Ambition j’écris ton nom

Ambition j’écris ton nom

Alors avant de commencer, non ce cher Paul Eluard ne se retourne pas dans sa tombe parce que j’ai mal retenu un de ses poèmes les plus connus. Et le fait qu’à l’origine ce poème traite de liberté va d’ailleurs trouver une partie de son sens dans ce que je viens te raconter.

D’aussi loin que je me souvienne j’ai eu de l’ambition, on aime à me raconter que déjà petite quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard je répondais « être ingénieur ». Et puis j’ai grandi et face à mes rêves d’enfants j’ai souvent eu des réactions peu agréables. Mes aspirations ne correspondaient pas à ce que la société attendait de moi.

Faire une classe préparatoire m’a été déconseillé parce que « les filles s’épanouissent plus en médecine voyons ». Oser arriver dans une classe préparatoire à dominance mécanique, alors qu’on sait bien qu’une femme ne sait pas comment fonctionne un moteur de voiture alors en faire le design : quelle idée incongrue. Vouloir persister dans des domaines peu féminins comme l’informatique alors que j’aurais pu essayer de choisir une école plus « conforme » et pluridisciplinaire, quelle mauvaise tête. Je n’ai fait que des choix où on remettait en question ma place en raison de mon sexe. Jamais de mes compétences non, uniquement du fait que je suis porteuse d’un appareil génital féminin. Et alors vient enfin mon arrivée dans le monde du travail.

Moi qui pensais qu’avoir envie de progresser était une qualité (oui on nous répète à longueur d’entretiens d’embauche d’expliquer où on se voit dans 5 ou 10 ans), j’ai vite déchanté.

Entre le manager qui a peur qu’on lui vole sa place et va tout mettre en place pour te dénigrer et salir ton image et le misogyne qui refuse de faire progresser une femme à un poste avec des responsabilités, j’ai été servie. Alors lasse de ne pouvoir faire entendre mes ambitions je suis partie une fois encore il y a environ deux ans (j’étais venue te le raconter ici). Je te laisse imaginer les bruits de couloirs sur mes dents qui rayent le parquet. Demander à 30 ans un poste qui, d’après ma hiérarchie directe, était ce qu’il fallait pour moi et pour l’entreprise, c’était visiblement être avide de pouvoir et d’argent. Après réflexion, heureusement que je ne l’ai pas eu finalement, on aurait pu dire que je l’avais eu en promotion canapé vu l’état d’esprit délétère d’une partie du management.

Tu me diras que suite à mes précédentes expériences ce qui m’anime depuis mon enfance a peut être été étouffé ? Que je n’ai pas réussi à garder la flamme? Que je me suis lassée de cette société patriarcale et de passer pour la sorcière féministe aux dents longues ?

Crédits Photo : mtweb (CreativeCommons)

Et bien non, voilà 10 ans que je suis dans le monde du travail. Et enfin au bout de 10 ans je m’autorise à dire, à crier, à affirmer, à mes supérieurs, à mes collègues, à mes proches que j’ai de l’ambition et que je n’en ai pas honte. Ne pas nommer à haute voix mon ambition m’a prouvé que ça ne m’apporterait rien. Alors j’ai décidé de la hurler, je ne la cache plus et je l’ai annoncé directement en arrivant dans ce nouveau poste. Mes études ne sont pas décoratives, je ne les ai pas faites pour avoir un joli (tout est relatif) diplôme à accrocher au mur. J’ai eu de la chance de trouver dans mon précédent poste des collègues exceptionnels qui ont su me redonner confiance en moi et me montrer ma valeur. Et j’ose enfin.

10 ans (et toutes ces années avant) avant d’avoir la liberté de dire que je veux atteindre certains postes et que je n’en ai pas honte. J’ai de l’ambition et je l’assume.

Sur les harcèlements traversés,

Sur les concours interminables,

Sur mes rêves de petite fille

J’écris ton nom

Et contre le patriarcat

Avec le soutien des mes proches

Je ne vais pas renoncer

Pour te nommer

Ambition

14 commentaires sur “Ambition j’écris ton nom

  1. Article intéressant qui ne me parle pas du tout…

    Larousse : Ambition : « Désir ardent de posséder quelque chose, de parvenir à (faire) quelque chose »
    Euhhh… J’ai l’ambition d’être heureuse. C’est à peu prêt tout !

