Comment j’ai découvert la vérité sur le Père Noël

Comment j’ai découvert la vérité sur le Père Noël

Nous sommes trois dans la chambre d’amis chez mes grands-parents. Ma mère nous fait un câlin, à ma soeur et moi : le Père Noël vient d’arriver et nous devons nous cacher pendant qu’il place les cadeaux au pied du sapin ! Je n’ai pas peur, je suis juste intriguée et très attentive. La curiosité me titille. C’est chaque année pareil : quand l’heure des cadeaux approche, mes grands-parents, mes tantes et oncles et mes parents nous avertissent que le Père Noël va bientôt arriver. Pas de cheminée dans l’appartement, donc il passe forcément par la porte. Des fois, nous l’entendons dire « Bonsoir » de sa grosse voix. J’aimerais bien le voir, moi. Ah, du bruit, près de la porte ! Est-ce que le Père Noël est passé ? Oh, ça remue beaucoup de choses à côté… Et ce bruit… on dirait… on dirait quelque chose qui coulisse. Des froissements. Beaucoup de froissements. Des pas qui s’éloignent. Ah, quelqu’un approche à nouveau !

« Toc, toc, toc, ça y est les filles, le Père Noël est passé !! »

Nous nous précipitons dans le salon. Le tas de cadeaux est impressionnant !! Je suis ravie, je ris avec ma soeur, on reçoit nos cadeaux, je déballe les miens avec grand plaisir. Je profite de ce beau moment et de la générosité du Père Noël.

Mais quelques jours (ou semaines ? aucune notion du temps lorsqu’on a 5 ou 6 ans) plus tard, la question continue de me préoccuper. Ce bruit… je pense bien que c’était la porte du placard en face de la chambre d’amis. Mais pourquoi le Père Noël arriverait par le placard, ce n’est pas possible, il n’y a pas de trou dedans ? Et puis, j’ai entendu le bruit de la porte qu’on ouvre et qu’on ferme, donc il a du passer par la porte. Mais c’était après l’ouverture du placard. Et ces bruits de froissement… On aurait dit des sacs. Papa et Maman sont arrivés avec des sacs, je crois. Mais alors, c’est possible qu’il y ait eu les cadeaux dans les sacs, puisque nous avons été appelées pour ouvrir les cadeaux juste après. Ce qui voudrait dire… ce qui voudrait dire que… les cadeaux sont amenés par Papa et Maman. Donc le Père Noël n’existe pas.

Crédit photo : JillWellington

Je suis allée chercher confirmation de mon raisonnement auprès de ma mère. Et elle m’a gentiment dit que j’avais raison. J’étais plus satisfaite que triste ou déçue. Sans connaître la théorie du raisonnement logique, je l’avais appliquée et j’avais abouti à la bonne conclusion. J’ai évidemment promis de ne rien dire à ma soeur (et je m’y suis tenue). Je crois que la révélation sur la petite souris est venue plus tard (elle avait réussi à glisser une pièce dans mon bol de céréales pour me consoler de n’avoir rien trouvé sous l’oreiller, la maline). Elle m’a beaucoup moins marquée que la vérité sur le Père Noël. C’est peut-être aussi parce que j’ai découvert peu après que ma cousine, du même âge que moi, savait depuis le début que le Père Noël n’existait pas. Elle n’avait rien dit parce que ses parents lui avaient demandé, mais leur position sur le sujet était la suivante : nous ne mentirons pas à notre enfant. J’avais trouvé ça bizarre, autant que je me souvienne.

Maintenant que Petit Panda est parmi nous, je me pose la question (comme tous les parents je pense) sur la façon dont nous allons aborder Noël avec lui (je ne parle pas de l’aspect religieux). Evidemment, la question du Père Noël est centrale. Surtout que j’ai déjà des neveux, et que la position de leurs parents sur le sujet n’est pas encore très claire (en même temps, ils sont très jeunes encore, l’un d’eux ne se rendra même pas compte qu’il fête Noël cette année).

Lorsque j’ai compris que le Père Noël n’existait pas, je ne me suis pas sentie trahie par les adultes, et je n’ai pas non plus eu l’impression qu’on m’avait menti. J’ai plutôt eu le sentiment de franchir une étape pour passer de l’enfance à l’adolescence (en tout cas, ce sont les mots que je mets dessus aujourd’hui). Peut-être est-ce lié au fait que mes parents n’ont jamais sciemment menti à son propos : nous n’avons jamais pris de photos avec le Père Noël, aucun membre de la famille déguisé en Père Noël ne débarquait pendant la fête (et ce, des deux côtés de ma famille), personne n’insistait jamais dessus. Pas de traumatisme donc de mon côté, et pas du côté de Monsieur Fernand non plus.

