Le stérilet, la cup et moi (2)

Le stérilet, la cup et moi (2)

Je t’avais laissée sur ces fils dépassant étrangement et trop longuement de mon col de l’utérus…

Les fils du stérilet semblent en effet désormais faire plusieurs centimètres de long dans mon vagin. Hum pas normal. Je ne sais pas si tu vois à quoi ressemble un stérilet mais des fils y sont attachés, pour permettre le placement et retrait du DIU. Lors du placement, les fils sont ensuite coupés à ras du col de l’utérus, pour ne pas gêner la porteuse. J’avais donc déjà senti ces fils auparavant évidemment mais ça n’avait été jusque là que de mini morceaux de fibres qui à mon avis dépassaient d’à peine 1 ou 2 millimètres du col. Là, on parlait franchement de plusieurs centimètres de long en dehors de l’utérus. Par ailleurs, en tentant d’extraire le stérilet, j’avais touché mon col plusieurs fois et je ne les avais alors pas sentis donc ils venaient clairement « d’apparaître ». Je te rappelle que je suis toujours pressée donc je n’explore pas plus l’apparent problème, je mets un tampon et c’est parti pour l’école et la crèche. 

Une fois les enfants déposés, je me dirige vers l’hôpital où j’ai donc rendez-vous pour une échographie. Je dois faire celle-ci dans le cadre d’une étude clinique à laquelle je participe, d’où la période un peu particulière pour l’effectuer. Oui, je choisis bien mes participations : ça ou souffler dans un spiromètre, je me suis dit « hé les trucs invasifs, c’est beaucoup plus fun ! » Passons. J’ai quand même un gros doute vis-à-vis de mon stérilet suite à ma stupidité mauvaise manipulation de ce matin donc je demande à l’échographe ce qu’elle pense du positionnement du DIU. Elle me confirme donc bel et bien que celui-ci est quasiment 2-3 cm plus bas que ce qu’il devrait être, qu’il n’est donc plus efficace comme contraceptif non-hormonal (ceux en cuivre dépendent entièrement de leur position pour leur efficacité, contrairement au DIU hormonal qui agit même mal placé), que je vais devoir le faire retirer et placer un nouveau. 

La m… Je suis franchement dégoûtée, moi qui savais depuis le début que la cup portait ce risque et qui n’ai pas fait suffisamment attention. J’explique ma mésaventure à l’échographe qui me répond « Ah oui, c’est tout à fait possible » d’un air entendu. Ma gynécologue confirmera également que ça ne lui semblait pas impossible, même si elle n’avait jamais eu le cas auparavant. 

Ce qu’en dit la science et ce que j’en ai fait

J’ai évidemment directement refait quelques recherches et je tombe surtout sur le site du Dr Martin Winckler, célèbre médecin militant pour les causes féminines en médecine. Celui-ci, rassurant, y annonçait que le stérilet ne pouvait pas être aspiré par une cup en raison de l’effet ventouse et que ce n’était qu’un mythe. Carrément. 

Tu me connais (ou pas, coucou, ravie de faire ta connaissance), je suis une convaincue de la science. Si on me le démontre scientifiquement, pour moi, ça sera bon. Sauf qu’ici, il a beau dire ce qu’il veut, Winckler… la science m’a fait un bon pied de nez ! Parce qu’entre toi et moi, Martin, si je te dis que j’ai senti le stérilet descendre, sachant qu’on le sent aussi quand il est mis en place et sachant aussi que tu n’as pas d’utérus pour nous prouver le contraire, tu ne vas pas raisonnablement prétendre que je me suis trompée, si ? D’ailleurs, si ce n’est pas le stérilet que j’ai senti, c’était quoi ? Le Père Noël ? 

Je sais que l’expérience individuelle et unique ne fait rien pour le consensus scientifique. Mais toutes les suggestions de Winckler sur ce qui peut faire bouger un stérilet ne s’appliquaient pas à ma situation : 

  • Le stérilet se fait expulser par les crampes utérines dues aux menstrues : j’ai certes un utérus très tonique (pratique pour accoucher, d’ailleurs) mais après 13 mois de port de stérilet et des crampes très légères par ailleurs, c’était hautement improbable que d’un coup (et pile au moment où je fais une mauvaise manipulation) des crampes puissent le déloger. 
  • Le stérilet est mal placé et finit par tomber : une fois de plus, il était bien placé au départ, il l’était toujours 9 mois après quand j’ai commencé les échographies pour l’étude clinique, ainsi que tout au long de l’étude. 
  • Les fils du stérilet sont trop longs et s’entortillent autour de la cup, ce qui le déplace lors du retrait de la cup : comme expliqué plus haut, mes fils ont toujours été très courts, impossible qu’ils se soient accrochés sur la cup. 
  • Une grossesse s’installe malgré tout et déloge le DIU : toujours que 2 enfants au compteur et j’étais surveillée comme du lait sur le feu à l’époque pour l’étude clinique. Il est donc certain qu’il n’y a pas eu de grossesse à cette époque.  

