Ses premières soirées pyjama

Ses premières soirées pyjama

Jolie Fleur est une petite fille sociable qui a de nombreux copains et copines. Elle va souvent passer une journée chez tel ou tel copain, avec ou sans nous. Nous recevons aussi régulièrement ses amis à la maison.

Lorsque j’étais enfant, mes parents autorisaient la venue de quelques copains pour mon anniversaire seulement. Je me rends compte aujourd’hui que ne pas voir mes copains en dehors du temps scolaire m’a manqué. J’aimerai beaucoup que ma fille ne connaisse pas ce genre de regrets une fois adulte et c’est pourquoi je tiens vraiment à ce qu’elle puisse profiter de ces moments privilégiés.

Un copain à la maison

Avant le Covid, nous voyions des copains (nos différents amis adultes et leurs enfants amis de Jolie Fleur) tous les week-end, chez les uns ou les autres, en sortie poney ou accrobranche. Et c’était chouette.

Depuis la pandémie, c’est plus compliqué et ça se limite très souvent à des réunions d’enfants chez les uns et les autres, la journée, sans les parents et sans sortie particulière. Recevoir à dormir ne nous avait encore jamais traversé l’esprit. Jolie Fleur n’a que 5 ans et demi, elle nous semblait trop jeune pour cela.

Un soir, elle est rentrée de l’école en nous annonçant qu’elle avait invité son meilleur copain, celui dont elle est inséparable, à venir dormir à la maison. En riant, nous lui avons demandé si elle avait pensé à en parler aux parents avant. « Ah non ».

Nous en avons discuté à table avec elle, en lui expliquant les règles et contraintes d’une soirée pyjama à la maison. Elle a tout accepté, nous aurions pu imposer n’importe quelle règle tant que son copain venait dormir à la maison.

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/jeune-lire-a-l-interieur-enfants-8506336/
Crédit photo : Liliana Drew

Le lendemain, j’en ai parlé devant l’école avec la maman du copain, elle n’avait pas l’air emballée. Elle trouvait son fils trop jeune pour ça.

Le soir même, à table, le copain a dit à ses parents. « Ce week-end, je vais dormir chez Jolie Fleur, elle m’a in-vi-té. » Apparemment, lui ne se sentait pas trop jeune pour une soirée pyjama. Ils en ont discuté ensemble et nous avons fixé une date entre parents.

Plus le jour approchait, plus les enfants étaient impatients. Le copain est arrivé le samedi après-midi après avoir harcelé son père depuis le matin « On y va quand ? On y va quand ? ». Il a à peine dit au revoir à son père et a joué tout l’après midi avec Jolie Fleur.

Soirée pyjama oblige, le programme du soir était un classique Disney-pizza-glace. Disney qu’ils n’ont même pas regardé jusqu’au bout tellement ils étaient fatigués de leur après-midi.

Une fois les dents des enfants brossées, Jolie Fleur s’est cachée pour mettre sa couche, et ils se sont mis en pyjama. Puis les lits faits et les veilleuses installées (ils ont chacun voulu garder la leur, on y voyait comme en plein jour), les enfants se sont couchés tout contents.

Nous leur avons rappelé les règles : maintenant, on est couché, on ne se lève plus. On ne crie pas non plus. Mais on peut papoter et rigoler.

Finalement, ils se sont endormis en 15 minutes et nous ne les avons plus entendu jusqu’à 8h30 le lendemain matin. Ils ont déjeuné, regardé la fin de leur Disney, se sont habillés et ont joué dans la chambre jusqu’à l’arrivée des parents du copain.

Jolie Fleur et son copain se sont séparés difficilement en promettant de recommencer très vite (encore une fois sans nous demander notre avis, les gredins !)

Grâce à cette soirée, Jolie Fleur a eu un déclic et a arrêté les couches dans les semaines qui ont suivi.

Dormir chez la cousine

Avoir un copain qui dort à la maison, c’est trop cool. Mais dormir chez un copain ? C’était hors de question pour Jolie Fleur.

Elle fait partie de ces enfants qui détestent dormir ailleurs que dans leur environnement habituel. A chaque fois que l’on dort en dehors de la maison, que ce soit en vacances ou chez de la famille, la première nuit est toujours très difficile. Jolie Fleur angoisse énormément, elle se réveille en pleurant, nous cherche et ne se rendort qu’après être sûre qu’on soit bien près d’elle.

