Adieu tétine

adieu tétine

C’était un week-end de juin comme un autre. Le soleil invitait à la sieste à l’ombre d’un olivier. Les enfants insistaient pour se baigner, encore et encore. La fin de l’année se faisait sentir chez eux. Fatigue de l’année écoulée, excitation des journées allongées, appréhension de la composition des classes pour l’année suivante… et surtout la joie de l’été qui s’annonçait. Le cocktail pouvait être explosif mais, étrangement, les enfants avaient trouvé leur place et une cohabitation paisible dominait nos journées (je ne te cache pas, cependant, que les disputes restaient fréquentes : je te parle de mon quotidien, pas de celui des bisounours !) Bref, rien ne m’avait préparé à cette petite phrase, sortie calmement de la bouche d’Ernestine, « Ce soir, je dors sans tétine. » Elle aurait pu dire sur le même ton « J’aime les fraises » ou « Je veux mettre une robe », c’était le ton léger de la certitude enfantine, une affirmation inébranlable. J’ai posé le livre que je lisais, l’ai regardée étonnée. Était-ce une blague ? Ses petits yeux déterminés m’ont convaincue que non, elle y croyait.

Je n’ai rien dit de plus. Dans mon for intérieur, je restais sceptique. Il faut dire que ça faisait près de quatre ans que nous essayions de nous débarrasser de l’inopportune. Je crois avoir tout essayé. L’explication rationnelle : l’impact sur les dents, la peau qui s’abîme… Ernestine l’a elle-même constaté plusieurs fois, surtout en hiver, la peau rouge qui tire autour de la bouche, c’est de la faute de sa tétine. La menace : prendre des ciseaux pour couper le plastique afin qu’elle n’ait plus de possibilité de succion ou encore jeter les tétines dans la poubelle. La promesse : une jolie bague pour ses jolies mains de grande fille. L’alternative : le machouyou, censé être spécialement conçu pour le sevrage de tétine. Rien n’a été efficace. J’allais même lui enlever la tétine pendant la nuit : Ernestine me réveillait vers 2h ou 3h à la recherche de cette dernière. Autant te dire que je n’ai pas essayé bien longtemps. Nous avons obtenu, parfois, de maigres assentiments, de modestes efforts. Ernestine a bien compris que cet objet dans sa bouche ne nous plaisait pas, voire que nous le considérions comme nocif. Mais rien à faire : notre fille était accro.

Crédit photo : Pixabay

La voir avec cette chose dans la bouche m’énervait chaque jour davantage. Ernestine le savait. Mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. Fatiguée, contrariée, triste… tout était prétexte pour la prendre. Cela faisait quelques temps que je lui avais dit que je n’en achèterai plus. A presque six ans et demi, il était grand temps qu’elle apprenne à s’en passer. De ce fait, ces tétines étaient toutes dans des états lamentables. Elle n’en avait cure. Elle les prenait toujours autant. J’avais fini par voir dans la tétine un instrument d’asservissement.

Tu comprends donc ma surprise et mon scepticisme face à la déclaration de ma fille ce jour là, face à cette petite phrase sortie sans aucun avant-propos. Je ne lui ai pas fait part de mes doutes. Je n’allais surtout pas prendre le risque de réfréner ses ardeurs !!! Mais j’attendais de voir. Chat échaudé craint l’eau froide. Ce n’était pas la première fois que j’entendais ce discours.

Vint donc le soir. Ernestine était en pyjama, prête à se coucher, quand soudain elle demanda « où est ma tétine ?! » Fataliste, je lui tendais l’objet. « Non, non, je ne la veux pas. Je veux la cacher, pour être sûre de ne pas la prendre pendant la nuit. » Tiens donc, voilà qui était nouveau. Nous l’avons donc mise ensemble tout en haut de son placard, à une hauteur qu’Ernestine ne peut atteindre. Elle a pris son doudou, s’est couchée et m’a dit bonne nuit.

Ainsi c’était aussi simple que cela ?! Non, je te rassure. Ernestine n’a jamais réclamé sa tétine depuis mais elle a mis une bonne semaine à savoir s’endormir seule. Les couchers, le temps de sept nuits, sont devenus sinon difficiles au moins pénibles. Ernestine chante. Ernestine se relève. Ernestine râle qu’elle n’arrive pas à trouver le sommeil. Mais depuis ce fameux jour, Ernestine n’a plus rien dans la bouche !

Je savais que ce jour viendrait. Mais qu’il m’a semblé long à attendre ! Cependant, je ne regrette pas : comme pour tout, quand la décision vient de l’enfant, tout est plus simple.

16 commentaires sur “Adieu tétine

  1. Bravo Ernestine ^^
    J’ai fait comme ta fille, exactement au même âge, je me souviens distinctement qu’on l’a mise dans une petite boîte transparente et elle n’en est plus jamais sortie (comme c’était il y a presque 30 ans je crois que c’est bon là :D). Apparemment des fois il faut (juste) être vraiment prêt pour que ça marche !

    J'aime

  2. Bravo à votre grande fille ! Je me permet juste d’ajouter quelque chose, ici c’est après une visite chez le dentiste a 2 ans et demi que j’ai proposé à ma fille d’arrêter la tétine. Elle a accepté et s’en ai passé sans aucune difficulté alors qu’elle y était très attachée aussi. Bien sur nous avions construit une boîte pour les tétines ect mais tout s’est passé avec le sourire et sans aucun pleur. Donc même sans que ça vienne de l’enfant (mais avec son accord) et même a un âge bien inférieur tout peut très bien se passer aussi !

