Apprendre à ne plus vivre dans le passé

Apprendre à ne plus vivre dans le passé

Ça fait quelques temps que je n’ai pas écrit ici. Je t’avais laissé avec mes questionnements concernant mon couple, mon avenir et mon désir d’enfant.

Depuis, il y a eu du chemin parcouru. Avec mon conjoint, nous nous sommes séparés en fin d’année dernière. Ça a été une étape très dure à franchir (ça l’est encore), pourtant je sais que c’était la bonne décision. Entre autres choses, cela m’a fait prendre conscience que j’avais un réel problème pour faire la paix avec mon passé.

chemin vers un avenir plus radieux
Crédit photo : DarkmoonArt_de

Avec mon conjoint, la situation était devenue vraiment invivable. Nous nous disputions très souvent, nous avions parfois des mots très durs l’un envers l’autre et j’étais très malheureuse. Pourtant, je n’arrivais pas à me séparer de lui car j’étais très nostalgique de la période où tout allait bien et des bons moments que nous avions vécus ensemble. Quand nous nous sommes séparés, c’était avec l’espoir que vivre à distance pourrait nous permettre de nous retrouver. Pourtant, quand il est parti, je n’ai pensé qu’aux bons moments, c’est comme si tous les mauvais comportements et mots qu’il a eu surtout pendant la dernière année, étaient envolés. J’étais incapable de me dire que notre histoire était bel et bien finie et que les sentiments avaient disparu. Quelque part, je pensais que quand on aime, c’est pour toujours et je ne pouvais pas accepter que cela ne soit plus le cas.

Surtout, je me suis énormément remise en question. J’aurais voulu reprendre tous les mots blessants, annuler toutes les colères que j’ai faites, être plus présente à certains moments, bref, refaire l’histoire. Parce que c’était trop dur d’accepter que j’ai pu faire de mauvais choix et que je ne peux pas les effacer. Je l’ai bien vu, je me suis excusée des dizaines de fois et cela n’a rien changé. Ce qui est fait est fait. Et bien évidemment, si j’ai été aussi difficile à vivre, ce n’est pas uniquement de ma faute. Dans un couple, et dans une relation en général, on est deux à partager les bons côtés mais aussi les torts.

Maintenant que je suis de nouveau célibataire, j’ai très peur de le rester. En effet, avant de rencontrer mon conjoint, j’avais eu quelques histoires plutôt calamiteuses. J’étais sûre de reproduire ce schéma encore une fois. Je n’étais pas capable de me dire que j’avais changé depuis, et que mon moi à 35 ans n’est pas le même qu’il y a 10 ans. En particulier, une de mes histoires a été très importante et m’a fait beaucoup souffrir quand elle s’est terminée. Je ne suis restée que quelques mois avec cette personne, mais j’y pense encore des années après. Cela me pose question : est-ce que je devrais le recontacter pour essayer de retrouver ce qu’on avait, terminer l’histoire une bonne fois pour toutes, ou me rendre compte que j’ai idéalisé ces quelques mois où c’était évident entre nous ? Est-ce que j’aurais l’air ridicule à lui écrire ce que je ressens, alors que nous n’avons absolument aucun contact même indirect, et que je ne sais pas du tout où il en est dans sa vie aujourd’hui ?

Il y a eu aussi ces personnes avec qui je n’ai pas commencé de relation, parce qu’à ce moment-là j’ai jugé sans trop réfléchir que ça n’irait pas, parce que cela m’a fait peur d’être heureuse ou que j’ai été trop passive et l’autre s’est lassé. J’y pense encore parfois, à ce qu’aurait pu être ma vie si je m’étais mis en couple avec ces personnes. J’aurais la possibilité de les recontacter, mais est-ce que ça vaudrait vraiment le coup ? Est-ce que je n’aurais pas l’air d’être complètement instable, ou au contraire est ce que je ne les ferais pas souffrir encore une fois ?

Bien sûr, en ce moment, je fais un point sur ma vie amoureuse. Mais je me rends bien compte que c’est la même chose dans mes relations amicales et même familiales. J’ai beaucoup de mal à laisser partir l’autre, à admettre qu’on a passé des bons moments, qu’on a été proches à une période donnée, mais qu’on a évolué différemment. En général, j’entretiens la relation coûte que coûte, même quand elle devient à sens unique et qu’elle finit par me décevoir. À chaque fois, je me remets en question, et me demande ce que j’ai bien pu faire pour qu’on « ne m’aime plus ». Ça m’est arrivé de multiples fois, mais c’est seulement maintenant après un choc important que j’en prends la pleine mesure.

De manière générale, je suis très nostalgique. Je vois toujours les bons côtés des situations passées en occultant les mauvais. Ça pourrait me faire du bien, mais ça me bloque au contraire et cela m’empêche d’accepter que c’est terminé et d’aller de l’avant. Au niveau professionnel, j’ai vécu des expériences assez difficiles mais après coup je regrettais d’avoir changé de travail. Avec mon conjoint nous avons fait plusieurs voyages et je suis triste à l’idée que cela n’arrivera plus. Mais j’oublie que nous avons eu des engueulades monstrueuses à certains moments et qu’il y a toujours eu des problèmes qui venaient gâcher ces bons moments.

