Tattoo addict

Tattoo addict

Je t’écris ces lignes depuis mon lit où je repose ma jambe endolorie. Pour l’instant je suis très sensible et les appuis sont douloureux. Je me suis cassé la jambe, fait une entorse au genou ou cogné le petit orteil ? Non, non, rien de tout ça. Cette douleur, je l’ai voulue. Je suis allée me faire tatouer !

Un, puis deux, puis trois …

C’est mon seizième tattoo. Je dois les compter à chaque fois car j’oublie. Pourtant je n’avais pas prévu d’en faire autant. Ni des aussi grands. Ni des colorés d’ailleurs.

tatto addict mise en avanr
Crédit photo : Clem Onojeghuo

Mais ça vous prend comme une démangeaison. On ne peut pas s’en empêcher quand ça gratte. Pour le tatouage c’est pareil. Tu t’en fais d’abord un petit pour tester, parce que tu es enfin majeur, indépendant et que tu souhaites t’émanciper de tes parents. Puis finalement comme ça ne fait pas trop mal tu en fais un second. Puis une opportunité se présente pour en avoir un pas cher. Et hop un de plus. Et c’est un engrenage qui n’a de fin que si il n’y a plus de place. Bon je m’arrêterai avant. Je sais déjà qu’il y a des endroits que je ne tatouerai pas. Ni le ventre (ça pique), ni les mains ou les coudes, ni le visage, et les fesses cela ne me tente pas trop.

Une évolution dans le style

Au départ je ne faisais que des petits en noir et gris, voir noir ou avec un peu de rouge. La couleur ne me tentait pas. Ni les lettrages. J’ai même dit à un de mes collègues de stage que jamais je ne ferais de lettrage… Perdu ! Puis que les personnages, visages etc, ce n’était pas pour moi non plus. Et finalement aujourd’hui j’ai deux personnages de manga tatoués sur le corps, dont un humain (l’autre c’est un poulpe si tu arrives à deviner).

Mais j’ai évolué et mes tatouages aussi. Chacun correspond à une époque. À mes goûts passés ou mon histoire. Ils sont tous plus ou moins personnels mais les derniers le sont énormément. J’ai commencé par deux petits tribaux. Je pourrais les regretter mais finalement ils font partis de mon histoire. Tout comme le petit mexicain traditionnel (crâne + fleurs en noir et rouge). C’était mon côté rock et rebelle en licence.

tattoo addict
Crédit photo : Caroline Buri Photographe

Puis j’ai évolué vers un style plus graphique et coloré. Pour marquer mon goût du dessin et des croquis. Mon côté artiste un peu.

Aujourd’hui j’ai plusieurs tatouage reprenant la culture geek ou littéraire, ainsi que de nombreuses références au Japon ou à des mangas que j’ai adorés. Très colorés avec des effets d’aquarelle ou de crayonné. Ils me représentent bien, mes goûts, un peu mon travail, beaucoup sur mes valeurs ou les choses qui comptent à mes yeux (à condition de connaître les histoires auxquelles ils sont rattachés). Idem pour les fleurs que j’ai au bras que l’on pourrait croire juste liées à un effet de mode : chacune d’elle correspond à un bout de moi ou de ma vie ou à un voyage.

tattoo addict
Crédit photo : Zelda BJJ

Enfin je me suis aussi acheté un démographe. Et je me suis tatouée moi-même. D’ailleurs je recompte mes tattoos en écrivant ces lignes car je crois bien en avoir oublier un… Oups. Non c’est bon. Je m’y perds un peu à force d’en avoir partout.

Et ensuite ?

Et bien j’ai encore plusieurs projets, des tatoueurs que je souhaite rencontrer pour me faire piquer par eux. Pour leurs univers et leurs styles graphiques. Aujourd’hui je choisis mes tatoueurs autant que mes tatouages. Je réfléchis plus, mais j’ai aussi beaucoup plus d’idées et d’envie. Mon corps est un peu comme une toile que je veux remplir de mes souvenirs, mes références, mon histoire aussi.

tattoo addict
Crédit photo : Céline Zbieski

Quand on m’a dit que lorsqu’on fait un premier tattoo c’est difficile de s’arrêter. Je n’y croyais pas vraiment. Mais me voilà finalement accro. Après il vaut mieux ça que d’autres choses !

