Quand j’attends mon 3eme enfant

Quand j’attends mon 3eme enfant

La dernière fois que je t’ai laissée, je t’annonçais tout juste ma nouvelle grossesse qui venait de se confirmer. Aujourd’hui je t’écris à 40SA+1, étalée comme une baleine sur mon canapé. Il va bien falloir que je la fasse, cette petite rétrospective de cette dernière grossesse !

Ce sera le dernier bébé

Outch, ça commence fort… Je ne sais pas si tu te rappelles, je t’en parlais dans mon article sur notre 3eme fiv, suite à l’épuisement ressenti, au manque de réactivité de mon corps aux traitements. On l’avait dit, c’est la dernière FIV. Mais il nous reste encore 2 embryons au frais ! Pourquoi s’arrêter là ?

Eh bien parce qu’il faut savoir être raisonnable. 3 enfants, c’est du travail. C’est un investissement. C’est un avenir à construire, à prévoir, pour eux. A budgétiser aussi et, soyons honnêtes, pour l’instant j’essaie de ne pas trop y penser, mais je ne veux pas prendre le risque de ne pas pouvoir m’occuper d’eux comme mes parents se sont occupés (et s’occupent encore !) de nous.

Et puis, 4 enfants, c’est sûr, c’est un changement de voiture. Déjà qu’ils vont être serrés à 3 dans notre Prius .. c’est aussi changer de maison, tout ça. Bref. Je n’ai pas envie d’arrêter d’être enceinte, j’aime ça, je savoure. Mais avoir d’autres enfants, ce n’est plus tellement envisageable. Nous donnerons donc nos embryons (ainsi que les paillettes de M. Loup) à des couples en galère.

Crédit photo : photo personnelle prise par Manon Laisne Photographie

Profiter à fond de la dernière

Du coup, je savoure. Je le vois, mon ventre prend sa place bien plus rapidement pour ce 3ème. Je ne peux le cacher longtemps. Mon employeur avait été informé de notre projet, je n’ai pas attendu les 3 mois pour le lui dire. Dès l’échographie de confirmation, 1 mois après la prise de sang positive, qui me confirmait qu’une petite lumière clignotait bien, au bon endroit, dans mon utérus, j’ai expliqué à tous mes collègues que c’était bon. Joie et excitation générale ! Bon, moins pour mon chef, mais c’est suffisamment tôt pour qu’on s’organise (ce qui n’est pas son truc) donc il prend la chose avec philosophie. Il a bien capté que le congé mat’ d’un petit 3ème est bien plus long…

Je parle à mon ventre, je fais attention à ce que je mange (j’ai faim à des heures bizarres et tombe de sommeil entre 2 repas), je trie mes pantalons parce que rapidement, je ne rentre plus dans les miens… Les enfants sont aux petits soins, mon Mari est l’amoureux génial qu’il a toujours été, mes parents sont surexcités. Je m’inscris à la maternité qui a vu naître mes 2 précédentes Lumières, on me fixe tous mes rendez-vous de contrôle d’un coup, ainsi que les échos. Je passe 2 fois l’écho T1 car j’ai programmé la 1ère à 12 SA tout pile, c’était un poil tôt pour certaines mesures, mais la 2nde écho 15 jours après nous confirme que tout va bien.

Le test pour la trisomie nous revient avec des taux très rassurants, tout va bien. Impossible de connaître le sexe, ce bébé est un relou qui bouge dès qu’on s’approche de la zone… On verra mieux à T2, de toute façon !

Côté petits maux, le 1er trimestre se passe aussi bien que mes 2 précédentes grossesses. Pas de nausées, pas de douleurs extrêmes, pas de gros désagréments. Les douleurs ligamentaires sont là très vite par contre, quelques crampes la nuit, et des remontées acides qui passent en buvant du lait. Ces 3 symptômes étaient arrivés au 3ème trimestre pour les précédentes grossesses, là, c’était là quasiment dès le début.

Crédit photo : photos personnelles prises par Manon Laisne Photographie

2ème et 3ème trimestre

Mes rendez-vous avec la sage femme se passent très vite à chaque fois. Tout va bien, mes résultats de prise de sang et protéinurie mensuels sont normaux (non, je n’ai toujours pas été immunisée contre la toxo). Mon poids grimpe EXTRÊMEMENT lentement (mais je suis en surcharge pondérale donc c’est pas plus mal), ma tension est normale, pas de rétention d’eau. À l’approche de l’été, on me prescrit des bas de contention, au cas où. Je n’irai pas les acheter, je n’ai pas gonflé malgré les nombreuses canicules que nous subissons.

