Une chambre pour deux enfants : quand ça ne fonctionne pas

Une chambre pour deux : quand ça ne fonctionne pas

Je ne sais pas exactement par quel bout prendre cet article. Je sais que beaucoup de familles vivent dans de petits logements pour plein de raisons, principalement par manque de moyens, alors écrire un article pour dire que faire dormir deux enfants dans une chambre n’a pas fonctionné chez nous, peut sembler un poil désespérant. 

Je précise donc déjà : je suis convaincue que, dans la très grande majorité des cas, faire dormir deux enfants dans une chambre n’est pas un problème. J’ai moi-même partagé ma chambre jusqu’à onze ans avec ma soeur et j’en garde un très bon souvenir. Et si problème il y a, comme ce fut le cas chez nous, ce n’est de toute façon généralement pas un problème éternel. A partir de trois ans environ, la plupart des enfants dorment. Donc non, je ne pense pas que les personnes n’ayant qu’une chambre d’enfant à leur disposition soient condamnées à n’avoir qu’un enfant.

Seulement, j’ai longtemps eu l’impression d’être un cas rare, la seule maman au monde qui n’ait pas réussi à faire dormir ses petits dans la même pièce. Et j’aurais beaucoup aimé, à l’époque où je rencontrais ces problèmes, lire le témoignage de quelqu’un qui rencontrait les mêmes, ne serait-ce que pour me sentir moins incompétente. Après cette trop longue introduction donc, je me lance : je n’ai jamais réussi à faire dormir mes deux fils dans la même chambre.

Retour en arrière : nous sommes en juillet 2017. Nous habitons un joli et spacieux trois pièces en centre-ville. Je suis enceinte de notre deuxième enfant, mais nous nous sentons bien dans notre appartement. Nous sommes incertains quant à la suite (questions travail et emplacement) et n’envisageons donc pas de déménager de suite. Nous réaménageons donc la chambre de notre aîné, y faisons un peu de place en enlevant un placard et notre linge de maison et y installons le lit et la commode du bébé à venir. Nos enfants auront exactement le même écart d’âge que ma soeur et moi, je suis persuadée que, comme nous, ils adoreront partager leurs jeux et cet espace. Je n’entends d’ailleurs que des témoignages positifs sur le sujet, je suis confiante. Mon aîné dort dans son lit et fait des nuits complètes sans grand problème depuis ses quatre mois. J’imagine que son petit frère passera quelques mois dans son landau dans notre chambre, avant de le rejoindre. 

Crédit photo : photo personnelle
Les bons moments, en journée.

Dans les faits son petit frère n’a jamais dormi une nuit complète dans cette chambre. Nous avons essayé, deux ans et demi… Et nous avons déménagé en janvier cette année. Son petit frère a toujours eu un sommeil très agité. La faute à pas de chance je crois, il s’est longtemps réveillé pour boire la nuit, chercher notre contact. Mais là où avec son grand frère je m’étais permise d’insister, le remettant dans son lit après un long câlin, quitte à prendre le risque de déclencher de nouveaux pleurs, cette fois j’avais une nouvelle dimension à gérer : ne pas réveiller mon aîné. Alors au moindre bruit du petit nous le sortions de la chambre en urgence pour le calmer dans notre lit. Parfois l’ainé se réveillait quand même, et c’était un cauchemar : il fallait rendormir les deux. Et je me sentais toujours très coupable le lendemain de constater la fatigue de mon grand qui ne pouvait plus faire de sieste au jardin d’enfants. 