Serait-ce mentir à Petit Panda que de faire un peu comme mes parents, et le laisser être porté par l’ambiance des fêtes et les mentions du Père Noël ? Vaudrait-il mieux faire comme mon oncle et ma tante, et refuser de lui mentir même par omission ? J’ai l’impression qu’en lui disant « Le Père Noël n’existe pas » dès qu’il sera en âge de le comprendre, je le priverai d’une partie de son enfance. Et en même temps, j’ai peur qu’il se sente mal en découvrant la vérité, et qu’il perde un peu sa confiance en nous. Je suppose que cela dépendra de sa personnalité, et je ne peux pas la deviner.

Nous en discutons de temps en temps avec Monsieur Fernand, et pour l’instant, nous n’avons pas arrêté notre décision. Peut-être ferons-nous comme Nilith Lutine, et lui présenterons-nous le Père Noël comme un personnage de contes de fées, auquel on est libre de croire ou pas. Mais j’aimerais beaucoup faire briller des étoiles dans ses yeux au moment de cette célébration… Tolkien envoyait des cartes au nom du Père Noël à ses enfants, et les illustrait lui-même : je trouve cette attention si adorable ! Et j’ai aussi adoré l’histoire du petit lutin de Noël de Colombe, et je suis très tentée de faire entrer un peu de magie dans le quotidien de Petit Panda par ce biais également. Mais est-ce que cela serait mentir ? Est-ce que cela lui fera un vrai choc quand il découvrira la vérité ? Trouvera-t-il ça touchant ? Bref, tu l’auras compris, le sujet est loin d’être clos pour le moment !

N’hésite pas à partager ton point de vue sur le sujet dans les commentaires ! J’espère que cela fera avancer nos réflexions 🙂

26 commentaires sur “Comment j’ai découvert la vérité sur le Père Noël

  1. C’est pas completement évident comme sujet ! De notre côté, on a décidé très vite qu’on dirait à notre fille que le père Noël est dans les livres, mais jamais que c’est lui qui apporte les vrais cadeaux à Noël. J’ai eu un peu la totale petite (les photos avec le père Noël au centre commercial (que celles qui ont aussi une pensée pour les inconnus à cette évocation lèvent la main ;D), l’oncle déguisé en père Noël, bref), mais j’en garde aucun traumatisme (je suis cependant très physionomiste, donc ça m’a toujours paru bizarre qu’il y ait plusieurs pères Noël). Mon problème par contre c’est que j’ai des attentes très, très élevées en matière d’honnêteté pour moi-même, et que je refuse de mentir, même par omission, aux gens, et surtout pas à ma fille (pour ça comme le reste d’ailleurs). Mais c’est personnel, je trouve aussi que les parents qui ont envie de faire croire au père Noël ont complètement raison, il faut juste être en accord avec soi-même je pense.
    Et dernier point : notre démarche est clairement facilitée par le fait que ma fille est la seule enfant de la famille, donc pas de problème vis-à-vis de cousin-e-s qui y croiraient !

    J’aime

    1. Ah, je compatis pour les photos, j’aurais détesté ça !! Je pense que tu as raison pour être en accord avec soi-même, c’est le plus important. Nous avons encore quelques années avant de nous décider, mais tous les commentaires sont très instructifs !! Pour l’instant, mon neveu assimile le père noël à un personnage de conte, le coté cadeau n’est pas mis en avant.

      J’aime

  2. Bonjour, avec mon mari on est un petit peu comme vous à nous questionner. Notre fille a 3 ans, nous avons décidé de lui dire une demi vérité, le père noël apportera un cadeau (dans un panier bien défini) et les parents et grand parents offriront les autres. De sorte qu’elle aura la magie mais on ne lui ment pas sur tout, papa et maman apportent aussi des cadeaux !

    J’aime

    1. C’est un bon compromis ! J’ai cru comprendre que c’était la façon traditionnelle de faire dans certaines familles aux US, je trouve ca bien de faire prendre conscience aux enfants que ce sont leurs proches qui les gâtent tout en leur apportant un peu de magie 🙂