L’écho T2 nous laisse voir une jolie frimousse, déjà différente de celle de ses frère et sœur au même stade. L’échographe galère. Ce bébé est un véritable acrobate, il arrive à sans arrêt mettre ses pieds où il ne faut pas, on lutte pour avoir des photos nettes et tout mesurer. Je le sens beaucoup se déplacer dans mon ventre, cela depuis le tout début du deuxième trimestre. De guerre lasse, on programme une écho T2 bis pour 15 jours après, histoire de finir les mesures nécessaires. Le placenta pose question, on fait une écho endovaginale avant de replier. Non, tout va bien ! On y voit encore des pieds, mais tout est normal. Le sexe est défini : ma Luciole sera en fait UN Luciole !

J’annonce le sexe aux enfants. Je montre l’échographie à ma Lueur, qui voulait une petite sœur : « Tu vois, là on le voit du dessous. Ça c’est une cuisse, ça c’est l’autre cuisse, et ça c’est…? » Elle s’est rembrunie tout de suite. « Mais moi je voulais une petite sœur, j’ai déjà un petit frère !! » On s’explique, et je comprends que c’est presque plus un problème d’ego : son frère voulait un frère, donc comme elle a « perdu » il va se moquer d’elle. Je la rassure, et dit au Lampion « tu vas avoir un petit frère  » « OUAIIS! … Et la Lueur, elle aura quoi? » Bon, ré explications, je ne fais qu’un bébé, vous aurez le même petit frère. Il est déçu pour elle, c’est trop mignon. Par la suite, il me dira régulièrement que quand ce bébé sera sorti, j’en ferai un autre pour que sa sœur ait ce qu’elle voulait. J’aime beaucoup trop la relation de mes enfants…

A partir de 22SA, je commence les cours de préparation avec une sage-femme libérale. Yoga, massages, cours sur les hormones, ces petites piqûres de rappel me font du bien. Je rencontre d’autres mamans et je suis toujours sidérée de voir comme souvent les papas sont démissionnaires .. moi qui considère M. Loup comme un époux qui devrait être « lambda », je m’aperçois que je suis très gâtée par son implication, en tant que mari, que père, que colocataire, qu’ami. On est une bonne équipe, c’est sûr!

Crédit photo : photo personnelle priss par Manon Laisne Photographie

Il commence à faire chaud. Au travail, on recrute mes remplaçants. Oui, MES ! Je suis tellement multifonctions qu’il faudra 4 personnes pour reprendre mes différentes casquettes… C’est donc autant de gens à former ! Mon chef profite de l’occasion pour ouvrir un tout nouveau poste, qui me libérera d’une de mes tâches à mon retour. Je télétravaille 3 jours par semaine, ça me fait un bien fou, car la chaleur est étouffante et les trajets en train me coûtent énormément. Je finis de boucler les dossiers et formations le jour J de mon congé mat, mi-juin. Mais je reste disponible par téléphone, et mes collègues s’en souviendront, ça les rassurera un moment ! On profite d’un week-end pour réaménager la chambre des enfants. Les plans en 3D hyper pratique de Kozikaza m’aident à visualiser, mes enfants tiendront à 3 dans leur chambre, avec la place pour un bureau pour ma grande fille .

Me voici enfin en congé, je suis à bout de souffle sans arrêt. Rester debout derrière l’évier 10min me donne des palpitations, je mets 30minutes à récupérer. Je garde mes enfants le mercredi, je les récupère le soir à l’école, et je m’écroule le week-end pendant que papa gère. Parfois piscine pour faire descendre la température, ça me fait un bien incroyable. Vivement les vacances ! Je profite de mes journées de temps libre pour régler le problème de la voiture : faire tenir 3 sièges auto sur une banquette qui ne fait pas 3 vraies places, c’est chaud. Mais je m’en suis sortie, mes parents nous offrent le siège du Luciole. Je me penche sur le mode de garde, mais ça va être galère. Pas de place en crèche. Je couds, en attendant, je ne me suis jamais autant cousu de trucs (mais il faut bien faire rentrer ce ventre quelque part !)

Et voilà, après 2 semaines de centre de loisirs, mes 2 Lumières sont allés rejoindre Papy et Mamie, pour nous laisser la possibilité d’accoucher sans le stress de devoir les faire garder au dernier moment. J’en suis là, j’attends, je souffre de la canicule, je galère à respirer, je dors mal, je fais des insomnies, je ne sais plus quoi faire de mon ventre, j’ai hâte de vivre l’accouchement, j’ai hâte de rencontrer mon petit garçon et qu’il rejoigne ses frère et sœur qui l’attendent avec impatience. Mais malgré ça, j’aime qu’il s’accroche, qu’il soit à l’aise dans sa piscine, que je puisse dormir à n’importe quelle heure du jour, que je n’ai que moi à m’occuper. Je savoure de le sentir encore autant bouger, je n’ai pas envie de finir d’être enceinte ! L’ambivalence quoi !