Alors, en ce début d’année, cette prise de conscience est déjà une énorme étape franchie dans mon cheminement personnel. J’essaie d’accepter que tout commencement a une fin, qui n’annule en rien les bons moments passés, qu’ils restent dans mon cœur pour toujours. Que je ne me définis pas par ce que j’ai été aux yeux de quelqu’un, quel que soit le degré de proximité que j’ai eu avec cette personne. Je suis, comme tout le monde, un être humain imparfait qui a fait des bons et des mauvais choix sur lesquels on ne peut pas revenir. J’accepte que la vie est une succession de bons et de moins bons moments, mais que le bonheur peut toujours être présent à l’intérieur et qu’il ne dépend pas de quelqu’un d’autre. Je comprends également qu’on ne peut pas tout contrôler, qu’il faut savoir laisser faire les choses et simplement se laisser porter à certains moments. Enfin, j’essaie de prendre le passé comme une expérience, qui ne me représente pas entièrement mais qui me sert à évoluer et ne pas reproduire les mêmes erreurs. Finalement, s’inquiéter pour le futur est vain également, le plus important, c’est d’être bien aujourd’hui pour espérer vivre un avenir aussi radieux.

J’ai encore énormément de questions concernant mon avenir. Je me demande si j’arriverai à rencontrer quelqu’un d’autre avec qui cela fonctionnera mieux. Si je serai maman un jour. Mais j’ose croire qu’il y a aussi énormément de choses qui vont bien dans ma vie et que rien n’est définitif. Alors je continue d’espérer !

6 commentaires sur “Apprendre à ne plus vivre dans le passé

  1. Merci pour ce beau texte. Je fais aussi partie des gens qui doutent et cela n’est pas facile à gérer au quotidien. Lorsque j’ai un coup de déprime, je me demande aussi « et si j’étais restée avec cette personne » et « et si j’avais osé ». Je pense que le courage qu’il aura fallu pour mettre un terme à cette relation qui ne vous convenait plus vous permettra d’avancer encore et de regarder en avant.

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire ! En effet, ce n’est vraiment pas facile de toujours douter de soi car c’est là la clé du problème : ne pas avoir confiance en ses propres décisions. La séparation est encore toute récente et je ne suis pas encore au stade où je suis sûre de mon choix mais je suis sûre maintenant que ça viendra. J’espère que de votre côté vous arrivez à chasser ces pensées de regret pour aller de l’avant.

      J'aime

  2. Bonjour Coralie, j’ai suivi vos premiers articles avec intérêts et ces nouvelles m’ont émue. Je voulais vous redire ceci sur vos remises en question: c’est bien de le faire, mais j’ai le sentiment que vous êtes trop dure avec vous-même. Vous étiez légitime de vouloir un enfant et quelque chose me dit (en lisant vos articles précédents) que votre conjoint n’était pas du tout au clair là-dessus et que beaucoup de problèmes en ont découlé. Vous dites vous raccrochez au passé, mais moi je comprends surtout que vous aviez toujours l’espoir que ça s’arrange. Pourquoi ne pas écrire pas une dernière lettre à votre ancien compagnon pour mettre sur papier toutes les émotions qui vous agitent encore? Cela vous ferait du bien, et vous permettrait de repartir d’un bon pied vers l’avant. Mais, vraiment, ne soyez pas dure avec vous-même, à vous lire depuis le début, c’est cela qui m’a beaucoup marqué. La vie est déjà assez compliquée. Je vous souhaite plein de bonheur!

    J'aime

    1. Bonjour Lucie et merci beaucoup pour votre commentaire. Je pense que vous avez en effet mis le doigt sur quelque chose qui transparait dans mes articles. C’est en effet l’espoir que ça s’arrange qui m’a portée mais me dessert maintenant (d’autant plus avec les circonstances de ma séparation). Je suis en effet en train de préparer une lettre et ça me fait du bien de l’écrire même si je ne suis pas encore certaine de lui donner. Je vais essayer en effet d’être un peu plus bienveillante envers moi-même (et peut-être moins envers ceux et celles qui ne le méritent pas).

      J'aime

  3. Allo je me questionne aussi sur mon blog a soir si je suis vraiment heureuse dans mon couple si je reste est ce que c’est juste pour notre fille je le sais pas parfois j’ai peur de quitter par peur de ce qu’il pourrait faire, c’est vraiment compliquer en faite mais je suis fière de vous d’être partie et d’avoir eux courage

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire ! Votre questionnement est sain, par contre votre phrase « par peur de ce qu’il pourrait faire » m’alarme. N’hésitez pas à en parler autour de vous, vous n’êtes pas seule !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s