11 commentaires sur “Tattoo addict

  1. Mdr, le premier à 18 ans, un autre quelques années plus tard… un croquis que je traîne depuis 2 décennies qui attendait sagement que je passe le cap des grossesses, et que je sais maintenant pouvoir faire. Je n’irai pas aussi loin que toi, d’abord pour une question de moyens, ensuite de job mais j’adhère beaucoup à l’idée qu’ils sont une partie de moi ou de mon histoire, si je vais au bout du troisième, ce sera le cas 😉

    J’aime

    1. Pour le travail je trouve que le tatouage s’est beaucoup démocratisé. Ça ne pose plus autant de soucis. Après tout dépend du job peut être. Pour le coût, c’est pas pour rien que je n’en ai pas plus.

      J’aime

  2. Il y a encore 2 ans, je disais « le tatouage, pas pour moi car ça s’enlève pas » ! Et puis, et puis, je ne pourrais même pas dire ce qui m’a décidée. Peut-être un nouveau corps qui se dessine avec l’âge… Pour mes 45 ans, je me suis offert mon premier tatouage et il n’est pas si petit que ça ! D’ailleurs, c’est ce qu’on m’a dit « pour un premier, t’as bien osé quand même !! ». Et je l’aime d’amour ce tatouage….et je pense déjà au second, haha !

    J’aime

      1. Il est sur mon avant bras droit intérieur. Je voulais quelque chose qui symbolise à la fois ma « détermination » et mon « grain de folie ». Le tatoueur m’a tout de suite proposée un motif qui m’a plu. Il fait 17 cm environ et représente 3 losanges (côté détermination qui représente aussi mes 3 enfants) avec un feuillage au milieu. 🙂

        J’aime

  3. J’adore celui sur ta jambe avec le carapuce (je lutte régulièrement contre une envie de me tatouer un hypotrempe, je sais pas ce qui me retient en fait haha) !

    J’ai aussi de plus en plus de tatouages (6, j’ai aussi du compter, avant je savais sans réfléchir mais passé 3-4 j’ai perdu le compte…), j’ai commencé par un tout petit vers 20 ans, puis j’ai fait une pause après une expérience mitigée et repris après la naissance de ma fille, c’est vrai que c’est difficile de s’arrêter, même si depuis le dernier (qui fait la moitié du dos et une partie du bras – il m’a permis de découvrir que la 5e heure est de trop pour moi :D) je me dis que maintenant je vais me calmer ! Je les adore tous aussi, même les plus vieux qui ne sont pas forcément incroyables dans la réalisation, mais j’ai vécu tellement de choses avec eux qu’ils me manqueraient si je ne les avais pas.
    Et même en me disant « c’est le dernier » j’ai déjà de nouveau une idée de petit en me disant que je ne suis pas à ça près (et mon mari rigole en disant « oui ça fait 3 fois qu’elle me dit que c’est le dernier » – ce qui est faux haha) … j’ai lu une fois un meme qui disait en substance « est-ce que j’ai envie d’un nouveau tatouage ou juste que quelqu’un me fasse mal pendant 1h ? » et je me dis que c’est parfois un peu ça x)

    J’aime

  4. Merci pour ce joli témoignage ^^ 3eme tatouage fait mardi moi aussi ma jambe pique un peu! Mon premier c’était il y a 18 mois sur le bras à 35 ans pour marquer ma perte de poids. Je devais en faire un seul… mais j’ai eu un coup de cœur pour mon tatoueur, pour mon tatouage et surtout ça a été une vrai thérapie pour moi une acceptation de mon corps alors j’ai fait ma jambe droite puis la jambe gauche 🤣 ils sont assez gros! Mon Mushu est sur mon avant bras il en prend les 2/3, mon stich prend tout l’arrière du mollet droit et mon Meeko le petit dernier tout le côté du mollet gauche 😜 en style aquarelle! Ils me ressemblent ils sont fun hyper colorés et je suis une vrai fan de disney! Je pense déjà au 4eme d’ici un an peut-être sur mon bras droit (sûrement aussi l’épaule) mais j’ai envie d’un autre style j’ai flashé sur le travail ornemental d’un tatoueur du même salon que l’artiste qui a réalisé les miens ^^ après on verra… je pense que j’arrêterai j’ai besoin de voir mes tattoos et j’aime les grosses pièces donc pas sûr que j’irai plus loin! L’avenir nous le dira! Merci

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s