Alors, quand sa cousine lui a proposé de venir passer une nuit chez elle, elle a refusé catégoriquement, comme on pouvait s’y attendre.

Nous sommes allés manger chez les cousins un soir de vacances. Avant d’y aller, j’ai demandé à Jolie Fleur si je préparais ses affaires de nuit au cas où elle souhaiterait rester dormir là bas après le dîner. Elle a refusé à nouveau et m’a bien fait comprendre que son choix était définitivement arrêté. On est donc partis chez les cousins sans couette ni pyjama.

https://www.pexels.com/fr-fr/photo/heureux-diverses-copines-au-lit-sous-une-couverture-5063284/
Crédit photo : Monstera

Pendant le repas, les filles ont joué ensemble dans la chambre de la cousine. Puis est venu le moment de rentrer à la maison. Et là, Jolie Fleur a refusé de partir. Elle voulait dormir ici cette nuit. La cousine, folle de joie, l’encourageait à rester.

Nous avons rappelé à notre fille que trois heures plus tôt, elle ne voulait pas dormir ici et que nous n’avions rien pris pour sa nuit. Elle a insisté.

Nous en avons discuté avec les parents, qui étaient prêts à accueillir Jolie Fleur. On a réexpliqué à Jolie Fleur ce qu’impliquait de dormir ici : passer toute la nuit dans une maison, un lit, qu’elle ne connaît pas; n’être récupérée que le lendemain matin. Elle était d’accord. L’Homme, Hirondelle et moi sommes donc rentrés sans Jolie Fleur.

Durant une nuit et une matinée, nous avons été trois au lieu de quatre. C’était étrange. De son côté, Jolie Fleur a passé la nuit sur un matelas dans la chambre de sa cousine. L’excitation a été telle que la nuit a été très courte : 23h-6h30. Courte mais bonne. Les filles ont bien dormi.

Elles ont ensuite passé la matinée à jouer tranquillement. L’Homme est venu la chercher en fin de matinée. Il a récupéré notre fille ravie de son expérience.

En conclusion

Un copain a dormi à la maison et Jolie Fleur a dormi chez sa cousine. Elle a fait une soirée pyjama en tant qu’hôte et une en tant qu’invitée. Et elle a adoré ça.

Je pensais vraiment que 5 ans et demi, ce serait un peu juste pour ça mais finalement, ma fille m’a prouvé que j’avais tort. Elle est en constante évolution et acquiert de plus en plus d’indépendance vis à vis de nous, ses parents. Passer du temps avec ses copains devient une part importante de sa vie. Elle a moins besoin de nous, elle grandit. Ça m’émeut et me rend fière à la fois.

Et toi, que penses-tu des soirées pyjama ? Tes enfants en ont-ils déjà fait ? Quel âge avaient-ils la première fois ?

33 commentaires sur “Ses premières soirées pyjama

  1. Trop rigolo, super que ça se soit bien passé ! Depuis la MS la Lueur nous réclame une soirée pyjama… Avec 3 copines et 2 copains ^^’ je ne sais pas où elle a entendu parler de ça, mais il est clair que ça l’enjaille… Bref, cette année, j’ai décidé qu’on serait ok, un samedi de tps en tps, avec 1 copain.ine à la fois. Il nous faut juste nous équiper d’un matelas d’appoint ^^’

    J'aime

    1. Oulha, je ne me lancerai pas tout de suite dans une soirée avec autant d’enfants !
      Tu as raison de commencer avec un seul enfant à la fois, pour voir comment ça se passe. J’espère que la Lueur passera de super soirées 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. cet article tombe à point nommé car je m’interrogeais sur les aspects pratiques : comment on lave un enfant qui n’est pas le sien ? ça me paraît hyper intrusif en fait. Merci par avance de ta réponse !