      J’aime

  3. C’est joli comme ça s’est fait en douceur ! Ici, en jouant à cache cache, on a découvert la réserve de cadeaux, qui comme par hasard étaient ceux de notre liste… En en parlant avec notre nounou, en mode trop fiers de nous, elle nous a sorti le plus naturellement du monde « évidemment que les jouets sont déjà là ! Vous imaginez le boulot pour ce vieux monsieur de visiter toutes les maisons du monde en une seule nuit ?! Non, il les dépose au fur et à mesure et les parents ont pour mission de les cacher jusqu’à Noël .. » et on y a cru 1 an de plus comme ça ^^’
    De notre côté, pas de père noël non plus, mais en fait l’école et la société s’occupent très bien d’en parler. Alors ils y croient, même si on leur explique qu’ils n’auront pas tout ce qui est sur la liste parce que ça coûte cher, même si on leur demande de dire merci a chacun pour les cadeaux de Noël, et même si quelques mois plus tard ils nous disent  » ça c’est le jeu que tonton nous a offert », ou « le déguisement que mamie a fait ». Et quand ils nous posent la question, on se contente de leur dire « et toi? Qu’est ce que tu en penses? » Pas de chantage au père Noël, pas de stratégies d’évitement diverses, juste, on passe Noël tous ensemble dans notre grande famille !

    J’aime

    1. Bravo à la presence d’esprit de la nounou XD
      Oui, demander l’avis de l’enfant ça me parle bien ! Je n’ai pas souvenir d’avoir entendu « si tu n’es pas sage, pas de cadeau », et je pense que je n’aimerais pas utiliser ce genre d’argument avec mon fils ! Et dire merci me semble important, car ce côté manquait un peu dans ma vision de Noël pendant longtemps finalement… et ça m’ennuie rétrospectivement ! ^^

      Aimé par 1 personne

  4. Alors ma fille a 4 ans et quand elle me demande si le père noël existe, je lui demande si elle y croit, elle me répond oui, alors je lui réponds « tant que tu y crois, c’est qu’il existe ». Je n’aime pas mentir mais je ne veux pas non plus la priver de féerie, c’est le compromis que j’ai trouvé. Et ça ne l’empêche pas d’avoir des yeux qui brillent de fou devant tout ce qu’elle voit <3.
    Pour la suite, quand elle aura compris, je pense lui dire qu'elle est maintenant dépositaire du secret et de l'esprit de Noël, qui est avant tout (pour moi) la famille, un peu de magie, de la générosité et de la bienveillance, et qu'elle est maintenant chargée de perpétuer pour les plus petits.
    C'est une idée, un mixte qui m'est venu après de nombreuses lectures. Je ne voulais pas casser son imaginaire, ni la priver de féerie, mais je ne voulais pas sciemment mentir non plus.
    Quand elle sera plus âgée (et que ce f… Covid nous lâchera un peu), j'aimerais bien l'impliquer dans une association qui apporte de l'aide aux plus démunis, même si ce n'est qu'une action spot pour les fêtes, je trouve que le message est beau et que les valeurs transmises correspondent bien à mon idée de Noël.

    J’aime

    1. C’est une très jolie idée de se dire qu’on est en fait tous des Pères Noël ! Je partage ton avis sur les valeurs transmises par l’implication dans une association pour les fêtes, mon mari l’a déjà fait, moi jamais vraiment, mais je me dis que ce pourrait être bien. Sûrement quand notre fils sera bien plus grand en revanche !

      J’aime

  5. Bonjour, ici je me rappelle avec émerveillement avoir vu, alors que nous k’y croyions plus tellement, le traîneau du Père Noël approcher de la maison de mes grands parents, nous surveiller, de aller les escalier mais… il était passé et reparti.
    Nous ne faisons pas de photo avec le père Noël et les pères Noël que l’on rencontre, à l’école, dans la rue, au supermarché sont des salariés du Père Noël.
    A 7 ans mon grand y crois encore, et nous avons prévu l’an prochain de lui demander si il veut faire plaisir aux autres pour Noël comme le Père Noël. Et que vu que oui, lui dire qu’il fait désormais partie du grand nombre des vrais Père Noël, à charge pour lui de participer à continuer à faire vivre cette magie, en gardant le secret sur son statut de Père Noël et s’il le veux en choisissant d’être père Noël de quelqu’un ou simplement d’aider la nuit ou le matin de Noël.
    🙂

    J’aime

    1. La magie de l’imagination !!
      J’aime vraiment beaucoup cette idée de présenter le Père Noël comme un concept alliant générosité et discrétion, auquel on peut se rattacher si on veut faire une bonne action pour les fêtes !

