Quand j’ai dit «halte à tout» : dans la salle de bain

Quand je dis « halte à tout » : Dans la salle de bain

On a presque fait le tour de mes habitudes et boycotts en cuisine. Franchissons à présent le seuil d’une autre pièce : ma salle de bain…

Alors là, je te préviens : pas de routine beauté au programme, ça fait des années que je ne me suis pas maquillée/crémée/pomponnée. Le summum de l’effort chic chez moi consiste en un trait noir au dessus des yeux, qui s’en ira bien à la douche. Basta.

Mais dans la douche justement… Tu utilises quoi, toi ?

Halte-là, produit cracra !

Eh bien, comme la très grande majorité de nos contemporains je suppose, tu utilises du gel douche. J’en utilisais aussi, hein. Ça sent bon… c’est joli, plein de couleurs, ça fait voyager, ça mousse, et ça laisse cette sensation douce et crémeuse sur la peau (et pour cause).

Crédit photo : Image par carlo sardena de Pixabay

Ado, je râlais quand mes parents essayaient de nous refiler leur pain de savon « Mont Saint Michel » ou « Petit Marseillais » (mon père m’a d’ailleurs expliqué il y a quelques mois qu’il pensait que le Petit Marseillais était du savon de Marseille… ah, ils sont forts ces ingénieurs marketing). Je détestais ça. J’avais l’impression que ma peau était hyper sèche et râpeuse après la douche. Bref, je tapais dans les sacro-saintes bouteilles aux noms exotiques.

Et un jour, je ne sais plus du tout comment ni pourquoi, je tombe sur un article qui parle un peu du Sodium Laureth Sulfate. Le quoi? Pas de panique. Attrape la première bouteille de savon pour les main / gel douche / bain moussant / shampoing / probablement liquide vaisselle qui te tombe sous la main, et lis les petites lignes qui composent l’étiquette.

Décryptage d’informations

Ingrédients : Aqua, Sodium Laurel Sulfate (ou SLES) – ce sera Lauryl Sulfate, SLS, si ton produit est bio- puis le reste.

Je ne sais pas si tu y es sensibilisée, mais dans l’alimentaire comme en cosmétique, les ingrédients apparaissent dans l’ordre de leur quantité. Donc en première place sur l’étiquette, on retrouve ce qui se trouve le plus dans ton flacon. Ici donc, de l’eau. Je trouve personnellement que ça fait cher l’eau, moi, je ne sais pas ce que tu en penses…

Si tu regardes bien aussi, il est possible que tu t’aperçoives que ce gel douche au lait d’ânesse, contient plus de parfum que de lait ! Eh oui, et de même dans ton épicerie : ce délicieux jus multi fruits avec une belle grenade au premier plan de la bouteille contient beaucoup d’oranges et de pommes, un tout petit peu de raisin et de bananes, encore moins de fruits rouges, et en tout petit à la fin ce fruit qui te faisait tant envie…

Bref, j’ai appris à déchiffrer les lignes, et j’ai franchement eu l’impression qu’on se fichait de moi. Aqua et SLS, ok. Et ensuite? Glycérine ? Mais pourquoi faire? Et c’est quoi tous ces « sodium xxxate » qui apparaissent après ? En me penchant sur la fabrication du savon et sur les noms des ingrédients, j’ai fini par comprendre que ce fameux « sodium quelquechosate », c’était de l’huile. De l’huile de plein de trucs différents : tallowate –> boeuf, cocoate –> coco, she butterate –> karité, olivate –> olive. Et évidemment, palmate –> boycott !

Et l’huile, dans un savon, et ben… C’est bien ! C’est normal ! C’est excellent ! Je sens que je pars un peu dans tous les sens, là… Du coup, voici un petit résumé de :

Mais comment ça se fabrique, le savon?

Figure-toi que même si notre usage intensif de la douche est assez contemporain, le savon, ça existe depuis… Fort longtemps ! Les babyloniens maîtrisaient déjà la saponification, même si eux utilisaient principalement des cendres (la potasse), là où aujourd’hui on utilise majoritairement de la soude caustique. Je sais, ça fait peur. T’inquiètes pas, je vais t’expliquer.

Bref, c’est un mécanisme bien connu, ancestral on peut même dire, qui a fait ses preuves depuis bien longtemps.

Il s’agit donc de faire réagir ensemble du gras très très gras (huile végétale, graisse animale…) avec un élément très basique (je parle du pH).

Le mélange précis de ces deux éléments donne lieu à la saponification : le sodium « mange » l’huile en se mêlant à elle. Le mélange s’épaissit et devient une pâte. On la moule, on la laisse sécher (l’eau s’évapore), et hop ! Un pain de savon !

Un pain de savon, avec de la glycérine dedans, créée par réaction à la saponification par les huiles végétales. Si tu veux que ce soit doux pour ta peau, il faut de l’huile en excédent mélangée à tout ça : c’est ce qu’on appelle un savon « surgras ».