    J'aime

    1. Et bien, il y a trois solutions : ou tu ne le laves pas (c’est une soirée spéciale, il se lavera mieux chez lui le lendemain), ou il sait se laver seul et se débrouille, ou il ne sait pas se laver seul et avec l’accord des parents, tu t’en occupes.
      Pour notre part, nous étions partis sur la première option 😀

      J'aime

  3. Alors pour moi ce serait hors de question, je les trouve beaucoup trop jeunes ! Pas trop jeunes dans le sens où ils seraient perdus sans nous, parce que je suis sûre que ça se passerait bien. Mais je trouve que ce n’est pas de leur âge. Quant à accueillir un autre enfant à la maison, non seulement ce serait compliqué en terme de place, mais en plus je ne me vois pas gérer un enfant de plus dans les moments les plus chiants de la journée que sont le coucher et la préparation du matin. Tant que mes enfants ne seront pas autonomes pour manger correctement sans râler et en mettre partout, ranger avec nous, se laver et s’habiller, ce sera niet. Bon, de toute façon ils ne nous l’ont jamais demandé encore, donc la question ne se pose pas !
    Mais ceci dit, le coup du déclic pour ne plus porter de couche la nuit pourrait être une bonne idée pour P’tit Matelot ! C’est d’ailleurs aussi comme ça que mon frère avait abandonné la couche la nuit à l’âge de 6 ans.
    Et du coup je me pose les mêmes questions que Virg : comment gérer les moments de douche, d’habillage, de grosse commission ? Aviez-vous demandé aux parents si l’enfant savait faire tout cela tout seul ? Par exemple ici Crapouillou est capable de prendre sa douche seul mais il fait être là pour superviser. Et quid des habitudes de coucher, de repas ?

    J'aime

    1. Tu as quatre enfants dont deux en bas âge, c’est tout à fait normal que tu n’aies pas envie de faire ce genre de soirée en ce moment.
      Ensuite, pour ce qui est du coucher difficile, je trouve que tout est plus simple quand un autre enfant est là. En tout cas, c’est le cas ici. Que ce soit en journée ou le soir, quand Jolie Fleur est avec un copain, elle est toujours dans de bonnes dispositions. Et le copain se plie aux règles sans problème.
      Pour la question de la toilette, j’ai répondu sous le commentaire de Virg 😉

      J'aime

    2. Pour notre aînée, on avait mis comme objectif « on fera une soirée pyjama quand il n’y aura plus de couches la nuit ». Ce qui au début paraissait une bonne idée (elle était hyper motivée pour arrêter les couches mais il y avait des accidents tous les temps…) s’est retourné contre nous: elle était désolée de ne pas y arriver et s’est mis en tête qu’elle n’y arriverait jamais. Sa petite sœur n’aidait pas: elle a été propre de nuit avant 3 ans et le lui faisait remarquer, à notre grande fureur. Finalement, il aura fallu plus de 2 ans et attendre qu’elle ait 7 ans pour que ça s’améliore et le 1er confinement pour que les accidents deviennent vraiment accidentels. Début en grande section, fin en cours de CE1. Et pour nos 2 derniers, ils ne sont absolument pas pressés et comme jusqu’à 6 ans c’est normal pour les pédiatres, urologues et néphrologues, on les laisse tranquilles!

      J'aime

      1. Je me permets de te poser une question : la journée ils étaient propres à partir de quel age du coup tes enfants ? je suis assez stressée car mon ainé a deux ans et demi et il refuse catégoriquement de s’assoir sur le pot ou sur les toilettes (enfin il accèpte mais en gardant sa couche et son pantalon uniquement). J’ai bien essayé de lui enlever juste sa couche « pour voir » mais en il entre en panique totale s’il se fait dessus..

        J'aime

        1. La 2de, du jour au lendemain avant 2 ans 1/2. Pour l’aînée, ça a été plus compliqué: elle a été propre à 2 ans 9 mois mais à partir du moment où elle a visité l’école, il suffisait qu’elle entende « école » pour faire pipi dans sa culotte. A l’école, il y a eu plusieurs fois des accidents mais ça la gênait tellement qu’elle n’osait pas le dire et restait mouillée jusqu’à ce que la nounou la récupère… quant à nos fils, le 1er a été quasiment propre à 2 ans 1/2 mais quand il a compris qu’il n’irait pas à l’école tout de suite, énorme régression pendant quelques temps avant de revenir à la normale quelques mois plus tard (le drame des enfants nés en janvier quand il n’y a pas de possibilités de très petite section). Pour le 4e, c’est venu en plusieurs fois. A l’heure actuelle (il vient d’avoir 3 ans), il n’y a pas de pb pour faire pipi dans le pot mais il réclame une couche pour le reste. Selon la pédiatre, elle le considère comme propre de jour et nous recommande de mettre des couches à la demande pour éviter la constipation.
          Quant à la nuit, j’ai pas de solutions. A part se dire que ça viendra quand ça viendra et à partir de 6 ans discuter avec le médecin pour voir s’il y a des examens à faire . On a lutté avec les grands parents qui levaient l’aînée la nuit pour la mettre sur le pot. Ça marche pas, elle se fatiguait juste et revenait de vacances crevée et sans aucun réflexe mis en place…

