Le Penny Reward System

Le Penny REward System

Cela fait un moment maintenant avec Paul que nous nous interrogeons sur notre climat familial. Les soirées agaçantes et agacées qui finissent en conflit, les manques de patience des enfants et des parents, les disputes et chamailleries incessantes… tout cela commence à nous peser sérieusement. Mais comment changer ?

Entre les caractères des uns et des autres, le manque de temps induit par deux emplois à plein temps et la volonté de se reposer aussi en rentrant à la maison, le besoin d’attention et de repos des enfants, nous avons retourné la question dans tous les sens sans trouver de solution satisfaisante. Accepter la situation telle qu’elle était ne nous convenait pas, et je ne vois pas par quel miracle nous aurions pu nous transformer en maîtres zen d’une patience absolue et d’une humeur égale.

C’est à ce moment là que j’ai découvert Abbie Halberstadt, M is for Mama, et le Penny Reward System. Abbie est une femme américaine, mère de 9 enfants (je défaille), prof de fitness, protestante, et autrice de M is for Mama, un livre dans lequel elle livre sa vision d’une maternité liée à sa foi. Cela dit, outre l’aspect religieux du livre, il y a des choses qui nous paraissaient intéressantes pour résoudre notre problème d’ambiance, et donc, le fameux Penny Reward System ou PRS.

Le Penny Reward System, qu’est-ce que c’est ?

Ce n’est pas un système nouveau, à vrai dire, à la réflexion, nous aurions sans doute pu y penser plus tôt, mais on ne refera pas le film.

Le principe est simple : nous avons défini avec mon mari des comportements que nous souhaitions favoriser à la maison. Parmi eux, on retrouve l’entraide, l’écoute, les paroles valorisantes, le partage, et la mise en place de routines familiales qui permettent de garder le rythme et tenir nos horaires. Nous les avons ensuite déclinées en actions concrètes plus ou moins exigeantes en fonction des âges des enfants : demander gentiment du premier coup, se lever et s’habiller sans râler, faire son lit, encourager quelqu’un, laisser à quelqu’un quelque chose qui nous ferait plaisir parce que cela lui fait plaisir aussi, passer une journée complète sans chouiner, rendre service spontanément, etc.

En face, nous avons mis les comportements que nous ne souhaitions plus voir chez nous : les disputes, les cris, l’égoïsme… et nous avons attribué des points à chacun de ces comportements. Pour les comportements à favoriser, des points positifs, pour ceux à éradiquer, des points négatifs.

Pour chaque action que nous souhaitons valoriser, les enfants reçoivent dans leur bocal personnel un nombre de boutons égal au nombre de points marqués. Les actions que nous voulons éradiquer font, elles, perdre des boutons.

Autre principe du PRS, les enfants peuvent échanger des boutons. Nous avons délibérément choisi de ne pas permettre l’échange de boutons contre des choses matérielles. En effet, l’objectif n’était pas de remplir notre maison de plus de jeux ou de livres qu’elle n’en contient déjà, mais vraiment, de modifier notre ambiance familiale pour tendre à plus de calme et de joie en famille. Les enfants peuvent donc échanger des boutons contre du temps de lecture supplémentaire après l’heure théorique de coucher, une activité exceptionnelle en famille, une activité seul avec Paul ou moi, l’invitation d’un ami à la maison… Cet échange de boutons est conditionné au fait que les devoirs soient faits, et que les enfants aient déjà fait ce qu’on leur avait demandé de faire (par exemple, si on demande de ranger les chambres, l’échange de boutons ne sera possible qu’après le rangement).

Enfin, dernier principe du PRS et non des moindres, celui qui nous a fait nous dire que nous allions tenter, Abbie explique dans son livre que dans la mise en œuvre du PRS, son mari et elle ont été clairs avec leurs enfants sur le fait que le système n’était contraignant pour personne. C’est-à-dire que les boutons doivent valoriser les bons comportements, mais que si un comportement devient normal à force d’habitude, il ne sera plus valorisé, et ils travailleront sur un autre comportement. Elle explique qu’ainsi il peut se passer des jours sans qu’aucun bouton ne soit donné, et d’autres où ils en donnent. Paul et moi avions peur de tomber dans un système hyper contraignant où les services ne seraient plus rendus qu’en échange d’un bouton, et où chacun finirait par réclamer son bouton parce que le voisin en a eu un juste avant.