    Le travail ne me paraît pas du tout être une part primordiale de ma vie. Ce n’est pas ma passion et je ne sens aucun besoin de reconnaissance. J’aime ce que je fais et je le fais bien. Je m’amuse avec mes collègues.
    Je ne pense pas changer de poste de si tôt. Je vais attendre de me lasser et je prendrai probablement un poste dans un autre département sans grimper dans l’échelle hiérarchique. Je suis plutôt une touche à tout.
    Je n’ai aucune envie de devenir cheffe, d’avoir du pouvoir ou de grosses responsabilités pour mon entreprise.

    Pourtant j’ai fait des études d’ingénieur, encouragée et soutenue par ma famille. Je les ai faites parce que j’adore apprendre et j’aurais rêver de continuer mes études sans jamais avoir à travailler. Juste pour découvrir de nouvelles choses. Mais j’avais besoin de sous.

    Je suis bien heureuse qu’il y ait des personnes sympas, compétentes et ambitieuses. Ça me permet de faire ce que je veux!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire. Pour tout te dire moi aussi j’ai l’ambition d’être heureuse (et pour le moment je n’ai pas trop mal réussi d’après mon référentiel personnel) mais c’est moins dépendant des autres et surtout je ne le cachais pas.
      J’ai toujours assumé avoir envie de travailler et d’avoir des enfants et n’avais aucun mal à expliquer mes choix de ce point de vue là.
      La je voulais vraiment donner ma réflexion par rapport au monde professionnel ou c’est dans celui là que j’ai réalisé que c’était tabou d’oser dire qu’on voulait monter. Surtout quand tu es une femme (coucou le collègue qui a récemment dit que ma cheffe avait les dents longues…) dans le milieu ou je suis. Ici on se gargarise de nos taux de femmes dans l’entreprise et quand on demande les pourcentages dans les instances dirigeantes tout de suite ça baisse la tête. Mais on va réussir à le faire éclater à coup de pioche ce plafond de verre.

      J’aime

      1. Coucou,
        je me doute bien que tu veux être heureuse et je suis contente que tu le sois.

        Ce que je voulais juste dire c’est que quand je pense à mon envie d’être heureuse, le travail ne fait pas vraiment parti de l’équation. C’est un minimum : j’ai besoin d’un salaire correct, d’un environnement de travail sympathique, de tâches intéressantes et pas trop répétitives. Mais je n’ai aucune envie particulière de gérer des équipes, de me faire connaître des grands chefs, de grimper les échelons.
        Je n’ai pas d’ambition professionnelle. Et je dirai même plus, j’aime être invisible de la direction.
        Peut être que j’ai eu trop de témoignages dans mon entourage de personnes qui réussissaient professionnellement mais qui devenaient malheureux (trop de stress, plus de temps familiale, perte d’amitié parmi les collègues, pression de la direction pour virer des employés, gestion des conflits internes…) ?

        Après j’ai déjà dit que telle cheffe avait les dents longues. Tout comme je l’ai déjà dit de mecs aussi.
        Il y a des personnes, qui sont prêtes à écraser les autres, mentir, intriguer, tricher pour une promotion. Ceux là on les aime rarement mais ca n’a rien à voir avec le genre…

        Aimé par 1 personne

        1. Je comprends ce que tu veux dire. Mais j’ai quand même l’impression qu’on laisse plus passer de choses aux hommes qu’aux femmes. Surtout dans leurs ambitions. Oui j’ai des exemples d’hommes qui ont été immondes et qu’on critique mais j’ai un exemple de femme qui a réussi juste parce qu’elle est compétente et pourtant on l’affuble aussi d’expression comme « elle a les dents longues » ou  » elle a les dents qui rayent le parquet ». Le fait qu’elle ai pu refuser des postes plus hauts parce que ça ne correspondait pas à ce qu’elle aimait faire est complétement occulté. Elle espère progresser donc c’est une arriviste ( et pareil pour moi hein… alors que j’ai refusé de me présenter pour un poste de chef récemment parce que je savais que ça allait poser soucis avec mes collègues). En revanche j’ai vu des stagiaires, apprentis, jeunes diplômés hommes qui quand ils exprimaient leurs envies on leur disait que c’était bien d’avoir de l’ambition.