          J'aime

    3. On a commencé par accueillir en journée c’est plus simple, quand Charlotte est entrée en petite section. Déjà propre, sachant manger seul (à défaut de proprement), et capable de comprendre des règles de vie différentes. Ça s’est toujours hyper bien passé, y compris pour la sieste,les temps de repas et de WC ! Les enfants aiment se montrer sous leur meilleur jour 😉

      J'aime

  4. Chez nous notre aînée de 3 ans et demi a déjà dormi chez ses cousines et aussi accueilli une copine à la maison. On a aussi souvent eu des gardes alternées avec les copines (merci le confinement), et je ne compte plus le nombre de fois ou j’ai douché les enfants des autres après un tour au bac à sable ! Chez nous c’est simple, on les lave sauf les parties intimes qu’elles font seules (ma fille incluse). Au pire si c’est mal fait ça se récupère au lavage d’après 😉

    J'aime

  5. Article qui tombe à pic car PetitePerle a fait sa première soirée pyjama chez une copine le week-end dernier.
    Elles étaient 4 filles et se sont éclatées (même si PetitePerle était épuisée le lendemain). Il était convenu que je la pose à 17h30 et que nous venions avant 11h la récupérer. Elle avait pris sa douche le matin pour être tranquille le soir.
    La maman (une copine à moi) nous donnait des nouvelles en temps réel par whatsapp.
    Le week-end précédent, c’est le cousin de PetitePerle et Barbouille qui est venu dormir à la maison.

    J'aime

    1. Ca a du être quelque chose, 4 enfants en même temps !
      Quand Jolie Fleur était chez sa cousine, sa maman m’a aussi envoyé des nouvelles tout au long de la soirée et de la matinée et j’avais fait pareil avec la maman du copain.

      Aimé par 1 personne

  6. J’adore cet article. On a fait l’expérience de la soirée pyjama pour la première fois au mois de juin de cette année. C’est le fils d’un couple de copains qui est un peu plus jeune que mon fils qui a fait la demande de venir dormir chez nous. Un peu comme toi j’étais moyennement emballé vu l’âge des enfants (5 ans pour mon fils et 6 ans et demi pour le fils de nos copains ) mais finalement ça été en général. Mon fils a réitéré l’expérience fin juillet en dormant chez ma belle soeur car mon fils voulait faire une pyjama party avec son petit cousin de 2 ans! Et là encore ça été. Mon fils nous a demandé s’il pouvait refaire l’expérience avec un camarade de classe et on lui a dit pourquoi pas si les parents sont ok. Perso je trouve que c’est une excellente expérience pour un enfant. Moi j’en ai fait quelques unes des pyjamas party avec des copines et j’en garde de très bons souvenirs !.

    J'aime

    1. Oui en effet c’est super chouette et je suis contente de pouvoir offrir ce genre de moments à ma fille.
      Par contre, pour l’instant, je n’ai pas envie de le faire avec des copains/parents que je ne connais pas ou peu. Quand elle sera adolescente et plus indépendante, je pourrais peut-être l’envisager.

      J'aime

  7. Je ne suis pas du tout dans le même état esprit. Je comprends tes propres parents. C’est une protection. Combien d’enfants ont des récits glauques à raconter 20 ou 30 ans après ? Chez évidemment des personnes de toute confiance voir la famille proche.
    Le nombre d’enfants victimes de violences (y compris sexuelles) dans leur propre foyer est énorme . Et Les enfants sont capables de distinguer et surtout réaliser et raconter les situations anormales tres tard. Je dis seulement qu’il faut être extrêmement prudent, et que tous ces parents concernés Avaient 100% confiance en les hôtes et tombent de très haut.
    Par contre, aucun problème pour recevoir, mais je préviens que l’invitation retour sera refusée.

