Le plus beau des cadeaux ?

Le plus beaux des cadeaux ?

Quand on parle d’adoption, il y a toujours quelqu’un dans l’entourage qui finit par te dire à un moment ou un autre : « mais tu sais, je connais la femme du cousin du beau-frère de machin qui voulait un enfant mais comme ils ne pouvaient pas, ils ont adopté. Et paf ! (ça a fait des Chocapics) une fois l’enfant adopté avec eux, elle est tombée enceinte. Elle était aux anges. Ça t’arrivera peut-être. Ce serait génial ».

Oui… mais non.

Je vais peut être te choquer, mais pour moi ce serait le pire des scénarios. Et je le pense profondément. Je suis prête dans ma tête et dans mon cœur à être maman adoptive. C’est quelque chose que je désire très fort, qui me prend aux tripes. Et si demain je me rendais compte que j’étais enceinte, je crois que je le vivrais mal. Vraiment très mal. Ce ne serait pas trompettes de la joie et bonheur en pluie, au contraire le sol s’ouvrirait sous mes pieds.

Je ne veux pas d’un bébé. Je veux juste mon fils qui nous attend à l’autre bout du monde. Rien que de m’imaginer enceinte aujourd’hui, je suis terrifiée. Je prends de l’âge, j’aurais trop peur que la grossesse se passe mal, je ne me vois absolument plus avec un nourrisson, à changer des couches et enchaîner les biberons.

J’aurais aussi beaucoup de mal à gérer une telle situation vis à vis de Pirlouit. Il mérite d’avoir des parents à 100% avec lui, présents pour lui. Et non pas des parents qui vont accueillir un bébé et devoir surmonter la fatigue induite par un nourrisson.

Crédit photo : Liza Summer

Je ne veux pas d’un bébé qui monopoliserait l’attention de l’entourage, qui gagatiserait devant ses rondeurs de bébé, son babillage, et mettrait de côté mon autre enfant. Il serait plus grand, on lui demanderait d’agir comme un enfant de son âge. Alors qu’il resterait au fond de lui un enfant qui a un fort besoin de maternage.

Je refuse que les gens considèrent peut-être qu’il est moins notre enfant que celui que j’aurais mis au monde. Il y a déjà des personnes autour de moi qui ont sous-entendu que Pirlouit serait notre-enfant-mais-pas-vraiment-en-fait, simplement parce que je n’ai pas accouché physiquement de lui. Je suis apeurée à l’idée que notre entourage recherche les ressemblances avec un bébé « il a le menton de sa maman », « il a les yeux de son papa », ce qui marginaliserait Pirlouit.

J’aurais également beaucoup de mal à gérer mes sentiments envers ce potentiel bébé. Je lui en voudrais d’arriver seulement maintenant et je m’en voudrais de ne pas l’accueillir avec la joie qu’une telle nouvelle demande.

Tourner la page

C’est pourquoi, même si je ne prends plus aucune contraception depuis 11 ans, j’envisage aujourd’hui de changer cet état de fait. Tu vas me dire qu’après tout ce temps (et nos 5 ans de PMA sans succès) il serait quand même étonnant qu’une petite graine se décide à prendre. Je n’ai pourtant aucune envie de prendre ce risque.

Depuis notre dernière FIV, nous avons un dernier embryon congelé qui nous attend. Ce dernier petit espoir, je disais au début à M. Chéridamour qu’il faudrait le tenter, que c’était important pour clôturer définitivement le chemin de la PMA et n’avoir aucun regret avec un « et si ça avait fonctionné avec lui ? » Puis les mois ont passé. Et petit à petit, je me suis éloignée de cette envie, bien avant que l’on sache si notre projet d’adoption avait une chance d’aboutir.

