pour Victor et le dessert à la mandarine doucement acidulé pour Anna.

Crédits photo : Nicole Michalou

Une fois le repas terminé, ils laissent tout en place, comme l’a demandé Nicole. Anna ne peut s’empêcher de culpabiliser en quittant la pièce. Mais, installée devant la cheminée crépitante, avec ses deux enfants serrés contre elle et la douce voix de Joshua qui lit une histoire, elle oublie vite ce sentiment.

Après trois histoires, ils montent les escaliers pour se coucher. En passant devant la salle à manger aux lumières éteintes, Anna croit voir une petite ombre courir sous la table. Elle cligne des yeux et ne voit rien d’autre que la table vide, la nappe immaculée. Quand Nicole et Jean sont-ils venu débarrasser, elle n’a rien entendu ? Tout est vraiment étonnant dans ce chalet.

En haut, les chambres sont aménagées avec goût tout en conservant cette impression de féerie de Noël. Les enfants partagent une chambre à deux lits juste à côté de la chambre d’Anna et Joshua.

Quand Anna se glisse dans les draps, elle sait qu’elle passera une nuit reposante et douce. Elle s’endort doucement, contre Joshua. 

Le lendemain, alors que le soleil n’est pas encore levé, elle est réveillée par un cri de Chloé : 

— Maman !! Papa !! Victor n’est pas là ! Il devait m’attendre pour jouer !! Victor ! T’es où ? 

Anna se lève lentement, encore engourdie de sommeil. Chloé arrive dans la chambre en continuant ses cris. Où Victor s’est-il encore fourré ? Elle l’appelle. Aucune réponse. Peut-être joue-t-il à cache-cache comme cela lui arrive parfois ? Elle fouille l’étage, sa fille agrippée à sa main. Son mari est descendu, et ses recherches ne semblent pas plus fructueuses.

En passant devant une fenêtre qui donne à l’arrière de la maison, elle aperçoit fugitivement un mouvement dans la lumière pâle du jour qui se lève. Son cœur manque un battement car il s’est produit à côté d’un puits qu’elle n’avait pas remarqué la veille au soir. Mon Dieu, faites que Victor ne soit pas sorti de la maison !

Elle dévale l’escalier aussi vite qu’elle le peut avec Chloé toujours pendue à son bras. 

— Joshua! Je crois que Victor est dehors ! 

Aucune réaction de Joshua. A-t-il disparu lui aussi ? Elle n’attend pas de réponse et sort en coup de vent. Elle contourne la maison et se fige en arrivant dans le jardin de derrière. Là où elle a vu un puits se trouve un magnifique et immense camélia aux fleurs d’un rouge profond qui contrastent magnifiquement avec ses feuilles vertes. Est-elle en train de rêver ? L’emplacement de cet arbuste est étrange, posé comme ça presque au milieu du jardin… Tout comme le fait de le voir si fleuri au milieu de la neige. Elle parcourt du regard le jardin qui n’est pas bien grand. Aucun puits. Il lui semble voir fugitivement un mouvement dans un coin.

— Victor ? Arrête de jouer maintenant, montre-toi ! 

Chloé donne de la voix à son tour. Anna se met soudain à frissonner : dans sa précipitation, elle est sortie dans le froid du matin sans se couvrir.

Un commentaire sur “Chapitre 4 : Commencer à profiter

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s