    J'aime

    1. Je comprends ta position et tes réticences mais je ne les partage pas.
      Je trouve ça dommage de n’accorder sa confiance à personne et par la même occasion d’empêcher son enfant de vivre des expériences sans ses parents.
      Protéger son enfant des nombreux dangers de la vie est bien sûr essentiel et est l’une des missions de base de tout parent mais je pense que lui permettre de s’émanciper est également important.
      Cela reste mon avis personnel et n’est pas une vérité absolue.

      Aimé par 1 personne

    2. Il faut certainement être prudent, mais le plus grand danger n’est pas là où on le croit !
      Selon l’enquête IPSOS pour l’association « mémoire traumatique et victimologie », La majorité des agressions sexuelles sur mineur.e.s se déroule dans les foyers, par un parent proche et concerne le plus souvent des enfants de moins de 10 ans. Je n’irais pas en conclure qu’il vaut mieux envoyer ses enfants à l’extérieur, mais ça veut au moins dire qu’ils ne sont pas plus en sécurité à la maison qu’ailleurs…

      J'aime

    3. Les parents se doivent d’être prudent et ca ne me choquerait pas de refuser les soirées pyjamas chez des parents inconnus/de les refuser avant 7/8 ans (qu’ils sachent dire non, comprendre les situations suspicieuses…) mais on ne peut pas mettre les enfants dans du papier bulle toute leur vie.
      Il y a tellement de dangers possibles.
      Pour suivre ta logique ca voudrait aussi dire refuser les colonies de vacances, classes vertes, activités extra scolaires ou le sport (qui sait ce qui pourrait se passer dans les vestiaires), pas de transport en commun seul…
      A chacun de choisir la façon dont on élève et protège ses enfants mais j’ai peur qu’ils aient du ressentiment plus tard de ne rien avoir pu expérimenter seul.

      J'aime

  8. Je suis complètement d’accord Charlène, mais combien d’enfants n’ont pas de récits glauques à rapporter ? Il ne m’est jamais rien arrivé de tem, ni a ma meilleure amie, et je peux te dire qu’on en a passé du temps l’une chez l’autre, et que globalement mes parents ont toujours laissé la porte ouverte à ce type d’invitation dans un sens ou l’autre (une des pièces de ma maison d’enfance a d’ailleurs longtemps été considérée comme un dortoir) l’une de mes très bonnes amies par contre n’a pu se rendre aux invitations diverses (même goûter danniv !) Qu’à partir de ses 18 ans, elle en souffre encore bcp aujourd’hui !

    Aimé par 1 personne

  9. C’est marrant la loupinette, 4 ans, réclame déjà de dormir chez ses copains-copines. Le pas n’est pas encore franchi, et j’avoue que ça me fait très drôle d’imaginer que ma fille dorme chez des personnes que je ne connais pas très bien. En tout cas, c’est chouette comme récit ! Et trop cool pour la couche !

    J'aime

    1. Oui, j’étais vraiment contente qu’on en vienne enfin à bout !
      Quant tu sentiras ta fille prête, peut-être que tu peux commencer par la faire dormir chez des proches ? Cousins-cousines ou chez des amis que tu connais bien ?
      Moi non plus je ne me sens pas prête à la laisser chez des gens que je connais peu.

      J'aime

  10. Nos enfants sont trop jeunes pour le moment (-3ans) mais c’est vrai que les soirées pyjamas me posent pas mal d’interrogations.
    Personnellement, j’en garde un assez mauvais souvenir … Mes parents connaissaient peu voire pas du tout les parents des enfants chez qui je dormais. Ce qui à mon sens est clairement irresponsable dans la mesure où j’ai été témoin chez l’une de violences verbales ++, chez l’autre j’ai regardé un film ultra terrorisant (Le Pacte des Loups…pas vraiment un disney 😉 !) et encore chez une autre, j’ai découvert la sexualité avec Titeuf (bah oui, à 9 ans mes parents ne m’avaient pas encore expliqué grand chose).