Je fais très très gros, mais si tu es chimiste / biologiste / savonnier.e et que tu te sens l’envie ou le besoin de réagir, compléter, corriger, n’hésite pas, l’espace commentaires est fait pour ça, en toute bienveillance s’il te plaît ! 🙂

Pourquoi mon pain de savon gratte, alors ?

Oui, si tu as suivi, un bon pain de savon doit contenir naturellement de la glycérine… Et de l’huile en excédent.

Tu connais beaucoup de savons de marque qui précisent dessus « surgras à X%  » toi ?

Moi non, perso… Ni en solide, ni en gel douche. Alors avec un gel douche, y a un tas de bazar dedans qui fait que tu te sens toute douce après ta douche (et que tu as fait couler l’eau dix minutes de plus pour réussir à rincer tant bien que mal toute cette crème de douche…), mais avec un pain de savon… non.

Il va donc falloir y aller au test, hein… Peut être que le savon « Petit Marseillais » surgras au lait est très agréable sous la douche (je ne pourrais pas te dire, il est principalement composé d’huile de palme …). Mais ceux qui ne sont pas identifiés comme surgras, non. C’est même très sec. Même s’il y a de la glycérine dedans.

Et puis surtout, ne te lave pas avec du savon de Marseille pur souche ! Ce savon ne bénéficie pas d’un label « AOC », tout le monde peut donc dire qu’il fait du « savon de Marseille ». Mais le vrai, l’ancestral, contiendra principalement de l’huile d’olive, et peut être parfois de l’huile de laurier. C’est tout !

Crédit photo : Image par jacqueline macou de Pixabay

Très souvent, ce savon que tu trouves dans le commerce est à usage ménager (ou au max, te laver les mains après la cuisine ou en rentrant du jardin quoi).

Du coup, il est « relargué ». Je ne rentrerai pas dans les détails, mais en gros c’est une opération qui vise à lui ôter sa glycérine pour un double objectif : la revendre aux industries cosmétiques, et rendre ce savon plus compatible avec les tuyauteries de nos intérieurs modernes (la glycérine encrasse les machines) Bref, ce n’est pas un savon pour ta peau… Et tu sais d’où vient la glycérine de ton gel douche 😉

C’est donc à cause ce manque de surgras dans ton pain de savon « du commerce » qu’après la douche ta peau te tire, gratte, tiraille… Ton épiderme a besoin de gras pour être bien souple, donne lui en du bon !

Et sinon, c’est quoi le problème du SLS?

Bonne question, merci de l’avoir posée. Le SLS et le SLES sont des tensioactifs particulièrement appréciés par les industriels : ce sont de bon détergents (ça nettoie bien, y compris les moteurs ..), ça mousse beaucoup, et ça ne coûte pas cher…

Sauf que ce produit est créé à partir d’huile de palme la plupart du temps (donc pas terrible pour la déforestation), et qu’il est hyper agressif pour la peau. Utilisé quotidiennement, il rend le cuir chevelu gras, le cheveu cassant, favorise l’apparition de comédons car il ouvre beaucoup les pores de la peau. En ouvrant et fragilisant ainsi les pores, il laisse entrer plein d’autres cochonneries (qu’il faudra donc laver le lendemain avec le même produit qui les aide à revenir…), Et surtout c’est un perturbateur endocrinien.

Il y aurait des tas de choses à dire à ce sujet encore, et je n’ai pas parlé de la quantité de gel douche qui nous tombe dans la main tant c’est liquide, qui font qu’on en utilise énormément, de la consommation en bouteilles plastiques, des prix, de tout ça. Je pense que je t’ai assez embêtée pour aujourd’hui, je reviendrai une prochaine fois te parler de mes solutions pour remplacer ces produits qui ne passent plus ma porte. En attendant, tu peux retrouver une liste ici des produits moches qu’on trouve en cosmétique et de leurs risques, relevée par UFC que choisir.

Et toi ? Tu boycottes des trucs dans ta salle de bain ? Tu connaissais un peu ce qu’il y a dans ta bouteille de gel douche ? Est-ce que tu vas regarder plus attentivement les étiquettes, maintenant ?

11 commentaires sur “Quand j’ai dit «halte à tout» : dans la salle de bain

  1. Je suis très embêtée avec le gel douche, parce que j’ai la peau extrêmement sèche (quand je dis extrêmement c’est que je n’ai jamais pu me passer de crème de ma vie, et même si je me trempe dans l’eau sans aucun produit, ma peau tire voire craquelle (!) si je ne mets pas de crème tout de suite en sortant). En plus, je suis toujours en train d’essayer de trouver une remplaçante à ma crème cracra du supermarché, mais là encore, rien d’aussi efficace (je commence à me dire que le problème est peut-être partiellement auto entretenu) …
    Du coup j’ai encore jamais trouvé de savon solide qui ne me donne pas l’impression d’être un ver de terre dans le sable quand je sors de la douche ! J’avais trouvé un super savon liquide sans SLS et fabriqué artisanalement près de chez moi, mais il encrasse tellement les tuyaux que j’ai renoncé… Je me réjouis donc de lire ton prochain article !