      J’aime

  6. Ma fille de tout juste 5 ans m’a dit que sa copine de classe lui avait dit que le père noël n’existait pas et que c’était les parents qui achetaient les cadeaux. Je lui ai demandé ce qu’elle en pensait, elle m’a dit « je pense que le père noël existe ». Elle m’a alors demandé si j’y croyais et je lui ai répondu que je croyais à la magie de noël, suivie d’une discussion sur noël, la joie de se retrouver en famille et de faire plaisir à ceux qu’on aime… Concernant les cadeaux on lui avait expliqué que c’était aussi les parents, grands-parents, etc qui demandaient les cadeaux au père noël pour les enfants ce qui explique pourquoi il y a un petit cadeau chez chacun qui les attends et pourquoi il faut aussi dire merci aux proches 😉

    J’aime

  7. J ai rêvé petite à la magie de noël et ne me suis jamais sentie trahie par mes parents lorsque j ai découvert la vérité.
    Je suis plutôt partisane de les laisser rêver, imaginer et croire à plein de choses petits et en douceur passer à une autre étape en grandissant.

    J’aime

    1. Je suis contente de savoir que je n’ai pas été la seule à ne pas avoir ressenti de sentiment de trahison ^^ après plusieurs discussions avec différentes personnes, j’avais l’impression que c’était plutôt ce qui prédominait !

      J’aime

  8. Merci pour cet article !

    De notre côté nous sommes catholiques et Noël c’est avant tout la naissance de l’Enfant Jésus. Nous avons installé une belle crèche de Noël avec les santons etc et nous insistons fortement sur le coté spirituel de cette fête auprès de nos enfants.

    Néanmoins, nous avons décidé d’inclure le père Noël dans l’ambiance car nous trouvons que cela fait partie du folklore et il me semblerait bizarre de couper mes enfants de ce folklore en raison de notre religion.
    Du coup, on n’invite pas forcément le père Noel dans nos discussions mais quand on en croise dans les supermarchés ou que les enfants en parlent, on dit qu’il prépare des cadeaux pour la naissance de Jésus.

    Nos enfants sont encore petits donc on n’a pas la question du « existe t il ou pas ». Je ne sais pas encore comment nous gérerons cet aspect. J’avoue qu’on insiste tellement sur l’aspect foi que je pense que ce pauvre père Noël ne fera jamais le poids 🤣

    J’aime

    1. Ayant grandi dans une famille catholique, je pense que c’est un aspect que je n’omettrai pas lorsque j’expliquerai à Petit Panda les origines de Noël. Mais n’étant plus croyante depuis de nombreuses années maintenant, ce n’est plus pour cela que nous continuons à fêter Noël, mais surtout pour les valeurs universelles de cette fête 🙂
      C’est vrai que le Père Noël fait partie du folklore, impossible de passer à coté 😀 c’est chouette de pouvoir faire le lien entre votre religion et ce personnage ! Quant à la question de son existence… hé bien, qui vivra verra :p

      J’aime

  9. J’ai arrêté de croire au Père-Noël vers 5 ans aussi, quand j’ai compris que les cloches de Pâques n’existaient pas, donc en avril 😅
    Pour notre fils (il a 5 ans), nous avions décidé de laisser venir, de voir comment lui appréhendait le Père-Noël en société, sachant que ma sœur est à fond avec mes neveux. Et notre fils croit au Père-Noël avec les étoiles dans les yeux et souhaite continuer d’y croire, même s’il demande souvent la réalité de son existence. Quand il pose la question, on répond juste « et toi t’en penses quoi ? », sans l’influencer. Tant qu’il nous répondra par le positif, je crois que nous jouerons le jeu 😉

    J’aime

  10. Alors ici, notre position était comme la vôtre (et comme celle de la majorité des parents, je pense) : vouloir que nos enfants profitent de cette ambiance magique, sans non plus forcément en faire des tonnes. Nous aussi on s’est posé des questions les premières années, sans trouver de réponses…. alors on s’est simplement laissé porter. Nos enfants ont découvert cet imaginaire du Père Noël à travers leurs différents lieux de sociabilisation, donc principalement la crèche, où l’un des papas venait chaque année déguisé en Père Noël, puis l’école, où les enfants en discutent beaucoup entre eux. Dans ma famille à moi, les adultes parlent pratiquement ouvertement des cadeaux qu’ils font aux uns et aux autres, ce qui agace mon mari, dans la famille duquel le secret est mieux gardé.
    Et sinon, comme en plus tu le mentionnes dans ton article, j’ai trouvé que le lutin de Noël était justement un bon moyen de conserver la magie sans mentir : la première année où nous avons instauré cette petite tradition familiale, ma grande avait 4 ans, et j’ai bien vu sur son visage qu’elle était hyper déçue le premier jour en découvrant que ce petit lutin dont je lui avais parlé n’était en fin de compte qu’une petite peluche inanimée. Mais cette déception n’a duré qu’une seconde, et elle a tout de suite plongé dans le reste de la magie : découvrir ses petites blagues chaque matin, parler de lui avant sa venue l’année suivante à ses jeunes frère et soeur, etc…. Avec le recul, je pense que ça lui a donné des clés pour appréhender le fait que, le Père Noël non plus n’existe pas forcément pour de vrai, mais que ça n’en rend pas Noël moins magique. Et là, à 7 ans, elle est dans le déni total de la non-existence du Père Noël, mais un déni coquin, un déni qui lui fait réclamer des listes de cadeaux à rallonge et très très précises, et un déni qui ne l’empêche pas de m’aider à trouver des cadeaux pour gâter les adultes.
    Bref, on a fait comme on a pu (comme bien souvent dans la parentalité, hein !), et je pense que c’est un équilibre pas trop mauvais (je veux dire que nous n’avons toujours pas traumatisé l’un ou l’autre de nos enfants !).
    Et sinon, je n’ai moi non plus pas été plus traumatisée que ça lorsque j’ai appris que le Père Noël n’existait pas : la seule urgence que j’ai ressentie, très vive, très forte, c’était de le cacher à ma petite soeur, pour qu’elle puisse continuer à y croire.