Au mois de septembre 2018, alors que le petit avait un an, nous avons abdiqué : je reprenais le travail, il fallait que tout le monde dorme, en tout cas que le petit ne réveille plus qu’une personne, et pas systématiquement quatre. Nous avons donc déménagé son lit dans notre chambre. Et nous avons institué un roulement : mon mari et moi dormions à tour de rôle dans la chambre avec lui ou dans le salon tranquillement. Evidemment, nous pensions au début que cela serait temporaire, une histoire de quelques mois, le temps que notre cadet dorme enfin toute la nuit. Nous avons d’ailleurs, épisodiquement, fait de nouvelles tentatives et remis son lit dans la chambre d’enfant. Mais cela ne marchait jamais. Non seulement le petit continuait de se réveiller la nuit et donc de réveiller son frère. Mais en plus les endormissements des deux devenaient très compliqués. Les enfants s’excitaient et ne trouvaient pas le sommeil, mon mari et moi finissions par nous fâcher. Alors que le coucher était jusque là un moment apprécié de lecture partagée avec chacun, même nos soirées étaient gâchées. 

Alors la routine s’est installée : la plupart du temps je dormais dans la chambre parentale (qui n’en n’avait plus que le nom) avec le petit, il me rejoignait dans le lit en cododo au plus tard au milieu de la nuit. Le grand dormait dans la chambre d’enfants. Mon mari dormait au salon.

Crédit photo : photo personnelle
Notre chambre « parentale » l’an dernier.

La journée, je ne peux pas dire que le partage de chambre était une vraie réussite non plus. C’était plutôt un échec plus vivable. A l’époque, mes enfants jouaient assez peu ensemble mais se disputaient beaucoup. Je rêvais de pouvoir les envoyer chacun dans leur chambre le temps de se calmer un peu. Je culpabilisais aussi, peut-être à mauvais titre, de ne pas pouvoir leur offrir un espace à soi. Je sais que nous aurions pu réaménager la chambre pour cela : installer un paravent ou une étagère qui aurait au moins divisé l’espace en deux, assuré un peu d’intimité aux occupants. Mais nous retombions sur une évidence qui discréditait ces plans : notre cadet ne dormait pas là, son lit ne s’y trouvait pas, ses livres et ses jouets envahissaient notre chambre. 

Sur ce genre de thèmes – qui dort où et comment – ma tolérance est sans bornes : du moment que toute la famille se sent bien, je crois qu’il n’y a pas de mauvaise solution. Seulement notre solution à nous, au bout de six mois environ, a commencé à vraiment me peser. D’une part je ne voyais pas la qualité du sommeil de mon cadet s’améliorer et j’avais l’impression d’entretenir le problème en partageant sa chambre. D’autre part ne plus partager le lit de mon mari me pesait. Nous avions encore une vie intime, le problème n’était pas là. Ce qui me manquait plus simplement, c’était ce court moment où l’on se couche ensemble, où l’on partage quelques mots sur la journée qui vient de se passer dans l’intimité chaude et rassurante d’une chambre.

Les incertitudes sur le choix d’un bien immobilier n’étant pas levées, nous avons finalement décidé de louer un appartement plus grand. Un appartement un poil moins bien situé, avec un garage plutôt que deux, mais plus grand. Je me sens toujours un peu incompétente, un peu nulle, quand je vois le nombre de familles qui m’entourent dont les enfants partagent leur chambre. Je me sens de toute façon toujours un peu nulle et incompétente quand je pense au sommeil de mon cadet. Mais l’histoire finit bien : depuis le mois de janvier, chacun dort mieux, dans son lit et dans sa chambre, enfin !

23 commentaires sur “Une chambre pour deux enfants : quand ça ne fonctionne pas

  1. N’oublie pas qu’une bonne partie des familles pour qui ca marche parfaitement n’ont pas la même réalité que toi (ou te cache volontairement ou non la vérité ). Je me souviendrai toujours de la copine qui m’a dit que son fils faisait ses nuits depuis qu’il avait 2 mois et qu’à 9 mois il n’avait jamais eu de raté pour les nuits. En fait il dormait de 1h à 5h du matin !!! Mais pour elle 4h d’affilé c’était une nuit !

    Ici nous ne tenterons pas de coucher 2 enfants ds la meme chambre. Le nouvel appart est un pré requis au nouveau bébé. Déjà parce que je ne dors pas quand je partage ma chambre avec un bébé donc le prendre avec nous nest pas une option. Ensuite parce que mon mari a vécu une cohabitation forcée pendant plus de 10 ans qui s’est très mal passée (la nuit et en journée).