    J’aime

    1. Bonjour, je réagis à ton commentaire car ma peau est pareille, telle une terre bien sèche d’été si je n’y prends garde !
      Mais j’ai trouvé LE savon ! Il faut tester… Le lien, il s’agit du Basco, de la Savonnerie de Beaulieu, enrichi en lait de brebis. Mais peut-être qu’à toi il ne conviendra pas, et peut-être que tu es vegan, … (Et il pique fort les yeux) Surtout il faut choisir un savon saponifié à froid (ou SAP) car la glycérine ne disparaît pas comme dans un savon cuit (comme le Savon de Marseille) et bien sûr, surgras (enrichi en lais de brebis dans le cas du mien).
      Pour la crème, plus dur, je trouve. J’utilise des baumes d’huiles (nourrissant), ou beurre de karité pur, mais ça laisse un film gras. 😕 Mais couplé à du gel d’aloe vera hydratant c’est top mais un peu chiant, je te l’avoue..
      Voilà, j’espère t’avoir aidée, au moins pour le savon 😉

      J’aime

      1. Merci ! Je suis allée regarder, il a l’air en effet pas mal, et je note pour la saponification à froid (et les 7% de surgras, ça donne une idée) ! Pour la crème, en plus je suis difficile, l’huile seule ne m’hydrate pas du tout (bon c’est de l’huile, c’est logique), et le beurre de karité non plus … Peut-être qu’il faut que je fasse un mélange x)

        J’aime

    2. Ma pauvre… Ma peau est complètement normale et je ne la crème jamais, du coup je suis désolée je ne saurai quoi te conseiller… Après j’ai l’habitude d’utiliser le beurre de cacao pour les baumes à lèvres par exemple et c’est très efficace… Mais ça dépend de chacun, c’est sur !

      J’aime

      1. Ah oui tiens, j’ai essayé le beurre de karité (ça graisse mais n’hydrate pas assez :/) mais pas cacao, je tenterai (ou vais commencer à faire des mélanges comme dit plus haut). Après franchement, ça m’étonnerait pas que la crème soit une partie du problème, comme les baumes à lèvres à la cire microcristalline, qu’il faut mettre tout le temps parce qu’ils assèchent en fait les lèvres… Ma quête de meilleure crème ne fait que commencer haha

        Aimé par 1 personne

  2. Rien de mieux qu’un savon fait maison avec saponification à froid. C’est très simple une fois qu’on a les bases et on peut faire un savon très doux, cremeux et hydratant sans nuire à sa santé ni son environnement avec une bouteille d’huile d’olive.
    Il faudrait que j’essaie de fabriquer du shampoing solide maintenant !

    J’aime

  3. C’est interessant et très bien recherché! J’utilise pour ma part du gel lavant neutre bio (base lavante neutre sans tensio-actifs sulfatés) que j’achète en vrac. Certe le premier ingrédient est de l’eau mais comme je remplis mon propre contenant je ne me sens pas spécialement coupable (après tout pour rincer un pain de savon il faudra bien de l’eau aussi in fine!) et ça marche aussi pour mes bébé dont un qui a une peau atopique.

    J’aime

    1. Haha, l’eau ne me fait pas culpabiliser, ce qui m’agace c’est le prix du gel douche qui contient principalement de l’eau… Mais ya aussi de l’eau dans la création d’un savon saponifié à froid hein ! Juste elle s’évapore lors de la cure et ce n’est donc pas la majeure partie du poids du produit, donc de ce que tu payes… Jamais essayé le gel lavant neutre, top si ça convient à tes bébés !

      J’aime

  4. Pour le coup j’ai trouvé une super savonnerie qui fait la saponification à froid et je suis déjà adepte des shampoing solide qu ils font. Je suis également fan de leurs savons mais j’ai beaucoup de mal à me passer du gel douche… je trouve ça bien plus pratique qu’un savon… J’utilise donc les savons plutôt pour me laver les mains, d’ailleurs, l’année dernière quand j’utilisais beaucoup de gel hydroalcoolique quand j’allais au boulot je voyais bien la différence d’utiliser leur savon plutôt que du pousse-mousse pour me laver les mains une fois à la maison, même sans crème mes mains étaient réparées ! Bref je suis déjà convaincue mais les habitudes ont la vie dure….
    Et merci pour les petites explications sur la fabrication du savon et sur le SLS, je sais que je ne supporte pas ce composant dans les shampoing mais je ne savais même pas ce que c’était 😁!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s