Ce sentiment d’être une extraterrestre

Ce sentiment d’être une extraterrestre

Dans ma vie, je me suis très souvent sentie à part dans ma façon d’être, de raisonner ou de vivre, et obligée de justifier mes choix qui n’étaient pas acceptés ou compris. Cela a joué sur ma confiance en moi, mais j’ai pris beaucoup de recul pour comprendre que chacun est unique, et laisse paraître ce qu’il veut voir, et que même si ma façon d’être est rare, elle ne vaut pas moins pour autant.

femme seule dans une foule
Crédit photo : Graehawk

Une extraterrestre… par rapport à ma famille

Comme tu le sais déjà, j’ai une grande famille et quand nous sortions tous en même temps, on ne passait pas inaperçus ! En général, je n’aime pas trop en parler et susciter la curiosité ou les questions, d’autant plus que maintenant, nous ne sommes plus très proches voire plus du tout pour certains. Au sein de ma famille, je me sens aussi comme une extraterrestre bien souvent ! Mes deux sœurs sont très exubérantes alors que je suis plutôt calme et posée. On a parfois du mal à se comprendre, et ça arrive également régulièrement que des gens extérieurs soient un peu déroutés quand ils nous rencontrent successivement et ne s’attendent pas à trouver une personne si bavarde/timide.

Une extraterrestre… à l’école

Cette différence m’a suivie presque toute ma scolarité puisque j’ai deux ans d’avance à l’école. Ça ne se voyait pas tellement car j’étais grande, mais bien sûr il arrivait toujours le moment ou quelqu’un me posait la question de mon âge (surtout à des âges charnières comme 10 ans ou 18 ans), puis le répétait à toute la classe, qui me regardait avec des yeux ronds puis gardait une distance raisonnable (dans le meilleur des cas). Par la suite, je pensais pouvoir le cacher dans mes études supérieures puis encore plus dans ma vie professionnelle, mais c’est seulement depuis peu que je ne vois plus les gens bloquer puis calculer dans leur tête quand ils connaissent mon âge + mes expériences professionnelles. Ça peut paraître étrange, mais pour moi c’est plutôt un complexe. Pourtant, je ne crois pas que ça m’ait rendu plus difficile de créer des liens avec mes camarades et encore moins avec mes collègues (ça dépend desquels bien sûr, mais ce n’est pas une question d’âge).

Une extraterrestre… dans mon travail

Je t’ai parlé de mon métier ici, il est considéré par beaucoup comme un métier passion, et c’est vrai ! Je ne compte pas le nombre de mes collègues qui font des horaires à rallonge, vivent recherche, mangent recherche et ne semblent pas savoir qu’il existe un autre monde en dehors du travail. J’aime beaucoup mon métier, mais il ne passe pas au premier plan et je souhaite avoir un équilibre entre ma vie professionnelle et ma vie personnelle et ce n’est pas toujours facile quand on travaille en équipe et que des réunions sont planifiées à 19 heures… Il m’arrive de me sentir presque gênée de ne pas avoir ouvert mon ordinateur durant un week-end alors que ma collègue de bureau n’a pas mis le nez dehors pour « finir un truc urgent », ou de ne pas m’enthousiasmer bruyamment quand on obtient un bon résultat… Tu sais quoi ? Ça ne m’empêche pas de faire une belle carrière…

Une extraterrestre… dans la vie sociale

Je suis une introvertie/extravertie : j’aime voir du monde, discuter, partager des moments de vie mais je peux aussi être vite mal à l’aise dans un groupe et j’ai aussi besoin de moments rien qu’à moi pour retrouver mon énergie. Je suis capable de n’être jamais chez moi pendant 15 jours puis de ne faire aucune sortie pendant le même laps de temps. De ce fait, les introvertis ne comprennent pas mon besoin de sortir ; et les extravertis ne comprennent pas que je ne sorte pas tout le temps ! En aparté, je ne sais pas toi, chère lectrice, mais moi j’ai beaucoup de mal à réaliser la fin des restrictions sanitaires et à me projeter de nouveau pour sortir le soir !

Une extraterrestre… dans la vie amoureuse

J’ai commencé à sortir avec des garçons relativement tard par rapport à mes amis et connaissances. Je n’ai jamais ressenti le besoin de papillonner, ni d’avoir des relations d’un soir, même si ça semble souvent être la norme dans notre société. Encore maintenant, cela me fait rêver d’entendre des histoires de couple ou les protagonistes se sont rencontrés à 17 ans et s’aiment comme au premier jour.