    J'aime

    1. Courage ! Il arrêtera bien un jour, c’est certain mais je comprends que ca soit difficile.
      Ici notre bébé (2,5 ans) n’a pas encore arrêté la tétine mais on a réussi à la limiter pour la sieste et les nuits. Pour le moment ca nous convient (aux parents et à bébé). Pas de méthode miracle, juste une répétition des règles : « la tétine c’est pour dormir,tu peux l’avoir sans problème quand tu es dans ton lit » (à l’origine c’était dans sa chambre).
      Ca a pris quelques semaines et nous avons aussi pris l’habitude de le consoler en cas de chagrin, bobo… dans son lit pour renforcer l’association tétine / lit. Et on n’emmène plus la tétine hors de la maison à part quand on risque d’être dehors à l’heure de sa sieste / de ses nuits. Ca nous prend un peu plus de temps pour le consoler quand il tombe au parc mais je pense que c’est un bon exercice pour tout le monde.
      Je ne sais pas si ca pourrait être une début de piste pour toi. Peut être que réduire le temps passé avec la tétine avant de l’arrêter peut l’aider !

      J'aime

  3. Bravo Ernestine !
    Charlotte et Cyprien n’ont (eu) la tétine que durant la nuit et la sieste (et les très longs trajets de plusieurs heures)depuis leur naissance.
    Nous avions convenu avec Charlotte que les grandes filles qui vont entrer à la maternelle s’y rendent sans la tétine à partir du Noël précédent la rentrée. Comme elle n’attendait que ça, au mois de juin elle a jeté elle même ses tetines.
    Quelle surprise pour elle de découvrir que des enfants avaient la tétine en classe !J’ai cru à un retour en arrière mais non c’était bien fini !

    J'aime

  4. Des amis ont décidé que leur enfant de 2,5 ans devait arrêter la tétine sans vraiment son accord. (Ils en avaient marre qu’ils se réveillent la nuit pour la tétine et aussi qu’il essaye de mettre sa tétine dans la bouche de son petit frère de quelques semaines + la peur d’un retard de langage).
    Après lui avoir expliqué leurs raisons, ils ont retiré toutes les tétines de la maison. Ca a pris près de 4 mois pour que leur fils ne réclame plus la tétine toute la journée, sache s’endormir pour la sieste ou la nuit, ne se réveille plus 5 fois par nuits sans savoir se endormir seul…
    Eux pensent quand même que ca en valait la peine.
    Avec mon mari, ca nous a convaincu que ce n’était pas la bonne technique (trop douloureux pour l’enfant et les parents). Je ne sais pas comment on s’y prendra mais pas comme ca, c’est sûr.
    Bravo à Ernestine !

    J'aime

  5. Bravo Ernestine !
    Ici, un peu comme pour Charlotte et Cyprien, la tétine était réservée au lit et aux grands trajets. A la rentrée à l’école, nous avions dit aux filles que la tétine resterait à la maison, elles s’en sont donc détachées pour la sieste à l’école, puis qu’en moyenne section il n’y aurait plus de tétine. C’est passé, et ça nous allait bien.
    Pour le petit dernier qui n’a pas de tétine mais suce son pouce, je ne sais pas trop comment nous allons faire puisque pour le coup il n’y a pas de séparation physique possible.

    J'aime

    1. Gustave avait ses deux doigts et non pas la tétine. Vers 18 mois, je lui ai expliqué que ça allait abîmer ses dents s’il vivait avec ses doigts dans la bouche (ce qu’il faisait, littéralement). En trois jours, c’était fini ! On peut avoir de bonnes surprises 😉

      J'aime

  6. Cet article fait écho mon expérience toute récente car Barbouille n’a plus de tétine depuis un mois. Pour Mari Barbu, il était nécessaire qu’il entre à l’école sans tétine. Nous sommes donc partis en vacances en « oubliant » de prendre une tétine.
    Il ne l’a jamais réclamé des vacances lui qui en était si dépendant… ça nous a bluffé !
    Quand nous sommes rentrés, j’ai balancé toutes celles que j’avais.
    Parfois il l’a réclame mais uniquement s’il se fait mal (disons que le bisou magique de maman est plus efficace !)
    En tout cas bravo à Ernestine !

    J'aime

  7. La Lueur avait une tétine, dont on a réussi à se débarrasser grâce au machouyou et a un petit laïus de la maîtresse avant la rentrée : j’avais peu d’arguments, elle parlait très bien et distinctement sans défaut de prononciation, et ne l’a prenait déjà plus que pour le sommeil. N’empêche qu’on a eu une semaine où elle faisait un bisou à sa tétine et lui souhaitait bonne nuit avant d’aller se coucher ^^’
    Le Lampion heureusement n’a ni tétine ni pouce à la bouche, c’est plus simple !

    Pour ma part, ma maman m’a toujours raconté que petite, j’avais 3 tétines (ce dont je me rappelais très bien car je les associais chacune avec un doudou de la même couleur), et qu’après une conversation j’avais décidé qu’à 3 ans je n’en aurai plus besoin. Tous les matins je lui demandais « j’ai 3 ans aujourd’hui ? » Et le jour où elle m’a dit oui, j’ai filé chercher les 3 précieuses et les ai fichu a la poubelle. Ma mère les à récupérées de peur d’une rechute le soir même, mais je ne les ai jamais réclamées ..

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s