Se reconnecter à ses émotions

Se reconnecter à ses émotions

Ça courait depuis quelques années… Plein de projets, qui s’enchaînaient les uns après les autres : études, re-études, mariage, achat immobilier, bébé 1, encore des études, puis bébé 2. Un boulot prenant, une vie sociale garnie. Bref, cela faisait longtemps que j’avais l’impression de courir sans cesse d’une journée à l’autre.

Il y a deux ans, j’ai déménagé. C’était loin d’être la première fois. Je savais bien qu’il me faudrait une bonne année avant de me sentir de nouveau bien dans mon nouveau lieu de résidence. Le temps de créer de nouvelles habitudes, de trouver son médecin, ses magasins d’alimentation, de bricolage, des loisirs, de s’approprier un nouveau logement…

Mais pour la première fois, j’ai déménagé avec mes enfants. Et pfiou… Il y a encore plus de choses à mettre en place !

L’accumulation a fini par devenir trop haute pour moi. Je me suis sentie dépassée. Incapable de gérer ma vie. Il en a résulté un dérèglement de mon humeur : colère, frustration, stress, apathie… Bien évidemment, les galères liées au COVID n’ont rien arrangé. Il y eu des périodes de mieux, puis je retombais dans un état d’esprit morose. Et ça recommençait.

Crédits : ambermb (Pixabay)

Bref, j’ai fini par me dire qu’il était temps de me faire aider. Alors que j’avais toujours imaginé que je finirais par consulter un jour un.e psy pour faire un travail intéressant et révélateur sur moi (d’où vient ce fantasme ??), c’est devenu une nécessité.

Je ne vais pas te raconter le détail de mes consultations car elles n’ont pas été franchement couronnées de succès. A ce jour, je cherche encore quelqu’un avec qui je me sentirais en confiance et qui m’apporterait un réel soulagement.  

Ce dont je veux te parler aujourd’hui, c’est les améliorations que j’ai ressenties en travaillant sur mes émotions avec Claire. Tu la connais sûrement si tu suivais les aventures des dentelles et des tribulettes. Elle s’est reconvertie dans l’exploration émotionnelle après avoir été notamment prof de français langue étrangère.

Non, ceci n’est pas un article sponsorisé (pardon, je voulais voir ce que ça faisait d’être dans la peau d’une influenceuse), mais je me dis que ça peut intéresser d’autres personnes, alors voilà mon retour.

Crédits : Greyerbaby (Pixabay)

Je suivais Claire sur Instagram où j’ai suivi sa reconversion. Elle a commencé à proposer des ateliers collectifs sur un thème donné (par exemple, au hasard : la peur, la colère, le rapport à la famille, au corps…). Ça me tentait bien, mais je n’osais pas me lancer car je ne comprenais pas bien à quoi m’engageait le fait de participer. La rencontre avec des inconnu.e.s, le fait de s’exprimer à l’écrit, le prix libre et conscient : je n’étais à l’aise avec aucun de ces concepts.

Au hasard d’un échange en privé, j’ai fait part à Claire de mes difficultés du moment et elle m’a proposé un accompagnement individuel.

Parmi les sujets que nous avons creusés ensemble, elle m’a rassuré sur ma légitimité à me sentir mal alors que sur le papier, j’avais tout pour être heureuse et surtout que je n’avais aucun problème à assurer ma survie… Ces sentiments que je trouvais anormaux, ou des problèmes d’enfant gâtée, se sont transformés en signaux que je devais analyser pour comprendre l’origine de mon mal-être. Je me suis aussi rendue compte que mon état était dû à une somme de petits ou grands blocages qui formaient une pelote bien serrée, et que j’allais devoir démêler patiemment.

Au bout de quelques séances, appréciant l’écoute et les outils proposés par Claire, j’ai fini par franchir le pas et je me suis inscrite à un atelier collectif, attirée par le thème : « trouver son équilibre ». 

Chaque atelier comprend des exercices à faire à l’écrit, qui durent entre 30 secondes et 5/6 minutes, où l’on note spontanément ce qui nous vient en réponse à la consigne. Puis chaque participante lit ce qu’elle a écrit, ou les éléments qui lui semblent intéressants. Ou ne le fait pas si elle le souhaite. Chacune est ensuite libre de réagir : parce que ça lui parle, qu’elle vit quelque chose de similaire, qu’elle a une question ou une suggestion. La seule limite est de rester bienveillante, mais à ce jour je n’ai côtoyé que des participantes très respectueuses de la façon de penser des autres, qui s’exprimaient en faisant attention à ne pas blesser.  

