Cette fois, j’arrête – Arrêt du tabac 1/2

Cette fois, j’arrête – Arrêt du tabac 1/2

Je suis une fumeuse. J’ai commencé autour de 20 ans. Arrêté pour chacune de mes grossesses, et allaitements. Mais toujours repris. Jusqu’à cet été, puisque le 6 Août 2022 a été ma première journée sans tabac – et cette fois, c’est définitif ! Voici comment je me suis préparée à ce grand changement dans ma routine…

Le déclic

Je fumais pour me détendre. Le geste, le fait de prendre 5 minutes pour moi, c’était ce qui me satisfaisait. Ça et l’aspect « social »: mon homme fume aussi, et beaucoup de mes amis fumaient, donc c’était un moment passé ensemble (généralement dans le froid).

Mais depuis la naissance de mes filles, et même depuis mon expatriation en Suède, chaque cigarette avait un petit goût de culpabilité. Je m’empoisonnais, j’empoisonnais mes filles, et je le savais. Je pense que sans ma dépression post-partum, je n’aurais pas repris après la naissance de ma deuxième. Excuses, excuses, je sais. Cette culpabilité était toujours dans un coin de ma tête, et puis quand Pépette s’est rendue compte de ce que je faisais, il était de plus en plus difficile de justifier cette mauvaise habitude. « Pourquoi tu fumes Maman? » Je ne sais vraiment pas. « Tu vas encore fumer Maman? » Oui ma puce, ce n’est jamais vraiment fini.

Du coup, je me suis mis comme objectif d’avoir arrêté de fumer aux 4 ans de ma Pépette. Mais même une fois cet objectif posé, je ne m’imaginais pas l’atteindre. Impossible de me voir, moi, en tant que non-fumeuse. Je fais souvent la blague « arrêter, c’est facile, je l’ai fait plein de fois », mais cette blague est en fait tristement, 100% vraie : je savais qu’arrêter n’est pas le problème, c’est ne pas reprendre qui est difficile. Tu ne vois pas la différence ? C’est le temps, la différence. Parce qu’en fait, arrêter de fumer est un exercice constant. C’est à chaque envie que l’on arrête. Chaque nouvelle cigarette qui n’est pas fumée. Arrêter n’est pas un point défini dans le temps, c’est quelque chose que je fais encore, et que je continuerai toute ma vie je pense.

Du coup, je partais un peu perdante dans ma tête déjà. Oui, aux 4 ans de Pépette, j’aurais écrasé ma dernière cigarette… mais quand est-ce que je vais reprendre? La date à laquelle j’avais déjà décidé d’arrêter (mon anniversaire) est donc passée… avec toujours des paquets dans mes poches. Et puis, pendant mes vacances en France cet été, je ne saurais pas te dire pourquoi, mais je me suis peu à peu convaincue moi-même. Pendant les vacances, je fume plus (je suis plus souvent dehors et moins souvent avec les enfants), et le dégoût était de plus en plus évident. Le prix des cigarettes en France a aussi été un gros réveil ! J’ai même promis à ma fille que, le jour de son anniversaire, je ne fumerai plus.

Refuser une cigarette

Image par Tumisu de Pixabay

La préparation

Et, face à cette grande promesse, j’ai décidé de mettre toutes les chances de mon côté pour ne pas reprendre. J’ai pris contact avec la ligue anti-tabac suédoise, qui a été d’une immense aide. Leurs ressources en ligne sont très nombreuses, entre témoignages d’ancien fumeurs, documents médicaux et forums de discussions. Mais c’est surtout la possibilité de parler tout de suite avec quelqu’un, facilement, qui m’a aidé et décomplexé sur ma démarche. Par chat ou par téléphone, j’ai pu parler avec une personne qui m’a aiguillé sur quoi faire, quelles motivations étaient les plus puissantes, quelles options j’avais pour réussir. Des conseils personnalisés, des personnes à l’écoute et un anonymat constant : grâce à eux, j’ai fait un plan d’attaque pour ne pas reprendre. Il consistait en différents points :

Les bonnes motivations

Avant d’arrêter j’ai fait une liste de toutes les bonnes raisons que j’avais de ne pas allumer de cigarettes. La première, la plus fondamentale et puissante, ce sont bien sûr mes filles. Fumer c’est montrer le mauvais exemple, c’est les exposer à une substance dangereuse, nocive, et addictive. C’est aussi risquer de leur retirer leur maman trop tôt. La santé, raison numéro 2, est moins motivante pour moi, mais après avoir discuté avec la ligue anti-tabac, j’ai trouvé des exemples plus concrets : meilleures gencives, capacité pulmonaire augmentée, pression artérielle, sens du goût et de l’odorat, mauvaise haleine, doigts et dents tachés… Voir des choses plus tangibles que « tu as moins de risque de cancer des poumons » m’a beaucoup aidé. La troisième raison, c’est le porte-monnaie, et là aussi il m’a fallu quelque chose de tangible. J’ai calculé mes dépenses en cigarettes à la journée, puis à la semaine, au mois, à l’année pour me rendre compte de ce que je mettais dans cette mauvaise habitude. Puis j’ai réfléchi à ce que je pouvais m’offrir avec tout cet argent ! Enfin, la dernière raison est celle qui a été la plus puissante au tout début : cet automne, j’avais un gros voyage de prévu, dans un pays où fumer est plus compliqué qu’ici. Près de 19 heures d’avion, voilà un cauchemar pour un fumeur : le meilleur moyen de l’éviter c’est de ne plus fumer !