    Par conséquent, c’est vrai que je réfléchirai à 2 fois avant de confier mes enfants, également pour tous les autres points soulevés plus haut .. Je crois même que j’ai déjà pris ma décision, ce sera non 😉

    J'aime

    1. Le truc bien à être parent c’est que tu peux faire tes propres choix. Il y a beaucoup de possibilités entre faire exactement comme tes parents et faire l’exact opposé.
      Rien ne t’empêcherait de laisser tes enfants faire des soirées pyj uniquement chez des familles que tu connais bien (que ce soit de base des amis à toi, des membres de ta famille que tu apprécies ou chez la/le meilleure amie de ton enfant dont tu auras rencontré les parents une dizaine de fois avant, visité la maison, reçu les enfants chez toi…). A toi de juger aussi de l’âge ou ca te parait acceptable et des conditions.
      Je comprends que tes expériences perso ne t’engagent pas à vouloir répéter ton expérience (et tu feras ce que tu veux avec tes enfants). Mais au final n’aurais-tu pas pu avoir les même problèmes lors d’une banale après-midi ou journée chez un/une copain/copine? Et le papa a probablement des expériences différentes aussi.
      Sans rapport direct mais il me semblait justement que Titeuf était fait pour répondre aux questions des enfants de 9-11 ans n’osaient pas poser à leur parents. C’était si gênant / choquant que ca ?
      (Je pensais l’offrir à mes petits cousins, avec l’accord de leur parents mais maintenant je me demande si c’est vraiment une bonne idée.)

      J'aime

      1. Je me souviens de pas avoir avoir aimé titeuf vers 9 ans aussi, je pense notamment que c’est parce que ça « parle » des choses gênantes mais ça ne donne pas vraiment d’explications au final donc ça laisse avec cette gêne amplifiée (pour les enfants un peu plus grands c’est différent évidemment). Je me rappelle qu’une de mes amies avait par contre un livre qui s’appelait « l’encyclopédie des filles? ou du corps? » je ne me rappelles plus trop mais c’était fait exprès pour les pré-ado et c’était une mine d’information aha 🙂

        J'aime

    2. Je pense que si tu les confie à des personnes que tu connais bien et en qui tu as toute confiance, ça se passera sûrement mieux que les expériences que tu as vécu.
      Le choix te revient entièrement et tu décideras de ce qui convient le mieux à tes enfants et à toi, de mon côté, la confiance en mes amis et l’envie d’offrir à ma fille un début d’indépendance m’ont poussé à essayer.

      J'aime

  11. Je me rends compte qu’en fait le « dormir ailleurs sans ses parents » me paraît tout à fait normal à partir de 3 ans et demi 😅 comme je le disais dès la petite ou la moyenne section les enfants savent manger seuls, s’exprimer clairement, aller aux toilettes seuls ou presque. Et je dirais que tout est une question de dialogue avec les parents : on peut dire les difficultés de son enfant, sans lui mettre la honte, rester joignable en cas de souci…

    Charlotte est allée 2 fois passer une semaine chez son parrain et sa famille, et une semaine chez mes parents…sans nous !
    Nous avons accueilli mon neveu de six ans pendant une semaine également cet été.
    Pour les copines, Charlotte n’a encore pas demandé à ce qu’elles viennent dormir mais à ce qu’elles viennent passer du temps à la maison en journée.

    J'aime

    1. Ah mais Jolie Fleur passe chaque été depuis ses deux ans une semaine chez ses grands-parents l’été et ça se passe vraiment très bien.
      Ici, ce que je décris est différent puisque le but est de passer du temps avec des copains, pour s’amuser et pas seulement pour être gardée par des membres de la famille.

      J'aime

  12. Première soirée pyjama pour mon fils de 5 ans et demi cet été aussi. Chez son meilleur copain chez qui il a déjà été plusieurs fois en journée. C’était la première fois qu’il dormait loin de nous depuis sa naissance, mais il voulait y aller et ça s’est très bien passé. J’ai eu qq nouvelles via la maman de son copain dès le réveil du lendemain. On lui avait fait prendre sa douche avant d’y aller pour que ce soit plus facile. Maintenant il attend avec impatience qu’on invite son copain en retour !!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s