          J’aime

  2. Et bravo à toi de l’assumer !
    J’ai longtemps eu de l’ambition, jusqu’à atteindre relativement rapidement le poste que je convoitais. Depuis, j’ai toujours de l’ambition mais dans d’autres domaines 🙂
    J’ai eu de la chance, sûrement aussi car je suis dans un secteur très féminin, mais je n’ai jamais ressenti de « blocage » face à moi. Ou peut-être que je ne l’ai pas pris de cette façon car j’aime le challenge et plus on me contredit et plus j’ai envie de démontrer à la terre entière que j’en suis capable 😀
    En tout cas, longue vie à toi et tes ambitions, je te souhaite de réussir à atteindre ce que tu recherches.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci!!!
      Je n’ai jamais non plus baissé les bras face à des blocages (si je suis partie c’est parce que je laisse les moulins a vent à Don Quichotte 😉 ) mais je n’abandonne pas non. Je reste persuadée qu’au bout d’un moment on ne pourra plus prendre l’excuse de ma maternité pour ne pas me donner certains postes et qu’on devra bien reconnaitre mes capacités. Mon plus grand atout pour ça a été mes clients. Difficile pour un chef de te nuire quand le client t’adore et te trouve ultra compétente 🙂

      J’aime

  3. Très intéressant. Je n ai pas ce problème car je suis dans un métier en tension donc en fait, je dois freiner pour pas avoir trop de promotions, qui clairement ne sont dues qu en partie à ma compétence: c’est juste que y a pas milles candidats possibles…
    Ma sœur est ingénieur. Pour le coup, elle s est rendu compte il y a quelques années qu elle était très peu payée par rapport à ses collègues hommes. Son N+1 lui a demandé sa feuille de paie, qd elle lui a montré, il était surpris et lui a dit « j ai honte pour notre entreprise », et il s est battu pour qu elle ait le même salaire que ses collègues. (Il y avait bien 40% de différence… même niveau d études et ancienneté, mais ma sœur n avait pas « discuté » le salaire proposé contrairement aux hommes)
    De plus, quand elle est partie en long congé maternité pour son troisième enfant, elle a été remplacée par deux personnes qui ont été vite en burn out. Personne n arrivait à faire tout ce qu elle faisait. Du coup, à son retour, elle a encore eu une augmentation de salaire 😅, et une amélioration de ses conditions de travail. Dans sa situation, le congé mat a été bénéfique…

    Aimé par 1 personne

    1. Bingo je suis ingénieure ;-p du coup ba un peu same same. Je ne compte plus les questions sur mon non passage en 4/5ieme quand j’ai eu des enfants (parce que c’est forcément une obligation de t’occuper de tes enfants le mercredi. Mon mari a le même travail que moi et on ne lui a jamais demandé ce qu’il faisait là les mercredis à lui…) Pour le salaire j’ai une chance d’être dans une entreprise ou c’est très contrôlé donc normalement on n’est pas trop mal MAIS (parce qu’il y a un mais) plus tu montes dans la hiérarchie moins il y a de femmes (voir il n’y en a plus du tout). Donc sur les métiers avec forte rémunération la différence de salaire est énorme vu qu’on ne laisse pas monter les femmes XD

      J’aime

    1. Pourquoi tu penses ne pas avoir les moyens d’atteindre ce que tu veux? Après je t’avoue que j’ai mis la barre très très haute au niveau de ce que je cherche a atteindre. Je sais que je ne l’aurais jamais, mais ça me permettra de toujours donner mon max pour atteindre quand même des postes qui me satisferont.

      J’aime

  4. Bravo à toi, et bon vent ! Sky is the limit 😉
    Je ne me considère pas (plus serait plus juste) ambitieuse, dans le sens gravir les échelons. Il m’a fallu quelques années pour réaliser et accepter que ce qui me fait vibrer c’est les aspects techniques. On peut dire que j’ai de l’ambition d’expertise, mais coté management : non merci !
    Mais je te rejoins sur beaucoup de points, surtout sur le fait que l’ambition des femmes est moins bien vue. En fait sur ce point, j’aimais bien ce que disait Laura « tout ce que tu fais est jugé exagérément » !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s