Aujourd’hui, les choses sont claires pour moi : nous ne donnerons pas sa chance à cet embryon. J’aurais aimé le donner à un couple ou à la recherche, mais pour cela il faudrait passer devant des psychologues et d’autres spécialistes pour prouver qu’on est sûr de ce qu’on fait. M. Chéridamour n’en peut plus d’avoir à justifier nos choix et il refuse de faire davantage de rendez-vous. Je le comprends. Cet embryon va donc simplement être conservé les cinq années autorisées par la loi. Mon regret est qu’il ne puisse pas servir, mais absolument pas de ne pas l’implanter.

Si j’avais su cinq ans en arrière que je serais aussi sereine un jour avec une telle décision, je n’y aurais certainement pas cru… Est-ce que je regrette de n’avoir jamais vécu une grossesse ? Oui un peu, mais pour autant je sais que le moment est passé et que ce n’est plus quelque chose que je désire.

Entre nous et les autres

Le plus dur dans tout cela, est de me rendre compte qu’il est très difficile d’en parler autour de moi. Les gens ne comprennent pas que mes sentiments puissent être aussi négatifs vis à vis d’une éventuelle grossesse. Après tout, nous avons tenté pendant des années d’avoir un enfant biologique, on est des girouettes ou quoi ? Un enfant c’est un cadeau !

Crédits photo : Liza Summer

Ma chef m’a dit que ce serait absolument merveilleux si j’avais un enfant, que ce serait un don du ciel, que rien n’arrive par hasard. Autant te dire que si cela arrivait, je trouverais que la nature a un sens de l’humour vraiment naze.

Je sais que M. Chéridamour le vivrait aussi mal que moi, pour ne pas dire bien plus mal que moi. Et pourtant, j’ai lu pas mal de témoignages de parents qui alternent enfants biologiques et enfants adoptés sans que cela leur pose aucun souci, que cela leur semble naturel. Ma peur de tomber enceinte voulait-elle dire qu’en fait je n’étais pas vraiment prête à avoir d’enfant, adopté ou non ?

J’ai été rassurée il y a peu en écoutant un épisode du podcast Bliss : Adeline témoignait de sa difficulté à accepter sa grossesse alors qu’elle et son mari étaient prêts à adopter un second enfant. J’ai compris qu’on pouvait être enceinte, triste et anxieuse de l’être et pour autant aimer son enfant lors de sa naissance et arriver à construire une famille aimante et équilibrée.

Quand on est en processus d’agrément, les travailleurs sociaux cherchent à savoir si on a bien fait le deuil de l’enfant biologique. Aujourd’hui, je suis certaine que c’est le cas !

10 commentaires sur “Le plus beau des cadeaux ?

  1. C’est marrant, en lisant ton texte, dès le début je me suis dit : « il faut que je lui dise d’écouter la bliss story d’Adeline ». Elle m’avait beaucoup touché et toi aussi ! (et je rêve aussi du tour du monde en famille!)

    Je comprends totalement tes sentiments et je les trouve très normaux. Là seule chose qui m’interroge c’est si ce n’est pas aussi lié au moment de l’accueil d’un enfant (adopté ou non). On veut (quasiment) toutes prendre le temps de rencontrer et d’aimer notre enfant/bébé, s’adapter à ses besoins, le voir grandir un minimum avant de relancer une deuxième maternité. Pour de nombreuses femmes, tomber enceinte très vite après un premier bébé est une mauvaise nouvelle (et pas que pour la fatigue d’être enceinte). D’ailleurs de nombreuses femmes ont peur lors d’une deuxième (ou énième) grossesse de ne pas pouvoir aimer autant ce deuxième enfant.
    Donc je me demande un peu si tu tombais enceinte dans 2-5-8 ans, est ce que ca serait une si mauvaise chose pour toi ? Un peu comme tu pourrait un jour envisager une seconde adoption. (Ce n’est pas pour te dire de tenter une grossesse ou une autre adoption, vous faites bien sûr ce que vous voulez, sans avoir besoin de vous justifier ! Juste une réflexion de ma part.)