    Moi je trouve donc que vous avez très bien agi. Vous avez fait au mieux de vos possibilités (et même sacrifié votre couple un moment ). Et en vous rendant compte que ca ne marchait pas, vous avez cherché de nouvelles solutions.
    C’est le role des parents !

    J'aime

    1. C’est gentil, merci 😉 . Disons que sur le moment j’ai eu l’impression d’être la seule à avoir ce genre de souci mais comme tu dis, ceux qui les rencontrent ont parfois tendance à ne pas s’en vanter :).

      J'aime

  2. Ah c’est fou cette histoire ! Je comprends que ça te pèse, et je suis contente que vous ayez trouvé une solution, que tout le monde dorme et que tu aies retrouvé ton mari ! Ici les chambres sont grandes et nous en avons 3, mais dès le début j’avais décidé que les 2 partageraient la leur. Quand le Lampion a été moins « fragile », on a installé son berceau dans la chambre de sa soeur et tout s’est bien passé 🙂 lendormissement a longtemps été une grosse fête quand ils se trouvaient à 2, donc on echelonnait le coucher ou on les séparaient le temps qu’ils s’endorment, mais mtnt ils y sont habitués et c’est bien plus calme 🙂
    Je vais essayer de relever un nouveau defi: dormiront ils a 3 dans la même chambre un jour? 😉

    J'aime

  3. Tu n’as pas à te sentir nulle ou incompétente. Les problèmes de sommeil chez certains enfants n’est pas parents dépendant. Chaque enfant à son rythme, son cycle.
    Les filles ont toujours eu chacune leur chambre. Mais nous aurions eut un problème de place ou de chambre, nous aurions rencontré les même problèmes que toi. Ici c’est ma grande qui a eut un sommeil chaotique jusqu’à ses 3 ans, ses réveils, ses levés et ses pleurs nocturnes auraient gêné le sommeil de ma 2e qui faisaient ses nuits complètes vers ses 5 mois.
    Comme tu le dis si bien, il n’y a pas de solution idéale, mais chacun son vécu et ses solutions.

    J'aime

  4. Coucou,
    Tu n’es pas nulle comme tu dis.
    J’imagine que ça n’est pas facile de faire dormir deux enfants dans la même chambre. Les enfants sont tous différents.
    Tu as eu une situation difficile.
    Les miens dorment ensemble seulement en vacances. Ça se passe bien, mais je peux te dire qu’ils sont content de retrouver chacun leur chambre au retour.
    Bon courage et espérons que cet appartement plus grand permet à tout le monde de dormir 🙂

    J'aime

  5. Je te trouve (vous trouve) plutôt courageuse d’avoir tenu si longtemps dans cette situation pesante !! Ne te dévalorise pas, tu n’y es pour rien si ça n’a pas marché, et c’est pas comme si tu n’avais pas essayé de trouver des solutions !! Si la solution à été de déménager et que vous vous trouvez tous bien mieux comme ça alors tant mieux 😊
    En tout cas je suis sure que ton témoignage sera utile à beaucoup !
    Ici on repousse le moment où ils seront ensemble mais ça va bien finir par arriver, inéluctablement ! Mais ils sont plus grands maintenant. Et puis aussi… j’espère que les jumeaux ne poseront pas de problemes et ne se generont pas mutuellement, parce que là pour le coup on n’aurait pas de plan B !!

    J'aime

    1. Je remarque que plus ils grandissent plus c’est facile : l’an dernier en vacances aussi c’était compliqué et cette année ils ont partagé leur chambre plus facilement. Quant aux jumeaux je n’ai pas d’expérience mais ils ont au moins l’avantage d’avoir le même âge donc le même rythme, j’espère en tout cas et j’ai hâte que tu nous racontes ça 🙂 .