Et toi, est-ce qu’il t’arrive de te sentir complètement hors normes sur certains sujets ? Raconte-nous !

17 commentaires sur “Ce sentiment d’être une extraterrestre

  1. Je comprends, j’ai aussi ressenti ça souvent (c’est sûrement assez courant) ! Maintenant feanchement je m’en fiche un peu, je ne ressens plus le besoin de me justifier si on trouve que ce que je fais ou aime est surprenant. Parmi les choses qui sont le plus revenues durant ma vie, c’est surtout le fait que je ne boive jamais d’alcool (et même pas pour des raisons religieuses), et que comme toi je ne sois sortie avec quelqu’un que tard (25 ans…) qui a le plus posé question (et enfant, mes intérêts que les autres trouvaient un peu has been, mais pourtant très normaux je trouve, genre lire des livres, rien de bizarre !). Sinon, les gens ont toujours été assez polis, personne ne fait de remarque sur les petits trucs (genre j’aime pas les terrasse, et ne vais pas au soleil, mais tout le monde s’en fout, à raison !) L’autre truc rigolo c’est que je suis un peu une « anomalie » dans ma famille, mes parents par exemple ont des goûts similaires, mais assez différents des miens (pareil, sur des petites choses, notamment la nourriture) : au restaurant c’est marrant, souvent eux et mon mari prennent le même plat mais moi un truc complètement différent, on dirait que c’est lui leur fils haha !

    J'aime

  2. C’est amusant, je me retrouve pas mal dans ta description :
    – très réservée par rapport au caractère de mes parents et ma fratrie (très petite comparée à la tienne)
    – 1 an d’avance + naissance en fin d’année : 2 ans d’avances sur la plupart de mes amis (et le devoir de leur expliquer que oui j’ai le bac mais je n’ai que 16 ns donc je ne conduis pas !)
    – plein de copains + mon mari + mes parents + ma soeur ayant l’amour de leur métier et ne comptant pas leurs heures quand je me préoccupe juste de bien faire un travail qui m’intéresse (et encore pas tous les jours)
    – une vie amoureuse très limité : premier copain = mon mari alors que la plpart des mes amis ont pas mal papillonné et changé d’amoureux/ses. et cette question qui reviet tout le temps :  » mais tu ne regrettes pas de ne pas avoir connu d’autres hommes / la phase de découverte et séduction? »…

    Et je rajouterai, le fait de ne pas m’éclater plus que ca dans mon role de maman quand ma famille et mes amies rêvent de familles nombreuses et adorent leur maternité.

    Malgré tout cela, si je sais que je suis différente, je me trouve très bien intégrée dans mon cercle famillial et amical. Je ne me pose pas beaucoup de question et j’aime jouer de mes différences. C’est moi et c’est tout. Mon caractère, ma facon d’être m’ont permi de m’épanouir. Le regard des autres ne me pèsent donc pas.
    J’espère que tu parviendras à t’en détacher si ca te gène.

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire ! Je te rejoins sur le bac à 16 ans, j’ajouterais les « complications » pour s’inscrire à la fac quand on n’est pas majeure… Je suis heureuse que tu t’accommodes bien de ces différences, c’est mon cas aussi désormais même si ça a pris du temps

      J'aime

  3. Je me retrouve dans beaucoup des points que tu cites !
    Moi aussi je me suis souvent sentie en décalage avec la mentalité des autres et la manière de penser. Et autant maintenant, j’en ai conscience et je m’en fiche totalement, autant dans ma jeunesse et à l’adolescence c’était vraiment problématique. Je n’ai jamais papillonné, et mon mari est mon premier, rencontré à 25 ans donc !
    J’aime beaucoup mon travail, mais il n’est pas ma passion et j’attends surtout de lui qu’il me permette d’avoir l’équilibre nécessaire entre ma vie pro et perso. Je ne veux pas faire carrière, je n’ai aucune volonté à avoir plus de responsabilité, je veux juste continuer à apprendre des choses.
    Et enfin comme toi, je suis une timide extravertie. Je suis mal à l’aise dans les groupes où je ne connais personne, en revanche dès que je connais quelqu’un je me déride totalement. Mais cela me demande une énergie folle de passer outre ma timidité.