J’ai donc écrit cette liste, manuscrite, pour l’avoir près de moi dès que l’envie d’une cigarette me prenait. Un bon moyen de savoir pourquoi il ne fallait pas que je me rallume de cigarette, et un rappel constant de tout le bien que ça me fait d’arrêter.

Choisir une date

Le conseil qui m’a aussi vraiment aidé, c’est de choisir une date précise pour arrêter. J’ai choisi un samedi d’août, où il ne se passait pas grand chose pour être sûre de d’abord affronter ma nouvelle routine sans cigarettes. La question s’est posée si je diminuais progressivement, ou si je faisais comme d’habitude jusqu’au dernier jour… Mais honnêtement, plus la date approchait, plus j’étais dans l’optique « fume maintenant après il sera trop tard », ce qui fait que j’ai fumé mes 10 cigarettes quotidiennes jusqu’au dernier moment.

Des palliatifs

Enfin, il me fallait des choses pour résister à mes envies de fumer. C’est ce que je redoutais le plus et donc que j’ai essayé de préparer au maximum. J’ai demandé conseil à une pharmacienne qui a gentiment répondu à mes centaines de questions pour choisir un substitut nicotinique. Patch ? Chewing-gum ? Quelles doses ? Je me suis lancée sur des chewing-gums, parce que plus que le sevrage, ce que je redoutais c’est l’absence du geste. Du coup, une semaine avant, j’avais une belle boîte sur mon bureau et une à la maison, à dégainer quand mes envies me prendraient.

Je me suis aussi inscrite à la gym : d’après mon conseiller en ligne, c’était la meilleure façon pour moi de ne pas prendre de poids tout en me reboostant . Et j’aimais cette idée de prendre soin de moi un peu plus, de fond en comble. Soyons honnêtes, j’ai grandement besoin de me remettre en forme.

Donc, armée de ma liste, de mes chewing-gums, et d’une motivation inégalée, le 6 Août, j’ai arrêté de fumer ! Pour savoir comment ça s’est passé, la suite dans un prochain épisode…

6 commentaires sur “Cette fois, j’arrête – Arrêt du tabac 1/2

  1. Bon courage, nous y pensons beaucoup aussi… « maman, quand est-ce que tu arrêtes de fumer ? » Mais mon mari s’est lancé dans un régime drastique (-30kg) qu’il termine tout juste, les docs ont interdit de cumuler les 2. Ce sera notre prochain défi alors toute bonne idée est bonne à prendre 😉

    J’aime

  2. Bravo, félicitations, et bon courage pour la suite !
    Je n’ai jamais fumé : voir mon père fumer et tenter d’arrêter toute mon enfance + certaines émissions TV m’ont vaccinée à jamais.
    Finalement mon père ne fume plus depuis 20 ans. Il avait dit comme vous. « Vendredi soir j’arrête ». Il s’est fait aider aussi. Le vendredi soir il a jeté le reste de cigarettes dans le poêle. Le samedi il apprenait le décès de son père (mon gd-père avait un cancer), mais rien n’a entamé sa détermination.
    Les premiers effets ont été le retour du goût et le teint plus frais.
    Je vous souhaite autant de réussite que mon père, et autant de détermination !
    Et encore bravo à vous 🤗

    J’aime

  3. J ai fumé 7 ans puis après 2 tentatives infructueuses, la 3eme a été la bonne car je me suis faite aidée aussi pour cette dernière (substitut, magnésium, sport…).
    Quelques années après j ai voulu essayer une cigarette pour voir et ça m a profondément dégoûtée. Ouf j étais sevrée à vie cette fois.
    Bon courage

    J’aime

  4. Si tu es sensible à la cause écologique, je te recommande de lire le livre du Dr Olivier Milleron (ou d’écouter en podcast une des émissions sur France Inter dans lesquelles il a été invité) qui explique que la fabrication du tabac est extrêmement polluante et que l’industrie est vraiment le symbole du système capitaliste dans ce qu’il a de pire. C’est un ancien fumeur, qui a fait le constat que le discours « fumer est mauvais pour la santé » ne suffit pas pour arrêter pour certains. C’est intéressant car on parle bcp moins des incidences environnementales et sociétales du tabac… Je te souhaite une bonne continuation pour la suite

    J’aime

  5. Bravo et merci de nous expliquer ton parcours !
    J’accompagne mes patients dans le sevrage tabagique (je suis médecin généraliste), et il y a une BD que je conseille particulièrement  » Lily Cane arrête de fumer » . Elle explique de manière ludique ce qu’ il se passe dans le cerveau d un fumeur, les mécanismes de la dépendance physique et psychologique.

    J’aime

  6. Courage!
    11ans ici, presque jour pour jour (4 janvier 2012). Oui tu te souviendras de la date et oui tu penseras toujours qu’il « ne faut pas craquer »… mais de moins en moins 🙂
    Et probablement que comme moi, tu auras d’autres épreuves et tu te diras « si j’ai surmonté ça sans fumer, je vais pas craquer maintenant quand meme! »
    Et surtout, c’est le sentiment de fierté, année après année, de ne plus fumer qui est génial.
    Alors courage et bravo.
    Ici, arrêt à cause du prix (5,50€ à l’époque!!) On a fait durer la dernière cartouche pour passer nouvel an et ensuite fini. Sans substitut mais une passion nouvelle pour le chocolat noir…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s