    Ici de ce que j’ai pu voir avec ma famille et ma belle famille, tous les bébés sont accueillis avec la même joie, le même amour sans que ca ne prenne de l’attention ou l’amour que l’on porte aux aînés déjà là. Et j’ose penser que ce serait pareil avec des enfants adoptés. (Voir je m’en doute car un de mes cousins est venu en « package » tout inclu avec sa maman et on oublie souvent qu’on a pas de lien génétique. C’est juste un de mes cousins !)
    Et pour ce qui est de chercher des ressemblance avec la maman, le papa pour ton petit Pirlouit (j’étais amoureuse de Johan perso en étant plus jeune ! :-P), je ne m’en inquiéterais pas trop car au delà de la ressemblance physique, il va copier vos mimiques, vos gestes, vos expressions très vite et ca tout le monde le remarquera et trouvera ca craquant ! (Team bébé qui ressemble pas du tout à sa maman mais qui copie ses gestes et ses expressions!)

    J’espère que tu rencontreras bientôt votre Pirlouit et je suis sure que vous formerez une super famille heureuse (avec Schtroumpfette aussi !)

    Aimé par 1 personne

    1. J’avais commencé à écrire cet article bien avant de découvrir le témoignage d’Adeline. Ça m’a vraiment soulagé et fait me sentir moins « anormale ». Après, je ne me vois plus enceinte certainement car je prends de l’âge : je vais avoir 42 ans et je pense que cette envie est derrière moi en partie à cause de ça. Par contre, M; Chéridamour m’a dit exactement la même chose que toi la semaine dernière : une fois Pirlouit avec nous, si grossesse il y a ça ne se passerait peut-être pas si mal que ça (mais il dit ça en étant de toute façon persuadé que c’est impossible ! Normal après 10 ans sans contraception dont 5 de PMA…°

      J’aime

  2. sincèrement, je comprends absolument ton raisonnement. Je pense que l’on est de fait déja parent quand on tombe enceinte ou quand on est engagé dans un processus d’adoption puisque, dès lors, on choisit de prendre un enfant en charge et d’être parent. Du coup, je crois que je me serais fait ligaturer les trompes dès que j’aurais reçu LE mail du p’tit loup qui vous attend 🙂 En plus, ça me paraît étrange de donner priorité quelque part à un enfant rêver par rapport à un enfant réel.

    J’aime

    1. Après des années sans aucun contraceptif et aucune grossesse, je pense que le risque est minime surtout vu mon âge… Et j’en ai reparlé avec M. Chéridamour la semaine dernière et étrangement, il n’était plus aussi inquiet par une hypothétique grossesse.

      J’aime

  3. La nature a un sens de l’humour vraiment naze… Ça semble être si vrai, je comprends que tu veuilles éviter de lui tendre des perches ! Je comprends ton ressenti, bravo d’avoir su si bien nous l’expliquer, et être en paix avec tout cela. Le travail de préparation a l’adoption a porté ses fruits je pense ^^ ❤

    J’aime

  4. Je crois que notre société souffre encore du syndrome du sauveur. Cette absurdité d’adopter un enfant pour sauver le monde. Savoir que cet enfant adopté est aussi un Désiré change la donne.
    Les gens semblent oublier aussi qu’on a pas tous les mêmes projets parentaux… j’en ai entendu des vertes et des pas mûres pour avoir fait une ligature à 35 ans et deux enfants (et ce malgré le fait que je n’ais de toute façon pas eu besoin de trompes pour concevoir mes bébés éprouvettes). Si ton ressenti est partagé par ton homme, je pense en effet que ce n’est pas plus mal de prendre une contraception, des fois la nature a un drôle d’humour en effet ! Votre enfant n’aura peut etre pas de couches, mais il aura besoin de beaucoup de temps pour créer un lien solide avec vous. Je ne peux que vous souhaiter que vos débuts soient à la hauteur de vos aspirations 😘

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s