Claire participe aux exercices en même temps que nous. Elle nous partage ses réflexions et propose régulièrement un outil ou une explication à une réaction. Elle nous pousse notamment à identifier l’émotion ressentie, puis à en comprendre l’origine.  

Je suis devenue accro à ces 2 heures passées à se sonder intérieurement, à réfléchir, à saisir un fil et tirer pour comprendre ce qui se cache derrière une émotion, à écouter les autres participantes expliquer leurs problématiques, ce qui se passe en elles. J’ai eu de véritables révélations lors de ces ateliers, de celles qui apaisent et donnent l’impression d’avoir trouvé le déclic pour avancer. 

On ne se connaît pas, mais on parle facilement, librement. On s’écoute, on s’entraide en partageant des idées ou simplement en acquiesçant en silence. Le principe des cercles de femmes m’attire beaucoup, mais je n’ai jamais eu l’occasion d’y participer. Au final, ces réunions constituent une alternative qui me comble. 

Le bilan que je tire de ce travail est que le fait de prêter attention à mes émotions me fait du bien. J’ai autour de moi des amies qui font le même constat, mais y parviennent par un autre moyen. Par exemple, en appliquant les conseils du podcast « Change ma vie ».

Durant ces dernières années, ma stratégie pour tenir était de me blinder contre mes sentiments négatifs. Je qualifiais mon état d’esprit de « neutre » lorsque j’ai commencé à travailler avec Claire, dans le sens où je ne ressentais plus grand-chose, juste un gros blocage. 

Désormais, je suis plus attentive à mes émotions positives. D’une part, je les ressens de nouveau. D’autre part, j’ai appris à me concentrer dessus pour en profiter encore plus. Plaisir, fierté, excitation, etc. : ce sont autant de douceurs qui me rendent le quotidien moins difficile, plus contrasté qu’avant où les contraintes avaient pris le dessus.

Les émotions négatives et leurs conséquences sont toujours là, mais maintenant je comprends à quoi elles sont rattachées et ce qu’elles signifient. Je culpabilise beaucoup moins lorsque je me mets en colère car je sais qu’elle est un signal et pas un problème en tant que tel. J’apprends doucement à prendre soin de moi en écoutant ma météo intérieure.

Autre effet bonus : j’ai l’impression de mieux comprendre les réactions des autres, du moins je me sens moins visée par leurs émotions négatives, car je me dis qu’elles ne sont pas forcément dirigées contre moi. A ce propos, je te conseille cette conférence TEDx sur le thème « comment ne pas prendre les choses personnellement ».

Crédits : Kranich17 (Pixabay)

8 commentaires sur “Se reconnecter à ses émotions

  1. Très bel article ! J’ai également participé à 2 ateliers (seulement car mon planning ne me permet pas plus hélas). J’ai ressenti les mêmes choses que toi. Des personnes bienveillantes, à l’écoute et surtout pas de jugement. Les ateliers m’ont fait un bien fou. J’attends avec impatience mon prochain 🙂

    Aimé par 2 personnes

  2. Je pointe ici aussi pour un atelier au compteur, mais très envie d’en faire d’autre. En fait, le plus « dur » est de passer le cap : trouver l’atelier qui donne le déclic et se ménager le temps qu’il faut. Ensuite tout est tellement doux et efficace que oui, on a envie d’y replonger pour « résoudre » tous ses problèmes !

    Par ailleurs, suivre Claire sur Instagram même sans participer aux ateliers aide beaucoup je trouve. Elle partage souvent en story des réflexions, propose des petits moments « d’échange » via une question sur un sujet, et parle très aisément de ses propres émotions… Et de son entreprise ! Elle est un excellent moteur pour creuser en soi et, grâce à elle, aujourd’hui d’ailleurs je suis sortie de ma zone de confort ! Bon, ça n’a pas marché, mais en fait, ça ne m’a rien « coûté » de le faire et d’échouer, donc ça motive pour une prochaine fois 😉

    Aimé par 3 personnes

  3. Idem 2 ateliers au compteur et je viens de m’inscrire à l’instant au cycle « Que faire de ses émotions ».
    Je retiens surtout la liberté de ton et le fait de pouvoir parler d’un sujet qui nous touche.
    Je suis ressortie extrêmement remuée de mon dernier atelier (et maintenant ?) mais après quelques jours ça a débloqué une décision chez moi!
    En résumé, merci Claire!

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s