16 commentaires sur “Quand j’attends mon 3eme enfant

  1. Tu as dû accoucher depuis cet article, c est sûrement la suite ☺️.
    Que fais tu comme métier?
    J ai eu mon 3eme et dernier enfant il y a 9 mois aujourd’hui. Bien qu il voit bien trop de docteurs pour sa jeune vie, il fait notre joie et celle de ses grandes sœurs.

    J’aime

    1. Oui, le bébé est arrivé cet été, la suite des articles arrive en janvier ^^ je suis graphiste, il y a un article sur le blog à ce sujet (quand les étoiles s’aligner, je crois) 🙂 j’ai de la chance j’ai des enfants qui sont peu malades !

      J’aime

  2. Quelle jolie description, j’ai hâte de la suite 🙂 ! La question de donner vos embryons a t elle été évidente pour vous? Pour nous ça aurait été un gros dilemme, on s’était même dis qu’on aurait pas recours a la fiv rien que pour ça tellement ça nous prenait la tête.. ça m’intéresserait jamais tu avais envie de partager ton cheminement là dessus !

    J’aime

    1. C’était une évidence dès le début : dans notre parcours nous avons croisé trop de couples en mal d’enfant… On savait qu’on donnerait les gamettes de monsieur, je voulais donner mes ovocytes aussi (mais vu les réactions au traitement qui déclinent je pense que ça ne se fera pas), et nos embryons si nous en avions en « trop ». C’est fou que ça vous ait « bloqué » la fiv, vous pouvez aussi choisir de les conserver, les détruire, les donner à la science etc…

      Bien sûr, je ferai un article pour en parler ^^

      J’aime

      1. En l’occurrence on a au final eu la grande chance de parvenir à faire nos deux fils « naturellement », mais à un moment la question se posait en théorie (car ça mettait du temps) et pour nous c’était un gros blocage.. on ne se voyait pas du tout donner « notre enfant à nous deux » à la science ou le détruire ou le donner à un autre couple.. j’ai bien conscience que ce n’est pas une réflexion très généreuse je n’en suis pas fière !.. mais c’est tellement personnel en même temps.. je vais lire avec grand intérêt ton article à venir du coup 🙂

        J’aime

        1. Ici on avait encore 1 embryon après notre dernière fiv. Je voulais tenter, car je trouvais important d’aller au bout mais plus on avançait dans l’adoption et moins j’avais envie. On ne l’a pas utilisé.

          Je voulais le donner à des couples mais gros blocage de la part de M. Chéridamour à cause de la nouvelle loi bioéthique sur la recherche des origines, en plus du fait qu’il aurait fallu encore repasser par des psys et des enquêtes. Il n’en pouvait plus, donc on a laissé tomber. On n’a même pas pu le donner à la science car il fallait signer des documents et le centre n’a jamais répondu à nos demandes de rdv pour ça 🤷 C’est un gros regret que j’ai (même s’il nous reste encore 6 mois pour essayer signer ces papiers !)

          C’est comme pour tout, on a chacun ses limites.

          Aimé par 1 personne

  3. Rha, chaque fois que je te lis, j’ai envie d’avoir pluuuus d’enfants ^^
    Je sais pas si tu as beaucoup de chance avec tes enfants ou beaucoup d’état d’esprit positif (ou plus probablement des deux dans un cercle vertueux) mais votre petite famille vend du rêve et c’est toujours un plaisir de lire que tu t’y épanouis après la galère pour les avoir.
    Le meilleur pour votre vie à 5!

    J’aime

  4. Félicitations pour le troisième !
    Tu m’intrigues ? Comment as-tu réussi à faire tenir les 3 sièges auto à l’arrière ? J’ai 3 enfants également et je n’ai pas réussi à résoudre cette équation ce qui fait que chez nous, le siège dos à la route de la petite est à côté du conducteur et le deuxième adulte est coincé entre les deux grands à l’arrière. Si tu as des recommandations, je suis preneuse ! Merci

    J’aime

    1. Merciiii !
      Halala, les sièges auto ça a été un TEL casse tête ! A savoir, la Lueur et le Lampion (7 et 4 ans) sont encore en sièges auto et je compte repousser au max l’arrivée du réhausseur… Ça faisait donc 3 « GROS » siège à caser sur une banquette qui n’est pas tellement adaptée…

      Nous avons le Lampion dans le fauteuil bouclier (mais sans le bouclier maintenant) de joie, la Lueur est au milieu dans un fauteuil Maxi Cosi (rodifix?) Et le Luciole est dans le « every stage FX » de Joie, dos route, qui va de la naissance à… Loin ^^’

      J’aime

    1. Non, celui du dernier n’est pas ISOFIX a ce stade (il le devient en passant face route), et celui du milieu est donc sur un siège non équipé. Mais tellement calé entre les 2 autres qu’il est imbougeable mdr

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s