    J’aime

    1. Hihi, c’est amusant la façon dont ta grande a vécu les aventures du lutin et comment elle transpose cela au père noël 🙂 je n’aurais pas pensé qu’elle aurait pu être déçue de voir que le lutin était une peluche !

      Ton commentaire m’incite à ne las trop théoriser sur le sujet et à arrêter de vouloir tout prévoir ^^ je pense que je fais un peu trop la chasse à la spontanéité dans cette histoire : il vaudrait sûrement mieux que je me laisse un peu porter !

      Aimé par 1 personne

  11. Je me souviens aussi de quand j’ai appris que le père noel n’existait pas. De cette déception.
    Pourtant aujourd’hui j’adore la magie de Noël. Pour moi le père noel est une figure qui ajoute à cette magie. C’est entrer dans le monde créatif de l’enfant. De notre côté nous avons décidé de le faire vivre, en laissant des biscuits pour lui à côté du sapin, en lisant des histoires. Non pas comme une vérité mais comme un « peut être ». Ce père noel qui lui a donné un cadeau est peut être le vrai père noel, peut être que c’est juste quelqu’un qui se déguise. Ce qui se transformera certainement en vérité pour notre enfant.
    Mais j’espère que lorsqu’il saura qu’il n’existe pas dans la réalité mais uniquement dans notre imagination, il pourra aussi voir que nous sommes tous le père noel de quelqu’un. Finalement il continue d’exister, mais sous une forme différente.
    Je ne sais pas si c’est tres clair. Je vois cela comme un ajout de magie dans le quotidien et non comme un mensonge. Magie qui se poursuit finalement bien au-delà du père noel

    J’aime

  12. Nous n’avons jamais dit à notre fille (quasi 4 ans) que le père Noël apportait des cadeaux, elle a toujours su de qui venaient les cadeaux. C’est juste un personnage de livre comme Tchoupi ! A vrai dire, ça me choquait même quand les neveux ne remerciaient pas pour les cadeaux (bah bon c’est le Père Noël !) et que les parents en faisaient 3 tonnes… Oui mais ça c’était avant qu’elle aille à l’école et qu’on lui inculque là-bas une autre version avec menace sur le fait de ne pas être sage… Bref, choix pas facile à tenir quand on vit en société !

    J’aime

    1. Ah, la société met parfois à nos enfants de drôles d’idées en tête… mais on ne les apprendra qu’en y étant confrontés ! Je préférerais aussi que mon fils dirige sa gratitude vers nos proches plutôt que vers une figure imaginaire.

      J’aime

  13. Bonjour, moi je me souviens encore du jour où j’ai arrêté de croire au père noël, j’avais 3ans et demi et j’ai reconnu les bottes de jardin de mon oncle déguisé en père noël. Je me souviens ce sentiment de trahison et de tristesse. D’autant que tous les adultes présent n’ont cessé de me dire que je me trompais. Pourtant pour mes enfants je les laisse croire au père noël, sans en faire des tonnes c’est surtout à l’école que son imaginaire s’est développé, mais le jour où ils me poseront la question je pense leur demander ce qu’ils en pensent, mais surtout ne pas leur mentir ou les forcer à y croire.

    J’aime

    1. Oh, c’est triste ça comme découverte ! Je ne comprends pas trop l’intérêt d’insister de la part des adultes dans ces cas là, c’est presque insultant pour l’enfant de lui dire qu’il se trompe alors que c’est faux… je partage ton avis : je ne mentirai pas à Petit Panda en lui faisant croire à tout prix, je préfèrerai lui demander son opinion !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s