      J'aime

  6. Comme le disent les commentaires précédents, le sommeil des enfants c’est quand même très dépendant de l’enfant lui même. Alors en effet, on a souvent des retours de parents pour qui cela se passe bien, mais je crois que c’est aussi parce que comme toi, ceux pour qui ce n’est pas le cas n’ose pas forcément en parler. Je pense que l’important c’est de ne pas rester dans une situation qui ne nous convient pas (en tous les cas si on le peut).
    J’avoue que c’était ma principale angoisse pour un second enfant. Heureusement le fait d’avoir déménagé avait déjà apaisé mes craintes, mais quand même je m’imaginais revivre le même enfer qu’avec l’aînée. Et puis non, finalement cela se passe plutôt très bien pour tout le monde (même si les siestes ne sont pas vraiment très synchro, mais on ne peut pas tout avoir dans la vie).
    Après, on l’a déjà fait et même si cela m’embêterai un peu (surtout de ne plus avoir mon espace de travail et de couture dans la chambre), si en grandissant les choses se compliquaient, on pourrait de nouveau envisager de dormir dans le salon.

    J'aime

    1. Nous aurions aussi bien aimé nous installer dans le salon mais celui-ci avait une porte vitrée ce qui rendait la chose peu commode… Sinon en effet ça reste une option pour les petits espaces !

      J'aime

  7. Nous n’avons pas vraiment eu le choix vu qu’avoir 3 chambres dans notre appartement était un peu mission impossible quand nous avons acheté mais cela reste quand même à terme l’objectif du prochain achat.
    Ici cela s’est très bien passé dès le début mais j’ai un Choupi ascendant marmotte qui ne s’est jamais réveillé même quand son frère hurlait à côté. Pendant le confinement cela s’est un peu (beaucoup) dégradé surtout les couchers. Le petit était juste infernal et empêcher le grand de s’endormir sereinement. On a un peu tout essayé pour calmer le truc, rien n’y a fait à part coucher le grand dans notre lit et attendre que le petit dorme pour le remettre dans la chambre. Sauf que je me voyais mal faire ça une fois que le grand reprendrait l’école. Pendant les vacances ils avaient le plus souvent une chambre chacun et puis depuis 10 jours ils sont de nouveau dans la même chambre et les couchers se passent très bien sans qu’on ait changé quoique ce soit ! 🤷🏻‍♀️
    Je ne pense pas qu’il y ait une meilleure solution qu’une autre, on fait comme on peut avec les enfants qu’on a et les moyens qu’on a !

    J'aime

  8. Coucou
    Moi je n’en ai qu une, je n’ai donc pas ce problème
    Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire mais ne culpabilisait pas. Vous avez fait et faite comme vous pouvez.
    J’imagine que ce n’est pas facile qd les deux enfants n’ont pas les mêmes rythmes.
    En tout cas c super que vous ayez trouvé une solution, surtout un rythme et que vous puissiez dormir à nouveau 😃

    J'aime

  9. Alors là je t’avoue que je suis surprise de voir que tu aies pu culpabiliser de ne pas « réussir » à faire dormir tes deux enfants ensemble ! Ni toi ni ton mari n’y sont pour quelque chose ! Et puis vous avez les moyens de les faire dormir chacun dans leur chambre, donc c’est nickel ! Ça aurait posé problème si vous ne pouviez pas leur permettre d’avoir leur chambre à eux…

    J'aime

  10. Tu sais, chaque famille a ses galères, le thème pour lequel elle se sent moins compétente. Les deux filles partagent leur chambre sans problème… mais je dois rester allongée à côté de ma benjamine jusqu’à ce qu’elle dorme et elle peut mettre parfois une heure à s’endormir. Chacun fait comme il peut. 😉

    J'aime

  11. Déjà, je suis contente de lire ta conclusion et de savoir que chacun dort mieux depuis votre déménagement. Je suis convaincue que certains bébés / enfants ont besoin de solitude pour dormir. En tous cas, on a aussi trouvé que Tess avait un sommeil bien plus apaisé quand elle a rejoint sa chambre. Après il est vrai que même avec un deuxième (🤞), on a le luxe que chacun puisse avoir sa chambre.