Comme tu peux voir, aucune de ces explications n’est concluante et au vu de tous les autres éléments, je n’ai qu’une seule conclusion qui s’impose pour ce qui m’est arrivé : ma mauvaise utilisation de la cup a délogé le stérilet. Oui, « ma ». C’est entièrement de ma faute, pour ne pas avoir pris le temps de respecter les instructions d’utilisation de la cup et les précautions élémentaires que je m’étais fixées. 

Loin de moi l’idée de faire flipper qui que ce soit avec cette histoire, je suis convaincue que ça reste anecdotique. Je ne trouve toujours pas vraiment de témoignages en ce sens d’ailleurs. En attendant, par précaution, j’ai décidé de ne plus porter de stérilet. En cuivre ou pas. Je me suis laissée quasiment 2 ans, pendant lesquels on n’a plus utilisé que des préservatifs, pour décider d’une marche à suivre. Je n’avais plus aucune certitude quant au contraceptif que je voulais et quels choix je devais faire. Finalement, après avoir fait la balance des avantages et des inconvénients, je suis retournée à mes premières amours : la pilule contraceptive. L’aspect écologique de la cup prenait bien trop le pas par rapport au reste et je n’avais pas peur pour ma santé en prenant la pilule, puisque je la supportais si bien. En la reprenant, j’ai même découvert qu’elle me donnait des plus gros seins ; ce n’est pas mon bonnet B qui va s’en plaindre ! La pilule me permettait de continuer à utiliser la cup sans jamais me poser de questions. 

J’ai tout de même acheté un autre modèle en 2019, une Lunéale, dont l’ingénieux système créant naturellement un appel d’air a solutionné mes luttes du petit matin. Ca ne me fera pas remettre un stérilet pour autant mais au moins, je ne m’arrache plus l’intérieur du vagin quand je rends les armes face à la cup. 

Allez, je m’arrête là. Souviens-toi : si tu combines cup et stérilet, on ne sait jamais, fais toujours un appel d’air. Bon vent 😉 

7 commentaires sur “Le stérilet, la cup et moi (2)

  1. Contente que tu aies finalement trouvé un moyen de contraception qui te convienne, c’est l’essentiel !
    Et par rapport à ta réponse sur ton article précédent, je comprends ton avis, mais je trouve que partir du principe qu’on ne fera jamais de faux mouvement avec la cup c’est quand même risqué ! Après si on le trouve acceptable pourquoi pas, mais je sais que dans mon cas, c’est pas un risque que je pourrais personnellement tolérer (comme je l’ai dit, je ne veux VRAIMENT pas de raté de contraception, donc ma tolérance est très basse x)), et je comprends que les médecins ne veuillent pas dire à leur patiente « si vous l’utilisez parfaitement y a pas de risque » parce qu’on n’utilise à peu près jamais rien parfaitement !

    J’aime

    1. Oui, je suis d’accord avec toi. Maintenant, ça semble quand même être une exception cet effet ventouse dangereux donc je ne pense pas que le risque soit si grand que ça. Mais… oui, en ce qui me concerne, je n’ai pas/plus envie de me poser la question !

      J’aime

  2. Merci pour ce témoignage.
    J’utilise pour ma part une cup Femmycycle qui fait beaucoup moins effet ventouse que les autres cup que j’ai pu essayer.
    Après 4 ans d’utilisation de cette cup tout en portant un stérilet, je n’ai jamais eu de souci (mais c’est peut-être juste de la chance).

    Aimé par 1 personne

  3. La mésaventure se termine finalement bien ! Du moment que tu trouves 2 moyens de gérer contraception et règles qui te conviennent, c’est top.
    Je n’avais pas osé commenter sur le précédent article en parlant de Luneale, je voulais pas faire de pub, mais c’est celle que j’utilisais avant mes grossesses, et j’ai adoré. J’avais une Meluna trop rigide, changer de cup a été un vrai soulagement.

    J’aime

    1. Haha il ne faut pas hésiter. On est un blog non lucratif et sans partenariat donc on cite les marques qu’on veut quand on veut 😉
      Je valide donc évidemment la Luneale ! J’ai vraiment un coup de coeur pour cette cup aussi. Jamais testée la Meluna mais effectivement une cup trop rigide ne doit pas être agréable…

      J’aime

  4. Pour ma petite contribution: j’ai moi même utilisé des années cup + DIU sans souci, j’ai appris à l’école de sage femme que c’était compatible MAIS au quotidien je constate que les incidents arrivent très régulièrement.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s