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire et je ne suis pas surprise de ce que tu dis au niveau de nos points communs 😉 Je te rejoins pour l’énergie que cela demande de s’intégrer dans un groupe, il m’arrive de me dire que ce serait beaucoup plus simple d’être une « vraie » introvertie.

      J'aime

  4. Après avoir lu ton article et les autres commentaires, je me demande si des personnes se sentent réélement et totalement « normales » ? La société occidentale tend à nous imposer un moule, un modèle unique à suivre, mais qui s’y retrouve entièrement ? Moi aussi je me sens différente, tout le temps avec cette impression d’être en marge, de ne rien faire comme les autres… Sentiment renforcé par les réflexions de mes proches qui ne me comprennent pas. On m’a dit très récemment que je donnais l’impression de vivre dans un monde parallèle 😀 (ce que je prends comme un compliment, être banale, qu’est ce que ça doit être chiant ! 🙂 ) Selon moi, la différence quelle qu’elle soit est toujours bonne à prendre car c’est aussi grâce à elle qu’on apprend la tolérance et l’ouverture d’esprit. Alors si je n’ai qu’un conseil c’est de cultiver ta différence car c’est ce qui te rend si unique aux yeux des autres !

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire, je me suis fait cette réflexion en écrivant cet article, que finalement la normalité n’existait pas puisqu’on peut tous paraître bizarre ou anormal aux yeux de quelqu’un d’autre. Oui ça doit être chiant d’être banal ! De mon côté, je suis souvent attirée par des personnalités très originales.

      Aimé par 1 personne

  5. Je me demande si ce n’est pas un « problème » d’introverties… L’étant moi-même… je me retrouve dans ce que tu écris. Quand je vois par exemple les autres parents à l’école qui discutent tous ensemble mais que je n’arrive pas à m’intégrer, ou alors des collègues arrivés après moi mais que tout le monde connaît déjà… parfois je me dis que je dois paraître bizarre… Mais après tout je suis bien comme ça, avec ma famille et mes rares amis de longue date, ça me suffit en fait ! Mais ce n’est pas toujours facile à vivre 😉

    J'aime

    1. Ah ah les parents devant l’école le matin, je comprends totalement ! IDifficile de s’y intégrer quand on débarque d’une autre école notamment… Et puis tous les bavardages le matin, j’avoue que ça me fatigue : je ne suis pas encore bien réveillée à 8h30 ! 😀

      J'aime

      1. Ah oui j’y ai pas pensé, ma fille ne va pas encore à l’école mais je vois déjà le tableau (déjà à la place de jeu, ma hantise : qu’un autre parent me parle) à tous les coups mon mari sera comme d’hab super à l’aise à parler à tout le monde, et moi je serai celle qui dit rien au fond de la cour 😀 (mais franchement, le small talk c’est tellement absurde pour moi, j’assume totalement de ne pas être capable de parler de la pluie et du beau temps à des inconnus, on fait ce qu’on peut avec ce qu’on est ‘:) )

        J'aime

        1. Je n’ai pas d’enfants mais je me retrouve dans ce que vous dites, je semble souvent froide d’un premier abord car j’ai du mal à m’intégrer dans un groupe. Une fois qu’on me connaît ça va mieux, mais bien sûr (et c’est normal) certaines personnes restent sur cette première impression.

          J'aime

  6. Merci pour ce témoignage. C’est courageux de raconter ça, d’oser dire qu’on est comme on est, même si ça dénote par rapport aux autres.
    Je me pose beaucoup de questions sur mon identité depuis deux ans et je cherche sans cesse à me raccrocher à un groupe (suis-je hypersensible ? zèbre ? ai-je un trouble du spectre autistique ? etc.)
    Tu ne sembles pas avoir ce besoin « d’étiquetage » et je trouve ça vraiment sain. Tu es bien dans ta singularité. C’est chouette !
    J’espère qu’un jour, je réussirai, comme toi, à m’accepter comme je suis, sans avoir besoin de me raccrocher à un groupe social, quel qu’il soit.
    Bonne journée 🔆

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire et je comprends tout à fait ce besoin de rentrer dans des cases pré-établies, c’est très rassurant. Je pense être aussi passée par cette étape avant de justement prendre du recul sur ces étiquettes. Je te souhaite de trouver la sérénité concernant toutes ces questions que tu te poses. Bonne journée à toi aussi 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s