    J'aime

  12. Tu sais, ceux pour qui ça fonctionne on une galère pour la nourrir ou la propreté…
    Nous avions les nuits que tu décrits alors que chacun avait sa chambre dans un très grand appartement… tout le monde finissait la nuit dans notre lit. Comme rien ne fonctionnait, on a fini par s’offrir un lit immense 240×260. Et la première nuit qu’on a passé dedans, bah personne ne s’est réveillé, chacun a fait une bonne nuit dans son propre lit. Depuis, les enfants n’ont plus le droit d’y venir, même les câlins du Matin se font dans le canapé.

    J'aime

  13. Je dis bravo pour avoir tenu tout ce temps ! Tout est bien qui finit bien, il paraît. 😉
    Ici nous allons aussi essayer la chambre partagée, en attendant de faire des travaux d’agrandissement, mais on va attendre que le petit fasse ses nuits (en espérant qu’il mette moins d’un an !). Les réveils en cascade on a testé pendant les vacances et ça nous a bien refroidi !

    J'aime

  14. oui nous on a qu’une chambre pour les 2 et on retarde un max l’arrivée du 2ème dans la chambre du grand car comme ton fils mon 2ème ne dort pas très bien (il a 20 mois) et mon ainé a un sommeil très léger donc ce que tu dis me conforte dans le faite de ne pas essayer de les mettre ensemble car rendormir les 2 super ! donc nous le 2ème a un lit au sol calé entre le mur et notre lit et dès qu’il se réveille je le rassure et il se rendort dans son lit, de ce faite mon conjoint dors toujours dans le lit conjugal donc ça nous pèse pas trop. Par contre on a essayé des couchers (pour les vacances) dans la même chambre et c’était l’enfer jusqu’à 23h…. donc on appréhende beaucoup pour la suite…

    J'aime

  15. Ici, nous avons dès le départ prévu une chambre par enfant … Et tant mieux car si mon deuxième fait ses nuits tôt, ce n’est pas le cas de mon aîné qui s’est réveillé la nuit jusqu’a trois ans et continue de veiller jusqu’à 22/23h 😓
    En grandissant, ils ont commencé à demander à dormir ensemble 😱 C’est un tel cirque à chaque fois qu’ils n’y ont droit que UNE fois par semaine pendant les vacances, jamais deux jours de suite car l’excitation est de pire en pire… et je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dû finir par les séparer chacun dans leur chambre pour espérer les voir s’endormir…

    J'aime

  16. Comme dit précédemment il faut lâcher prise… ici les 2 ont leur chambre mais si j avais voulu tenter je suis persuader que l on aurait fait face à un échec. Il commence à bien dormir a 8 mois mais avec son RGO les nuits étaient un enfer et je finissait avec lit en cododo sur le clic clac de sa chambre…
    Donc no stress. Chaque enfant a sa réalité et on doit s y adapter .. parfois c est come on l imaginait et parfois (souvent haha ) pas.

    J'aime

  17. Effectivement on ressent beaucoup de culpabilité dans ton récit. Fichue culture occidentale, qui nous fait croire que tous les enfants dorment des nuits de 12h seuls dans leur chambre après 2-3 mois ! (Ce qui horrifie les autres cultures). Il est prouvé que ce schéma n’est qu’une exception. Moi les miens ont tous les 2 dormi dans « la chambre parentale » jusqu’à leur 1 an, et là on commence à les faire dormir ensemble. Effectivement certains soirs c’est un peu sport, et des fois on ne sait plus trop ou est la chambre parentale/familiale/des enfants parce que soit on dort avec eux, soit ils dorment avec nous, bref… mais on relativise, ils grandissent tellement vite. Sur le moment ça nous pèse, mais en regardant les petits progrès qu’ils font chaque jour vers plus d’autonomie ça nous dynamise ! Vous avez repensé votre fonctionnement, et vous avez trouvé les solutions qui vous conviennent, c’est ça le plus important.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s