Quand j’accouche pour la 3eme fois – 1/2

Quand j’accouche pour la 3eme fois – 1/2

Le terme approche à grands pas, nous lançons les pronostics. Le Luciole naîtra-t-il avec quelques jours d’avance, comme sa sœur pour laquelle j’ai perdu les eaux à J-4 ? Fera-t-il du rab comme son frère que nous avons dû déclencher à J+5 ?

L’attente est si longue…

Chacun y va de son petit pari. On coupe la poire en 2 : il naîtra le jour J ! Ou le lendemain, le 9 août, pour la St Amour ! Ah non, à telle date, comme mon fils/mon mari/moi. Tout le monde place sa date, et on attend. J’attends. J’ai hâte. J’ai hâte de voir sa frimousse, mais aussi, de vivre l’accouchement (j’ai adoré chacun des précédents et revivre cette aventure unique m’enchante). J’ai hâte de retrouver mes enfants, envoyés chez mes parents pour les vacances afin de nous assurer d’avoir le champs libre en cas de départ précipité. Et enfin, j’ai hâte de retrouver mon corps.

Oh que oui. Comme j’ai aimé cette dernière grossesse ! Jusqu’au bout ! Mais je vieillis je pense, et voilà que cet acrobate qui bouge sans cesse m’empêche de dormir, que je suis plus sujette aux insomnies, que je ne sais plus comment mettre mon (bien trop énorme) ventre, je n’ai pas de position confortable. Je veux récupérer les pleins pouvoirs sur mon corps !

Le terme de la Luciole passe, sans rien de nouveau sous le soleil (caniculaire). Je perçois parfois quelques contractions, que j’ai du mal à différencier des mouvements quasi permanents de mon petit habitant. Lundi 8 août, 41sa tout pile, nous voici à la maternité pour un contrôle.

Des équipes surchargées

Nous avons RDV côté urgences maternité, et non plus côté consultation. On se perd, on s’excuse de notre retard. La SF qui nous reçoit s’excuse plus encore : il y a un énorme retard dans les RDV, ils sont submergés de patientes : la maternité qui se trouve à 20km de là ferme en août faute de personnel durant les vacances, la mienne récupère les patientes… Ça se bouscule au monito et le planning des RDV est plein jusqu’au 27 !!

Crédit photo : photo personnelle

Finalement c’est mon tour : le monitoring de 30min montre une belle activité cardiaque mais un calme total côté contractions, l’écho nous montre un bébé (très agité) qui a encore plein d’eau dans sa piscine, et un cordon qui bat correctement. Tout va très bien. Le toucher du col est très douloureux par contre : je suis constipée et le rectum plein gêne la manœuvre, qui me fait souffrir. Col ouvert à « 2 large ». Ah bon ? Je ne sais même pas comment il a fait ça…

On rentre chez nous avec un RDV pour mercredi 10 à 14h si rien n’a évolué. Bon, ben on va se faire un ciné alors… Je perds mon bouchon muqueux en rentrant, mieux vaut tard que jamais !

Enfin !

Le lendemain matin, on traîne au lit. Je sens que ça contracte parfois. C’est différent, ça appuie sur mon pubis en quelque sorte, et tout mon ventre durcit. Je respire profondément. Pas parce que j’ai mal, mais parce que la sensation en bas est particulière, ça détourne ainsi mon attention. J’en sens 4 ou 5 durant ma grasse matinée et finis par ouvrir mon application pour les compter. Elles durent autour d’une minute, mais sont espacées de près d’une heure à chaque fois. C’est sûrement un genre d’entraînement…

Après le déjeuner, j’en suis à des contractions toutes les 20min. Toujours pas douloureuses, juste je les sens. Monsieur Loup, qui n’en peut plus de tourner en rond, va pêcher pas loin. Il doit rappliquer fissa si ça accélère. Moi, je vais faire une sieste sous le ventilateur. Bon plan : les contractions s’arrêtent. L’homme rentre à 20h, déçu de n’avoir pas été rappelé.

Ce petit filou attendait le retour de son père : voilà que ça revient durant le dîner. Toutes les 20min à nouveau, pas douloureuses, je souffle. Je monte me coucher vers 23h, Monsieur Loup qui m’entend parler de contractions depuis le matin décide que c’est pour ce soir et qu’il n’ira donc pas se coucher, attendant mon signal.

Dans le lit, je me tourne dans tous les sens. Je ne sais pas comment me mettre. À partir de minuit, les contractions sont toutes les 10/13 minutes, je dois me lever et « tenir » mon ventre pendant la minute de respiration, je sens comme une barre très dure qui appuie fort sur mon pubis. Ce n’est pas agréable. Je ferme ma trousse de toilette, regroupe mes dernières affaires, et descend mon bazar. Monsieur Loup me dit « on y va ? »

Je pense que c’est un peu tôt. On est à moins de 10min de la maternité, je supporte franchement pas mal les vagues qui me prennent, l’application qui les compte me dit que tout est normal, et on m’avait dit qu’il fallait qu’elles se rapprochent et s’intensifient pour donner le top départ.

À peine ai-je expliqué ceci à mon mari que la contraction qui s’est finie 3min plus tôt reprend. Je me dis que c’est moi qui me fais des idées mais non, je la sens bien, et j’ai besoin de souffler pour la faire passer. Mon mari me regarde faire et comprenant que ça ne devrait pas être déjà une contraction, saute dans des vêtements propres et ses chaussures.

Le temps qu’il regroupe ses dernières affaires (pas de charge mentale, chacun son sac!) et charge la voiture, j’ai eu à nouveau 4 contractions à moins de 5 minutes d’intervalle. Il est temps d’y aller. Nous quittons la maison à 1h20, la nuit est noire, les routes vides, nous partons à la rencontre de notre petit dernier, très excités (et un peu essoufflée pour moi, les contractions en voiture ce n’est pas super agréable…).

12 commentaires sur “Quand j’accouche pour la 3eme fois – 1/2

  1. Tu n’étais pas pressée ! Comme Virg je me demande si bébé n’est pas arrivé avant que vous ne soyez dans la maternité. Perso, pour la troisième, à la quatrième contraction espacées de 10 min j’avais lancé le branle-bas de combat. Il faut dire que j’avais une petite demi-heure de route et que j’avais une peur bleue de rompre la poche des eaux dans la voiture.

    J’aime

      1. L’aîné était arrivé plutôt vite pour un premier mais rien d’extraordinaire. Je pense que j’ai été capable de distinguer les contractions vers midi et il est né a 17h. Et le deuxième, c’était une césarienne programmée, donc il n’y a pas eu de contraction.

        Aimé par 1 personne

    1. Moi mes accouchements avaient pas été spécialement rapides, mais surtout je n’avais jamais vécu de contractions à surveiller, donc oui, pas paniquée… Et j’habite à 10min de l’hôpital ^^

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s