Notre parcours d’adoption : on en est où ?

Notre parcours d’adoption : on en est où ?

Je t’ai laissé il y a quelques mois sur cette nouvelle : nous avons été acceptés par un OAA (Organisme Agréé pour l’Adoption). Et il ne nous restait qu’à attendre. Dans ma petite tête, ce ne serait pas si long (tout est relatif, quelques mois quand même !) Et surtout c’était sûr que notre patience serait récompensée. Idiote que je suis, je devrais pourtant savoir que rien n’est jamais acquis avant de le tenir, comme si des années de PMA ne m’avaient rien appris…

Une pandémie

Il n’a pas dû t’échapper que le monde a été bouleversé par un petit virus appelé Covid-19. Quand la situation a commencé à se dégrader en Chine dès janvier avec le confinement de Wuhan, j’ai tout de suite su que ça allait impacter directement notre projet. En effet, nous adoptons en Asie. Fermeture des frontières des divers pays, confinements, arrêt des vols internationaux… Autant d’éléments qui allaient retarder les démarches et l’instruction de notre dossier. Ce que j’estimais au départ à 2 mois environ.

Je n’avais cependant pas vu venir ce qui est arrivé. Et plus le temps passait, plus il devenait évident que cela n’allait pas être si simple ou rapide. Notre OAA nous a tenu un peu au courant de la situation, au début du confinement en France. Les informations données ont été assez succinctes mais j’ai pu les compléter avec ce que je trouvais comme informations sur Internet. Cependant, les informations essentielles sur l’allongement des délais, ou l’instruction des dossiers dans le pays ne nous sont pas parvenues. Bref, nous sommes dans le flou encore aujourd’hui.

Et ça me mine. En effet, comme je te l’ai déjà indiqué un agrément dure 5 ans. Nous avons déjà le nôtre depuis plus de 2 ans. Et si la crise durait ? Et si les délais devenaient démesurés ? Nous sommes depuis le début d’accord avec M. Chéridamour pour ne pas tenter un second agrément. Cela signifie qu’il y a un risque que nous n’allions pas au bout de notre projet si la situation sanitaire se prolonge.

Des soucis personnels

Crédits photo : Maryam62

Un souci n’arrivant jamais seul, nous avons également dû faire face à un problème de santé de M. Chéridamour. Un truc qu’il trainait depuis des mois s’est subitement aggravé. Nous avons passé quelques jours (semaines ?) assez éprouvantes. Et remplies d’interrogations pour ma part.

Au début, nous ne savions pas du tout ce qu’il pouvait avoir. Et les questions se sont bousculées : et si cette maladie durait dans le temps ? Et si cela s’aggravait encore plus ? Est-ce que nous pourrions nous occuper d’un enfant ? Arriverais-je à gérer la maladie de M. Chéridamour et notre enfant ?

Pour moi il était évident que mon mari passerait avant mon désir d’enfant. Je suis très superstitieuse et je n’ai pas voulu aborder le sujet avec M. Chéridamour sur ce choix qu’on serait peut-être obligés de faire tant que nous n’étions pas rassurés sur son état de santé. L’envisager a été très dur mais cela me semblait la seule alternative. Bien sûr qu’on ne sait pas ce que réserve l’avenir une fois notre enfant avec nous. Mais il ne me semblait tout simplement pas bien de vouloir absolument un enfant, au détriment de son bien-être. Est-ce que ça serait juste pour lui d’arriver dans une famille où son papa est malade ?

Heureusement à l’heure où j’écris ces mots les choses semblent revenues dans l’ordre, même si tout souci pour l’avenir n’est pas écarté complètement.

Et maintenant ?

Après avoir mis ce projet entre parenthèses durant des semaines, il est très dur pour moi de me remobiliser. J’ai du mal à trouver de l’intérêt à mes lectures sur le sujet. Je n’ai plus la motivation pour creuser certains points, ou regarder des films qui font référence à l’adoption. J’ai mis longtemps à en reparler avec des personnes de mon entourage.

Petit à petit, je sens que la motivation revient. Peut-être ce genre de creux dans un projet comme celui-ci est normal ? En tout cas, je me suis un peu remise à lire des témoignages, des ouvrages et à réfléchir à ce que nous pouvons faire pour accueillir notre enfant. Revenir « dans l’action » en préparant matériellement son arrivée m’aide beaucoup également. Cette motivation se transmet à Schtroumpfette qui m’aide, notamment pour des choses concernant la déco (il paraît que je ne peux rien faire sans elle car elle a un goût si sûr qu’il faut absolument l’écouter… C’est elle qui le dit bien sûr !!)

Il n’y a plus qu’à croiser les doigts que notre attente ne soit pas trop allongée.

13 commentaires sur “Notre parcours d’adoption : on en est où ?

  1. J’avais pensé à toi en début de pandémie, espérant que tu aurais eu ton enfant avant la crise. Je croise les doigts pour que ca arrive vite ! (Et que Chéridamour se remette définitivement.)

    Pour ce qui est de privilégier ton homme avant ce bébé que tu ne connais pas, je trouve cela très rationnel et très logique. Sache que jeune maman, je m’en suis beaucoup voulu parce que j’aimais plus mon mari que mon bébé et dans mes cauchemars d’une maison qui brûle, ne pouvant sauver qu’une personne, je choisissais mon mari. L’amour a grandi avec le temps et maintenant, je les aime autant mais différemment.

    Pour ce qui est d’être au creux de la vague, je n’ai pas connu cela mais ca me parait assez classique au final. Et je ne pense pas que toutes les femmes voulant un bébé ou enceinte passent leur temps à se renseigner sur la parentalité, à lire, regarder des films… en rapport.
    Donc je ne vois pas pourquoi en attente d’adoption tu devrais faire cela. Tu m’as l’air déjà très informée!

    J'aime

    1. J’avoue que je préfère une situation où on n’a pas encore eu d’appariement. Ce doit être terrible pour les parents qui l’ont eu avant le confinement et qui depuis ne peuvent pas aller chercher leur enfant du fait des vols toujours compliqués…

      J'aime

  2. J’espère que les conditions sanitaires s’amélioreront pour vous permettre d’enfin accueillir cet enfant.
    Est-ce que des mesures spéciales n’existent pas pour prolonger les agréments de quelques mois en raison de la crise actuelle.
    Je trouve cela profondément injuste pour les futurs adoptants et encore plus pour ceux qui ont dû arriver au bout de leur agrément durant la crise.

    J'aime

  3. J’espère de tout coeur que cette crise sanitaire ne viendra pas trop reculer vos projets et que tout reprendra rapidement son cours même si le virus ne disparait pas maintenant!
    Un bon rétablissement à ton homme, en espérant que ce ne soit qu’un mauvais souvenir!

    J'aime

  4. Je pense qu’il est normal d’avoir des périodes de creux dans ce genre de projet, oui… Mais alors d’autant plus avec ce qui vous est tombé dessus cette année ! J’espère sincèrement que la santé de ton mari ne vous causera plus d’inquiétude et que le contexte international ne sera plus un obstacle à votre rêve. Plein de courage !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s