Bien sûr, nous faisons attention à être juste et à valoriser les comportements de nos enfants, mais il s’agit aussi de leur apprendre à faire les choses pas uniquement parce qu’elles sont récompensées mais parce qu’il est bon de les faire.

tirelire
Crédit photo : Pixabay

Le Penny Reward System chez nous

Le PRS est maintenant en place depuis plusieurs semaines chez nous, et nous y avons vu plusieurs bienfaits, et des points d’attention.

Dans les bienfaits, il y a notamment le développement de la volonté de faire bien, et des attentions que nos enfants se portent les uns aux autres. Bien sûr, ce sont des enfants, et je ne suis pas dupe : parfois certaines attentions ou fins de disputes anticipées sont liées à la perspective du nombre de boutons à ajouter dans le bocal, mais l’essentiel est là, l’ambiance s’apaise et on les voit faire plus d’efforts pour être attentifs les uns aux autres.

Avec Paul, nous avons remarqué aussi que nous crions moins. Nous faisons aussi attention de notre côté à travailler la justice et la douceur dans nos caractères, il n’y a pas de raison que les enfants soient les seuls à porter la responsabilité de l’ambiance familiale.

Par ailleurs, la nécessité de voir le bon dans le comportement de nos enfants pour leur donner des boutons nous oblige à changer le regard que l’on pourrait parfois porter sur eux. Et forcément, à chercher à voir ce qu’ils font de bien, on voit de plus en plus le bien qu’ils font, et de moins en moins les caractères difficiles (si ça peut te rassurer, on sent encore bien passer les sautes d’humeur et les chamailleries des forts caractères, et clairement, nous ne manquons pas de forts caractères à la maison), ou du moins on supporte mieux les moments plus compliqués.

Nous remarquons aussi que nous passons plus de moments de qualité avec nos enfants, et que cela rend encore plus précieuse notre vie de famille.

Dans les points d’attention, il y a d’abord le fait de ne pas conditionner chaque moment de qualité à un échange de boutons. De même que nous cherchons à encourager les bons comportements gratuits chez nos enfants, nous nous interdisons de rendre chaque moment de qualité « payant ». On perdrait alors le sens de cet outil.

Nous faisons attention également à ce que le PRS ne reste qu’un outil. De fait, pour le moment cela fonctionne bien, et l’outil nous semble assez adaptable dans l’utilisation que nous en faisons. Cependant, si un jour il ne devait plus être adapté à notre mode de vie ou à notre rythme familial, comme tout outil, nous en changerions.

Enfin, et c’est sans doute une question de caractère, nous faisons attention à trouver un juste milieu dans l’utilisation du PRS de façon à ce qu’il reste un outil de motivation et de valorisation des bons comportements, et non un outil qui mettrait la pression à nos enfants.

Et toi, as-tu d’autres idées d’outils pour apaiser l’ambiance familiale ? As-tu déjà utilisé des outils de valorisation de certains comportements ?

3 commentaires sur “Le Penny Reward System

  1. Je vais me pencher plus en détail sur ce système. Tu penses que ça peut s’appliquer à des enfants à partir de quel âge ?
    Ce qui me freine aussi parfois à mettre en place ce genre d’outils (quels qu’ils soient) c’est de ne pas réussir à tenir sur la régularité et le long terme… Sûrement car je manque d’énergie…

    J’aime

  2. c’est interessant comme méthode, bien que ce ne doit pas être évident à mettre en place!.. c’est chouette que ça marche pour vous en tout cas ! de notre coté je ne pense pas qu’on testera car j’ai un mauvais souvenir enfant de récompenses virtuelles (je ne me rapelle exactement mais un truc style « high five ») qu’on recevait quand on avait été sage pendant une sortie ou une journée spécifique, au magasin.. => souvent nous n’avions pas toutes les 3 droit à la « récompense » car ma soeur cadette était plus dissipée de nature, ce qui donnait du coup lieu à une situation très malaisante.. mais chaque famille est différente évidemment!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s